De l’administration des batailles: les fonctions historiques et contemporaines de l’état-major général

Introduction

L’état-major général constitue en quelque sorte le « cerveau » d’une armée sur les champs de bataille. Ayant pris des formes plus ou moins improvisées depuis l’Antiquité, à une époque où les sources nous révèlent les premières grandes manifestations collectives de la pratique de la guerre, l’état-major général fut érigé en un véritable système à l’ère des guerres napoléoniennes. Dès lors, l’état-major général évolua rapidement, mais disons que de tout temps, il consista en un corps de spécialistes qui se consacrèrent à la planification et à l’exécution d’opérations à différents échelons de l’appareil militaire.

Les plus anciennes traces de la pratique de la guerre démontrent ce besoin quasi inné des hommes, et en particulier des « chefs », de se consulter avant, pendant et même après avoir affronté un groupe ennemi, dans la victoire comme dans la défaite. Les grands commandants de l’époque antique jusqu’à la Renaissance disposèrent de ce que l’on appelle de nos jours un « état-major général ». Par contre, ces militaires qui assistèrent leurs chefs furent la plupart du temps des spécialistes du ravitaillement, des ingénieurs, des messagers et des clercs, bref, des soldats qui furent essentiellement des exécutants et non pas des théoriciens de l’art de la guerre. Souvent, il ne s’agissait même pas de militaires, mais de civils se trouvant temporairement au service des armées du monarque.

Le contexte napoléonien: contrôler les armées

Ce type d’organisation de l’état-major général survécut sans trop de modifications importantes jusqu’au XIXe siècle. Cependant, les conséquences politiques et militaires de l’époque des Lumières et de la Révolution à la fin du XVIIIe et au début du XIXe siècle engendrèrent une complexification accrue de l’art de la guerre, ce qui mit conséquemment davantage de pression sur les généraux et les manières avec lesquelles ils exercèrent leur leadership en pleine bataille. Dans les faits, aucun général de l’époque, même parmi les plus grands comme Napoléon Bonaparte, n’échappa à cette règle voulant que pour réussir sur les champs de bataille, il fallût étudier, étudier et encore étudier.

Avec l’introduction de la conscription nationale, dans le cadre d’une levée en masse (la nation en armes), la taille des armées de campagne augmenta dramatiquement. Sans trop exagérer, de l’époque antique jusqu’à celle des Lumières en Occident, il était rare que les forces rassemblées par une nation ou un royaume pour une campagne particulière dépassent les 40,000 ou 50,000 combattants. Or, il s’avéra que Napoléon prit en 1812 la direction d’une armée d’environ 600,000 hommes pour sa campagne en Russie. L’un des points à retenir de cet épisode est le suivant: Napoléon perdit le contrôle de sa gigantesque armée.

Auparavant, une armée de campagne aux effectifs « raisonnables » signifiait que toutes ses unités se trouvaient dans le champ de vision de son commandant, si bien que sa direction et la gestion de ses communications pouvaient se faire de vive voix, au son du clairon, avec des bannières ou par l’entremise d’estafettes. Par contre, pour des raisons logistiques évidentes, les grandes armées de l’époque napoléonienne durent marcher en corps séparés, d’une distance maximale d’un jour de marche (20-30 kilomètres) afin de maintenir une liaison minimale. Ces corps avancèrent sur différents réseaux routiers afin de minimiser les effets du trafic et de trouver davantage de sources de ravitaillement. Lorsque le commandant jugea venu le moment de livrer bataille, il dut s’assurer que toutes ses unités soient fraîches et disposes, qu’elles soient déployées dans la bonne séquence et au bon endroit, tout en prenant soin de communiquer efficacement à tous les commandants subordonnés les informations pertinentes sur le dispositif ennemi.

Malade et fatigué le jour de la bataille de Borodino (1812), Napoléon put néanmoins compter sur une équipe d’officiers de son état-major qui l’assistèrent dans l’analyse de la bataille en cours et des décisions à prendre. L’administration de grandes armées soulève toujours des contraintes récurrentes, comme le déplacement d’unités, la gestion des communications, le ravitaillement, etc. La bataille met aussi à rude épreuve les nerfs des officiers d’état-major, ne serait-ce que pour garder son calme sous le feu ennemi tout en analysant la situation.

Par ailleurs, plusieurs organisations militaires à travers l’Histoire, que ce soit de l’époque d’Alexandre le Grand jusqu’à celle de Napoléon, durent affronter un problème qui vexa et déconcentra l’attention du plus brillant des généraux, à savoir la dualité politico-militaire de leurs fonctions, qu’il soit sur le champ de bataille ou non. Des chefs d’État en campagne durent effectivement gérer les affaires domestiques, tout en demeurant attentifs aux opérations en cours, d’où l’importance d’avoir une équipe de gens compétents pour les seconder dans le difficile exercice du commandement.

De l’administration des batailles: l’école prussienne

La majorité des puissances européennes maintinrent de larges armées au lendemain des guerres napoléoniennes. Le potentiel en bassin d’hommes offert par l’augmentation de leur population respective signifia que les futures confrontations de grande ampleur verraient la marche de millions d’individus sous les drapeaux. Comme on peut l’imaginer désormais, la conscription, l’entraînement, l’équipement et l’enrégimentement de telles quantités d’hommes, combinés aux dispositions relatives à leur transport et à leur ravitaillement, représentèrent un défi de taille pour l’état-major général de chaque armée.

Dans cette optique, le fait que la Prusse fut le premier État à avoir résolu de tels problèmes s’explique en grande partie par ses contraintes géostratégiques. Face à des ennemis représentant au moins deux fois sa puissance et localisés sur trois fronts distincts, la Prusse fut « habituée » à affronter de tels dilemmes stratégiques. En imposant un service militaire obligatoire sur une plus courte durée, elle put entretenir une plus large (et moins coûteuse) armée de réserve qui put atténuer le déséquilibre de puissance évoqué.

Cela dit, les progrès techniques en matière de transports et de communications, nés de l’avènement du chemin de fer et du télégraphe, rendirent théoriquement possible le rappel massif des réservistes de leurs dépôts à travers le pays, pour ensuite transporter leurs régiments vers des zones de rassemblement aux frontières, former des corps d’armée, et maintenir leur ravitaillement pour les opérations à entamer. Tout cela, il fallut le faire en l’espace de quelques jours. C’est ainsi que l’étude scientifique des horaires des chemins de fer, par des officiers formés dans l’art de la mobilisation et du rassemblement des troupes en prévision de campagnes, devint une branche spécialisée de l’état-major général.

Une fois mise en mouvement, l’armée de campagne avait toujours besoin de moyens de commandement et de contrôle, si elle voulait être en mesure de manœuvrer et de combattre avec cohésion sur le champ de bataille. Les carences en entraînement observées à la mobilisation parmi les hommes du rang et les officiers des unités de réserve, qui souvent quittèrent du jour au lendemain la vie civile pour vêtir à nouveau l’uniforme, firent en sorte qu’il fallut établir une doctrine standard et des règles uniformes à toute l’armée. Ainsi, les idiosyncrasies se limiteraient au style de leadership des commandants de hauts rangs, mais les missions et les mouvements de chaque unité devraient en tout temps se conformer aux plans préétablis par l’état-major général. L’émission effective, la coordination et l’interprétation des ordres jouèrent toutes en faveur de l’accroissement du nombre d’officiers spécialisés dans des tâches d’état-major. L’idée n’étant pas de tuer l’esprit d’initiative des officiers les plus industrieux (nécessité faisant loi parfois), mais bien d’éviter de faire cavalier seul.

Dans ce contexte, le cas prussien demeure une fois de plus précurseur. Les officiers de l’armée qui apparurent les plus talentueux se firent temporairement retirer leurs commandements auprès de leurs troupes afin de suivre des cours intensifs d’état-major général à la Kriegsakademie. En clair, les jeunes officiers qui sortiraient de l’académie de guerre deviendraient, pour nombre d’entre eux, les futurs généraux de l’armée prussienne (allemande). Revenus dans leurs unités, tout en alternant l’exercice du commandement avec d’autres séjours à l’académie, ces officiers mettraient à jour leurs connaissances, que ce soit en matière de tactiques ou du maintien des connaissances générales nécessaires pour le travail au sein d’états-majors. En cas de mobilisation et de déclaration de guerre, plusieurs officiers de l’état-major général seraient affectés à des fonctions importantes, comme celles de chefs d’état-major, ou officiers chargés des opérations au sein de grandes unités de l’armée prussienne (et plus tard de l’armée allemande).

Par conséquent, chaque commandant sur le terrain avait à sa disposition une équipe d’officiers spécialisés dans des tâches d’état-major, des officiers capables de lire, de discuter, d’expliquer et de transmettre les ordres les plus détaillés et complexes, laissant ainsi le commandant libre d’exercer son leadership et ses habiletés de commandement tactique. Au plus haut échelon de l’organisation militaire, le chef d’état-major général accompagnait le monarque, le commandant en chef titulaire, en lui servant de principal conseiller. Le rôle du chef d’état-major général était de voir à ce que les ordres soient cohérents, conformes avec la doctrine militaire du moment et allant de pair avec les compétences des officiers à les rendre intelligibles.

L’état-major général allemand au tournant du XXe siècle. Titulaire du poste de commandant suprême de par son titre royal, l’empereur Guillaume II se fia davantage aux compétences et à l’expérience de ses généraux dans l’administration et le commandement de ses armées lorsqu’éclata la Première Guerre mondiale en 1914.

Contrairement à ce qui est véhiculé parfois dans une certaine littérature, l’organisation de l’état-major général n’était pas si rigide, au point d’élaborer des plans militaires ne faisant aucune place à l’imprévu. Les futurs officiers d’état-major qui fréquentèrent les académies de guerre apprirent également certaines notions relatives à la chance, à l’imprévu et à l’importance de se donner une marge de manœuvre en cas de pépins dans la conduite des campagnes. Tout cela s’inspirait directement des enseignements de Carl von Clausewitz.

Par contre, il était évident que les officiers affectés à l’état-major général devaient faire preuve de discipline et de méthodologie dans leur travail consistant à administrer une grande armée en campagne. D’une autre manière, leurs expertises et façons de faire constituèrent une sorte de « révolution administrative » dans l’organisation du travail, révolution qui s’inscrivit dans l’ère industrielle du XIXe siècle. Ayant ainsi été en campagne avec un tel état-major général professionnel, l’armée prussienne livra une série de guerres aux conclusions victorieuses de 1864 à 1871, mettant ainsi à genou trois pays voisins et permettant la naissance d’un nouvel empire allemand. Lors de chaque conflit, l’habileté des Prussiens à mobiliser et déplacer une armée en campagne plus rapidement que leurs adversaires leur conféra un avantage énorme. De plus, toujours sur le terrain, la plus forte cohésion obtenue par la transmission rapide et l’interprétation adéquate des ordres permit aux manœuvres opérationnelles de se dérouler avec moins de difficultés pour les commandants prussiens (malgré certaines erreurs difficilement évitables).

Et il faut dire que l’habileté déconcertante avec laquelle l’armée prussienne performa lors des guerres d’unification de l’Allemagne illustra la nécessité pour l’ensemble des armées du monde de l’époque de procéder à une réforme urgente de leurs états-majors généraux respectifs, même au sein des plus petites armées éloignées de la poudrière européenne comme celle des États-Unis. D’ailleurs, le haut degré d’efficacité de l’état-major général allemand fut remarqué à maintes reprises par les Alliés lors de la Première Guerre mondiale, si bien que ces derniers, vainqueurs, allèrent même jusqu’à interdire son existence dans le traité ayant mis fin aux hostilités.

Dans les faits, et plus sérieusement, toutes les armées adoptèrent le principe, sinon la copie conforme, du modèle d’état-major général allemand. Le lecteur aura également compris que notre analyse fit essentiellement allusion à la branche terrestre des armées. Curieusement, il n’y a pas eu d’équivalents réels de développements d’un état-major général pour les marines de guerre, et ce, même si celles-ci disposèrent de réserves mobilisables avant la guerre de 1914-1918, qu’elles pratiquèrent des manœuvres et qu’elles envoyèrent leurs officiers dans des académies militaires.

Conclusion

Ce fut surtout à partir de la Seconde Guerre mondiale que les armées des grandes puissances envisagèrent la fusion des différents états-majors généraux en un seul, que ce soit en combinant des services pour des raisons d’économies ou dans l’optique de développer l’approche interarmes. Dans ce contexte particulier, la formation d’une coalition multinationale chez les Alliés leur donna un avantage supplémentaire, dans la mesure où il leur fut plus commode d’élaborer une direction stratégique d’ensemble, ce que les puissances de l’Axe ne purent accomplir avec succès.

De nos jours, dans une époque qui nous semble bien lointaine de celles des guerres totales et des luttes à finir entre civilisations, les états-majors généraux, ceux qui étaient sur les champs de bataille, dans le bruit, la poussière et la fureur, et bien ces mêmes corps évoluèrent à leur tour. Les armées professionnelles modernes ont moins d’effectifs en temps de paix, mais les avancées technologiques maintiennent ce besoin d’avoir des officiers formés pour l’accomplissement de tâches d’état-major. Certes, les armées se sont « bureaucratisées », mais il ne faut pas y voir une tare. Après tout, chaque militaire, peu importe sa fonction, est un combattant à la base.

Publicités

L’Homme et son arme : brève histoire des technologies de l’armement (2e partie)

 (Première partie)

L’ère de l’industrialisation : XIXe siècle

Les travaux de l’Écossais James Watt fournirent la poussée nécessaire à l’avancement des technologies de l’armement dans une optique d’une association claire entre la standardisation et l’industrialisation. Source: old-print.com

L’ère de l’industrialisation en matière d’armements, que nous faisons vulgairement commencer au début du XIXe siècle, doit prendre en compte ce problème de périodisation entre le dernier quart du XVIIIe siècle jusqu’au premier quart du siècle suivant. Les historiens s’entendent généralement pour dire qu’on assiste à une certaine « industrialisation », voire une proto-industrialisation de l’Angleterre dès le milieu du XVIIIe siècle, en particulier avec l’introduction de la machine à vapeur. Cependant, en matière d’armements, la vapeur eut certes un impact majeur, mais elle ne doit pas être associée automatiquement à une standardisation de la production d’armes militaires. Voilà pourquoi, à notre avis, il est plus difficile de couper au couteau la fin et le début de deux périodes de l’Histoire qui virent d’importantes réalisations.

Cela dit, les travaux de l’Écossais James Watt à la fin du XVIIIe siècle fournirent la poussée nécessaire à l’avancement des technologies de l’armement dans une optique d’une association claire entre la standardisation et l’industrialisation. Au départ, la vapeur servait essentiellement à des fins civiles comme le pompage de l’eau des mines. Par la suite, la vapeur fut mise à contribution dans la fabrication du tour à fileter à l’arsenal de Woolwich, sous la direction d’Henry Maudslay. Cette dernière invention allait avoir un impact décisif dans la production de masse d’armes à feu et de pièces d’artillerie. En mer, la seconde moitié du XIXe siècle vit également la vapeur remplacer progressivement la voile comme source primaire de propulsion des navires de guerre, les libérant ainsi de leur dépendance aux caprices des vents.

Donc, au lendemain des Guerres napoléoniennes, toutes ces innovations technologiques et industrielles auront des impacts majeurs sur les pratiques de la guerre future. En matière de transport des troupes, la locomotive inventée par George Stephenson facilita les déploiements rapides des hommes et du ravitaillement sur de vastes distances grâce aux chemins de fer. D’ailleurs, les observateurs européens témoins de l’établissement de la première ligne de chemin de fer reliant Liverpool à Manchester en 1830 comprirent rapidement tout le potentiel du train à vapeur à des fins militaires. Même chose en mer, où Robert Fulton inventa la première véritable canonnière en 1807 patrouillant la rivière Hudson jusqu’à Albany dans l’État de New York aux États-Unis.

Toujours en Amérique, les communications aux fins militaires bénéficieront de l’invention de Samuel Morse et de son télégraphe mis au point en 1837. Pour sa part, la science de la métallurgie ne fut pas en reste au XIXe siècle avec l’introduction de nouveaux alliages plus résistants. De plus, vers 1850, des modèles de canons à chargement par la culasse firent leur apparition, tout comme des canons rayés en acier avec de premiers mécanismes d’absorption du recul furent introduits dans les artilleries européennes. Parallèlement, les fusils et armes de poing connurent des développements similaires, en particulier au niveau de l’amélioration de leurs cadences de tir et de leurs portées, à un point tel que la Guerre civile américaine est fréquemment considérée par les historiens comme le premier véritable conflit de type « industriel », sinon « moderne ».

Probablement le conflit le plus meurtrier en Occident au XIXe siècle, la Guerre de Sécession aux États-Unis fut un choc pour les contemporains au niveau de l’ampleur des pertes humaines, certes, mais particulièrement face à une implicite prise de conscience à l’effet que l’on vit concrètement les effets d’armes qui, au fond, étaient en développement depuis quelques décennies, mais dont la relative paix en Europe suivant la chute de Napoléon amena un certain dénigrement de ces technologies. Par exemple, l’armurier et inventeur Johann Nicolaus von Dreyse travailla dès les années 1820 sur un fusil à percussion à aiguille rechargeable par une culasse, mais dont le premier modèle ne fut adopté comme arme d’ordonnance par l’armée prussienne qu’en 1841.

Les manufacturiers d’armes du début de l’ère de l’industrialisation au XIXe siècle avaient toujours comme préoccupation la puissance et la portée effective de leurs produits. Cependant, d’autres facteurs finirent par s’inviter, comme le besoin d’armées toujours plus nombreuses de fournir la dotation nécessaire d’armes à leurs troupes, en plus de voir à la standardisation de ces outils. Le concept même d’interchangeabilité est partie intégrante de la réflexion au XIXe siècle en matière d’armements.

Sur un plan plus politique, notons qu’en dépit d’une paix post-napoléonienne relative, les différentes révolutions de 1848 en Europe amenèrent les États à investir davantage dans la recherche et les technologies de l’armement. L’idée étant, non sans surprise, pour les États de posséder des armes de technologie supérieure à celles des insurgés.

