Mois : janvier 2011

La Chine en armes : une montée en puissance cyclique

Introduction : de la divinité à la rationalité

Illustration de Liu Yong Hua d'un guerrier chinois de l'époque de la dynastie des Han (Ier siècle).

Les origines des premières forces militaires chinoises peuvent être retracées à l’époque de la dynastie Xia vers 2,000 avant notre ère. Il semble que les premiers combattants furent des aristocrates équipés d’arcs et d’armures en métal, et qui firent la guerre sur des chariots tirés par des groupes de quatre chevaux. À l’instar de ce qui se pratiqua dans d’autres civilisations, comme en Mésopotamie, ces combattants sur chariots furent régulièrement accompagnés de fantassins pour les protéger en pleine bataille. Ces derniers s’équipèrent typiquement de lances et certains revêtirent des armures en tissu rembourré de même que des boucliers.

Au-delà des habiletés individuelles, il fallut plusieurs siècles avant que ces forces militaires chinoises ne parviennent à standardiser leur organisation, notamment en ce qui a trait au ratio de fantassins et de chariots utilisés, surtout à l’époque de la dynastie Zhou (vers 1030 – 800 av. J.-C.). Néanmoins, les forces militaires chinoises tardèrent à se moderniser, car nombreux furent les combattants qui utilisèrent toujours d’anciennes armes et qui servirent à l’intérieur d’une structure organisationnelle dépassée. Dans ce contexte, la pratique de la guerre à cette époque de l’histoire de la Chine releva davantage du rite, soit un processus cérémonial dans lequel les nobles échangèrent des « courtoisies » bien élaborées avec leurs ennemis, sans oublier que les commandants fondèrent leurs stratégies à la suite de consultations divinatoires. Ce fut seulement lors de la période dite des Printemps et des Automnes (800 – 400 av. J.-C.) que des penseurs militaires chinois comme Sun Tzu parvinrent à convaincre un nombre substantiel de dirigeants afin qu’ils réorganisent leurs armées selon des principes un peu plus rationnels.

Les Royaumes combattants ou la relativité d’un Âge d’or

Plus tard, pendant la période dite des Royaumes combattants (400 – 221 av. J.-C.), on assista en Chine à une série de révolutions d’ordre sociales, économiques et technologiques, qui toutes affectèrent les forces armées. D’une part, l’utilisation du fer se répandit, ce qui permit aux artisans d’élaborer des armes plus puissantes et des armures en plus grandes quantités. D’autre part, l’amélioration des techniques agricoles permit à un petit nombre de fermiers de nourrir beaucoup plus d’individus, ce qui libéra une plus importante partie de la population qui put vaquer à d’autres tâches. En clair, ces derniers développements en agriculture permirent aux dirigeants d’enrôler un nombre accru de leurs sujets dans les forces armées. Ces innovations libérèrent donc une plus grande quantité de main-d’œuvre pour la pratique de différents métiers, ce qui en retour stimula le commerce.

C’est ainsi qu’une économie monétaire prit forme en Chine, le tout basé sur un commerce à plus grande échelle et sur un mode de production que l’on peut qualifier de proto-manufacturier. Cette forme d’économie permit aussi aux dirigeants de l’époque d’accumuler des richesses sous forme de monnaie, qu’ils utilisèrent ensuite pour équiper et nourrir des armées aux effectifs sans précédent. Il n’est donc pas rare de lire dans les récits historiques traditionnels chinois des mentions à l’effet que les armées atteignirent des effectifs de quelques millions de combattants. Bien que ces chiffres soient exagérés, une chose demeure, soit que la restructuration de l’économie chinoise à partir de l’époque des Royaumes combattants allait amorcer une tendance apparentée à une montée en puissance certaine, mais qui demeure relative dans sa durée.

Aperçu du Mausolée de l'empereur Qin comprenant des fosses logeant quelque 8,000 statues en terre cuite datant de 210 av. J.-C. Ce site archéologique fournit de précieuses informations sur la composition et les uniformes des forces impériales chinoises de l'époque.

Dans un autre ordre d’idées, alors que les jeunes gens quittèrent leurs fermes ancestrales dans le but de dénicher de nouvelles carrières, et que les luttes politiques internes commencèrent à miner le pays, certains tabous finirent par tomber. Dans un contexte militaire, cela signifia, par exemple, que la chevalerie céda devant l’utilitarisme. De larges armées composées de conscrits réduisirent l’importance des combattants à chariot d’origine aristocrate, comme l’invention de nouvelles armes réduisit l’importance de ces derniers. Même lors de périodes plus anciennes comme celle des Printemps et des Automnes, on remarque que les « barbares » nomades, qui voyageaient assis sur leurs chevaux, étaient plus libres de leurs mouvements et qu’ils pouvaient se déplacer sur des terrains plus difficiles que ne pouvaient le faire les chariots. Bien que les militaires résistèrent au départ à cette idée de combattre assis sur un cheval, notamment parce que les cavaliers avaient abandonné les beaux costumes traditionnels chinois au profit d’habits « barbares » (pour des raisons de commodité), leurs scrupules n’avaient plus leur place à l’époque des Royaumes combattants.

Par ailleurs, cette dernière époque vit le développement de l’arbalète, une arme qui alla révolutionner pour un temps la pratique de la guerre. À titre d’exemple, un simple soldat, un paysan ou un roturier armé d’une arbalète pouvait abattre à distance un adversaire équipé d’une armure lourde et en mouvement sur un chariot. Les arbalètes s’avérèrent plus meurtrières lorsqu’une grande formation de soldats les fit tirer en volées, ce qui accrut l’importance de l’organisation en masse des armées, et ce, au détriment de la bravoure personnelle. En conséquence, les armées dépendirent de plus en plus des fortifications pour se protéger des tirs d’arbalètes et, non sans surprise, les assaillants durent améliorer leurs techniques de guerre de siège. Cette prise de conscience accrue du volet défensif de la guerre vit les dirigeants militaires chinois construire d’imposants murs le long de leurs frontières, même si ces défenses servirent davantage à nuire aux mouvements ennemis qu’à se protéger des tirs de missiles.

C’est ainsi que les Chinois adaptèrent leurs techniques de guerre afin de répondre aux exigences liées à la formation d’armées de masses composées initialement d’une infanterie conscrite dotée d’arbalètes et de hallebardes, le tout appuyé par la cavalerie. La formation d’armées de masses fut accompagnée d’une professionnalisation, voire de la création d’un corps d’officiers dont la loyauté fut attachée à un État, à un royaume ou à un seigneur en particulier, bien que cette même loyauté s’avéra monnayable selon les circonstances ou pour des raisons personnelles. Ces officiers introduisirent de nouveaux systèmes de communications, notamment celui des bannières et des instruments de musique pour la transmission des ordres et le contrôle des troupes sur les champs de bataille. Les armées en vinrent à combattre en adoptant des formations tactiques élaborées, faisant ainsi de la discipline et de l’entraînement des éléments clés pour remporter la victoire. L’initiative et la ruse furent également encouragées, notamment par l’exploitation des éléments naturels, comme allumer des incendies ou provoquer des inondations afin de nuire aux mouvements des forces ennemies.

En mer, les armées eurent fréquemment recours à des embarcations pour leur transport et les combats navals consistèrent essentiellement en des approches d’abordage des embarcations adverses. D’ailleurs, les Chinois disposèrent de leurs propres techniques afin de renforcer les coques de leurs navires en prévision de l’impact. Certaines sources chinoises révèlent que des navires pouvaient faire jusqu’à 120 mètres de longueur, bien que les estimés contemporains nous amènent à couper ce chiffre en deux.

Les techniques de siège figurèrent parmi les nombreuses contributions chinoises à l'art de la guerre, dans l'attaque comme dans la défense.

De siècles de gloires à siècles de décadences

Malgré tout, les Chinois continuèrent d’inventer de nouvelles technologies militaires au cours des siècles à venir. Par exemple, l’époque de la dynastie Han (206 av. J.-C. – 184 apr. J.-C.) vit l’utilisation de navires de guerre à plusieurs ponts. Plus tard, au XIIIe siècle, les Chinois mirent au point toute une gamme d’armes faisant usage de la poudre à canon. Étrangement, cette invention, qui nous apparaît révolutionnaire d’un point de vue occidental, ne fut pas exploitée à son plein potentiel par les Chinois, malgré qu’elle se répandit rapidement à travers le monde. Cette sorte de ralentissement ou de « décadence » de l’esprit militaire créatif des Chinois fut suivie d’une autre phase de stagnation, à savoir que leur organisation militaire et leur art opérationnel ne connurent aucune amélioration tangible pendant les deux mille ans qui suivirent l’époque des Royaumes combattants.

Illustration de William Alexander d'un soldat chinois de l'empereur Qianlong armé d'un mousquet (1793).

Une raison pouvant expliquer ce plafonnement peut être à l’effet que, pour une société pré-industrielle, le modèle chinois de l’époque des Royaumes combattants fut trop en avance sur son temps, à savoir qu’il fonctionna de manière optimale et que peu d’énergies furent investies afin de poursuivre les recherches. Une autre explication pourrait être que pour maintenir la cadence des progrès technologiques, la société chinoise de l’époque aurait eu besoin d’une plus grande stabilité politique. Encore là, rien n’est tout à fait certain. Une autre raison nous venant à l’esprit serait que les enseignements confucianistes auraient amené les gens éduqués à mépriser la carrière militaire, tout comme les nombreuses intrigues des cours royales auraient freiné les possibilités d’avancements pour les officiers les plus talentueux. À titre d’exemple, pour illustrer jusqu’à quel point cette dernière raison trouve une certaine pertinence, une clique de courtisans du début du XVIe siècle aurait convaincu l’empereur chinois à dissoudre son impressionnante marine commerciale et à bannir tout commerce outre-mer.

Bref, cette montée en puissance plus que cyclique des forces militaires chinoises fit naître dans l’esprit de plusieurs ce besoin de redresser l’appareil militaire en procédant à d’urgentes réformes. À titre individuel, certains Chinois patriotes voulurent réformer les forces armées de leur pays dans les siècles qui suivirent la période de la Renaissance occidentale. Bien qu’ils parvinrent à convaincre certains dirigeants provinciaux de la nécessité d’opérer des réformes et de moderniser les équipements, l’empire en lui-même s’avéra incapable d’implanter des réformes, à supposer que la volonté politique ait accompagné le projet. Conscients de leur retard technologique et tactique, tout en étant fatigués du pouvoir colonial européen, nombreux furent les Chinois qui voulurent prendre les armes contre l’occupant.

Par exemple, les nombreuses révoltes chinoises dirigées par les Boxers donnèrent du fil à retordre aux armées occidentales en 1900-1901. Ces hordes, cependant, furent incapables de rivaliser militairement avec les armées occidentales de l’époque, tout comme les navires de guerre à vapeur supposément « modernes » ne furent pas de taille à affronter la flotte japonaise lors de la Guerre sino-japonaise de 1894-1895. Pour leur part, les nationalistes, qui renversèrent la dernière dynastie impériale (Qing) en 1912, voulurent moderniser l’armée chinoise selon les standards du XXe siècle. Malheureusement, et à l’instar de plusieurs de leurs ancêtres, les rangs nationalistes furent minés par des problèmes liés à la corruption et à de nombreuses rivalités entre des seigneurs de guerre qui s’arrachèrent le pouvoir.

Mao : la nouvelle Chine en armes

Quelques décennies plus tard, les communistes de l’Armée Rouge de Mao Zedong connurent plus de succès dans leurs tentatives d’instaurer un minimum de discipline. Cela les aida assurément dans leur montée en puissance, non seulement parce que la discipline leur permit de combattre plus efficacement, mais aussi parce qu’elle restreignit l’envie de nombreux soldats d’abuser des populations civiles. Ce faisant, l’armée de Mao put bénéficier d’un support populaire accru.

Du "Petit Livre rouge" à la "Théorie de la guerre du peuple", la pensée politico-militaire de Mao Zedong eut un impact certain sur le développement de l'armée chinoise, du moins jusqu'à sa mort en 1976.

À l’image de ses ancêtres millénaires, Mao développa une philosophie claire et compréhensive de l’organisation militaire et de l’art de la guerre, à tel point que cette pensée inspira nombre de groupes insurgés et d’organisations terroristes de par le monde. Selon la doctrine maoïste de l’art de la guerre, une guerre de type guérilla s’exécute en respectant une série d’étapes ou de phases. Lors de la première phase, de petites bandes de rebelles mènent une campagne militaire défensive, se concentrant prioritairement sur leur survie, à des opérations de sabotages et au recrutement de partisans. Tandis que la rébellion prend de l’expansion, les forces gouvernementales adverses se voient contraintes de s’étendre, amincissant ainsi une ligne de front censée circonscrire, voire contenir la rébellion. En retour, cette manœuvre gouvernementale permet aux rebelles de contrôler une plus vaste étendue de territoire (et de ressources) pour lancer davantage d’offensives. Simultanément, ces groupes rebelles épars parviennent à mieux s’organiser, à grossir leurs effectifs, à parfaire leur entraînement et à mieux s’équiper pour, au final, amorcer une série d’assauts plus conventionnels.

Les troupes maoïstes suivirent donc cette doctrine à la lettre, tandis que les forces nationalistes un peu plus orthodoxes eurent davantage de difficultés à s’adapter aux nouvelles réalités de la guerre, surtout au moment de l’invasion japonaise lors de la Seconde Guerre mondiale. Comme nous l’avons mentionné dans un autre article, le général américain Joseph Stillwell se vanta d’avoir fait progresser les divisions nationalistes chinoises selon les standards militaires occidentaux, même s’il fut par la suite très cinglant dans sa critique de la performance de cette armée. Une fois le Japon vaincu, les États-Unis continuèrent de dépenser sans compter afin de rehausser la qualité de l’armée nationaliste chinoise, et ce, malgré que les divisions communistes finirent par consolider leurs positions pendant l’occupation japonaise pour finalement prendre l’offensive contre les nationalistes afin d’occuper tout le pays.

La prise du pouvoir par les communistes de Mao en 1949 fut en soi un tournant majeur de l’histoire militaire chinoise. Un constat intéressant qui nous vient à l’esprit réside dans la contradiction entre deux thèmes qui dominèrent la politique militaire chinoise, du moins pour les trois décennies qui suivirent l’accession au pouvoir des communistes. D’une part, Mao et d’autres communistes radicaux développèrent une doctrine connue sous le nom de Théorie de la guerre du peuple. Dans son essence, la théorie dit que le nombre et la « pureté idéologique » sont des valeurs supérieures à l’équipement, à l’entraînement et aux talents tactiques.