Mais le qualificatif de « relatif » afin de décrire la paix européenne du milieu du XIXe siècle trahit certaines réalités, où les puissances cherchèrent néanmoins à s’affronter, entre autres pour tester par la bande des technologies dont les preuves restèrent à faire. La bataille navale de Sinope du 30 novembre 1853 entre les flottes russe et ottomane vit la terrible efficacité des canons russes utilisant de véritables obus. Ce premier épisode de la Guerre de Crimée fut suivi par d’autres où la France et l’Angleterre durent intervenir et où leurs armées apprirent de douloureuses leçons. Par exemple, la Guerre de Crimée fit clairement la démonstration que désormais, la cavalerie ne parvînt plus à percer ou briser une formation d’infanterie bien équipée et disciplinée. En mer, les Français introduisirent des batteries d’artillerie flottantes qui, bien que n’étant pas de véritables navires de guerre selon une définition moderne, amenèrent les marines européennes à se doter graduellement de bâtiments métalliques propulsés par la vapeur.

Mais comme nous le mentionnions, ce fut la Guerre de Sécession aux États-Unis qui retint l’attention comme étant apparemment le premier conflit de l’ère industrielle, d’après l’ensemble des paramètres évoqués au début de cette section (vapeur, industrie, standardisation, etc.). En fait, disons que certains incidents nous amènent à une telle conclusion. Le premier affrontement connu entre deux navires cuirassés à coque en fer se déroula dans les eaux de Hampton Roads près de la Virginie en 1862. Considérée comme un match nul, la bataille représente une victoire incontestée du fer et de la vapeur sur le bois et la voile traditionnels.

Considérée parmi les premiers conflits majeurs de l’ère industrielle, la Guerre civile américaine de 1861 à 1865 peut presque être qualifiée de « totale » si l’on considère l’ampleur des ressources humaines, financières et matérielles y ayant été investies. Dans le cas qui nous intéresse, la capacité pour les belligérants de livrer à temps et en nombre suffisant des armes efficaces aux pièces standardisées fit souvent la différence entre la victoire et la défaite.

Sur terre, la Guerre civile américaine en fut également une de déplacements de troupes sur de longues distances en chemin de fer, parfois même en terrain difficile. À noter par contre qu’à lui seul, le chemin de fer ne suffisait pas à garantir l’efficacité des déploiements. L’usage du train devait se faire en conjonction avec le télégraphe, si bien que des campagnes militaires pouvaient se gagner ou se perdre presque uniquement en raison de considérations logistiques, où le temps devenait un élément qui avait nettement remonté dans la liste des priorités stratégiques et tactiques des commandants.

L’autre difficulté constatée pendant la Guerre civile américaine est que, justement, les généraux se trouvèrent à commander des armées aux effectifs beaucoup plus larges, même plus importants qu’au plus fort des Guerres napoléoniennes par exemple. Ce conflit en fut également un où l’introduction de fusils et de canons rayés modifia en profondeur les équations tactiques. La cadence rapide et la puissance décuplée du feu firent en sorte qu’il devenait désormais suicidaire pour une force d’infanterie de se tenir en rangs serrés face à l’ennemi.

Au plan stratégique, cette industrialisation du conflit dicte une autre variable, à savoir qu’à terme, le camp qui possède la plus importante force industrielle devrait normalement l’emporter. Disposant davantage d’infrastructures industrielles que le Sud à l’économie plus agraire, le Nord avait de fortes chances de l’emporter, pour autant que ses armées puissent contenir celles de l’ennemi aux endroits stratégiques. La fin de la Guerre civile américaine vit aussi la mise en service d’un prototype de mitrailleuse, la Gatling. Bien que n’ayant pas eu de véritables impacts, car elle fut introduite sur le tard, elle inspira d’autres inventeurs. L’un d’eux fut Hiram Maxim qui s’en inspira et conçut en 1885 sa propre mitrailleuse automatique portant son nom (la Gatling fonctionnant par l’action d’une manivelle). La Maxim et ses dérivés figurent parmi les armes les plus destructives jusqu’à ce jour.

Pour paraphraser un ami de Sir Hiram Maxim: « Si tu veux faire de l’argent, invente une machine qui permettra aux Européens de s’entretuer. » C’est ce qu’il fit. Ici, Hiram Maxim posant avec sa mitrailleuse dans les années 1880. Il est considéré comme l’inventeur de la première mitrailleuse automatique telle qu’on la connaît de nos jours.

Observée par de nombreux militaires européens sur place, la Guerre de Sécession amena les puissances du Vieux Continent à investir de plus en plus en recherche dans le dernier quart du XIXe siècle. De gros joueurs industriels tels Vickers en Angleterre, Schneider-Creusot en France et Krupp en Allemagne réalisèrent d’énormes profits au cours de cette période qualifiée de « paix armée », à savoir la période suivant la fin de la Guerre franco-prussienne en 1871 jusqu’au début de la Première Guerre mondiale en 1914. Ce que l’on peut appeler de nos jours le « complexe militaro-industriel » est véritablement né à cette époque. Autrement dit, on a à faire à des États qui dépendent de plus en plus des corporations qui elles, en retour, dépendent des contrats gouvernementaux.

Les technologies : de la « paix armée » à la guerre totale (1871-1945)

Les quelques décennies qui marquèrent la fin de la Guerre franco-prussienne (1870-1871) jusqu’à la Seconde Guerre mondiale connurent des développements encore plus importants. D’abord, cette période voit la confirmation de la vapeur comme mode principal de propulsion des navires de guerre, tout comme l’acier fait son chemin et devient une matière privilégiée dans la fabrication d’armements, supplantant ainsi des matériaux moins résistants comme le bois. D’ailleurs, les avancées scientifiques permirent de meilleurs coulages de l’acier, le rendant plus résistant, notamment en raison de la disponibilité accrue de métaux tel le nickel.

Ce fut également une période, du moins jusqu’à la fin de la guerre de 1914-1918, où les principales puissances mondiales cherchèrent à mettre en service les meilleurs marines de guerre pour le contrôle des mers, si bien que, comme nous le mentionnions, des consortiums se formèrent pour vendre leurs ressources métallurgiques et technologiques aux plus offrants. Par exemple, l’industrie put offrir aux États et à leurs marines militaires de puissants canons rayés à rechargement par la culasse, augmentant ainsi leur portée de tir et leur puissance de feu. Naturellement, les coûts de ces nouvelles technologies étaient exorbitants et seules les grandes puissances de l’époque purent se procurer de tels équipements, tout en investissant dans la recherche et autres coûts de production.

Un exemple de cuirassé britannique de type Dreadnought modèle 1906. Symbole par excellence de puissance navale, il fut à l’origine d’une véritable course à l’armement entre les grandes puissances à partir de la dernière décennie du XIXe siècle en particulier jusqu’au début de la Première Guerre mondiale.

Dans notre esprit, le tournant du XXe siècle fut extrêmement innovateur en matière d’armements et le domaine naval retient la plupart du temps l’attention. Rappelons que la Grande-Bretagne mit en service son célèbre H.M.S. Dreadnought en 1906, qui révolutionna littéralement le petit monde de la guerre navale. Vers la même époque, le développement de l’arme sous-marine connut d’intéressantes percées, entre autres grâce aux travaux de l’Américain John Holland. Contrairement aux embarcations de surface, il semble que les puissances de l’époque prirent un certain temps à réaliser tout le potentiel du sous-marin à des fins offensives, même que les Allemands rejetèrent l’idée, dans un premier temps, d’inclure cet engin à leur arsenal naval. Ce ne fut qu’avec l’introduction de la torpille de l’ingénieur anglais Robert Whitehead que l’on réalisa tout le potentiel du sous-marin comme arme offensive. Là encore, son utilisation stratégique et tactique n’était pas claire. Pas assez puissant pour couler des navires de type Dreadnought, jugea-t-on, l’utilisation du sous-marin pour l’attaque de navires commerciaux ne fut guère envisagée avant le début de la guerre de 1914-1918. Pourtant, l’on savait que le sous-marin pouvait être furtif et qu’il pouvait lancer une torpille au moment opportun, et ce, sans que la cible ne puisse faire à temps des manœuvres évasives.

Dans les airs, la décennie précédant le début de la Première Guerre mondiale vit le développement de l’aviation, quoique là encore, il fallut attendre les années de guerre pour y constater une véritable envolée, sans mauvais jeu de mots. Au commencement, les Allemands préférèrent des embarcations plus légères que l’air comme le Zeppelin et leur argument pouvait se tenir, car le Zeppelin pouvait parcourir des distances nettement plus grandes que l’avion et que sa capacité de transport de bombes et autres projectiles ne se comparait même pas aux engins plus lourds que l’air. Cependant, les dirigeables et leur cargaison d’hydrogène les rendaient hautement inflammables et il était possible de les détruire soit par une version improvisée d’artillerie antiaérienne (là encore, cela restait à développer), mais sinon, de manière plus efficace, en envoyant des avions pour tenter de les abattre. Bref, le plus lourd que l’air finit par dominer le ciel.

Et lorsque éclata la guerre de 1914-1918, la confrontation entre les armes modernes et les tactiques issues du précédent quart de siècle fut terrible. La doctrine de l’offensive en rangs serrés pour l’infanterie et la cavalerie, face à un ennemi bien retranché et équipé de mitrailleuses et d’artillerie à tir rapide, ne fonctionna tout simplement pas. Le problème est bien connu, mais ce que l’on retient de la Première Guerre mondiale, dans l’optique de ce papier, c’est de voir à quel point elle fut un véritable laboratoire d’expérimentations. Bref, la mitrailleuse pouvait tuer ou blesser des milliers d’hommes en l’espace de quelques heures.

Dans les airs, la première utilisation de l’aviation à des fins militaires s’était vue lors de la Guerre italo-turque de 1911-1912, où quelques avions et dirigeables avaient été utilisés essentiellement à des fins de reconnaissance. Plus tard, lorsque équipés de mitrailleuses et de bombes, les avions pouvaient à leur tour répandre la mort, tout en préservant naturellement leurs fonctions de reconnaissance des positions et des déplacements ennemis.

Reproduction d’un appareil français de type Blériot XI tel qu’utilisé par les Italiens lors de vols de reconnaissance au-dessus des lignes turques pendant la Guerre italo-turque de 1911-1912.

L’air en lui-même devint aussi un instrument de mort avec l’introduction des gaz de combat, où des milliers de soldats moururent asphyxiés ou du moins aux prises avec de sérieuses difficultés respiratoires pour le restant de leurs jours. La guerre de 1914-1918 vit également l’introduction du lance-flammes, une arme essentiellement utilisée pour terminer le « nettoyage » d’une tranchée ennemie lorsque la première vague d’assaut d’infanterie poursuivit son avance.

Bref, la guerre de 1914-1918 fit la claire démonstration que des tactiques du XIXe siècle ne cadrèrent tout simplement pas avec la puissance de feu d’armes modernes. L’artillerie fut de loin l’arme la plus mortelle, responsable à elle seule de la moitié des pertes du conflit. Des canons de calibres auparavant jamais vus pouvaient détruire en l’espace de quelques jours de puissantes forteresses qui avaient coûté des fortunes aux différents trésors publics. Le siège de Liège en août 1914 constitue l’exemple classique à cet égard. Des obus hautement explosifs pouvaient également pulvériser en un rien de temps des tranchées finement élaborées. Paradoxalement, l’intensité des barrages d’artillerie censés tout détruire et ouvrir le chemin à une infanterie attaquante s’avéra souvent inefficace à briser le système défensif adverse.

Et au sortir de 1918, face à l’ampleur du carnage et des dévastations, le monde aurait pu naïvement croire que cette guerre de quatre ans aurait été la dernière, la « der des ders », et du coup mettre un frein à toute évolution en matière d’armements. Dans les faits, c’est exactement le contraire qui se passa. Un certain pacifisme d’entre-deux-guerres ne fit littéralement pas le poids devant la créativité des inventeurs et surtout face aux désirs des gouvernements de poursuivre la modernisation de leurs armées, et ce, même si des discours officiels d’époque pouvaient laisser croire le contraire étant donné que les budgets de défense avaient été considérablement réduits. Lorsque débuta la Seconde Guerre mondiale en 1939, le monde vit l’apparition de nouvelles armes encore plus destructrices que celles des décennies précédentes.

Dans l’entre-deux-guerres, notons le perfectionnement de technologies telles que le porte-avions, ce qui permit à ses utilisateurs d’atteindre des cibles navales et terrestres à partir de la mer. L’attaque japonaise contre la base navale américaine de Pearl Harbor en décembre 1941 en constitue le premier exemple classique. Par ailleurs, alors que le cuirasser avait pendant longtemps été le bâtiment naval de prédilection des grandes puissances, il fut progressivement relégué au second rang par le porte-avions en termes d’« importance tactique ». Autrement dit, pendant un engagement naval, la priorité était de protéger les porte-avions et naturellement détruire ceux de l’adversaire. Les affrontements navals de la guerre de 1939-1945 virent également se développer de nouvelles technologies des communications telles le radar et le sonar, fort utiles pendant les opérations sur de vastes océans. Certes, il ne s’agit pas d’armements, mais ces inventions furent toutes aussi utiles afin d’atteindre des objectifs primordiaux consistant généralement à la destruction de l’ennemi ou du moins sa volonté de combattre.

Sur terre, les chars d’assaut développés au cours de la Première Guerre mondiale, sur une échelle somme toute limitée, connurent leurs heures de gloire vingt ans plus tard. Ayant été cruellement à court de ces engins en 1914-1918, les Allemands profitèrent de la période de l’entre-deux-guerres pour les étudier d’un point de vue tactique et d’en améliorer la conception. Certains épisodes de la guerre dite « éclair » de 1939 à 1941 virent cette coopération chars-avions atteindre des sommets à peine envisageables pendant la guerre de 1914-1918. Pourvus d’un armement relativement léger au début du conflit, les chars d’assaut de la Seconde Guerre mondiale seront équipés de canons de plus larges calibres et de blindages plus épais. Tactiquement parlant, les belligérants iront sur les champs de bataille en utilisant la tactique chars-avions.

Symbole fort de la Seconde Guerre mondiale, le char d’assaut (ici un char allemand Tigre I) représente une arme de destruction redoutable qui révolutionna les pratiques de la guerre, forçant les attaquants et les défenseurs à revoir en profondeur leurs tactiques pour mieux s’adapter face à ces monstres d’acier.

Dans les airs, la Seconde Guerre mondiale fut aussi celle de l’apogée du bombardement stratégique, avec certaines exceptions notables et épisodiques comme en Corée et au Vietnam plus tard. L’idée étant de bombarder massivement des cibles éloignées afin d’anéantir les capacités industrielles de l’adversaire. Comme l’avaient auparavant envisagé des théoriciens de l’arme aérienne, notant sous la plume de l’Italien Giulio Douhet, le bombardement stratégique ne devait pas uniquement s’en prendre à des cibles militaires, mais également aux cibles industrielles de même qu’aux populations civiles. La théorie de Douhet impliquait donc qu’une campagne aérienne de grande envergure aurait pour effet, à terme, de détruire les capacités industrielles et le moral de l’ennemi, ce qui signifierait en fin de compte des hostilités de plus courte durée. Séduisante sur le principe, il s’avéra cependant que la théorie de Douhet ne semble pas avoir résisté au test de la réalité en ce sens où les populations civiles firent preuve d’une ténacité étonnante.

Sur ce point, les civils britanniques furent parmi les premiers à goûter à cette médecine du bombardement stratégique lors du « Blitz » de 1940. Massifs en principe, ces bombardements stratégiques des Allemands sur la Grande-Bretagne ne furent rien en comparaison de la réplique des bombes américano-britanniques qui allèrent s’abattre sur l’Allemagne, de même que sur le Japon. En plus de s’en prendre à des cibles militaires, les bombardements alliés contre ces deux nations eurent également et clairement pour objectifs les populations civiles. D’ailleurs, cette idée de s’en prendre aux populations civiles atteignit probablement son paroxysme avec le Projet Manhattan, où les Américains lâchèrent deux bombes atomiques sur le Japon en août 1945, marquant du coup l’avènement de l’âge du nucléaire.

Détruire des cibles militaires? Anéantir le moral des populations civiles? Les objectifs du bombardements stratégiques n’apparaissent jamais totalement clairs, hormis qu’ils envoient le message que la mort peut être déversée du ciel et sur de vastes distances. En à peine une trentaine d’années entre le premier vol des frères Wright en 1903 jusqu’au largage d’une bombe atomique en 1945, la science se mit au service du domaine militaire afin d’en arriver à la victoire par tous les moyens.

Conclusion : du nucléaire à l’électronique

En guise de conclusion, rappelons simplement quelques éléments sur l’évolution des technologies de l’armement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Marquant clairement une rupture avec les armes plus conventionnelles du passé, la bombe atomique fit place elle aussi à de nouvelles technologies. Notons que dans les années 1950 fut créée la bombe à hydrogène, qui avait comme particularité la fusion plutôt que la fission de l’atome.

Cette différente manière de fracturer la matière eut comme résultat que les nouvelles bombes seraient environ cent fois plus puissantes que ne l’avaient été celles larguées sur Hiroshima et Nagasaki. Dans les esprits de certains, ces armes nucléaires rendirent quasiment obsolète le concept même de la guerre, avec ses prémisses tactiques et stratégiques. Devenue désormais encore plus terrible que ce qu’elle n’avait été auparavant en matière de destruction, la guerre à l’âge du nucléaire impliquerait désormais l’attaquant et le défenseur seraient simultanément détruits, et ce, peu importe lequel des deux démarrerait les hostilités.

Cette idée de « destruction mutuelle assurée » alla de pair avec celle des conflits de plus faible intensité qui caractérisèrent la période de la Guerre froide (1945-1991). En d’autres termes, et vulgairement résumé, des conflits de niveau régional verraient l’épée de Damoclès du nucléaire pendre au-dessus des têtes des belligérants, mais simultanément, les armes plus conventionnelles en leur possession viseraient, comme ce fut toujours le cas dans le passé, disons, à infliger des destructions maximales à l’adversaire.

Chaque soldat serait désormais armé d’un fusil d’assaut automatique et aurait à évoluer dans un environnement où son adversaire serait tenté d’utiliser des armes de types chimiques et bactériologiques. L’amélioration continue des communications signifierait aussi que ce même soldat en saurait davantage sur les intentions de son adversaire et que le contraire serait aussi très possible.