Mao fit ainsi toutes sortes de déclarations audacieuses (et non dénuées de prétentions) adressées aux dirigeants étrangers à propos de la capacité de la Chine à poursuivre le combat, même après avoir encaissé des pertes catastrophiques. Toujours selon Mao, tous les opposants au communisme étaient des « tigres de papier », d’autant que les opprimées de par le monde finiraient par se soulever et renverser le pouvoir capitaliste oppresseur. Pour seconder la théorie de Mao, son ministre de la Défense Lin Pao avait également soutenu que la théorie de la guerre forgée par le Grand Timonier verrait les peuples du Tiers Monde (ce qui pouvait inclure la Chine dans ce contexte) conquérir les civilisations occidentales développées.

D’autre part, et au-delà de la rhétorique, Mao n’était pas sans savoir l’importance de la technologie. Ainsi, même lorsque certains communistes fanatiques rejetèrent les bienfaits de la médecine moderne, de l’ingénierie et des technologies industrielles au profit des panacées tirées du Petit Livre rouge de Mao, des scientifiques poursuivirent leurs recherches afin de doter la Chine d’un programme nucléaire sophistiqué. Pour sa part, l’armée ne put échapper complètement aux frénésies idéologiques de la Grande Révolution culturelle prolétarienne (GRCP), mais ses commandants purent protéger les programmes qui permirent sa modernisation. D’ailleurs, les dirigeants militaires connurent davantage de succès à maintenir la tête de l’armée hors de l’eau de la GRCP, si bien que les militaires jouèrent un rôle crucial afin de contenir les dérives de ce mouvement idéologique et « culturel ».

Ce faisant, Mao autorisa l’armée à maintenir d’importants effectifs, surtout par sa croyance à l’effet qu’une Troisième Guerre mondiale était imminente. Après sa mort en 1976, son successeur Deng Xiaoping conclut qu’une telle guerre n’était pas inévitable, mais qu’il était peut probable qu’elle éclate dans un avenir rapproché. Pour ainsi dire, l’humiliante performance de l’armée chinoise dans la campagne contre le Vietnam renforça l’opinion de Deng à l’effet que la Théorie de la guerre du peuple était inadéquate pour répondre aux besoins de l’institution militaire. Par conséquent, d’importantes réformes furent entreprises sous le règne de Deng afin d’amener l’armée chinoise à livrer des guerres limitées dans le temps et l’espace.

Par contre, Deng fut confronté à un défi de taille. Bien que la Chine soit parvenue à développer un programme nucléaire somme toute efficace, certaines composantes de l’armée étaient bien en retard par rapport aux standards mondialement reconnus au tournant des années 1970 et 1980, notamment en ce qui a trait aux chars, aux avions et aux munitions conventionnelles. En clair, par rapport aux standards américains et soviétiques, la majorité des équipements en service dans l’armée chinoise furent, d’un strict point de vue technologique, d’au moins trois décennies en retard. Impressionnante avec ses trois millions de soldats, l’armée chinoise souffrit de sérieux problèmes d’entraînement, de carences logistiques, sans oublier la corruption endémique qui mina les rangs de ses cadres supérieurs. Les problèmes furent également criants dans l’aviation ainsi que dans la marine.

Des soldats chinois communistes marchent vers le front lors de la Guerre civile (1949).

Deng partit donc du principe que les forces armées ne pourraient bénéficier des réformes nécessaires tant et aussi longtemps que la Chine ne se serait pas dotée d’une économie moderne. En conséquence, Deng accorda la priorité à la modernisation de l’économie plutôt qu’aux programmes militaires et il ramena les effectifs de l’armée à un chiffre plus rationnel, soit deux millions d’hommes. Les officiers qui servirent sous Deng durent donc consacrer leurs ressources à mettre à jour les équipements et parfaire l’entraînement de leurs subordonnés. De plus, dans l’optique où la Chine serait davantage appelée à intervenir lors de crises à l’étranger plutôt que défendre son sol contre une invasion à outrance, les réformes sous Deng accordèrent une importance particulière à la modernisation de la marine.

C’est ainsi que les observateurs étrangers purent constater, dans les années 1990, que la Chine avait acquis de nouveaux navires de guerre, des avions ainsi que des missiles. Les exercices militaires chinois démontrèrent également de nettes améliorations des tactiques, de l’entraînement, des communications et des infrastructures logistiques (qui firent cruellement défaut sous Mao). Bien que les équipements chinois ne furent pas des plus raffinés, la Chine parvint à combler certains retards en la matière en important de Russie du matériel et des technologies. Les Chinois achetèrent donc des licences de fabrication dans le but de mieux copier les équipements qu’ils désirèrent, quitte à les améliorer au besoin, même si ces technologies peuvent être dépassées au moment de leur achèvement.

Conclusion

Ce survol de l’histoire militaire de la Chine nous laisse sous l’impression que cette grande nation, de par son passé, connut une montée en puissance que l’on peut qualifier de « cyclique ». Déchirée par des conflits internes et soumise à de fréquentes invasions et occupations étrangères, la Chine put néanmoins produire d’exceptionnels penseurs militaires (ex: Sun Tzu) et des technologies qui révolutionnèrent la pratique de la guerre (ex: poudre à canon).

En dépit de la taille immense de sa population, l’Histoire démontre que la Chine se dota de systèmes militaires comprenant de larges armées conscrites pour des guerres de masses, tout comme elle fit appel à des bandes spécialisées dans la guerre de guérilla. C’est enfin un pays qui comprit, à travers les âges, la nature des liens d’interdépendance entre les systèmes économique et militaire que ce soit de l’amélioration des techniques agricoles pour produire plus de soldats jusqu’à l’intégration d’un capitalisme contrôlé afin de moderniser l’armée.

En somme, de la divinité antique à la divinité maoïste, la pensée et l’institution militaires chinoises connurent une évolution en dents de scie. Malgré cela, l’armée chinoise est désormais en mesure d’affronter les défis du XXIe siècle, et ce, peu importe où le gouvernement jugera nécessaire de la déployer.

Fondée en 1927, l'Armée Populaire de Libération constitue l'instrument de la puissance chinoise. Avec ses 2 millions d'hommes et ses équipements modernes, cette armée figure parmi les plus redoutables du monde.
Publicités

La campagne de Birmanie (1941-1945)

Introduction

La campagne de Birmanie de 1941 à 1945 fut l’une des plus longues et en même temps l’une des moins connues de la Seconde Guerre mondiale. Une raison pouvant expliquer ce fait réside probablement dans l’idée que la Birmanie était un pays relativement sous-développé à l’époque. Par ailleurs, ce théâtre d’opérations avait une valeur stratégique certaine, d’où la férocité des affrontements qui s’y sont déroulés.

La Birmanie est un pays dont la géographie comprend une série de montagnes positionnées sur un axe nord-sud, en plus de rivières et de jungles qui rendent difficiles les déplacements. Par exemple, les rivières Chindwin et Irrawaddy constituent des voies de communication stratégiques à travers cette géographie variable et cahoteuse. Cependant, le réseau routier de l’époque était en piteux état et seulement quelques sentiers dans les cols montagneux permettaient de relier la Birmanie à l’Inde vers l’ouest, puis à la Thaïlande à l’est.