Actuellement, la fin du XXe siècle et le début du siècle suivant nous ont déjà fait voir de nombreuses améliorations. Des matériaux plus légers et robustes font partie de l’armement du soldat, si bien qu’outre le canon de son fusil d’assaut, le restant des matériaux n’est plus constitué de pièces métalliques ou de bois. Des conflits comme la Guerre du Golfe de 1991 nous firent aussi réaliser tout le potentiel de l’électronique dans la détection et la destruction d’une cible, malgré que des « ratés » en la matière existent et font toujours l’objet de fortes couvertures médiatiques dans ce qu’il est convenu d’appeler « dommages collatéraux ».

Mais ces évolutions technologiques ne signifient pas que le fantassin part à la bataille le dos plus léger. Au contraire, en plus de son fusil, il doit transporter des équipements électroniques, des lunettes de vision de nuit, des GPS, et ainsi de suite. Autrefois destinées essentiellement aux troupes d’élite et à diverses forces spéciales, tous ces équipements font désormais partie de l’attirail de n’importe quel fantassin évoluant dans n’importe quelle armée dite « moderne ».

Bref, depuis la nuit des temps, l’Homme chercha constamment à améliorer son armement, que ce fût pour la chasse ou pour la guerre. Les équipements à la disposition des soldats en ce début du XXIe siècle seront probablement dépassés d’ici à peine quelques décennies. Ce qui nous amène à penser qu’au fond, le pire « ennemi » des armements est le temps.

L’Homme et son arme : brève histoire des technologies de l’armement (1ère partie)

Introduction

Arquebusiers européens au tournant du XVIe siècle. Source: http://arquebuse-soissonnaise.over-blog.com/article-arquebuse-80027513.html

Quiconque étudie l’histoire militaire et l’histoire des pratiques de la guerre est appelé à se familiariser avec une série de variables propres aux sujets scrutés. Il y a évidemment la donne politique, qui consiste en l’étude du casus belli, puis celle du jeu politico-diplomatique. En d’autres circonstances, les chercheurs se pencheront sur les variables socio-économiques, qui constituent une autre approche de notre compréhension collective des conflits armés. Plus récemment, disons depuis une trentaine d’années, la mode est aux études culturelles, à savoir une analyse des « cultures de guerre » qui, à elles seules, englobent toutes sortes d’avenues d’études allant du psychologique jusqu’aux arts en passant par les mentalités.

Puis, il y a cette approche de l’histoire de la guerre historiquement beaucoup plus classique dans l’analyse des modes opératoires des conflits armés, qui consiste simplement à étudier le matériel avec lequel les hommes s’entretuent. C’est là-dessus que nous aimerions élaborer, en traitant brièvement de l’histoire des technologies de l’armement. Concrets, physiques, bruts, les outils avec lesquels les hommes partent à la guerre sont donc sujets d’histoire. Autrement dit, ils contribuent à notre compréhension des pratiques de la guerre, de leurs tenants et aboutissants, comme ils sont tributaires des différents contextes ou âges sans lesquels telle ou telle arme n’aurait pu être fabriquée.

Cela dit, l’évolution des technologies de l’armement n’est pas linéaire. Selon les époques, elle fut marquée de progrès rapides, tandis qu’en d’autres moments et selon les endroits, elle sembla faire du surplace. Cela explique en partie pourquoi l’armement, en lui-même, n’est pas nécessairement garant de la victoire. D’autres facteurs inhérents aux pratiques de la guerre telles la topographie, le moral, la discipline, les communications et autres doivent être pris en compte. Cependant, si le chef de guerre part en campagne avec la maîtrise initiale de nombre de ces éléments, on peut penser que sa compréhension des technologies de l’armement ira de soi et lui conférera un atout supplémentaire afin d’obtenir la victoire, qu’elle soit acquise par la force brute ou bien par une volonté de l’adversaire de capituler.

L’importance qu’occupe l’armement dans l’histoire militaire varie selon les points de vue. Certains chercheurs diront que les armes sont au cœur de batailles, a contrario d’autres penseurs qui affirmeront qu’à la limite, celles-ci ne constituent même pas un objet d’étude, du moins d’un strict point de vue académique. Notre avis est que les technologies de l’armement sont importantes à considérer dans l’issue des batailles, mais elles n’en constituent pas l’unique angle d’approche d’une compréhension plus générale de l’histoire militaire.

Sur le terrain, l’Histoire a également démontré le caractère ambivalent des rapports entre les technologies et l’issue des combats. On remarque que la civilisation occidentale (disons l’Europe de l’Ouest depuis la Renaissance) fut capable de dominer largement le monde grâce à une supériorité technologique qui lui permit de produire des armements de qualité supérieure. Malgré tout, les succès militaires obtenus en partie grâce à ces armements demeurent relatifs et éphémères, dans la mesure où nombreux furent les commandants militaires occidentaux à se montrer réfractaires aux changements technologiques. Cela met en lumière un autre élément important à prendre en considération, à savoir que même si elle apparaît minime en rapport à nos standards, la moindre innovation technologique du passé eut des impacts majeurs pour les contemporains.

Du poing au fer : les technologies préhistoriques et antiques

Depuis l’aube des temps, l’Homme combat. Il combat pour survivre, pour se nourrir d’abord certes, mais les premières disputes pour un territoire, un butin ou du gibier lui firent réaliser que le poing, comme arme, avait ses limites. On peut penser que cet homme ait pu se servir d’un bâton, où il réalisa que non seulement il pouvait frapper plus loin, mais avec plus de force.

L’idée même de causer davantage de dégâts à l’adversaire l’amena à développer d’autres techniques, comme le jet de pierres, où la portée s’allie à la force. L’Homme parvint également à affuter ses bâtons et à procéder à de premiers assemblages, comme le fait de combiner le bâton avec une pierre aiguisée et utiliser le tout soit comme une masse ou comme une lance.

La combinaison de différents matériaux comme la pierre et le bois témoigne des premières tentatives de l’Homme de non seulement domestiquer son environnement immédiat, mais également de se doter d’armes aux usages déjà polyvalents.

Naturellement, comme nous le mentionnions, la période préhistorique en est une où la frontière entre la guerre et la chasse nous semble beaucoup plus floue. Cette période vit le développement d’arcs et flèches avec lesquels l’Homme pouvait tuer ou blesser un animal comme un autre homme sur une distance appréciable. Ce qu’on retient ici c’est que bien avant l’Histoire, l’Homme faisait déjà preuve d’ingéniosité en matière de technologies d’armements, au sens de tuer plus qu’autre chose, et ce, même si l’on reconnaît d’emblée que les armes peuvent être utilisées à plus d’une fin.

Un autre élément à considérer est celui de la catégorisation des armes. Moins évident de nos jours, dans un contexte d’armes à feu et d’armes de destruction de masse, il est clair que jusqu’au XIXe siècle au moins, l’armement était divisé en deux catégories : les armes de choc et de jet. Dans les deux cas, leur efficacité fut nettement améliorée avec l’introduction du bronze et plus tard du fer, aux alentours de 1,500 avant J.-C. en ce qui concerne cette dernière matière. Le fer supplanta le bronze car étant plus dur, moins fragile et plus coupant (le bronze avait tendance à perdre son aiguisage après seulement quelques coups).

Par ailleurs, la domestication du cheval amena l’Homme à réfléchir aux possibilités d’utiliser la force et la vitesse animales aux fins militaires. Environ trois siècles après l’introduction du fer, on observe l’apparition des chariots de combat et vers 1,000 avant notre ère des premières constituantes de cavalerie. Possédant à la fois le fer et les chariots, les Assyriens figurent parmi les premières civilisations à s’être dotés de ce que l’on pourrait appeler une « armée », soit une force militaire suffisamment constituée au plan organisationnel et qui parvint à conquérir les voisins. Et étant donné qu’on est à l’époque du développement des premières cités-État, la pratique de la guerre amena une civilisation comme celle des Assyriens à développer des instruments de siège, des tunnels et d’autres avancées technologiques pour finaliser leurs conquêtes.

Les forces militaires de l’empire assyrien figurent probablement parmi les premières véritables constituantes d’une armée telle que l’on peut la concevoir de nos jours. L’invention de la roue, l’utilisation de la force animale et une habile combinaison d’armes de choc et de jet permirent de structurer un appareil militaire d’une puissance redoutable pour l’époque.

Toujours à l’époque antique, l’évolution des technologies de l’armement commença à s’allier avec une élaboration de tactiques plus raffinées. L’exemple classique demeure celui de la phalange grecque et de la célèbre sarisse. Il s’agissait d’une longue et lourde lance faisant quelque 5,50 mètres dont une pointe était en fer et l’autre en bronze et qui pouvait se détacher en deux parties afin de ne pas nuire à la marche des soldats. La sarisse était assemblée au moment opportun, juste avant le combat. Lorsque celle-ci était utilisée par des soldats en formations serrées, il était virtuellement impossible pour toute infanterie ou cavalerie ennemie de pénétrer ce mur par une attaque frontale.

Par contre, que faire si l’ennemi attaque les flancs? Là réside la principale faiblesse de la phalange, où la sarisse s’avère un handicap puisqu’elle ne facilite pas la souplesse de la formation tactique. Ajoutons à cela que le fait de laisser tomber la sarisse pour dégainer l’épée ne règle en rien le problème tactique posé par une formation rigide qui doit faire face à une attaque de flanc. Au contraire, la souplesse s’acquiert ici par une redéfinition de la formation tactique, problème auquel les Romains s’attardèrent.

On dit que la puissance de Rome résida dans son armée, mais en plus d’être disciplinée, une force militaire doit être dotée d’un armement qui sache faire preuve d’une « polyvalence tactique ». Le pilum fournit aux légionnaires l’élément de jet, mais sans pour autant restreindre les mouvements d’une unité devant rapidement pivoter pour faire face à une situation particulière. C’est là que le glaive entra en jeu, en conférant aux légionnaires une arme de choc qui n’alla pas empêtrer leurs mouvements.

Ces derniers mirent au point les légions, soit des formations d’infanterie nettement plus manœuvrables et dont les légionnaires étaient équipés de glaives et de pilums, ces lances plus légères dont la pointe se courbait à l’impact, ce qui la rendait impossible à retirer pour être relancée en direction des légionnaires. Mais l’arme principale du légionnaire demeure son glaive, cette épée courte dont la lame causait de terribles blessures au point où même les Grecs redoutaient cette arme. De conception espagnole, le glaive figure probablement parmi les armes les plus importantes de l’Antiquité, avec la sarisse grecque.

Sur mer, les Romains firent également preuve d’innovation, mais il se pose ici un double problème. D’une part, ils devaient se construire une marine de guerre à partir de rien et, d’autre part, affronter la puissante flotte carthaginoise qui domina la Méditerranée à l’époque des Guerres puniques. C’est alors que les Romains mirent au point une technologie d’abordage des navires ennemis nommé le corbeau, qui était en quelque sorte une passerelle avec une pointe à son extrémité. Lorsque celle-ci s’abattait sur le pont d’un navire adverse, elle emprisonnait les deux embarcations, permettant ainsi à l’infanterie romaine de livrer bataille en respectant ses propres tactiques d’infanterie, bien que les secousses de la mer rendirent les déploiements inconvénients.

Sur terre, et dans la lignée de ce que firent les Assyriens, les ingénieurs romains perfectionnèrent les techniques de siège de même que les systèmes défensifs, le tout dans cette logique voulant qu’une fois conquis, le terrain doive être gardé et développé, voire colonisé. Les Romains construisirent de nouveaux engins de siège afin de réduire les positions ennemies et ils érigèrent de puissantes fortifications pour s’assurer le contrôle territorial, sans oublier l’important système routier pour assurer les communications et déplacer le ravitaillement et les légions d’un point à l’autre de l’empire selon les situations. À titre d’exemple de fortifications, la plus célèbre datant de l’époque romaine demeure le Mur d’Hadrien situé en Angleterre. Encore là, l’idée étant d’allier le savoir-faire technique aux matériaux locaux à disposition afin d’ériger une structure défensive pour tenir à distance des tribus guerrières n’ayant pas encore été pacifiées et civilisées.

Aussi puissants et techniquement compétents purent-ils être, les Romains eurent de sérieux problèmes à s’adapter aux technologies militaires issues d’une guerre beaucoup plus mobile. Certes, les Romains avaient des routes pour déplacer les légions et celles-ci constituaient une infanterie lourde qui se transportait rapidement d’un point de vue stratégique, mais elle pouvait connaître des difficultés de mobilité au plan tactique, surtout face à un ennemi monté. Par définition, ce dernier est beaucoup plus mobile, si bien que les premières invasions dites « barbares » mirent à rude épreuve la toute-puissante machine militaire romaine. À cet égard, l’introduction de l’étrier offrit au cavalier une plate-forme de combat beaucoup plus stable, ce qui lui permit d’engager l’adversaire romain selon un endroit et un moment qu’il aurait choisi. Dans ce contexte, on peut penser que la mobilité de la cavalerie barbare et son contrôle de l’agenda stratégique hypothéquèrent en quelque sorte les avantages offerts par le système routier romain.

Vents de créativité à une époque « sombre » : les contributions médiévales

Représentation de guerriers francs au tournant des Ve et VIe siècles, dont celui du centre est armé d’une francisque.

C’est ainsi qu’à force de recevoir des coups, Rome vit son empire tomber à la fin du Ve siècle de notre ère. La chute de la partie occidentale de l’empire coïncide avec la montée en puissance de certains peuples dont les Francs. Ceux-ci avaient l’habitude de faire campagne accompagnés de la terrible francisque, qui était tout simplement une hache de jet projetée sur l’adversaire au moment d’engager le combat au corps-à-corps.

Cette marque d’innovation s’inscrivit dans un contexte de transition entre deux périodes de l’Histoire. La fin de l’Antiquité et le début du Moyen Âge en Occident virent un mélange de civilisations issues de fortes poussées migratoires des peuples de l’est vers l’ouest de l’Europe, si bien qu’au plan militaire, on assista à un mélange de technologies de l’armement assez intéressant. Pour revenir aux Francs, notons qu’initialement, ceux-ci firent campagne à pied, mais leurs armées évoluèrent pour devenir une force de cavalerie. Comme nous l’avons mentionné, l’apparition de l’étrier de l’Orient offrit aux cavaliers une plate-forme de combat relativement stable, au point où l’impression est fortement ancrée à l’effet que jusqu’à l’introduction de la poudre à canon, la cavalerie domina le champ de bataille de l’ère médiévale.

Le constat n’est pas faux, mais comme dans toutes choses, il est important d’apporter des nuances. Oui, la cavalerie occupa un rôle important sur le champ de bataille et non, la période médiévale ne fut pas dépourvue de lumières créatives en matière de technologies d’armements, bien au contraire. Certes, le Moyen Âge fut fréquemment présenté comme une période de l’Histoire où l’absence relative d’autorités centrales ne permit pas de rassembler les idées et le capital nécessaire à l’évolution de l’armement.

Par contre, notamment dans un contexte de grandes invasions et de poussées migratoires, la période médiévale vit la défensive devenir une priorité. Les châteaux et fortifications diverses furent pensés pour arrêter un adversaire, mais également pour y vivre. Les châteaux étaient naturellement érigés aux endroits jugés stratégiques, soit dans les hauteurs ou près de cours d’eau. Au bord des affluents, les châteaux pouvaient facilement être ravitaillés en eau, ce qui pouvait s’avérer vital pour les défenseurs lors de sièges. Quant aux murs, leur hauteur obligeait les assaillants à faire preuve d’imagination, tant pour les escalader que pour les percer. Si « erreur » il y eut de la part des attaquants au Moyen Âge, ce fut peut-être dans le manque de transferts des connaissances en matière de guerre de siège à travers les siècles. Encore là, il s’agit de cas par cas et il serait mal avisé de généraliser, quoique certains acquis antiques en matière de guerre de siège furent temporairement perdus au Moyen Âge.

D’autre part, l’art du tir à l’arc évolua au Moyen Âge et l’arbalète devint une arme qui changea significativement la donne sur les champs de bataille, car il était désormais possible pour un soldat à pied d’abattre un adversaire monté, un noble par surcroît. La courte flèche de l’arbalète pouvait percer la meilleure des cotes de mailles. Sur ce point, l’utilisation de l’arbalète à des fins guerrières figure parmi les premiers cas de l’Histoire où l’Église catholique tenta d’en régulariser l’utilisation, sans trop de succès. D’ailleurs, ce type d’intervention des autorités religieuses n’alla pas freiner les ardeurs innovatrices en matière d’armements.

D’autres armes très efficaces pour la chasse furent utilisées à des fins militaires comme l’arc long, une arme particulièrement présente sur les champs de bataille lors de la Guerre de Cent Ans. L’arc long avait une cadence de tir rapide de même qu’une longue portée. On remarque un premier cas avéré de son utilisation lors de la bataille de Falkirk en 1298, où il servit notamment à fournir un tir de soutien offensif à la cavalerie. Pendant la Guerre de Cens Ans, et plus particulièrement à Crécy (1346) et Azincourt (1415), les chevaliers français furent victimes d’un tir d’enfer de milliers de flèches pleuvant du ciel et projetées par des archers anglais bien entraînés et disciplinés.

L’autre élément qui commença à décourager tout cavalier d’avancer vers l’ennemi à fond de train fut l’introduction de la pique, qui était dans les faits une amélioration d’anciennes armes. La pique était une combinaison de la lance, du crochet et de la hache qui permettait au fantassin d’accrocher le cavalier ennemi, le faire tomber de son cheval, puis le disperser ou carrément transpercer son armure une fois l’assaillant au sol. Comme le démontrèrent les Suisses à cette époque, une formation de fantassins bien disciplinés pouvait stopper une charge de cavalerie des plus agressive.

C’est également au cours de la période médiévale que la poudre à canon pointa à l’horizon. Inventée par les Chinois avant le XIIIe siècle, la poudre à canon fut probablement utilisée pour la première fois à la guerre lors de la bataille de Crécy déjà évoquée. À la longue, son utilisation força les stratèges à revoir leurs tactiques, mais on commença à se questionner sur la pertinence d’ériger et d’entretenir des châteaux et fortifications. Les premières constructions mirent l’emphase sur les hautes structures, quoiqu’avec la poudre à canon, elles seraient désormais beaucoup plus basses, un peu plus discrètes dans le paysage et plus épaisses afin de mieux encaisser le choc des boulets pénétrants. Le cas classique d’une première fortification majeure tombée sous le feu de l’artillerie est celui de la chute de Constantinople en 1453. Ayant pu arrêter des invasions pendant des siècles, les murailles de Constantinople s’effondrèrent, cette fois sous les coups de l’artillerie turque.

Croquis représentant un type de canon tel qu’il aurait été utilisé à la bataille de Crécy en 1346.

Malgré tout, l’évolution de l’artillerie fut lente, en partie à cause d’une absence relative de gouvernements le moindrement organisés et capables de concentrer des moyens logistiques afin de développer l’art de la métallurgie. À cet effet, non seulement fallait-il améliorer les composantes métallurgiques, mais aussi penser à concevoir des systèmes de visées et voir à l’amélioration de la composition de la poudre à canon de l’époque qui, souvent, était loin d’être parfaite. En dépit de ses défauts, la poudre à canon, un peu à l’instar de l’arbalète et de l’arc long, permit au soldat à pied de posséder une arme à feu et d’abattre un ennemi monté. Là encore, une chevalerie montée par des élites deviendrait à nouveau vulnérable devant des fantassins équipés d’armes à feu et dont l’entraînement ne demandait plus autant de temps et de ressources financières et techniques.

De la Réforme aux Lumières (XVe – XVIIIe siècles)

Toujours en rapport à nos référents occidentaux, l’époque de l’« Europe moderne », que l’on fait grossièrement débuter avec la Réforme protestante, constitue une poussée majeure de la question qui nous intéresse. Époque de réformes religieuses importantes, on a vu que dans le passé, l’Église catholique avait à certaines reprises tenté d’étouffer le développement des armements. Ce dernier s’inscrivait dans un contexte où l’Homme voyait désormais les dimensions physiques et chimiques du monde qui l’entoure, et ce, sans nécessairement avoir à porter les œillères de la religion. Ainsi, d’autres inventions verraient le jour sous le génie d’individus, des gens qui pourraient soumettre leurs idées et projets à des militaires de moins en moins réfractaires aux innovations.

Représentation d’une galère hollandaise type de la période de l’Europe moderne.

Une première innovation majeure de l’époque qui nous vient à l’esprit se trouve en mer. Dans un contexte de montée en puissance d’empires coloniaux, les Européens mirent au point des navires de guerre pouvant voyager sur de vastes distances. Par exemple, des galères propulsées par des avirons pouvaient toujours mieux manœuvrer que celles simplement guidées par le vent. Qui plus est, les Européens dessinèrent de nouveaux modèles de galère pouvant servir de plates-formes de tir pour des canons. Ainsi, ces plates-formes navales permirent d’abord aux Portugais, aux Espagnols, aux Hollandais et plus tard aux Anglais et Français d’établir des empires coloniaux aux quatre coins du monde.

Ajoutons qu’avec le temps, les galères comprirent plusieurs ponts, donc plus d’une plate-forme pour y installer des canons. Les Anglais furent particulièrement innovateurs à cet égard. Ces vaisseaux de ligne devinrent d’importants symboles de puissance militaire et coloniale, de même qu’ils pouvaient servir comme éléments de dissuasion lorsque des tensions montaient entre puissances rivales.

Sur terre, la période est marquée par le développement et la distribution de masse (à ne pas confondre avec standardisation) du mousquet dans l’infanterie, plus particulièrement vers la première moitié du XVIIe siècle avec l’introduction de la baïonnette. Celle-ci fournissait au fantassin une arme à la fois offensive et défensive, une fois le mousquet déchargé. La baïonnette marqua les imaginaires à plusieurs égards et elle constitua définitivement une « arme psychologique » dont l’importance se mesure au moins jusqu’à la Première Guerre mondiale, où des armes modernes telles la mitrailleuse remirent sérieusement en question son utilité.

Initialement, la baïonnette n’était pas sans défaut. La première baïonnette de type « bouchon » s’insérait dans le canon du mousquet, rendant le tir évidemment impossible. Plus tard, l’adoption de la baïonnette à « douille » dégagea le canon du mousquet tout en facilitant l’insertion et le retrait de cette arme blanche. La combinaison du mousquet et de la baïonnette à douille fournit au soldat à la fois une arme de type « missile » et une arme de type « choc » pour les combats rapprochés. Par conséquent, la pique, autre arme célèbre de l’époque de la Réforme précédemment mentionnée, tomba en désuétude.

Toujours dans l’optique de l’évolution du mousquet, les Prussiens y allèrent d’une amélioration notable, à savoir l’introduction de la baguette de fer afin de pousser la balle et la poudre bien au fond du canon, améliorant ainsi l’efficacité du tir (les chances que le coup parte) et sa cadence. En plus, les risques que la baguette se casse furent nettement réduits, car les baguettes auparavant utilisées étaient faites de bois. Et un peu comme au Moyen Âge, les réalisations innovatrices en matière d’armements chevauchèrent les environnements du chasseur et du militaire. À titre d’exemple, jusqu’au tournant du XXe siècle, la majorité des améliorations relatives aux armes à feu s’appliquèrent au monde des chasseurs et non à celui des soldats. Selon les lieux et les époques, les chasseurs utilisèrent des fusils à rouet tandis que les militaires se servirent de fusils à platine à mèche. Les chasseurs s’équipèrent ensuite de carabines, tandis que les militaires possédaient toujours des mousquets, entre autres choses.

Fantassins prussiens au milieu du XVIIIe siècle. Armés de mousquets équipés de baïonnettes à douille, les combattants de cette époque disposèrent d’un outil qui à la fois alliait les principes de choc et de jet longtemps recherchés dans la conception d’armements des guerres du passé.

Du côté des fortifications, la période médiévale marque les imaginaires, mais celle qui suit voit notamment en France, sous l’habile direction de Vauban, une véritable révolution. Constatant que l’artillerie parvenait à pulvériser une ligne de fortifications murales, pourquoi alors ne pourrait-on pas en ajouter plus d’une? Ce fut la réflexion de Vauban, réflexion qu’il mit en pratique avec cette série de lignes de fortifications simplement nommées le système Vauban. Cette habile combinaison des approches et des parallèles renforça le système défensif et l’ajout de canons spécialement disposés aux endroits stratégiques permit une capacité de réplique. En conséquence, la guerre de siège n’était plus que l’affaire de pierres ou de béton, mais elle devenait également mathématique et géométrique.

Transportées dans le Nouveau Monde, les technologies de l’armement donnèrent maints avantages aux Européens. En fait, notons que, face à des populations autochtones souvent hostiles aux colons blancs, l’introduction par ces derniers de pathogènes fut dévastatrice pour des corps ne possédant pas de mécanismes naturels de résistance. Cela dit, un nombre relativement insignifiant de troupes européennes bien équipées et disciplinées purent mettre à genoux des empires tels ceux des Aztèques et des Incas. Dotés d’armes faites de pierres comme principal matériau, ceux-ci n’étaient pas de calibre face aux épées métalliques et surtout aux armes à feu de leurs conquérants espagnols à pied ou montés. Les autochtones n’avaient pas non plus la roue, quoiqu’en d’autres domaines, telles l’astrologie et les mathématiques, ils disposaient de connaissances de haut niveau.

Dans un autre ordre d’idées, la fin de la période dite « moderne » voit apparaître une certaine forme de standardisation de l’armement. Lors de la Révolution américaine, qui en soi n’était pas une guerre hautement technologique au sens du développement de nouvelles armes, on remarque que les fantassins britanniques sont pour la plupart équipés du mousquet Brown Bess. Longtemps en service dans l’armée britannique, cette arme était nettement inférieure au fusil américain Long Rifle. Davantage efficace pour la chasse au départ, ce dernier se trouva en quantités importantes dans les rangs des révolutionnaires et il révéla d’étonnantes capacités lorsque utilisé à des fins militaires. De plus, pour beaucoup de miliciens américains révolutionnaires, le Long Rifle était la seule arme à leur disposition au début des hostilités.

Une autre avancée technologique majeure de l’époque fut l’invention en 1784 de l’obus à balles communément appelé le shrapnel, du lieutenant Henry Shrapnel de la Royal Artillery britannique. Plutôt que de tirer une munition pleine ou une boîte à mitraille, l’artillerie pouvait désormais tirer un obus rempli de billes et spécialement conçu pour être projeté beaucoup plus loin que les anciennes munitions à mitraille en plus d’exploser dans les airs, à proximité d’une formation d’infanterie ennemie. Comme arme antipersonnelle, le shrapnel causa ainsi beaucoup plus de dégâts qu’un boulet traditionnel en fer.

Contrairement à la période médiévale où les balbutiements de l’artillerie visaient à détruire des fortifications, la période suivante des XVIe au XVIIIe siècles vit un développement rapide d’une artillerie aux fins antipersonnelles.

Par ailleurs, la Révolution française et les Guerres napoléoniennes qui débutèrent quelques années plus tard virent aussi leurs lots d’innovations. Toujours dans le domaine de l’artillerie, les Français améliorèrent leurs capacités de production de canons de même que leur qualité, quoique ici des travaux en ce sens avaient débuté quelques années auparavant, à la fin de l’Ancien Régime. En plus des canons, on remarque également que la fabrication de leurs affûts fut standardisée et les bouches à feu pouvaient être réparées avec des pièces interchangeables, le cas échéant. Ce qui s’avère intéressant ici, lorsque l’on étudie l’histoire de l’artillerie française, c’est de constater cette capacité d’adaptation aux besoins militaires du moment, et ce, surtout dans un contexte sociopolitique de transitions assurément difficiles entre l’Ancien Régime, les gouvernements révolutionnaires puis la France impériale. D’ailleurs, le « génie militaire » de Napoléon pourrait davantage résider dans son habileté à utiliser de manière optimale des armes déjà existantes, en plus d’en concevoir de nouvelles utilisations tactiques, plutôt que d’avoir fait mettre au point des nouveautés en matière d’armements. Cela étant, les adversaires de la France durent s’adapter au rythme et aux technologies des armées napoléoniennes.

(La suite dans la seconde partie.)

Intrigantes et négligées : les campagnes sicilienne et italienne (1943-1945) (Seconde partie)

Introduction

Toile de Charles Comfort intitulée « Le Combat » dépeignant des fantassins canadiens de la 1ère Division en Italie (1944). (Musée de la Guerre, Ottawa).

La première partie de ce long papier sur les campagnes sicilienne et italienne s’acheva chronologiquement avec la fin de la conquête de la Sicile, qui devint une réalité après 38 jours d’affrontement entre le 10 juillet et le 17 août 1943. Ayant capturé Messine et faisant face à la pointe de la « botte » italienne, les armées alliées épuisées et exsangues doivent à nouveau repartir en campagne.

De leur côté, les forces de l’Axe ne sont guère dans une meilleure position, bien que les troupes allemandes s’étant battues en Sicile affichèrent une agressivité et une ténacité qui n’allèrent pas fléchir à mesure qu’elles effectuèrent une retraite en bon ordre dans la péninsule. Aux quelques dizaines de milliers de soldats germano-italiens qui étaient parvenus à rejoindre le continent, par le détroit de Messine, allaient s’ajouter d’autres renforts allemands composés de troupes de qualité, et ce, sans oublier que le terrain montagneux de l’Italie favorisait naturellement la défense.

Rappelons également que les campagnes de Sicile et d’Italie (qui allait s’amorcer au tournant d’août et de septembre 1943) furent les résultantes d’un compromis des États-Unis qui acceptèrent la stratégique britannique envisagée à la fin de 1942 et confirmée au début de l’année suivante à Casablanca. Cette stratégie était celle d’une approche indirecte, où l’idée était de porter des coups dans le théâtre de la Méditerranée, plutôt que de favoriser une stratégie directe qui consistait à frapper en Europe de l’Ouest, notamment en France. D’ailleurs, à cet égard, les Américains haussèrent le ton à plusieurs reprises, car ils préférèrent concentrer leurs forces en Angleterre pour ainsi attaquer les Allemands par la route la plus courte, à travers la Manche.

Dans les faits, Washington était déjà compromise dans la stratégie indirecte en tenant compte des ressources qui avaient été affectées à l’invasion de l’Afrique du Nord française en novembre 1942. La campagne qui s’ensuivit s’était achevée au printemps suivant par la capitulation des forces de l’Axe en Tunisie. En soi, la nouvelle était excellente, mais les Alliés avaient dès lors perdu le contact avec l’ennemi. La logique d’alors voulut que l’on reprenne les opérations le plus tôt possible afin de garder l’initiative et la pression.

L’autre donne du problème est bien simple et concerne directement la logistique. Il était à peu près impossible pour les Alliés de ramener plus de 150,000 hommes et leur matériel en Angleterre à temps pour une invasion de la France en 1943. La seule option demeurait l’Italie.

 La Sicile : rappels troublants

Nous savons que le 10 juillet 1943, les Alliés anglo-américains rassemblèrent plusieurs divisions pour la Sicile (Opération Husky) afin de constituer le XVe Groupe d’armées, qui consistait en la VIIe Armée américaine du général Patton et de la VIIIe Armée britannique du général Montgomery. Pourquoi parlons-nous de « rappels troublants »?

Parce qu’en Sicile, et en dépit de la victoire, les Alliés ont bien mal paru. Naturellement, la bravoure des individus et celle des groupuscules de combattants dans l’adversité ressortira toujours du lot, mais la réalité est que les performances de combat, dans leur ensemble, furent médiocres dans le camp allié. Le simple fait que des dizaines de milliers de soldats germano-italiens et leurs équipements aient pu s’échapper de la Sicile ne constitua que le point culminant de toute une série de déficiences stratégiques et tactiques observées chez les Alliés pendant cette campagne de 38 jours.

À cela, il faut ajouter les rivalités malsaines entre les Alliés eux-mêmes, puis celles entre les diverses branches militaires (armée, aviation et marine). À titre d’exemple, au niveau du renseignement, les Alliés ne surent exploiter toutes les précieuses données sur les dispositifs et les intentions de l’ennemi, données recueillies lors d’opérations de décryptage comme Ultra. Sur le terrain, les Américains de Patton firent des progrès rapides, mais les Britanniques de Montgomery piétinèrent autour de Catania. Enfin, l’exceptionnelle résistance des forces allemandes et les puissantes contre-attaques qu’elles purent menées dans des secteurs bien choisis ne furent qu’éclipsées par les piètres performances de soldats italiens mal équipés et démotivés. Pour toutes ces raisons, les Alliés purent s’estimer chanceux d’avoir fermé le dossier sicilien en à peine 38 jours.

La traversée du détroit de Messine par les Alliés marque la transition entre la fin de la campagne de Sicile puis le début de la campagne d’Italie (août – septembre, 1943).

De Reggio à Rome : la première phase (septembre 1943 – juin 1944)

Tel que nous l’avons présenté, à première vue, le portrait peut paraître sombre pour les Alliés, mais à terme, la situation est encourageante. La fin de la campagne sicilienne marqua la déposition de Mussolini et le nouveau gouvernement italien avait aussitôt entamé des négociations en vue d’une capitulation. Au plan politique, il est évident que la capitulation de l’Italie fasciste porterait un dur coup à l’Axe. Du point de vue militaire, voire stratégique, il semblait que le nouveau gouvernement italien était disposé à permettre aux Alliés d’y faire débarquer leurs troupes un peu partout sur le territoire afin de nuire aux mouvements des forces allemandes. Dans quelques cas, certaines unités italiennes basculeraient dans l’autre camp.

Par contre, les négociations entre le nouveau gouvernement italien et les Alliés piétinèrent pendant un certain temps, si bien que ces derniers hésitèrent avant d’amorcer de quelconques déploiements de troupes pour obtenir un effet de surprise. Les Allemands, eux par contre, n’hésitèrent pas. Ils envoyèrent de toute urgence des renforts dans la péninsule et prirent carrément possession du pays. Ainsi, ils avaient envoyé un message bien clair : si les Alliés veulent l’Italie, ils devront se battre pour elle, maison par maison, mètre par mètre.

C’est ainsi que débuta officiellement la campagne d’Italie, par un débarquement d’éléments de la VIIIe Armée britannique à Reggio di Calabria, le 3 septembre 1943, à peine deux semaines après la prise de Messine de l’autre côté du détroit. Le 9, ce fut au tour des Américains de la nouvelle Ve Armée du général Mark Clark (qui comptait aussi un corps d’armée britannique) d’opérer un débarquement à Salerne, dans le but évident de couper toute retraite potentielle de l’ennemi entre cette ville et l’extrémité sud de la péninsule où était Montgomery (voir la carte).

Carte des opérations du théâtre italien lors de la première phase entre le débarquement à Reggio di Calabria et Salerne jusqu’à la libération de Rome. Les lignes orangées représentent les différentes lignes défensives aménagées par les troupes allemandes, dont les Lignes Gustave et Hitler en constituèrent les principales au sud de Rome (septembre 1943 – juin 1944). (Cliquez pour agrandir.)

En face, les Allemands étaient toujours sous les ordres du Generalfeldmarschall Kesserling, qui avait opté pour une stratégie défensive à plusieurs échelons ou « lignes » afin de ralentir l’ennemi et le contraindre à livrer bataille pour chaque mètre. Ce que craignaient plusieurs stratèges alliés arriva en Italie, à savoir que Kesserling les entraîna dans une longue campagne d’usure, puisqu’il fallut prendre d’assaut chacune des positions défensives aménagées (Gustav, Hitler et Gothique) et d’y consacrer les ressources conséquentes.

Mais il faut insister sur le fait que les Alliés ne se lancèrent pas tête baissée vers le front ennemi sans avoir au préalable tenté des avenues pour le prendre à revers. Le débarquement de Salerne en constitue un premier exemple. Quelques mois plus tard, en janvier 1944 à Anzio, au sud de Rome, les Alliés lancèrent l’Opération Shingle afin de contourner le Ligne Gustav. Dans ce cas, le temps jouait contre les dirigeants alliés du théâtre méditerranéen puisque de nombreuses péniches de débarquement devraient tôt ou tard être renvoyées en Angleterre en prévision de l’invasion de Normandie. Cela dit, les forces alliées débarquèrent à Anzio et purent établir une fragile tête de pont sur la plage et certaines hauteurs environnantes, mais au final, l’opération peut aisément être qualifiée de désastre, car les troupes prises dans la poche ne purent jamais s’en extraire, du moins jusqu’au moment où le front allié plus au sud les rejoignit au début de juin.