Quant à la capitale Rangoon, la ville servait de point d’entrée majeur en Birmanie. Localisée au sud du pays sur l’Irrawaddy et débouchant vers le Golfe du Bengale, Rangoon était desservie par un réseau de chemins de fer qui s’étendait sur un axe nord-sud. En clair, du contrôle de la capitale birmane et de son réseau ferroviaire dépendait tout mouvement et ravitaillement de troupes à l’intérieur du pays. À l’extrémité nord, la Route de Birmanie, qui s’étendait de Lashio vers Chungking, fournissait un accès direct vers la Chine. À ces difficultés géographiques, il faut ajouter celles liées à la météorologie. La Birmanie est un pays affecté par de fortes moussons, de la mi-mai à la mi-novembre, ce qui n’arrangeait en rien les problèmes de déplacements, sans oublier que le pays était miné par la malaria. Malgré tout, les forces alliées et japonaises considérèrent la Birmanie comme stratégique et le pays devint un théâtre actif d’opérations pendant toute la Seconde Guerre mondiale.

La donne stratégique

Du point de vue japonais, la Birmanie avait de quoi séduire les stratèges, car le pays était un producteur de riz et de pétrole dont dépendait la machine de guerre nippone. Qui plus est, l’éventuel contrôle de la Birmanie par les Japonais leur permettrait de sécuriser par l’ouest l’ensemble de l’immense périmètre défensif qu’était le théâtre de l’Asie-Pacifique. Pour les Alliés, la Birmanie fut un théâtre d’opérations « obligé », dans la mesure où l’occupation de l’Indochine par les Japonais en 1941 fit du territoire birman le seul accès direct vers la Chine. Le contrôle de la Birmanie était vital, car elle demeurait la seule voie par laquelle pouvait circuler le matériel militaire américain qui était fourni à la Chine nationaliste dans le cadre d’accords de prêts-baux.

Lance-caporal et brigadier-général de la 14e Armée britannique (campagne de Birmanie).

En dépit de l’importance stratégique de la Birmanie, les Alliés, et en particulier les Britanniques, firent peu afin d’améliorer les dispositifs défensifs du pays avant la guerre. Rappelons que le pays était géré par l’administration coloniale britannique à partir de l’Inde jusqu’aux années 1930, moment de la création d’un « gouvernement » birman fantoche. D’ailleurs, un fort ressentiment populaire anti-britannique émergea à la même époque et il fut largement entretenu par la propagande japonaise au début des années 1940. Au plan militaire, la nation birmane ne possédait que de peu de troupes entraînées. On constate la formation de la 1ère Division Birmane dont l’organisation et l’entraînement des troupes s’apparentèrent davantage à celles d’un corps de police. Ces forces ne disposèrent d’aucun blindé, canon lourd ou avion. À la faiblesse de ces forces, on observe également de sérieuses carences au niveau de la planification stratégique. L’organisation de la défense de la Birmanie relevait de cinq différents quartiers-généraux britanniques pendant l’année et demie qui précéda le début des hostilités.

En ce qui a trait aux opérations militaires, celles livrées en Birmanie peuvent se diviser en trois phases distinctes. De janvier à mai 1942, les Japonais envahirent le pays et contraignirent les Britanniques à se retirer. Ensuite, de septembre 1942 à août 1943, les Alliés tentèrent à plusieurs reprises et sans succès de reprendre l’initiative, sans toutefois y consacrer les ressources nécessaires. Simultanément, ils construisirent des infrastructures logistiques et formèrent de nouvelles troupes pour reprendre l’offensive. Enfin, la troisième phase s’étendit d’octobre 1943 à mai 1945, une période marquée par une série d’offensives alliées qui leur permirent d’expulser les Japonais et réoccuper la Birmanie.

L’invasion japonaise (1941-1942)

Ce fut au moment où les Japonais furent satisfaits de la progression de leurs troupes en Malaisie qu’ils décidèrent de tourner leur attention vers la Birmanie. La campagne birmane débuta le 23 décembre 1941 avec le bombardement de Rangoon par l’aviation nippone, ce qui bouscula les activités portuaires tout en créant un climat de peur dans la population. Cette opération préliminaire fut suivie par le début de l’invasion terrestre à la mi-janvier de 1942. La 15e Armée du général Shojiro Ida franchit la frontière à partir de la Thaïlande et s’empara d’une série d’aérodromes situés dans la région du Tenasserim au sud-est de la Birmanie.

En face, chez les Britanniques, la réaction à l’invasion nippone fut lente et mal coordonnée. Le commandant du théâtre de l’Asie-Pacifique, le général Archibald P. Wavell, dirigea de très loin la défense et les maigres forces du plus haut gradé physiquement sur place, le général Harold Alexander, ne purent stopper les cinq divisions bien entraînées de l’armée japonaise affectées à cette campagne. La première décision prise par Wavell fut de dépêcher d’urgence la 17e Division Légère Indienne en janvier 1942, suivie de la 7e Brigade Blindée le mois suivant. Cependant, ces unités étaient pauvrement équipées et mal préparées à livrer une guerre en pleine jungle.

Carte du théâtre d'opérations de Birmanie (1941-1945).

Battues à Moulmien (30-31 janvier) et à Sittang (18-23 février), les forces britanniques ne purent enrayer l’avance japonaise, si bien que Rangoon tomba le 7 mars. La capitale perdue, les Britanniques voulurent rétablir une ligne défensive au nord du pays, entre les localités de Prome et Toungoo. Or, les Japonais anticipèrent la manœuvre par une série d’assauts frontaux visant à fixer sur place l’ennemi, tout en envoyant diverses colonnes à travers la jungle pour prendre les Britanniques à revers. En clair, le mouvement des forces britanniques vers le nord fut davantage dicté par les Japonais, ce qui ajouta à la confusion et à l’incapacité des Britanniques d’organiser une défense crédible. De plus, le nouveau commandant du Corps d’armée de Birmanie, le général William J. Slim, reçut quelques renforts chinois sous le commandement nominal du général américain Joseph Stilwell, mais encore là, l’avance japonaise sembla impossible à arrêter.

La fin de la première phase de la campagne en mai 1942 peut se résumer ainsi : les Britanniques et les Chinois avaient été expulsés du pays et la Route de Birmanie (nord) était sous contrôle nippon. Quant aux pertes enregistrées au cours de ces cinq premiers mois, elles s’élevèrent à 30,000 sur les 42,000 combattants disponibles chez les Britanniques. De ce nombre, la moitié des soldats « perdus » étaient en fait des Birmans qui avaient tout simplement déserté et disparu dans la société civile. De leur côté, les alliés chinois avaient perdu 50,000 combattants sur les 95,000 engagés et il leur restait seulement une division d’infanterie encore capable de livrer bataille. En face, les Japonais déploraient la perte d’à peine 7,000 hommes.

La seconde phase : l’usure (1942-1943)

Ce qui inquiéta à première vue le haut commandement britannique ne fut pas tant la perte de la Birmanie que la crainte de voir les Japonais envahir l’Inde sitôt la saison sèche revenue. En conséquence, il fallut que les Britanniques retournent à l’offensive le plus tôt possible, ne serait-ce que pour soutenir le moral de leurs forces et parfaire leur entraînement. Cependant, leur habileté à soutenir un tel effort fut lourdement hypothéquée par le manque de troupes entraînées et par les piètres infrastructures logistiques à leur disposition dans la région frontalière indienne de l’Assam.