Quelque peu enorgueillis par la nouvelle de la chute de Mussolini, les soldats anglo-américains qui débarquèrent à Salerne au début de septembre 1943 furent rapidement confrontés à un adversaire dont on avait sous-estimé sa résistance et ses capacités d’adaptation selon l’évolution de la situation. Par ailleurs, la difficulté à faire la jonction avec les forces alliées venant du sud de l’Italie n’arrangea en rien une situation que l’ennemi exploita allègrement. Source: United States National Archives.

Et c’est dans ce contexte de guerre d’usure, pour laquelle il semble qu’une victoire à court terme paraît illusoire, que les belligérants s’affrontèrent à nouveau dans ce qui nous apparaît aujourd’hui comme l’une des pires batailles du front italien, à savoir celle de Monte Cassino. Du 12 janvier au 18 mai 1944, les Alliés s’embarquèrent dans une série de quatre offensives pour prendre la montagne et le monastère de Monte Cassino, une véritable forteresse naturelle qui à elle seule bloquait la vallée du Liri, l’une des rares voies terrestres praticables menant directement à Rome.

Construit au VIe siècle de notre ère, le monastère bénédictin dominait donc la vallée et était utilisé par les observateurs d’artillerie allemands afin de régler leurs tirs de batteries. C’est alors qu’un virulent débat fit rage au sein du haut commandement allié afin de déterminer s’il fallait ou non bombarder ce trésor national italien, débat qui d’ailleurs a pu se poser tout au long de la campagne militaire étant donné les joyaux patrimoniaux qui parsèment le pays. Non sans surprise, par contre, on alla de l’avant avec le bombardement. Détruit, le monastère en ruines était encore plus facile à défendre pour les Allemands.

La quatrième offensive alliée (Opération Diadem) fut relativement bien exécutée par rapport aux précédentes, qui constituèrent un véritable gaspillage de ressources militaires, où l’une après l’autre, différentes divisions alliées de plusieurs pays avaient tenté en vain de prendre la montagne. En fait, ce sont les forces de deux pays aux effectifs militaires modestes pour l’époque qui jouèrent un rôle déterminant lors de ce dernier assaut. Le IIe Corps d’armée polonais du général Władysław Anders parvint à capturer les ruines du monastère à proprement dit, tandis que le Corps expéditionnaire français du général Alphonse Juin perça la Ligne Hitler à cette hauteur (à noter cependant la contribution d’autres éléments pour fixer l’ennemi et faire diversion ailleurs, dont celle d’une division canadienne de l’armée britannique).

Dominant complètement le champ de bataille à l’entrée de la vallée du Liri (rare voie d’accès vers Rome), le Mont Cassin (Monte Cassino) et son monastère bénédictin datant du Ve siècle furent transformés en véritables forteresses par les Allemands. La bataille dura cinq mois, de janvier à mai 1944, et peut-être qualifiée de « bataille internationale », dans la mesure où nombreuses furent les nations dont les troupes y combattirent. La bataille de Monte Cassino est emblématique de la campagne italienne et les belligérants y payèrent un lourd tribut avec plus de 75,000 soldats tombés sur cette seule position.

Officiellement terminée le 18 mai, cette « bataille internationale » de Monte Cassino fut probablement la plus terrible de la campagne italienne, avec un bilan avoisinant les 55,000 pertes pour les Alliés et un peu plus de 20,000 pour les forces de l’Axe. Par conséquent, la chute de cette position stratégique ouvrit la voie de la vallée du Liri et fut accompagnée, une semaine plus tard, d’une autre bonne nouvelle pour les Alliés avec la percée et le dégagement de la poche d’Anzio un peu plus au nord-ouest.

La jonction entre les forces d’Anzio et celles de la Ve armée américaine venant de Monte Cassino put enfin se réaliser. Ici encore se prit une autre décision douteuse de la part des Alliés. Il aurait en effet été possible de prendre à revers et encercler les forces ennemies battant en retraite depuis Monte Cassino vers Rome. Comme d’habitude, des tractations au sein de la hiérarchie militaire alliée, tractations combinées à l’hésitation du général Alexander (le commandant du théâtre d’opérations) et l’obsession de son subordonné le général Clark de prendre Rome le premier (pour marquer un coup de publicité avant que l’attention du monde ne soit tournée vers la France en ce début de juin 1944), n’aidèrent en rien.

Étant parfaitement conscients du danger d’un encerclement, les Allemands réagirent promptement et se replièrent au nord de Rome sur la Ligne Gothique. Cette dernière position défensive fort bien aménagée s’étendait d’Ancona (au sud de Bologne) en passant par Pise et Florence.

Autre déception qui rappelle Salerne, le débarquement anglo-américain d’Anzio en janvier 1944, dont le but était de couper aux Allemands la route reliant Rome à Monte Cassino. Loin d’être mauvaise en soi, l’idée fut victime d’une confusion d’ensemble attribuable à la fois à des manques de communications, à des contraintes logistiques et à une farouche résistance ennemie, dont on sous-estima à nouveau la volonté de se battre sur le sol italien et d’y consacrer les ressources nécessaires. Les Alliés furent prisonniers de cette poche pendant plusieurs mois, jusqu’au moment où les Allemands « décrochèrent », le tout dans le contexte de l’évacuation de Monte Cassino et du redéploiement des forces de l’Axe au nord de Rome.

La libération de Rome et le spectre du « front secondaire » (juin 1944 – mars 1945)

Cette seconde phase de la campagne italienne de la Seconde Guerre mondiale constitue en quelque sorte de talon d’Achille d’une tentative de soi-disant reconnaissance a posteriori de l’importance de ce front. Le raisonnement peut paraître quelque peu simpliste, mais il est clair qu’en dépit de son importance évidente, le débarquement de Normandie de juin 1944 eut des impacts directs sur la visibilité médiatique du front italien en plus de lui enlever des ressources militaires.

En d’autres termes, il est désormais admis qu’après le Jour J en Normandie, le front italien devint secondaire. On lui enleva au moins six divisions d’infanterie qui furent affectées à un autre débarquement, cette fois dans le sud de la France au mois d’août. Là encore, les avis sont partagés, mais d’un strict point de vue stratégique, le débarquement en Provence constituait une opération bien secondaire à notre avis.

Toujours est-il qu’en septembre, la VIIIe Armée britannique sous les ordres du général Oliver Leese (Montgomery ayant pris au début de 1944 la tête du XXIe Groupe d’armées sur le front Ouest), se lança à l’assaut de la Ligne Gothique (Opération Olive), le long de la mer Adriatique. À l’instar de Cassino, l’opération dégénéra rapidement en une guerre d’usure qui entraînèrent de lourdes de pertes pour les Alliés avec cette fois la difficulté à combler les vides, compte tenu, comme nous l’avons mentionné, que le théâtre italien devint secondaire. Bref, les Alliés anglo-américains réduits en nombre (notamment avec le transfert du corps canadien sur le front Ouest) durent passer un autre dur hiver de guerre sur le front italien, face à des positions toujours aussi bien défendues et sur un terrain favorable à l’adversaire.

Carte des opérations de la seconde phase de la campagne italienne, de juin 1944 (libération de Rome) jusqu’au début de mai 1945. Le principal défi pour les Alliés à cette époque fut de percer une autre ligne défensive, la Ligne Gothique (en rouge). À ce stade, l’attention du monde se tourna vers l’Europe du nord-ouest, si bien que le front italien devint secondaire aux yeux de nombreux stratèges, voire même des historiens et du grand public par la suite. (Cliquez pour agrandir.)

En mars de 1945, dans le contexte de la chute imminente du IIIe Reich, le général Heinrich von Vietinghoff reprit le commandement des forces allemandes sur le théâtre italien (poste qu’il avait momentanément occupé à la fin de 1944 au moment où Kesserling se remettait d’une sérieuse blessure). Son retour au front coïncida avec le déclenchement de l’offensive finale des Alliés. Le 9 avril, la VIIIe Armée britannique (général Richard McCreery) refoula davantage l’ennemi vers la frontière autrichienne et elle fut appuyée la semaine suivante par une autre offensive de la Ve Armée américaine (général Lucian Truscott).

C’est alors que les unités de Vietinghoff s’écroulèrent les unes après les autres, en particulier à partir du 25 avril, au moment où les VIIIe et Ve Armées firent leur jonction dans la région d’Emilia. Le 2 mai, les forces allemandes d’Italie capitulèrent, non sans avoir mené une résistance ayant duré près de deux ans (vingt mois).

Conclusion : le théâtre italien autrement

Notre but en écrivant ce long papier sur les campagnes sicilienne et italienne était double : rappeler les faits en espérant faire prendre conscience aux lecteurs que nous avons à faire avec un théâtre d’opérations pour le moins « intrigant », par la violence et les conditions extrêmes d’affrontement, en plus d’être « négligé » par les historiens, la culture populaire et le grand public au final.

Naturellement, les opinions diffèrent quant à l’utilité réelle de ces campagnes pour les Alliés. Les « partisans » de ces campagnes (dont nous sommes) diront qu’elles permirent de fixer un nombre important de divisions ennemies de bonne qualité, des ressources qui auraient pu évidemment être déployées sur d’autres théâtres d’opérations qui apparaissent plus importants pour certains. D’ailleurs, les pertes subies au cours de ces vingt mois en témoignent. Comme toujours, en histoire militaire, il est difficile d’évaluer exactement les pertes, mais on pense que les Alliés perdirent un peu plus de 300,000 hommes (tués, blessés et disparus), tandis que les chiffres pour les forces de l’Axe sont de l’ordre de 450,000.

D’autre part, ces campagnes soulèvent la question de ladite « performance » des unités sur le terrain. Il est souvent question de l’ardeur au combat des troupes allemandes versus celle de leurs alliés italiens qui laissait à désirer. Difficile à contester, nous pensons, ce constat en cache probablement un autre, à savoir celui de la performance des Alliés. En effet (et nous l’avons particulièrement relevé pour la campagne sicilienne), la performance d’une bonne partie des forces alliées fut loin d’être impressionnante par moment, notamment à cause du climat malsain dans le haut commandement sous le duo Patton-Montgomery.

Face à un ennemi déterminé (du moins chez les Allemands), bien dirigé et équipé, le taux de pertes des Alliés monta en flèche à certaines occasions et davantage de ressources durent être consacrées à ce théâtre pour combler les vides. Et comme nous l’avions indiqué dans le contexte de l’avant et de l’après-débarquement de Normandie, l’allocation des ressources militaires alliées pour le front italien se fit au compte-goutte à partir de 1944.

Tout cela nous ramène à une question bien simple. Les Alliés anglo-américains auraient-ils dû choisir d’aller combattre en Sicile et en Italie au lendemain de la fin des opérations en Afrique du Nord? Dans les faits, le théâtre méditerranéen était tout ce qu’il y avait de disponible au tournant de 1942-1943. Les campagnes subséquentes de Sicile et d’Italie auront au moins permis de tester la coopération interalliée, de parfaire certaines doctrines avant la Normandie et ainsi de suite.

Qui plus est, si erreur il y eut, c’est peut-être d’avoir insisté pour la poursuite de la campagne italienne au lendemain de la bataille de Monte Cassino et du demi-échec du débarquement d’Anzio dans les premiers mois de 1944. Il est probable qu’une meilleure lecture de la situation chez le haut commandement allié aurait permis de conclure qu’un minimum de forces devrait être maintenu en Italie une fois Rome libérée, histoire de fixer l’adversaire, mais sans poursuivre davantage les opérations vers le nord. À la limite, peut-être aurait-il fallu s’arrêter sur la Ligne Gothique. Le débat reste ouvert.

En somme, les campagnes sicilienne et italienne font partie de ces guerres « oubliées » de la Seconde Guerre mondiale, un peu comme ce fut le cas avec la campagne de Birmanie (voir notre autre article sur le sujet). Mais pour les hommes sur le terrain, l’extrémité des conditions environnantes, la sauvagerie des combats en montagne, celle dans les ruelles et les vignobles se combinèrent avec d’autres visions d’horreur associées à la misère humaine habituelle des champs de bataille en plus d’assister en maints endroits à la destruction d’un patrimoine mondial de valeur inestimable.

Telle fut la Sicile, telle fut l’Italie.

Fantassins canadiens progressant vers la Ligne Gothique (août, 1944). Source: Legion Magazine.

Intrigantes et négligées : les campagnes sicilienne et italienne (1943-1945) (Première partie)

Introduction

Le sergent H. E. Cooper du 48th Highlanders of Canada, 1ère Division d’infanterie canadienne. Sicile, août 1943.

Depuis le temps où j’étudie différentes campagnes militaires à travers les âges, il en ressort que certaines, pour toutes sortes de raisons, m’apparaissent pour le moins « intrigantes » et « négligées ». C’est le cas ici des événements s’étant déroulés dans le théâtre d’opérations méditerranéen au cours de la Seconde Guerre mondiale, en particulier lors du débarquement des forces alliées en Sicile et de la campagne italienne qui suivit.

Par exemple, on sait que le « Jour J » réfère presque systématiquement au débarquement de Normandie du 6 juin 1944 et de la campagne militaire longue et ardue qui s’acheva officiellement avec la libération de Paris deux mois plus tard. Cette opération amphibie de masse figure parmi les plus importantes de l’Histoire, au même titre que l’Invincible Armada espagnole à la fin du XVIe siècle. Dans les deux cas, cet imaginaire collectif, conséquent de la portée emblématique de ces événements s’est facilement transporté dans les canaux cinématographiques et documentaires, de même que par une historiographie abondante. Les historiens académiciens ont largement étudié ces sujets et il est somme toute aisé de trouver des ouvrages de référence qui comblent les attentes du grand public comme des spécialistes.

Encore là, sans vouloir tomber dans des comparaisons aussi faciles que douteuses, mon impression est que par rapport à l’ensemble des moyens militaires déployés à l’époque, les campagnes de Sicile et d’Italie furent loin d’avoir obtenu le degré d’attention qu’elles auraient dû avoir. Rappelons les faits, dans cette première partie qui traite de la conquête de la Sicile.

Le dossier nord-africain et ses suites incertaines (printemps 1943)

Pour comprendre la place qu’occupent les campagnes sicilienne et italienne au cours de la Seconde Guerre mondiale, il faut remonter quelque peu dans le temps pour se ramener au début de l’année 1943. En ce qui a trait aux hostilités dans l’hémisphère occidental, le début de 1943 constitue un tournant majeur marqué par d’importantes victoires pour les Alliés, qui peuvent enfin souffler un peu et, surtout, reprendre l’initiative des opérations.

La terrible défaite subie par les forces de l’Axe dans Stalingrad en février marque une première étape, mais la déroute des forces germano-italiennes en Afrique du Nord, accentuée par la capitulation d’un quart de millions d’hommes en Tunisie en mai, était plus inquiétante à court terme. En effet, la conclusion favorable du dossier nord-africain pour les Alliés leur ouvrait de nouvelles possibilités pour frapper quelque part dans le sud de l’Europe. D’emblée, il y avait au moins trois scénarios qui étaient à l’étude sur lesquels les stratèges politiques et militaires alliés devaient s’entendre afin de coordonner les efforts.

J’insiste sur le mot « entente », car il était évident, pour les stratèges de l’époque, qu’une certaine discorde régnait quant à la suite des opérations à mener après l’Afrique. De novembre 1942 jusqu’à février-mars 1943 au moins, les Alliés n’avaient pas réellement connu de sérieuses frictions au plan stratégique, dans la mesure où, à l’ouest, les Américains menaient leurs opérations depuis le Maroc et l’Algérie vers la Tunisie, tandis que les forces de l’Empire britannique et leurs alliés poussaient aussi vers la Tunisie depuis l’Égypte. Mais c’est au moment où la jonction se fait en Tunisie, au printemps de 1943, que des éléments de discorde commencent à poindre, non seulement sur la manière de mener à terme la capitulation des forces germano-italiennes en Afrique du Nord, mais plus globalement sur la suite à donner aux opérations sur le continent européen.

La fin de la campagne tunisienne en mai 1943 marqua également l’expulsion définitive des forces de l’Axe d’Afrique du Nord. Ayant fait 250,000 prisonniers germano-italiens, les Alliés en étaient déjà à préparer leur prochaine campagne. Destination: la Sicile.

Opération Husky : scepticismes face au scénario sicilien

Ce que l’on appelle l’Opération Husky consiste en une vaste opération militaire qui figurait à l’agenda des stratèges alliés depuis au moins la conférence de Casablanca de janvier 1943. Rappelons que les succès du débarquement américain en Afrique du Nord française (Opération Torch) au mois de novembre précédent avaient encouragé le président américain Roosevelt et le premier ministre britannique Churchill à envisager un assaut amphibie aussitôt que les forces de l’Axe auraient été expulsées du continent africain, soit au début de mai 1943.

Cependant, dans l’esprit du haut commandement allié, il ne fallait pas se leurrer. On était convaincu que la Sicile représentait un défi beaucoup plus complexe, ne serait-ce qu’en tenant compte du fait que cette fois, les soldats italiens allaient se battre sur le sol et sans oublier la présence sur l’île d’unités allemandes réputées de bonne qualité. En même temps, les Alliés venaient d’expulser les forces de l’Axe d’Afrique du Nord et ce fait d’armes avait assurément contribué à la hausse du moral de leurs troupes.

D’ailleurs, de leur côté, les Alliés avaient à leur disposition de soldats expérimentés. Rappelons que la VIIIe Armée britannique de Bernard Montgomery était composée de soldats dont plusieurs faisaient campagne depuis bientôt trois ans depuis l’Égypte et avaient traversé tout le désert libyen pour remonter jusqu’en Tunisie. Pour leur part, les Américains arrivaient avec leur matériel et les troupes de la VIIe Armée de George Patton avaient bénéficié d’une expérience de combat en Tunisie, bien que celle-ci fut acquise au prix de coûteux revers comme à la bataille de la passe de Kasserine. En clair, ces expériences et ce matériel cumulés étaient considérés comme suffisant par le haut commandement allié pour vaincre les garnisons de l’Axe en Sicile et porter en fin de compte la guerre sur le sol italien.

La préparation de l’invasion de la Sicile prit au mois six mois et elle reposa sur du matériel amphibie constitué essentiellement de navires de transport et de péniches de débarquement, des éléments qui allèrent caractériser la stratégie des Alliés pour les mois à venir. À elle seule, l’Opération Husky nécessita la mobilisation d’environ 160,000 hommes et quelque 3,000 navires, chiffres légèrement supérieurs à ce qui fut requis, par exemple, pour l’Opération Overlord en Normandie en juin de l’année suivante.

What’s next? Voilà l’une des questions à l’ordre du jour de la Conférence de Casablanca au début de 1943. Suite à l’expulsion des forces de l’Axe d’Afrique du Nord, les Britanniques favorisèrent la poursuite des opérations quelque part dans le sud de l’Europe (Balkans, Italie…), tandis que les Américains voulurent porter des coups directement en Europe de l’Ouest, soit en France. Comme toujours, Staline insistait pour l’ouverture d’un nouveau front afin de soulager ses troupes et les Alliés disposaient de plusieurs divisions de qualité et expérimentées en Afrique du Nord. Bref, des contraintes de temps, des contraintes géostratégiques, logistiques et l’idée d’en découdre à nouveau avec l’ennemi à brève échéance, tous ces facteurs ont plus ou moins pesé dans la décision de porter la guerre sur le sol italien.

La Sicile : les forces en présence

Pour Husky, il était prévu que deux armées alliées débarquent en Sicile le 10 juillet 1943. Les Américains et les Britanniques feraient débarquer leurs troupes sur deux étendues de plage distinctes d’une longueur approximative de 65 kilomètres chacune, dans ce qui apparaissait comme une opération où chacun pourrait mutuellement se couvrir. Le commandant en chef des forces alliées était le général américain Dwight Eisenhower et celui du théâtre d’opérations était le général britannique Harold Alexander qui dirigerait le XVe Groupe d’armées spécialement formé pour la campagne sicilienne.

Au plan des effectifs, la VIIIe Armée britannique disposait d’une division aéroportée et de six divisions d’infanterie, en plus d’une brigade d’infanterie supplémentaire et de deux brigades blindées. À cela, pour des opérations spéciales, devaient s’ajouter trois groupes de commandos des Royal Marines. Toutes ces forces devaient débarquer au sud-est de la Sicile avec pour objectifs de libérer la partie est de l’île puis de capturer des points stratégiques tels Syracuse et Messine. Du côté américain, la VIIe Armée disposait d’une division aéroportée, d’une division blindée, de quatre divisions d’infanterie et d’un groupe de commandos. L’armée de Patton devait prendre d’assaut le sud de l’île à l’ouest des Britanniques et éventuellement libérer la partie ouest avec comme objectif Palerme. Dans les airs, près de 4,000 appareils alliés allaient s’assurer de la couverture, bien que le renseignement prévoyait une force d’opposition constituée d’environ 1,500 appareils ennemis dans ce théâtre.

En face, les stratèges germano-italiens devaient gérer les conditions suivantes. D’abord, ils n’avaient pas la maîtrise du ciel, ni de la mer. Ensuite, le refus obstiné d’Hitler d’évacuer ses troupes d’Afrique du Nord entraîna la perte de plusieurs divisions allemandes de bonne qualité. Il ne restait à la disposition des stratèges en Sicile qu’une dizaine de divisions italiennes de qualité et de loyauté douteuses ainsi que deux divisions allemandes qui elles, cependant, étaient fiables. Plus encore, les Alliés usèrent de manœuvres trompeuses faisant croire pendant un temps qu’un débarquement s’opérerait en Sardaigne.

Placez deux hommes qui se détestent dans la même pièce et forcez-les à travailler ensemble devant une carte de la Sicile et vous avez la combinaison Montgomery-Patton de l’été 1943. Un difficile tandem où les rivalités n’eurent d’égal que les exploits réalisés par leurs hommes sur le terrain.

Le débarquement et la campagne

10 juillet 1943. Des vents forts, cassants, et une mauvaise température furent littéralement désastreux pour la première opération aéroportée d’envergure menée par les Alliés. Chez les Britanniques, les 144 planeurs transportant leur 1st Airborne Brigade connurent toutes sortes de mésaventures. Seulement 54 purent se poser en Sicile tandis que les autres s’écrasent en Méditerranée, noyant la plupart des occupants. Du côté américain, les troupes aéroportées ne connurent guère plus de succès. Peu nombreux furent leurs parachutistes à avoir atterri dans la zone de largage, sans compter la quantité incroyable d’appareils abattus en plein vol par le tir ami.

En mer, les vents n’aidèrent pas non plus la flotte d’invasion, quoique dans l’ensemble, cette température hostile eut le seul avantage de relâcher quelque peu le niveau d’alerte des forces ennemies. Celles-ci furent brutalement réveillées par la canonnade de six cuirassés pendant que les rares unités aéroportées ayant pu se poser sur l’île entreprirent leurs manœuvres de harcèlement et de sabotage du dispositif défensif adverse en plus de nuire aux communications et à l’arrivée des renforts.

Pour les troupes au sol ayant à prendre les plages d’assaut, il nous apparaît que les Américains eurent beaucoup plus de difficultés, à tout le moins durant les premières heures de l’invasion. En effet, la VIIe Armée américaine rencontra une résistance plus soutenue, mais cela n’empêcha pas qu’à la fin de la journée du 10 juillet, les Américains tinrent un front large d’environ 65 kilomètres entre Licata et Scoglitti tandis que les Britanniques occupèrent une zone côtière partant de Pozallo jusqu’à Syracuse (voir la carte). Ce dernier succès, soit la prise intacte du port de Syracuse, apporta un peu de baume du côté britannique après le désastre dont furent victimes les troupes aéroportées.

Carte des opérations en Sicile à l’été de 1943 (cliquez pour agrandir). Nous avons encerclé en vert les points névralgiques qui donnèrent des difficultés aux forces alliées. La ligne de front en rouge représente le dispositif défensif germano-italien élaboré par le général allemand Hube au tournant de juillet-août 1943 qui, comme on le voit, repose autour du mont Etna et ferme la porte de Messine.

Malgré ces succès relatifs, il était clair que l’ennemi ne resterait pas là les bras croisés. En fait, les quelques forces allemandes en Sicile se remirent rapidement du choc initial et contre-attaquèrent à Gela et Licata. Elles furent difficilement repoussées par les Américains et elles parvinrent presque à les jeter à la mer dans ce secteur. Dans la zone britannique, Montgomery fut arrêté net devant Catania au pied du mont Etna et quelques unités canadiennes, après de durs combats, atteignirent Enna au centre du front le 20 juillet. Bref, les dix premières journées de la campagne sicilienne furent loin de se dérouler conformément aux prévisions et l’on craint même à un certain moment que l’ensemble du débarquement ne soit compromis étant donné les percées ennemies aux alentours de Gela. Une fois les troupes d’invasion remises de ce choc, par contre, la victoire était manifestement à portée de main pour les Alliés.

On sent d’ailleurs un tournant aux alentours du 22 juillet lorsque les troupes de Patton finirent par percer la partie ouest du front ennemi pour atteindre Palerme, dans ce qui apparaît comme une manœuvre éclair visant à déborder l’adversaire dans cette partie de l’île moins bien défendue. Aussitôt, la VIIe Armée fit demi-tour vers l’est, entraînant une vicieuse rivalité avec la VIIIe Armée britannique coincée à Catania afin de voir qui allait capturer Messine, l’objectif final de la conquête de la Sicile.

Peinture de David Pentland (Cranston Fine Arts) illustrant la contre-attaque allemande effectuée par l’un des bataillons de la Division Hermann-Goering contre la fragile tête-de-pont de la VIIe Armée américaine à Gela au tout début de l’invasion alliée. N’eut été de l’appui des canons de la marine, les Alliés auraient pu être rejetés à la mer dès le début des opérations en Sicile.

Chose certaine, dans l’immédiat, les Italiens se rendaient en masse. Un peu partout, la résistance fut la plupart du temps symbolique. Les Italiens avaient l’habitude de tirer quelques coups de feu puis de déposer rapidement les armes. Il en va de même pour les civils qui offrirent régulièrement des accueils chaleureux et dénoncèrent les éléments locaux de l’appareil politique fasciste.

Néanmoins, le commandement allié ne devait pas se laisser stratégiquement berner par l’effondrement des forces italiennes en Sicile. Bien au contraire, de leur côté, les Allemands étaient là et comptaient se battre. Le terrain fortement montagneux favorisait la défense et les Allemands étaient dirigés par l’excellent général Hans-Valentin Hube. Celui-ci plaça ses forces de manière à ce qu’elles défendent une série de lignes de front successives afin de maintenir ouvertes les voies de communication pour une retraite ordonnée le moment venu, puis de contre-attaquer avec des éléments blindés si le terrain était favorable.

Mais sachant qu’à terme il aurait à évacuer ses forces de Sicile, Hube élabora sa défense à partir de points névralgiques pour lesquels il demanda à ses forces une résistance soutenue. Parmi ces points, notons évidemment l’immense Mont Etna, qui ne peut être pris d’assaut de front et doit par conséquent être contourné. Ensuite, certaines localités comme Adrano et Troina devaient servir de remparts au sud-ouest et à l’ouest du mont Etna, sans oublier la municipalité de Catania au sud, qui complétait cette ceinture défensive et sur laquelle Montgomery et les Britanniques butaient depuis le début de l’invasion.

Le terrain, tel qu’il se présenta aux forces américaines devant Troina au début d’août 1943, avec le mont Etna en arrière-plan. Cette municipalité constituait un élément névralgique du dispositif défensif du général allemand Hube afin de barrer la route aux Alliés vers Messine. C’est au prix de lourdes pertes que les Américains parvinrent enfin à prendre cette localité qui finit par être évacuée en bon ordre par l’ennemi.

Par contre, une fois qu’Adrano tomba, la progression vers Messine fut facilitée et Montgomery avança vers l’objectif en contournant les deux flancs de la montagne volcanique. Après réflexion, il devint évident du côté allemand que la Sicile devra être abandonnée et l’idée d’évacuer les troupes vers l’Italie était à l’ordre du jour pour ne pas répéter le scénario catastrophique vécu en Tunisie il y a quelques mois.

C’est là qu’entre en scène le Generalfeldmarschall Albert Kesserling, le commandant en chef de tout le théâtre italien. Déterminé, comme nous le mentionnions, à ne pas voir se répéter le scénario tunisien, Kesserling en était à préparer un plan d’évacuation de ses meilleures forces de Sicile, et ce, en défiance directe des ordres d’Hitler. Pour ce faire, il concentra (sinon emprisonna) ses troupes dans le coin nord-est de la Sicile, puis il plaça plusieurs batteries de canons antiaériens des deux côtés du détroit de Messine, un détroit qui ne fait que quatre kilomètres de largeur à ses extrémités.

Alors que Kesserling s’occupait de cette tâche, les Alliés, comme obnubilés par l’immédiate situation au front, ne portèrent guère attention à la manœuvre. Ils poursuivirent une campagne qui s’apparenta carrément à une guerre d’usure. Montgomery avança péniblement, mais méthodiquement sur les deux flancs du mont Etna, tandis que les troupes de Patton connurent l’enfer devant Troina au début du mois d’août. La chute de cette localité permit enfin de débloquer l’impasse et Patton fonça en direction de Messine, qu’il atteignit en grande pompe quelques heures avant un Montgomery fort indigné.

Pendant que la coopération anglo-américaine fut minée par ce type de rivalités malsaines, Kesserling parvint à évacuer 40,000 soldats allemands et 60,000 soldats italiens vers le continent, en plus d’un matériel précieux tel des blindés. Tout cela, sans jamais avoir été trop inquiété par l’aviation alliée. Le succès de cette délicate opération eut des conséquences néfastes pour les Alliés, car en plus d’entraîner la mort future de milliers d’autres soldats, elle montra au grand jour des failles dans la coopération air-mer en matière de suprématie stratégique et tactique.

Au cours de la deuxième semaine d’août 1943, des dizaines de milliers de soldats germano-italiens purent évacuer la Sicile en toute tranquillité par le détroit de Messine et rejoindre ainsi le continent. Bien orchestré par le haut commandement allemand, cet exploit logistique s’explique par d’habiles combats d’arrière-garde qui surent ralentir des forces alliées déjà épuisées, en plus de profiter des lacunes dans la coopération air-mer pour lesquelles Anglais et Américains se jetèrent mutuellement le blâme. Au final, les forces de l’Axe purent se réorganiser et entreprendre la campagne d’Italie qui allait débuter en septembre.

Parlant de coopération, il est certain que la poussée de Patton vers Messine fut très discutable, et ce, autant d’un point de vue stratégique que politique. Certains diront que le général américain aurait dû attendre son homologue britannique afin d’avancer ensemble vers Messine pour mieux se protéger mutuellement au cours de la manœuvre. Cela aurait-il empêché Kesserling d’évacuer ses troupes? Rien n’est moins certain, car un nombre relativement faible de troupes allemandes parvint à mener un efficace combat défensif puis d’arrière-garde, offrant ainsi un rempart d’autant plus utile devant un contingent américain dont l’expérience restait à parfaire.

Sur ce point, l’accélération de l’avance de Patton vers Messine, objectif stratégique comme symbolique, reflète cette idée, voire cette impression, que nombre de militaires américains étaient fatigués du paternalisme britannique à leur égard. Les officiers britanniques avaient certes davantage d’expérience du combat, mais en même temps, les Américains désiraient voler de leurs propres ailes. Patton l’avait compris, comme il devait aussi rétablir le moral de son armée après le cuisant revers de la passe de Kasserine en février 1943, où les Américains avaient bien mal paru malgré les héroïsmes habituels livrés par quelques unités sur le terrain.

Conclusion

Le 17 août marqua donc la fin officielle de la campagne de Sicile qui dura 38 jours. La VIIe Armée américaine encaissa des pertes de 7,000 hommes et la VIIIe Armée britannique environ 9,000. Ces pertes sont strictement celles liées directement aux combats. Il faut ajouter celles attribuables à la maladie et à l’environnement immédiat, dont la chaleur fut par moment un ennemi encore plus cruel.

Pour leur part, les forces de l’Axe enregistrèrent pour la même période des pertes de 160,000 hommes, dont 30,000 Allemands, mais ces chiffres élevés représentent essentiellement des soldats italiens faits prisonniers.

Enfin, notons qu’en plus de sécuriser de nouvelles bases de lancement pour des offensives aériennes et terrestres, la conquête de la Sicile permit de protéger davantage les lignes de ravitaillement de la Méditerranée, de même que le canal de Suez. Politiquement, le désastre subi par l’armée italienne amena le roi Victor-Emmanuel III à ordonner l’arrestation de Mussolini, tandis que le maréchal Badoglio devait négocier un armistice avec les Alliés.

Mais les Allemands ne l’entendirent pas ainsi et ils attendirent les Alliés de pied ferme, cette fois dans la botte.

Photo de Robert Capa. Troina (Sicile), 1943.

La guerre terrestre : perspectives historiques

Introduction

La coopération interarmes, un principe fondamental de la guerre terrestre.

Bien avant la considération de la pratique de la guerre en mer et dans les airs, il semble évident à première vue que les hommes firent la guerre au sol. Par contre, cette évidence, qui constitue la base des conflits depuis la nuit de temps, évolua au rythme de la progression des civilisations. À l’exception de quelques entités politiques isolées sur des îles et dans certaines péninsules, dont le recours à la voile serait plus naturel (ne serait-ce que pour une prise de contact avec l’ennemi), la conduite de la guerre terrestre domina les organisations militaires et les sociétés jusqu’au début du XXe siècle. Même à l’époque antique, certaines thalassocraties, qui disposèrent d’une puissance navale et commerciale non négligeable, durent développer des systèmes leur permettant d’exercer la guerre au sol, ne serait-ce que pour la défense de leur propre territoire et pour protéger leurs communications internes.

De la préhistoire

De la consistance d’une guerre terrestre un peu plus primitive dépendait les habiletés et compétences guerrières des individus regroupés autour d’organisations tribales. Dès la préhistoire, avant même le développement de l’écriture quelques milliers d’années avant notre ère, certaines armes de jet, de poing et de protection existaient et les recherches archéologiques attestent sans équivoque d’une utilisation groupée de celles-ci par les individus, utilisations que l’on pourrait à la limite associer à certaines formes primitives de tactiques. Ces armes étaient essentiellement des massues et des lances sommairement affutées et les guerriers disposaient d’une relative protection du corps avec des peaux et des fibres animales qu’ils portaient sur eux ou comme boucliers.

Par ailleurs, la protection plus large du groupe de guerriers par des ouvrages défensifs était déjà envisagée par eux. Ils savaient ériger des murs avec de la boue afin de repousser ou ralentir l’assaillant. Plus tard, les avancées en métallurgie permirent des améliorations au niveau de l’affûtage et de la dureté des armes blanches et des armes de jet (javelots, piques, haches…) et les peaux d’animaux ventrales faisaient progressivement place à d’autres formes d’armures plus évoluées, de meilleurs boucliers et des protections pour la tête et le visage.

Utiliser les ressources d'un environnement immédiat aux fins défensives, voilà un autre élément de la guerre terrestre compris par les hommes, et ce, dès les âges les plus anciens.

Vers le modèle grec

De ces premiers constats découle également un autre aspect de la guerre sous toutes ses formes qu’il est important de mentionner, à savoir qu’avec chaque nouvelle amélioration technologique, des tactiques émergent afin d’optimiser le rendement des armes sur les champs de bataille. À cet égard, la phalange fait partie de ces premières formes de manœuvres d’hommes tactiquement regroupés en largeur et en profondeur afin de délivrer le fameux « choc » lors d’une offensive, un choc qui est d’autant plus accru lorsque ce dernier s’accompagne d’une charge de cavalerie, de chariots, voire d’éléphants. À l’opposé, l’érection de systèmes défensifs sur des bases temporaires ou permanentes comprend toute une panoplie d’ouvrages tels des monticules de terre (ou de boue), de fossés (tranchées), le tout agrémenté de murs de bois ou de pierres dont la conception s’avérait possible avec l’amélioration des outils pour travailler ces matériaux. À l’efficacité défensive de ces ouvrages s’opposait donc une forme d’offensive fondée sur la surprise, le choc et la supériorité du nombre, lorsque possible.