Soldat de l'armée impériale japonaise en tenue de combat de jungle.

Cela nous ramène à la situation précédemment décrite lorsque nous évoquions la seconde phase de la campagne birmane, à savoir qu’elle constitua une période d’adaptation, mais surtout de renforcement des structures militaires et logistiques des Alliés. À titre d’exemple, la 10e Armée de l’Air américaine commença son déploiement en Inde en mars 1942, bien que le théâtre indo-birman apparut secondaire aux planificateurs américains et britanniques, pour la raison que le théâtre nord-africain demanda davantage de ressources à cette époque. De plus, les exigences posées par le maintien de la sécurité et de l’ordre en Inde demandèrent aux Britanniques le maintien de près de soixante bataillons uniquement pour garder les réseaux ferroviaires, sans oublier que les pressions du Mahatma Gandhi pour amener Londres à reconnaître l’indépendance de l’Inde causèrent de fréquents désordres publics. Bref, l’une des priorités des Alliés au printemps de 1942 fut de rétablir les infrastructures de transport dans l’Assam, à la frontière de la Birmanie, afin d’ériger les chemins de fer et routes nécessaires pour appuyer une éventuelle offensive.

En dépit de ces contraintes, et pour ne pas relâcher la pression sur les Japonais, tel que mentionné précédemment, le général Wavell dirigea une offensive côtière vers le sud contre la ville d’Akyab. Ce qu’on appela la Première Campagne d’Arakan connut un début prometteur en septembre 1942 devant la progression de la 14e Division britannique jusqu’au moment où elle fut arrêtée devant Donbaik. Le front se stabilisa donc autour d’Akyab pour la période de janvier à mars 1943, jusqu’à ce que les Japonais lancèrent une contre-offensive qui contraignit les Britanniques à se replier au nord de Maungdaw en avril. Déçus de la tournure des événements, les Britanniques avaient néanmoins fait un constat. Si l’offensive côtière s’avéra un échec, il fallut alors trouver une alternative, qui fut d’entraîner des troupes à la guerre irrégulière en les ravitaillant par la voix des airs. À cet égard, le recours à l’arme aérienne put sembler prometteur, mais les déceptions furent aussi au rendez-vous. Par exemple, en février 1943, le brigadier-général Orde C. Wingate conduisit une attaque contre le réseau ferroviaire ennemi au nord de Mandalay. Malgré certains succès, Wingate perdit le tiers de sa force aérienne et dut se replier en avril.

Pour résumer la situation, les Alliés en Birmanie se trouvèrent dans une impasse au printemps de 1943. La résistance ennemie peut en partie expliquer le problème, mais l’essentiel demeure dans le manque de ressources consacrées par les Alliés à ce théâtre d’opérations. Le dossier birman fut quelque peu discuté lors de la conférence Quadrant tenue à Québec en août. Il était évident que ce front demeurait secondaire, car le dossier majeur abordé par Quadrant avait été celui de la réouverture d’un front à l’ouest de l’Europe pour 1944. Cependant, le désir des États-Unis d’accroître leur aide militaire à la Chine eut comme corollaire d’augmenter les ressources disponibles pour la Birmanie.

Premièrement, il fallut réorganiser de fond en comble la structure du haut commandement en créant le Southeast Asia Allied Command qui comprendrait la direction des forces opérant en Birmanie, à Ceylan (Sri Lanka), en Malaisie, dans les Indes néerlandaises, en Thaïlande et en Indochine. Ce fut l’amiral britannique Lord Louis Mountbatten qui hérita du poste de commandant en chef de ce nouveau théâtre d’opérations. L’une des missions de Mountbatten apparut très claire : utiliser les forces à sa disposition afin de dégager le nord de la Birmanie et rétablir la communication terrestre avec la Chine. Moutbatten devait également trouver une manière de faire avancer les forces britanniques vers Arakan à partir d’Imphal à travers le Chindwin, en même temps que le général américain Stillwell attaquerait au sud le long de la Route Ledo.

D’emblée, cette offensive serait beaucoup mieux coordonnée. Pour assister l’avance de Stillwell, on forma le 5307th Composite Unit (Provisional), une sorte de grand commando sous la direction du brigadier-général américain Frank Merrill. À cela, les Chinois participeraient à l’offensive en attaquant à partir du Yunnan vers la Birmanie, tandis que les avions de Wingate harcèleraient les communications ennemies dans le secteur d’Indaw.

Des commandos américains du 5307th Composite Unit (Provisional) dans la jungle birmane. De concert avec leurs alliés birmans et chinois, ces combattants exécutèrent nombre d'opérations de type guérilla contre les positions japonaises.

Les Alliés reprennent l’initiative (1943-1945)

L’offensive de Stillwell débuta en octobre 1943 et elle eut pour objectif de capturer les aérodromes de Myitkyina situés à la fin de la voie ferrée reliant Rangoon et Mandalay. Encore une fois, les débuts furent prometteurs, mais l’offensive américaine s’enlisa pendant un mois (23 novembre – 23 décembre), de même que l’assaut britannique commencé en novembre fut arrêté en février 1944. Les Japonais lancèrent en mars une contre-offensive avec la 15e Armée dirigée par le général Renya Mutaguchi. L’offensive d’Imphal avait pour objectif de déboucher en Inde, espérant ainsi relâcher la pression sur les forces nipponnes à l’est de la Birmanie. Là aussi, l’offensive fut arrêtée en juillet et on revint à une situation d’impasse.

L’échec des offensives alliées de l’automne de 1943 et du printemps de 1944 ne fut pas une bonne nouvelle, mais un élément positif en ressortit : l’armée japonaise était usée. Les Alliés comprirent donc que l’usure finirait par vaincre l’ennemi et c’est dans cette optique qu’il fallut renouveler l’assaut. Appuyé par le commando de Merrill et la force aérienne de Wingate (qui tous deux avaient reçu l’aide du U.S. 1st Air Commando Group), le général Slim s’empara cette fois des aérodromes de Myitkyina (17-18 mai), puis il fit le siège de la ville entre le 18 mai et le 3 août 1944.

Dans ce scénario, une fois encore, l’usure eut raison des forces japonaises. D’ailleurs, en juillet, l’escalade des problèmes liés au mauvais ravitaillement des troupes, combinée aux pertes militaires, força les Japonais à commencer le repli du nord de la Birmanie. Celui-ci fut accentué par la pression des troupes chinoises qui commencèrent une attaque le long de la Route de Birmanie en août, bien qu’elles fussent arrêtées près de la frontière dans les environs de Lungling et de Tengchung. Vers la fin de 1944, les pressions alliées contraignirent les Japonais à se retirer en direction sud, vers l’ouest et le centre de la Birmanie, malgré qu’ils occupèrent toujours d’importants secteurs, notamment la Route de Birmanie entre Lashio jusqu’aux abords de la frontière chinoise.

Le début de l’année 1945 vit les Alliés prêts à renouveler l’offensive. Cette fois, contrairement aux années précédentes, les Alliés disposèrent d’importantes bases logistiques dans la province indienne de l’Assam et le retour en poste du général américain Stillwell en octobre 1944 permit à Mountbatten de créer un état-major anglo-américain intégré. Selon les plans soumis par le général britannique Oliver Leese, le commandant des forces terrestres alliées de l’Asie du Sud-Est, l’année 1945 verrait les Chinois attaquer afin de rouvrir la Route de Birmanie, tandis que la 14e Armée du général Slim avancerait vers Mandalay et, si possible, jusqu’à Rangoon.

D'une mousson à l'autre, en pleine jungle et face à un ennemi aguérri, le front de Birmanie fut un théâtre d'opérations important de la Seconde Guerre mondiale.

Quant à la portion britannique de l’offensive, leur 15e Corps avancerait au sud le long de la côte ouest de la Birmanie, tout en s’emparant des aérodromes dans le but de disposer davantage de bases de ravitaillement. Dans ce contexte, il est probable que les Alliés auraient à affronter ce qui restait des forces japonaises en Birmanie. Sachant cela, Slim espéra livrer bataille sur un terrain plat et ouvert, en particulier dans le secteur au nord de Mandalay. Cependant, en face, le lieutenant-général Hyotaro Kimura, le nouveau commandant japonais, préféra se replier sur une ligne défensive établie le long des localités d’Akyab-Mandalay-Lashio. Ce faisant, Kimura escompta préserver une partie de ses forces afin de concentrer ses efforts contre la portion britannique du front allié qui lui sembla plus faible, surtout au moment où les troupes britanniques s’apprêtèrent à travers l’Irrawaddy. Enfin, toujours selon le calcul de Kimura, les Japonais se retourneraient contre les Chinois, et ce, avant que les Britanniques n’aient eu le temps de se réorganiser.

Séduisant en théorie, le plan de Kimura ne put réellement s’appliquer dans la pratique. Son armée en Birmanie était minée par des problèmes majeurs de ravitaillement, sans oublier qu’elle subissait les attaques aériennes continuelles de l’aviation alliée. Bien équipées et ravitaillées, les troupes chinoises s’emparèrent de Lashio le 7 mars, ce qui permit de rouvrir un accès direct vers la frontière de leur pays. Du côté américain, leurs troupes attaquèrent les lignes de ravitaillement ennemies au sud de Mandalay, ce qui força Kimura à abandonner cette dernière localité le 20 mars.

Conclusion

Le renouvellement des offensives alliées au printemps de 1945 signifia une seule chose dans la perspective japonaise : l’incapacité de maintenir cette fameuse ligne défensive d’Akyab-Mandalay-Lashio mentionnée précédemment. Sous les pressions combinées des forces anglo-américaines, la capitale Rangoon finit par tomber à la suite d’un assaut amphibie précédemment préparé par des largages parachutistes le 2 mai. De ce moment et jusqu’à la capitulation japonaise le 15 août, le reste de la campagne militaire de Birmanie se solda par des actions éparses afin d’éliminer des poches isolées de résistance ennemie.

Cela étant, la campagne de Birmanie peut nous apparaître obscurcie par d’autres phases militaires de plus grande ampleur de la Seconde Guerre mondiale. Il n’en demeure pas moins qu’elle fut l’une des plus meurtrières pour un théâtre d’opérations d’importance « secondaire ». À cet égard, il n’existe pas de données fiables établissant les pertes enregistrées par les forces chinoises. Par contre, on estime à plus de 71,000 le nombre de soldats du Commonwealth britannique tombés, à près de 9,000 pour les Américains, contre 106,000 hommes perdus par l’armée japonaise.

Le système militaire byzantin : s’adapter pour périr

Un élément important de la réforme militaire byzantine: l'emphase sur la cavalerie lourde.

Le système militaire byzantin commença à se développer à une époque marquée par une série de conjonctures, comme le déplacement de la capitale impériale romaine par l’empereur Constantin 1er en 330, la division en deux parties de l’empire en 376 et la chute de la partie ouest de ce même empire un siècle plus tard. Étant un « descendant direct » de l’Empire romain, le système militaire du début de l’Empire byzantin s’inspira grandement de précédents, voire de réformes mises en branle sous les règnes des derniers empereurs tels Dioclétien et Constantin.

Parmi ces réformes, on observe l’établissement de puissantes frontières fortifiées défendues par des troupes professionnelles bien équipées et ravitaillées, le tout financé à même le trésor public. Initialement, les légions, les forces auxiliaires et les cohortes continuèrent d’exister à titre d’unités militaires, bien qu’à partir du VIe siècle, les termes génériques pour ces unités furent ceux de numerus (en latin) et arithmos ou tagma (en grec), qui signifient simplement « nombre » ou « unité » de soldats. Toujours au VIe siècle, on note également que la stratégie et les tactiques byzantines commencèrent à changer, surtout à la suite de désastres militaires subis devant les Ostrogoths, les Visigoths, les Huns, les Perses et, peut-être plus important encore à partir du milieu du VIIe siècle, les Arabes.

Les réformes visèrent donc l’optimisation de l’efficacité militaire des unités aux frontières, notamment par la création des kaballarika themata, soient des armées de cavalerie légère capables d’exécuter des missions d’embuscades et autres opérations s’apparentant à la guérilla, pour employer une expression relativement plus moderne. Quant à l’infanterie, celle-ci ne disparut évidemment pas, mais elle fut moins valorisée qu’au temps de l’Empire romain. Cette infanterie dut adapter ses tactiques afin de faire face à la montée en puissance de la cavalerie, en particulier face à celle des envahisseurs arabes. Au niveau provincial, les armées byzantines furent réorganisées en unités nommées tourmai, drouggoi et banda, des termes génériques faisant allusion à la taille de ces formations. Chaque tourma était affectée dans une forteresse ou dans une ville fortifiée et elle était commandée par un administrateur militaire local, souvent l’officier le plus haut gradé dans la place.

Avec le déclin des campagnes militaires islamiques au Xe siècle, l’armée byzantine adopta une nouvelle doctrine davantage axée sur l’offensive que la défensive. Pour ce faire, il fallut recruter plus de soldats pour en faire des combattants professionnels, tout en prenant soin de former davantage d’unités de cavalerie et d’infanterie lourdes équipées d’une plus grande variété d’armes. À cela, les armées étaient entraînées afin de pouvoir livrer bataille après de longues marches, tout comme elles devaient servir de forces de garnison lorsque nécessaire.

Le territoire à défendre à l'époque de l'empereur Basile II (vers 1025).

Ce fut également au cours de cette période que plusieurs manuels militaires furent rédigés. Ceux-ci mettaient tous l’emphase sur l’entraînement, la discipline et les tactiques sur les champs de bataille. Lors d’affrontements, les Byzantins virent à ce que la cavalerie et l’infanterie fussent employées équitablement, de manière à pouvoir s’appuyer mutuellement selon les manœuvres à exécuter. La plus importante de toutes ces innovations fut probablement le développement d’une unité de cavalerie lourde nommée la kataphraktoi (ou klibanophoroi), dont les combattants disposèrent d’armures des pieds à la tête, ainsi que leurs montures. L’utilité d’une telle unité sur les champs de bataille consista à former une pointe afin de percer n’importe quelle formation défensive ennemie. Dans l’ensemble, ces innovations furent profitables à l’Empire byzantin. Elles leur permirent de remporter plusieurs engagements militaires importants, du moins jusqu’à la bataille de Manzikert en 1071. Cette défaite face aux Turcs seldjoukides amorça une période de déclin militaire dans l’Empire byzantin, ce qui mena éventuellement à la capture de Constantinople par les chrétiens de la IVe Croisade en 1204.