Dans cet ordre d’idées, il apparaît évident pour plusieurs que la Grèce classique servit de modèle en Occident dans l’analyse des premières formes tactiquement organisées de la guerre terrestre. La force de l’infanterie, le choc de masse, le tir concentré des armes de jet (javelots, frondes, flèches…) et la contribution d’une cavalerie capable de reconnaître le terrain et de protéger les flancs des fantassins, tout cela représenta ce que nous appelons le « modèle grec » d’une guerre terrestre dont les principaux paramètres organisationnels et tactiques demeureront en vigueur jusqu’au début du XXe siècle. Défensivement, les cités étaient protégées par de hautes et épaisses murailles et ces fortifications permirent aussi d’asseoir l’organisation sociale et politique des cités État, et ce, même si à l’époque la masse combattante provenait du milieu agraire.

N’oublions pas également que ce modèle grec de la guerre terrestre fut augmenté, voire enrichi par la contribution fondamentale d’un dirigeant comme Alexandre le Grand qui fit des armes de siège une composante essentielle de la pratique de la guerre. Enfin, le modèle grec fut rendu possible par un autre élément non négligeable et qui perdure de nos jours, à savoir que les tensions politiques entre États ou civilisations, tensions qui aboutissent la plupart du temps à la guerre, fournissent les impulsions nécessaires aux développements technologiques des armes, tactiques et stratégies militaires. Après tout, le but étant toujours d’avoir les meilleures ressources à sa disposition pour remporter la lutte.

Le choc, cette capacité à frapper dans le but de créer à la fois un effet cinétique (détruire), mais également de causer chez l'adversaire un impact psychologique, voire la panique.

Rome : la perfection imparfaite

Naturellement, dans une perspective occidentale, un essai sur l’évolution historique de la guerre terrestre ne peut faire abstraction du modèle romain en la matière. Comme empire, comme modèle militaire et comme héritage historique, Rome continue de fasciner puis de forger l’imaginaire collectif. Le développement de la puissance militaire romaine tire ses origines des luttes d’unification de l’actuelle Italie et des guerres d’usure contre Carthage (guerres puniques).

Les soldats professionnels qui formèrent les légions romaines firent clairement la démonstration qu’il était possible pour un État et une société d’institutionnaliser l’entraînement, la discipline, les compétences tactiques et toutes autres composantes pertinentes à la formation d’une armée de métier. La possession d’un tel instrument de combat rendit également possibles des campagnes militaires d’une efficacité et d’une rapidité étonnantes. Par contre, la nature des batailles menées par les légions romaines demeurera fondamentalement inchangée par rapport à ce qu’accomplirent les phalanges grecques d’Alexandre.

À l’instar des Grecs, une infanterie bien équipée était chargée de délivrer le choc en plus d’arrêter puis fixer l’ennemi lorsque celle-ci se trouvait en position défensive. Les missiles étaient toujours projetés par des javelots, des frondes, des arcs maniés par une infanterie dite « légère » et/ou des unités auxiliaires recrutées parmi les populations non romaines sous la République ou l’Empire. De plus, la cavalerie se voyait confier des missions similaires, comme chez les Grecs, à savoir la reconnaissance du terrain, de l’ennemi et la protection d’ensemble des flancs de l’infanterie. Quant aux ingénieurs de combat, les Romains en disposaient et ces derniers étaient généralement responsables des armes de siège.

Une certaine cohésion sociale et politique sous Rome permit également une expansion territoriale majeure où l’armée tint le premier rôle. En contrepartie, le territoire à défendre fut immense et cela représenta tout un défi pour une armée qui allait faire face à des contestations inévitables, qu’elles proviennent de l’extérieur, mais également de l’intérieur des frontières. Notons en parallèle qu’une telle expansion terrestre eut comme corolaire une extension maritime, où les Romains apprirent à perfectionner le combat naval et à mettre en œuvre des opérations que l’on pourrait qualifier d’« amphibies », dans la mesure où ils étaient capables de projeter en territoire hostile une force terrestre à l’aide de l’élément naval.

À son apogée au Ier siècle de notre ère, l'Empire romain disposait d'une force militaire énorme avoisinant les 400,000 hommes. Doté d'un vaste et efficace réseau routier, les Romains purent déplacer des unités militaires d'un point à l'autre de l'Empire avec une rapidité étonnante. Il ne faut cependant pas oublier qu'en dépit de la capacité combattive de leurs troupes, les Romains devaient tenir compte d'un autre facteur dans la pratique de la guerre terrestre: le terrain. De la Bretagne à la Judée, chaque environnement varie.

De Rome à Byzance : une institutionnalisation incertaine

La chute de l’Empire et de la civilisation romaine mit un terme à la période classique de la guerre terrestre, malgré que Rome laissa un héritage dont certains paramètres furent repris par des civilisations subséquentes, en particulier en ce qui a trait aux troupes montées et à la mobilité tactique. Rome s’est en partie effondrée sous le poids des invasions et des migrations de peuples nomades venus d’Asie et qui traversèrent l’Europe. Les dernières cités qui eurent à se défendre contre l’envahisseur « barbare » avaient hérité du modèle romain de la pratique de la guerre terrestre, mais naturellement, des différences commencèrent à poindre à l’horizon. Autrement dit, la pratique de la guerre terrestre dans diverses régions d’un empire en décomposition refléta les particularités politiques, sociales et économiques locales qui firent en sorte que face à l’envahisseur, aucune cité ne put offrir un modèle défensif similaire et tactiquement conforme du point de vue institutionnel, comme Rome l’avait établi et comme mentionné auparavant.

Généralement, les systèmes de pratiques de la guerre terrestre qui suivirent reposèrent davantage un modèle milicien plutôt que professionnel et, par conséquent, la cavalerie obtint davantage la préférence étant donné que, justement, l’infanterie lourde professionnelle tendit à disparaître. Le remplacement du fantassin professionnel se fit par un ordre social féodalisé dans lequel quelques individus bien équipés, entraînés et montés avaient le droit de porter les armes, le tout dans une relation de vassalité où le port d’armes était associé aux services rendus à un seigneur et où l’économie était centrée sur une paysannerie fournissait son labeur sur un territoire spécifique et envers des maîtres particuliers.

Entre fortification et affrontement en terrain ouvert, entre la lutte entre troupes professionnelles ou miliciennes, la période médiévale offre une intéressante perspective de la pratique de la guerre terrestre. Il s'agit d'un chapitre qui s'étale sur environ mille ans, de la fin du Bas-Empire romain jusqu'au développement progressif des premières armes à feu.

Notons que plus à l’est, sous l’Empire byzantin, existait un modèle militaire « romain » modifié dans lequel une cavalerie lourde professionnelle assistée d’une infanterie légère transforma temporairement la pratique de la guerre terrestre à cette époque, mais qui à terme ne put tenir le coup sous les assauts répétés de royaumes barbares et de migrations nomades. L’époque fut également marquée par le développement de l’étrier, une composante majeure qui permit à la cavalerie lourde de délivrer le choc sur le champ de bataille en remplacement des légions. Toutes ces évolutions combinées avec un raffinement des tactiques permirent à l’Empire byzantin de survivre passablement longtemps, du moins jusqu’au moment où les assauts de l’extérieur et les troubles internes provoquèrent sa chute.

D’autre part, notons que le développement d’une chevalerie en Europe constituée de nobles armés s’avéra fort efficace dans la défense de plusieurs cités devant les invasions et raids des Vikings, des Arabes et autres cavaliers provenant des steppes de l’est. Une judicieuse stratégie reposant sur une combinaison de citées fortifiées qui servirent de points d’appui, d’une cavalerie lourde mobile et de quelques milices levées (le temps que dure la crise), permit l’établissement de royaumes durables dans la partie ouest de l’Europe notamment, des royaumes qui purent offrir une résistance crédible devant les invasions et qui purent à certains moments reprendre l’offensive.

D’ailleurs, on peut émettre l’hypothèse que cette même efficacité défensive des royaumes de l’ouest engendra de nombreuses difficultés lors d’offensives européennes à l’est comme au temps des Croisades contre l’islam, si bien que certaines techniques de fortification à l’est furent carrément importées à l’ouest, ce qui accrut encore l’efficacité défensive des châteaux des nobles. Mais il apparaissait évident que les armées islamiques de l’est, avec leurs canons et leurs troupes de choc, avaient le dessus sur la chevalerie de l’ouest. La chute de Constantinople en 1453 et les différents sièges contre Vienne dans les décennies qui suivirent illustrèrent l’urgence de réformes en Occident.

L’Europe moderne : la reprise du contrôle des armées par un État centralisé

Ces réformes furent facilitées par une stabilisation politique et sociale accrue, stabilisation qui autorisa la réintroduction de certains standards de discipline et de professionnalisme hérités de l’époque romaine. Naturellement, il fallut plusieurs siècles marqués d’essais et d’erreurs, mais l’idée étant que l’État, comme corps centralisé de régularisation de la vie politique et sociale, finit par reprendre le contrôle d’un appareil militaire nécessiteux de réformes.

À titre d’exemple, l’introduction des armes à feu ramena l’infanterie au premier plan, encourage une « re-fortification » des cités, tout en diminuant progressivement le rôle de la cavalerie lourde. Dans la péninsule ibérique, en pleine époque de la Reconquête et de l’Inquisition, certains royaumes comme celui de Castille innovèrent en réformant leur infanterie en une force équipée de piques, d’arquebuses, de mousquets, etc. De plus, la levée de régiments royaux et nationaux payés à même le trésor royal et équipés par le monarque engendra un nouveau chapitre de l’institutionnalisation d’armées permanentes.

Dirigées par des officiers issus de la noblesse et ré-énergisées par un certain esprit de discipline « classique », ces armées finirent par remplacer graduellement les milices et les compagnies de mercenaires. Une bureaucratie royale et un système de collecte de taxes plus efficient permirent une régularisation de la solde, si bien que la professionnalisation de ces nouvelles armées élargit l’inventaire des tactiques à la disposition des commandants. Par surcroit, il était possible d’être plus efficace sur le champ de bataille avec un plus petit corps de troupe.

De la modernisation de l'armement jusqu'à une professionnalisation et une bureaucratisation accrues, l'époque de l'Europe moderne (XVIe - XVIIIe siècles) se veut une sorte de transition entre le Moyen Âge et l'époque contemporaine, mais une transition qui comprenait ses propres particularités dans la pratique de la guerre terrestre.

Jusqu’au XXe siècle, les armées nationales (ou royales) en Occident utilisèrent l’arme à feu et le transport maritime afin d’ériger des empires coloniaux dont les populations autochtones ne disposèrent pas des mêmes ressources pour se défendre. Là encore, la répartition habituelle des fonctions tactiques est évidente. L’infanterie devait délivrer le choc et utiliser ses armes à feu défensivement pour tenir l’ennemi à distance, des formations organisées d’artillerie devaient fournir l’appui-feu nécessaire pour supprimer les fantassins, les animaux et les fortifications ennemis. Ces dernières allèrent de plus en plus être enterrées ou semi-enterrées. Quant à la cavalerie, celle-ci allait assumer ses traditionnels mandats de reconnaissance, de manœuvre et conserverait un rôle de choc et de protection des flancs lorsque nécessaire.

On l’aura compris, les progrès réalisés dans la réorganisation des institutions politiques en Occident eurent comme corollaires des améliorations au niveau de l’administration des armées et des équipements fournis. Vers la fin du XVIIIe siècle, on peut dire qu’à peu près toutes les armées et marines du monde étaient équipées de canons par exemple. Par contre, toujours à la même époque, leur nombre et leur degré de discipline n’avaient pas dépassé celui des armées impériales romaines.

Après les « standards romains » : la mobilisation de masse

Ce ne sera qu’un peu plus tard, vers le XIXe siècle, que la mobilisation nationale d’armées dépassera en nombre ce que l’on peut appeler les « standards romains » et, dans une certaine mesure, fournira une grande quantité de troupes de qualité. Comme premier signe de cette manifestation, notons que Napoléon avait perdu une armée aux effectifs plus importants que toutes les armées de la Rome impériale, mais il était parvenu à conquérir une capitale ennemie aussi loin que Moscou, une cité située bien au-delà des marches romaines de Germanie ou de Dacie.

Ses armées formées de citoyens conscrits et de réservistes de différents milieux géographiques et sociaux ont pu représenter à l’époque de 10 à 15 % de toute la population française mâle à notre avis. Cela peut paraître peu, mais c’est un ratio énorme compte tenu des standards technologiques et industriels d’alors. Non sans surprise, la gestion de formations militaires aussi nombreuses peut avoir dépassé les compétences des meilleurs généraux, ce qui amena forcément des réformes. On créa des états-majors généraux qui allèrent coordonner les mouvements et la concentration de millions d’hommes en un temps et un endroit donnés, entre autres grâce au télégraphe et plus tard à la radio, sans oublier les chemins de fer et les routes pavées entretenues par l’État. Et étant donné que le feu tue réellement, les tactiques durent à leur tour évoluer, par exemple le fait pour une formation d’infanterie d’avancer en rangs dispersés.

Dans cet ordre d’idées, la fin du XIXe siècle verra des progrès scientifiques au niveau de la chimie et de la métallurgie qui amèneront successivement des améliorations dans les armements, améliorations qui auront tendance à favoriser la défense. Les premiers conflits du début du XXe siècle démontrèrent sans équivoque la terrible efficacité de l’artillerie à tir rapide, des mitrailleuses, des fusils à répétition et autres fortifications pouvant servir de points d’appui à des manœuvres défensives.

Ce qui nous apparaît comme une évidence maintenant, à savoir l’efficacité défensive du feu meurtrier des armes modernes, n’était pas du tout perçut ainsi à l’époque où débuta la Première Guerre mondiale en 1914. Bien au contraire, les doctrines militaires de cette époque favorisèrent des stratégies offensives qui engendrèrent un carnage, l’épuisement des armées et au final une impasse sur la majorité des fronts. Les quatre années de guerre totale qui suivirent requirent la mobilisation pleine et entière des économies nationales, de même que des ressources politiques et sociales qui ont atteint des degrés sans précédent.

Une preuve que ces dernières composantes allèrent s’avérer vitales dans la gestion de la guerre, nombre d’empires vieux de plusieurs siècles (Russie, Autriche-Hongrie, Turquie et Allemagne) n’allèrent pas survivre, car la majorité manqua des ressources nécessaires afin de produire davantage de nouvelles armes, des chars et des avions que leurs adversaires. Ces empires ne purent également rivaliser sur le long terme avec leurs ennemis en ce qui a trait à la production de nourriture et de munitions pour entretenir leurs armées.

Par conséquent, après un peu plus d’un siècle d’évolution technologique, politique économique et sociale, la guerre terrestre entre des nations de puissance équivalente demanda un resserrement de la planification de la mobilisation, de l’équipement (la standardisation), une réorganisation du système politique, voire de la propagande, de même qu’une ré-allocation des ressources sociales et scientifiques dans le but avoué de soutenir une guerre de longue durée.

Les guerres mondiales du XXe siècle mirent à rude épreuve la justesse de certaines doctrines militaires élaborées dans les décennies précédentes. Ayant par moment sous-estimé ou surestimé l'efficacité de certaines armes modernes, les stratèges et tacticiens durent envisager de nouvelles approches afin de minimiser les pertes tout en économisant les ressources.

Alors que les grandes puissances avaient été prises de court en 1914, certaines d’entre elles prirent le temps de se préparer pour une autre guerre totale dans la période dite de l’« entre-deux-guerres. » On pense ici à l’Allemagne et au Japon. Sachant bien que ces deux puissances ne pourraient l’emporter lors d’une conflagration générale face à des adversaires aux ressources nettement supérieures, l’idée était donc d’exploiter la faiblesse des systèmes défensifs de leurs ennemis, de même que leurs difficultés économiques et leurs divisions idéologiques accrues au courant des années 1930. En clair, une victoire était possible, mais sur le court terme et contre un ennemi bien choisi et pouvant être isolé et vaincu par des forces certes inférieures en nombre, mais de niveau technologique supérieur.

Ainsi, un empire comme le Japon pouvait miser sur une guerre terrestre de courte durée par la conquête rapide de la Mandchourie, certaines plaines côtières de Chine et d’une portion importante de l’Asie du Sud-est compte tenu de l’entraînement et de la mécanisation de nombre d’unités de l’armée nippone. Pour sa part, l’Allemagne consacra maintes énergies au perfectionnement tactique et stratégique du duo avion-char ainsi qu’au contrôle des airs afin de vaincre des ennemis comme la Pologne pour ensuite de tourner contre les pays scandinaves, puis la Hollande, la Belgique, la France, l’Angleterre puis les États balkaniques.

L’Allemagne put remporter de nombreux succès jusque vers la fin de 1941, et ce, même si elle subit techniquement une défaite face à l’Angleterre l’année précédente. Cependant, la Grande-Bretagne, l’Union soviétique et les États-Unis n’étaient pas des puissances pouvant être vaincues au cours d’une soi-disant campagne éclair. Cette problématique ramène sur la table l’importance du nombre dans la guerre totale, où la prolongation des hostilités amène inévitablement une usure des machines de guerre et où les puissances aux abondantes ressources peuvent ultimement l’emporter.

Au tournant du XXIe siècle : repenser la guerre terrestre

Toutes les avancées technologiques de la période des « guerres totales » (1914-1945), combinées à la contribution avouée de la science aux dilemmes militaires, engendrèrent un nouveau paradigme dans lequel les armes seraient si destructives, au point de produire un effet dissuasif rendant pour ainsi dire toute guerre majeure impensable. En admettant comme principe que les guerres seraient devenues monétairement trop coûteuses et destructives pour être livrées à grande échelle, il semble que la période post-1945 en fut une où les affrontements terrestres se jouèrent davantage au niveau régional.

On parle essentiellement ici de différends frontaliers, comme entre l’Inde et le Pakistan, puis au Proche-Orient (Israël, Égypte, Liban, Syrie…), de même qu’entre l’Iran et l’Irak ou encore entre l’Indonésie et la Malaisie. Ces types d’affrontements terrestres d’envergure limitée voient toujours l’implication de puissances majeures. Pensons à l’intervention britannique contre l’Argentine dans les îles Falkland, de l’Union soviétique en Afghanistan, de la Belgique qui tenta de maintenir un statut au Congo, sans oublier les nombreuses interventions des États-Unis comme à Grenade ou dans le Golfe Persique en 1991.