Représentations de soldats byzantins (Xe - XIIe siècles). S'inspirant grandement de l'armée romaine en ce qui a trait à l'entraînement et à la discipline, l'armée de l'Empire byzantin dut néanmoins s'adapter, entre autres pour contrer la montée en puissance de la cavalerie lourde employée par les nombreux envahisseurs.

Avec la reprise de Constantinople par les armées byzantines en 1261, une nécessaire réorganisation militaire s’ensuivit. Cependant, l’occupation latine de la capitale et sa reconquête finirent par saper les ressources militaires byzantines, en même temps que les frontières géographiques impériales s’étaient dangereusement rétrécies, notamment en Asie Mineure et en Grèce. De plus, malgré les efforts afin de reconstituer une armée professionnelle, le gouvernement byzantin devint de plus en plus dépendant des services de mercenaires étrangers. L’armée de métier put encore profiter, de manière toute relative selon les époques, de l’appui de milices provinciales. Par contre, à mesure que les menaces externes se précisèrent autour de l’empire et que les coffres publics se vidèrent, force fut de constater qu’il y eut de moins en moins de mercenaires pour servir, ce qui contraignit les milices en provinces à défendre leur propre territoire contre les envahisseurs. Leur efficacité demeura donc limitée.

De toute manière, l’Empire byzantin tirait à sa fin. Les nombreuses réformes militaires visant à adapter l’armée aux nouvelles donnes stratégiques et tactiques ne purent assurer à terme la survie de l’empire. En peu de temps, les Serbes parvinrent à conquérir la Macédoine, comme des aventuriers francs étaient parvenus à occuper la Grèce. En fin de compte, l’armée byzantine connut sa fin avec le siège de Constantinople par les Turcs. Ayant vécu leur montée en puissance à l’intérieur même de l’Empire byzantin, les Turcs dirigés par le sultan Mehmed II capturèrent Constantinople en 1453, ce qui mit fin à l’empire et à son armée.

La Bataille d’Angleterre (1940)

Introduction

La bataille d’Angleterre se déroula de juillet à octobre 1940 et elle fut un engagement aérien majeur de la Seconde Guerre mondiale, en empêchant une invasion du sol britannique par l’Allemagne. Pour remettre les choses en contexte, rappelons simplement que l’armée allemande avait rapidement conquis le nord-ouest de l’Europe entre avril et juin de la même année. La France tombée, la seule résistance sérieuse qui put s’offrir à l’armée allemande résida dans ce qui restait de l’armée britannique, qui avait évacué le continent depuis Dunkerque, de même que par la Royal Air Force (RAF) et la Royal Navy.

Étonné de constater que l’Angleterre n’avait pas capitulé ou demandé la paix, Hitler ordonna à ses généraux de préparer un plan d’invasion des îles Britanniques. Ce faisant,  il apparut évident, à l’époque, que le contrôle complet du ciel devint une condition essentielle au succès de l’entreprise. Par conséquent, l’état-major allemand se mit au travail et présenta à Hitler un plan d’invasion qu’il approuva, et ce, moins d’un mois après la fin de la campagne de France. Doté du nom de code Seelöwe (Otarie), la phase initiale de l’opération devait commencer à la mi-août 1940. Ainsi, le calendrier élaboré pour l’invasion reposa sur l’assurance donnée par le Reichsmarschall Goering, le commandant en chef de la Luftwaffe, que la RAF serait rapidement éliminée du ciel. Prévue pour la mi-août, l’invasion débuta en fait le 10 juillet (selon la perspective britannique), lorsque la Luftwaffe et la RAF s’affrontèrent au-dessus de l’Angleterre et de la Manche, au moment où les bombardiers allemands attaquèrent les installations portuaires britanniques.

La donne stratégique: forces et faiblesses des belligérants

Dans ce contexte, il est important préciser que la RAF allait affronter un adversaire de taille. En effet, la Luftwaffe disposa, à la mi-juillet de 1940, de 2,800 appareils (dont 800 chasseurs monomoteurs et près de 300 chasseurs bimoteurs) face aux 900 appareils de chasse britanniques chargés de les intercepter. De plus, soulignons qu’une quantité non négligeable de pilotes allemands bénéficiaient déjà d’une expérience appréciable du combat aérien. Certains s’étaient portés volontaires pour combattre aux côtés des nationalistes lors de la Guerre civile espagnole (1936-1939), tandis que d’autres avaient fait campagne en Pologne, en Norvège, aux Pays-Bas et en France.

À cela, les Allemands disposèrent de plus de 1,200 bombardiers, mais cet avantage apparut bien relatif. Pour être efficaces et bien protégés, les bombardiers dépendirent des appareils de chasse censés les escorter. Dans ce contexte, les monomoteurs Messerschmitt BF-109 avaient un rayon d’action qui leur permettait de survoler le sud-est de l’Angleterre pendant une période maximale de vingt minutes seulement, et ce, même si les appareils décollaient de bases situées dans le nord de la France et de la Belgique. En d’autres termes, dès qu’ils survolaient la zone en question, les pilotes de chasse allemands devaient éviter de s’aventurer trop profondément et de voler trop longtemps, sinon ils n’auraient pas assez d’essence pour rentrer.

Mal escortés par des chasseurs au trop court rayon d'action, les bombardiers de la Luftwaffe furent plus souvent qu'à leur tour laissés à eux-mêmes. Ils constituèrent des cibles faciles pour la chasse britannique.

Pour leur part, la carence du nombre désavantageait assurément les Britanniques, mais encore là, tout demeurait relatif. Considérons qu’à l’été de 1940, l’Angleterre pouvait compter sur un impressionnant réseau d’une cinquantaine de stations radars de longues et courtes portées capables de repérer et suivre les déplacements des escadrons ennemis, en lien avec des stations radios capables de relayer rapidement l’information aux pilotes. Ainsi, les radars purent fournir à la RAF des informations cruciales sur les intentions ennemies, ce qui permit de guider les appareils britanniques vers les points les plus névralgiques du front aérien. En clair, l’Angleterre avait désormais des yeux et des oreilles. Les Britanniques jouissaient également d’autres avantages, notamment celui de pouvoir décrypter les transmissions codées allemandes et d’avoir eu en la personne du maréchal de l’Air Hugh Dowding, le commandant du Fighter Command, un excellent organisateur et judicieux stratège.

Parmi la liste des nombreux avantages favorisant les Britanniques, n’oublions surtout pas qu’ils allèrent livrer la bataille au-dessus du territoire national. Cela leur permettrait de faire un usage optimal du rayon d’action de leurs magnifiques appareils de chasse que furent les Hurricane et les Spitfire. Aussi, s’ils étaient abattus, les pilotes qui pourraient s’éjecter tomberaient en zone amie et seraient secourus par les soldats ou les civils. Par ailleurs, l’industrie aéronautique britannique opéra au maximum de ses capacités et elle fut secondée par une efficace organisation d’équipages au sol capables de réparer rapidement les appareils endommagés et ainsi les remettre en service. Bien entendu, la perte de nombreux pilotes qualifiés fit mal à la RAF, mais à terme, elle s’en remit davantage si l’on compare aux pertes similaires de compétences enregistrées par la Luftwaffe.