La nature de la pratique de la guerre terrestre revêt également d’autres formes se rapprochant davantage de la guerre civile ou de la lutte anticoloniale. Des guerres civiles éclatèrent un peu partout, comme en Corée, au Vietnam et dans plusieurs pays d’Afrique, tout comme des luttes anticoloniales en Algérie, en Indochine et ailleurs donnèrent un autre portrait de la guerre terrestre.

Dans un autre ordre d’idées, à mesure qu’avançait le XXe siècle, les États finirent par modifier leurs politiques de défense. Celles-ci étaient de moins en moins orientées vers une pratique « classique » de la guerre terrestre. La stratégie militaire finit par voir l’allocation des ressources vers la protection du territoire national, à la stabilisation de crises politiques et puis à des fins dissuasives. Longtemps dominée par des penseurs tels Carl von Clausewitz, la stratégie militaire dut forcément évoluer afin de répondre aux nouveaux défis de cette pratique de la guerre terrestre.

Précisons cependant que l’organisation des armées à partir de la seconde moitié du XXe siècle jusqu’à nos jours ne connut pas d’évolution majeure, ni ne semble s’être parfaitement adaptée aux nouveaux paradigmes de la guerre terrestre. Mais il semble désormais admis qu’une relative « mondialisation » de la pratique de la guerre (terme à utiliser avec prudence), avec comme corollaires une multiplication des conflits régionaux engageant des effectifs réduits, constitue une différence notable par rapport aux guerres de niveau total du passé. Aussi, la pratique de la guerre terrestre a évolué dans la mesure où par le passé, les États devaient faire face aux dangers extérieurs le long de leurs frontières. Maintenant, la menace peut frapper partout, incluant des intérêts politiques et économiques et qui représentent des formes d’assaut allant au-delà du terrorisme classique.

C’est précisément la question des conflits dits de « faible intensité » qui, dans sa logique quelque peu a contrario de la pensée clausewitzienne capte dorénavant l’attention des stratèges militaires. Il est sans doute normal de croire que la défaite de l’ennemi sera le fruit de l’usure de son appareil militaire, industriel et financier. Or, les conflits des récentes décennies tendent à démontrer que ce n’est pas nécessairement le cas. Nombreux sont en effet les exemples où la confrontation directe ne rima pas automatiquement avec l’exécution d’actions dites « de police », de manœuvres indirectes ou toutes autres tactiques visant à vaincre un adversaire par le déploiement d’un strict minimum de ressources.

Bien qu'ayant leurs particularités propres, les guerres de notre époque ne diffèrent pas tellement des conflits passés, dans la mesure où certains principes tactiques et stratégiques demeurent. Il y a cependant un élément qui nous apparaît fondamental à retenir selon les situations: la capacité d'adaptation.

La crise en Irlande du Nord et les actions de l’armée britannique sur ce territoire pendant trente ans sont un cas de figure intéressant. Il se rapproche davantage d’une action de police classique, mais cette situation militaire résulte surtout du fait que Londres réduisit au minimum les effectifs de son contingent (et sa puissance de feu) pour finalement mettre un terme à la crise. Sans être parfaite, cette stratégie limita les pertes dans la population civile et les habitants purent vaquer à leurs occupations quotidiennes dans un calme relatif, calme qui, naturellement, fut perturbé par certaines violences cycliques au cours de ces décennies.

Politiquement parlant, il est clair qu’une résolution rapide des crises est toujours préférable, surtout face à l’opinion publique. La stratégie de Londres dans le dossier de l’Irlande du Nord serait difficilement envisageable de nos jours, par exemple en ce qui a trait à la situation en Irak. Là encore, les Britanniques firent les choses différemment des Américains dans leur gestion respective de la situation d’occupation de ce pays. Dans leur secteur du sud de l’Irak, autour de la ville portuaire de Bassora, les Britanniques parvinrent à circonscrire la violence et ils encaissèrent des pertes somme toute légères, bien que la solution politique désirée fut loin d’être achevée. Cependant, cette utilisation restreinte de la violence signifia que du côté ennemi, on ne put faire un grand nombre de martyrs, ni recruter un important contingent d’insurgés. De plus, les dommages collatéraux touchant directement la population civile furent minimisés.

Conclusion

L’idée que nous retenons de ce portrait historique de l’évolution de la pratique de la guerre terrestre est qu’on assiste assurément à un déclin de celle-ci dans sa forme classique et que les coûts élevés qu’elle entraîne en termes de pertes humaines, financières et matérielles exercent une pression accrue pour l’abandon de cette manière de faire la guerre. Dans ce contexte, certaines puissances devront probablement abandonner l’idée de la force brute, où le matériel est censé dominer le champ de bataille. L’exemple récent de la Seconde Guerre du Golfe en Irak remit en question ce paradigme bien ancré dans les mentalités des stratèges militaires et politiques.

Cela nous amène à dire que l’augmentation et la persistance du nombre de conflits régionaux de plus faible intensité auront des impacts sur l’organisation actuelle des forces armées conventionnelles des moyennes et grandes puissances. Qui plus est, la pratique de la guerre terrestre au XXIe siècle fait de plus en plus appel aux agences privées de sécurité, que d’aucuns peuvent carrément qualifier de « mercenaires des temps modernes ».

En plus d’investir dans ce type de services, les gouvernements prennent soin d’accroître les moyens des forces locales qu’ils tentent de mettre de leur côté, comme la police, l’armée et les formations paramilitaires. En conséquence, et bien qu’elles puissent s’adapter à un type de guerre moins conventionnel, les armées régulières des États peuvent être déployées afin d’assister les forces locales sur le terrain, ne serait-ce que pour fournir un appui-feu ou un support logistique selon ce que commande la situation.

Un bataillon de « bleus » dans une guerre « oubliée » ? Le Royal 22e Régiment et la bataille de la colline 355 (novembre 1951)

Introduction

Surnommé « Mad Jimmy » par les uns, « Kid 28 » par les autres, le lieutenant-colonel Jacques Dextraze accepta de prendre le commandement du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment qu’il mènera en Corée en 1951. Il le fit à une condition: encadrer la nouvelle unité d’officiers expérimentés, d’hommes qui avaient une expérience du feu.

Après la guerre de 1939-1945, le Canada démobilise rapidement. À l’instar de nombre de bataillons de l’armée, le Royal 22e Régiment se trouve également en pleine réorganisation. La guerre terminée en 1945, ses hommes rentrent au pays et la majorité d’entre eux retourne à la vie civile.

À noter que presque immédiatement, l’échiquier international voyait déjà la formation de deux grands blocs, le capitalisme (bloc de l’Ouest) et le communisme (bloc de l’Est). Sur l’échiquier mondial, tous se surveillaient, tous s’espionnaient et les actions militaires des grandes puissances s’effectuaient par forces interposées. À ne pas en douter, la Corée, qui est sur le point d’éclater, sera en quelque sorte le premier bras de fer d’envergure entre l’Est et l’Ouest.

Former une nouvelle brigade : avec quels effectifs?

Lorsque le moment fatidique arrive, le Canada a besoin de plusieurs mois afin de réactiver complètement ses forces militaires et finalement prendre part à la British Commonwealth Forces Korea (BCFK). En effet, au cours de la nuit du samedi au dimanche 25 juin 1950, des averses intermittentes sont tombées le long du 38e parallèle séparant les deux Corées. Le calme règne et rien ne laisse présager ce qui va bientôt se produire. Des soldats sud-coréens font bien le guet le long de la ligne de démarcation et bien que les engagements aient cessé depuis quelque temps, la situation laissait plutôt espérer une détente réelle.

Puis, tout à coup, à 4 heures du matin, cette quiétude fait place à un véritable enfer. Précédées d’un violent tir d’artillerie, les forces nord-coréennes envahissent d’est en ouest le territoire de la République de Corée. Malgré une résistance par moment héroïque, elles balaient tout sur leur passage et, en quelques heures, s’emparent de plusieurs points stratégiques. Au surlendemain de l’invasion, le Premier ministre Louis Saint-Laurent annonce la formation d’une brigade spéciale sous l’égide des Nations-Unies et il autorise la levée du 2e bataillon du Royal 22e Régiment qui fera partie de l’ordre de bataille de la 25e Brigade d’infanterie canadienne.

Considérant que le Canada devait fournir un important contingent d’occupation en Allemagne, la demande des Nations-Unies pour la levée d’une armée afin d’arrêter l’invasion communiste vers le sud de la Corée obligea les nations alliées participant au conflit à trouver rapidement des hommes. C’est sous cet angle que le Canada se trouva avec un épineux problème. Il disposait d’une marine suffisante, de nombre de pilotes qualifiés (sans les avions), mais il n’avait pas les 5,000 hommes qu’on lui demandait. Ces nouveaux effectifs de la taille d’une brigade (plus des forces de remplacement) devraient être maintenus en théâtre d’opérations pour une période d’au moins 18 mois (les recrues devant être obligatoirement âgées d’au moins 19 ans et elles signaient un engagement de 18 mois).

Bref, devant contribuer à la formation de la nouvelle brigade, le Royal 22e Régiment fut autorisé à lever un second bataillon dans la seconde moitié de 1950.

Toutes des recrues?

Beaucoup fut dit sur la soi-disant « inexpérience » des soldats du premier contingent canadien qui fut envoyé en Corée en 1951-1952, c’est-à-dire les forces qui composèrent les 2es Bataillons des principaux régiments d’active de notre armée à l’époque. En fait, il faut préciser d’emblée que nombreux furent les soldats réengagés, soit des vétérans de 1939-1945 qui, pour toutes sortes de raisons, mais essentiellement en raison des difficultés économiques d’alors, décidèrent de réintégrer les rangs. Plusieurs furent d’ailleurs promus presque immédiatement sous-officiers. Quant aux officiers (ceux qui détenaient les grades de capitaines, majors et plus), ils étaient pour la presque totalité des vétérans du conflit précédent. En cela, les cadres qui formèrent le 2e Bataillon du Royal 22e Régiment disposèrent d’une expérience militaire qu’ils mirent immédiatement au service des recrues.

L’autre aspect du problème qui semble faire penser que le 2e Bataillon manqua de l’expérience résulte de la décision de l’état-major de l’armée de maintenir au pays les forces professionnelles, celles qui composèrent les 1ers Bataillons des principaux régiments d’active. En clair, dans les cas du R22R, nombre d’hommes qui s’engagèrent entre 1945 et 1950 (et qui pensèrent pouvoir être déployés aussitôt en Corée) durent en fait rester au Canada et finalement attendre que leur tour arrive en 1952. La raison étant qu’il fallait que l’armée ait à sa disposition un minimum de forces professionnelles pour fournir à tout le moins l’entraînement de base aux recrues, un entraînement qui normalement devait durer de 5 à 6 mois, mais dans les faits fut souvent écourté à 3 ou 4 mois.

Là repose un autre aspect du problème : l’urgence de déployer la brigade spéciale. Ici encore, il ne faut pas penser parce qu’il y a « urgence » que l’entraînement fut nécessairement bâclé. En fait, d’après les témoignages des vétérans québécois du 2e Bataillon avec lesquels nous nous sommes entretenus, il appert, au final, que les troupes étaient relativement prêtes lorsqu’elles arrivèrent en théâtre d’opérations au printemps de 1951. Les entraînements de base et avancés reçus à Fort Lewis dans l’État de Washington donna une bonne idée aux hommes de l’environnement dans lequel ils allèrent opérer, soit des montagnes, de la neige, des vallées, des ravins et ainsi de suite.

Préparer le régiment

Le Canada envoie donc en Corée des troupes qui ont manqué la majeure partie des premiers instants du conflit dû au fait que celles-ci n’arrivent pas avant 1951, alors que la guerre d’usure avait largement commencé. Les troupes canadiennes sont affectées au sein de la 1ère Division d’infanterie du Commonwealth britannique.

Il faut se remémorer qu’à l’époque, le gouvernement convenait qu’il s’agissait plutôt d’une opération policière. Force est d’admettre que le R22R allait connaître à nouveau des jours sombres dans ce théâtre d’opérations. Qui plus est, ce fut la première opération d’envergure des Nations Unies nouvellement formées en 1945.

Le recrutement au Royal 22e Régiment débute à fond de train. Par exemple, le 12 août 1950, 18 recrues se présentent au bureau régimentaire et un mois et demi plus tard, le 25 septembre, les effectifs, qui ne devaient pas dépasser 1 500 hommes, s’élevaient à 1 600. Le succès rapide de cette campagne de recrutement n’a pas reposé uniquement sur un rengagement des vétérans de la Seconde Guerre mondiale, mais il est principalement dû au haut taux de chômage, tel que mentionné auparavant.

Un peloton de la compagnie C du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment à l’entraînement à Fort Lewis dans l’État de Washington aux États-Unis. Le capitaine dirigeant la marche est Charles « Charlie » Forbes, un vétéran de la Seconde Guerre mondiale ayant servi avec le Régiment de Maisonneuve. Forbes se retira avec le grade de major et décéda le 19 mai 2010 à l’âge de 89 ans.

De plus, il ne faut pas croire que tout se passa rondement et sans difficulté. D’abord, l’équipement faisait défaut. Par exemple, au tout début, le régiment ne disposait que d’une seule jeep. Ensuite, les casernes manquaient du nécessaire. Sur les 400 hommes réunis à Valcartier, le 17 août 1950, seulement une soixantaine avaient reçu leurs uniformes, tandis que les autres n’avaient absolument rien.

Le corps principal du régiment, cantonné à Valcartier, devient le 1er bataillon. Commandé par le lieutenant-colonel Jacques « Kid 28 » Dextraze (lui aussi un « rengagé »), le 2e Bataillon se rend à Fort Lewis, aux États-Unis, pour y parfaire son entraînement. Il y demeure jusqu’en avril 1951.

Carnage sur la colline 355

Le 21 novembre 1951, le 2e bataillon du R22R effectue une relève avec une unité de l’armée britannique. La compagnie D du 22e est installée sur une position en bas de la montagne, entre la colline 355, à droite, occupée par les Américains et la colline 227, à gauche, inoccupée.

Vers 15h le 22 novembre, les Chinois entreprennent un bombardement intensif de la colline 355, qu’ils font porter jusqu’au secteur défendu par le 2e bataillon et tout particulièrement par la compagnie D. Les obus et les roquettes tombent pendant toute la nuit. La pluie se change en neige et le terrain se transforme en marécage vaseux, ce qui rend extrêmement difficile le travail des sapeurs pour le maintien des voies d’accès aux compagnies assaillies.

Le 23 novembre, l’ennemi intensifie son tir d’obus et de roquettes. C’est « l’enfer sur terre ». En fin d’après-midi, la colline 355 est prise d’assaut, deux compagnies chinoises se portent sur la gauche de la compagnie D, les membres du peloton 11 débordés rejoignent le peloton du centre, soit le peloton 12, sous le commandement du lieutenant Mario Côté. Le lieutenant Côté les encourage, tout en se préparant à recevoir les Chinois.

Cette carte montre la précarité de la position de la compagnie D et en partie celle de la compagnie A chargée d’assurer la liaison avec le reste du bataillon tenant les hauteurs au sud, face aux collines 227 et 355 prises d’assauts par les forces chinoises.

Malgré la horde qui déferle, le lieutenant Côté dirige ses hommes d’une main de fer, en parvenant à protéger ses flancs menacés. Il protège le centre et le flanc gauche. Le peloton 10, qui se trouve à la droite, sous le commandement du lieutenant Walter Nash, subit lui aussi un assaut féroce, tout en assurant la défense du flanc droit. Il tente de se rapprocher du peloton du centre afin de maintenir la liaison.

À la fin de la journée, la compagnie D tient toujours le terrain et le défend avec vaillance. La colline 227 voisine, qui était inoccupée, tombe aux mains des Chinois et les Américains abandonnent rapidement la 355. La situation est précaire pour la compagnie D et le 2e bataillon qui est maintenant presque encerclé.

Au cours des nuits du 23 au 24 et du 24 au 25 novembre, les tirs d’artillerie et les attaques se poursuivent avec une intensité accrue sur les deux fronts et la colline 355 passe des mains des Chinois à celles des Américains. Les 24 et 25 novembre, la compagnie D subit, à plusieurs reprises, les attaques des hordes communistes chinoises.

Dans la soirée du 25 novembre, après quatre jours et quatre nuits de bombardements continuels d’obus et de roquettes, la colline 355 était à nouveau aux mains des Américains, grâce au 2e bataillon du R22R qui, malgré un état d’épuisement presque total, défend toujours son terrain.

Le 2e Bataillon a connu et soutenu les combats les plus difficiles du régiment sur le théâtre d’opérations coréen. Parmi ces combats, la bataille de la colline 355 de novembre 1951 est sans doute la plus sanglante qu’ait connue le régiment. Entre le 22 et le 26 novembre, le bataillon s’est fait tuer 16 hommes, 44 sont blessés et trois sont portés disparus. La moitié de ces pertes étaient celles de la compagnie D.

Conclusion

Malgré le sang versé par les soldats canadiens, la guerre de Corée restera longtemps une guerre oubliée au sein de la population qui sera indifférente à cette dernière, même encore aujourd’hui.

Le prix payé fut moins lourd en vies humaines que lors des guerres mondiales précédentes, mais le bilan est sombre. En Corée, le R22R déplore la perte de 104 soldats tués et 185 blessés. De son côté, le Canada avait envoyé environ 25,000 soldats. Les pertes canadiennes s’élèvent à 516 morts et 1,042 blessés. La guerre de Corée a souvent été appelée la « Guerre oubliée », par le fait que pour la plupart des Canadiens leur contribution est éclipsée par les deux guerres mondiales.

Les officiers de la compagnie D du 2e Bataillon du Royal 22e Régiment, de gauche à droite: le lieutenant R. MacDuff, le major Réal Liboiron (le commandant de la compagnie), le lieutenant Mario Côté et le lieutenant Walter Nash.

Visitez le site web du Projet Mémoire pour entendre les témoignages des vétérans canadiens ayant participé à la Guerre de Corée : www.leprojetmemoire.com