Au plus fort de la bataille, les périodes de repos étaient rares pour les pilotes et mécaniciens britanniques. Sitôt revenus au sol pour faire le plein d'essence et de munitions, il fallait redécoller, parfois avec des appareils endommagés. On remarque à droite de la peinture la présence (fictive?) du premier ministre Churchill.

La bataille: les difficultés allemandes à maintenir le cap

Cela étant, on remarque que Hitler ordonna, le 1er août, un changement de stratégie, car les assauts aériens contre les navires et les installations portuaires britanniques en juillet n’apportèrent pas les résultats escomptés. Ordre fut alors donné de concentrer les efforts directement contre la RAF, en attaquant ses appareils dans les airs, ses bases et ses stations radars. À cet égard, la journée du 13 août 1940 fut des plus intenses dans les airs, mais elle traduisit également un manque de coordination (sinon une confusion) dans la stratégie aérienne allemande. Notons qu’au cours de cette journée, la Luftwaffe exécuta 485 sorties de bombardiers et 1,000 pour les chasseurs, qui tous attaquèrent les ports de la Manche et les bases aériennes des comtés du Hampshire et du Kent.

La Luftwaffe perdit 45 appareils cette journée contre 13 pour la RAF. Deux jours plus tard, les Allemands enregistrèrent des pertes de 75 appareils contre 34 pour les Britanniques. Quant à la journée du 20 août, elle fut probablement l’une des plus terribles de l’histoire de la guerre aérienne. Le ciel britannique était chargé de centaines d’appareils, ce qui fit dire au premier ministre Churchill qu’en aucun moment dans l’histoire des conflits armés, une si grande population fut redevable à une si petite quantité d’hommes (les pilotes de la RAF).

Si on lit entre les lignes, on peut en déduire que Churchill était conscient à cette date que la RAF était en mesure de « gérer » la bataille, c’est-à-dire qu’elle put anticiper les mouvements ennemis et, bien que les ressources britanniques soient limitées, poser les gestes conséquents. Le ratio des pertes favorable aux Britanniques fut donc un élément prometteur, mais ce qui fit le plus mal aux Allemands, à notre avis, fut ce manque de constance dans leur stratégie aérienne, carence que nous venons d’évoquée. Prenons un autre exemple. Le 24 août, l’aviation allemande concentra ses assauts contre les bases et les industries aéronautiques, alors que le travail de destruction des stations radars et autres réseaux de communications n’était même pas achevé.

De l'autre côté de la Manche, les pilotes et mécaniciens de la Luftwaffe trimèrent dur afin de maintenir une cadence d'opération qui s'avéra infernale pendant l'été et l'automne de 1940.

Deux semaines plus tard, le 7 septembre, la Luftwaffe changea à nouveau de stratégie. N’ayant pas réussi à contrôler le ciel, tout en étant ignorants des sérieuses faiblesses de la RAF (manque de pilotes, d’avions, difficultés des réparations, etc.), les Allemands envoyèrent 300 bombardiers escortés de 600 chasseurs dans une attaque directe contre la cité de Londres. Cette manœuvre marqua le début du fameux Blitz, qui consista en des assauts sporadiques de bombardiers contre la capitale britannique jusqu’en mai 1941. Dans la semaine qui suivit, l’assaut fut élargi afin d’inclure d’autres villes pour atteindre son apogée le 15 septembre avec un raid de jour contre Londres, où la Luftwaffe enregistra des pertes effarantes.

La bataille dans le ciel de l’Angleterre se poursuivit jusqu’à la fin d’octobre, mais les combats les plus intenses se déroulèrent au cours de la période du 15 août au 15 septembre. Pendant ce mois, la RAF perdit précisément 201 pilotes tués et 493 appareils, alors que la Luftwaffe déplora la perte d’au moins 1,100 aviateurs et 862 avions. Par ailleurs, les services d’intelligence britannique purent amasser suffisamment d’informations pour conclure que Hitler avait effectivement ordonné, le 17 septembre, un report de l’opération Seelöwe. Cela ne signifia pas un arrêt complet de l’offensive, mais seulement un report de l’invasion terrestre (report qui fut définitif). De plus, la menace demeura, car les observations démontrèrent que Hitler laissa dans les divers ports de la Manche sous contrôle allemand quelque 1,000 embarcations maritimes de transport de troupes. Toujours à la fin de 1940, il sembla évident que Hitler eut l’esprit ailleurs et ordre avait déjà été donné à son état-major de préparer des plans pour une invasion de la Russie.

Conclusion

Dans les faits, et bien que la date précise puisse varier selon les sources, on peut affirmer que la Bataille d’Angleterre était terminée à la fin d’octobre 1940. À ce moment, la Luftwaffe avait perdu environ 1,800 appareils et 2,500 aviateurs, tandis que la RAF déplorait des pertes de 1,100 avions et 550 pilotes. On retient de la Bataille de l’Angleterre l’émergence de toute une série de technologies, comme le radar, de même que l’importance de la contribution de la recherche scientifique et des applications technologiques comme des éléments ayant largement contribué à la victoire britannique.

La Bataille d’Angleterre constitue également la première défaite majeure de l’Allemagne depuis le début des hostilités et un prélude à la défaite finale. La bataille démontra hors de tout doute le besoin de contrôler le ciel le plus longtemps possible afin d’obtenir la victoire terrestre. Aussi, et bien que nous n’avons pas élaboré le volet politique, la bataille s’inscrit dans un contexte de fortes luttes internes, tant au sein de la Luftwaffe que de la RAF, quant à la stratégie à adopter et aux types de ressources à consacrer, pour ne nommer que quelques problèmes.

Parallèlement, cette bataille, comme dans bien d’autres, nous révéla des épisodes épiques de courage et d’abnégation de part et d’autre. Sans surprise, la Bataille d’Angleterre figure parmi les plus grands engagements aériens de l’Histoire.

Un élément du mémorial de la Bataille d'Angleterre situé à Folkestone. Cette sculpture représente un pilote de la RAF, dans l'attente de redécoller.

Le concept du Blitzkrieg : une mise au point

Introduction

Puissant symbole du Blitzkrieg, le bombardier allemand en piqué Junker-87 Stuka.

Guerre rapide, éclair et tactiquement révolutionnaire pour les uns, le concept du Blitzkrieg correspond à l’avance agressive d’armées allemandes en apparence invincibles, si bien que le mot en soi frappa l’imaginaire de nombre d’historiens et du grand public intéressé par l’étude de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que cette dernière affirmation renferme une part de vérité, mais il est également important, croyons-nous, de faire une mise au point sur la signification réelle du concept, de même que son utilisation dans la littérature de ce conflit.

Précisons d’emblée que le Blitzkrieg figure parmi les concepts militaires les plus utilisés, et surtout parmi les énoncés les moins bien compris de l’histoire militaire du XXe siècle. Historiquement parlant, on trouve les origines du Blitzkrieg, si l’on peut dire, dans l’« état d’esprit » de l’armée allemande défaite, au lendemain immédiat de la Première Guerre mondiale. Plus précisément, l’armée allemande dirigée par le chef d’état-major Hans von Seeckt entreprit au début des années 1920 une vaste étude de la guerre de 1914-1918 et des leçons à en tirer. De cette analyse d’envergure, l’armée fit un premier constat, qui nous apparaît fort intéressant et révélateur, à savoir que les tactiques et les concepts opérationnels développés au cours des deux dernières années de la guerre avaient été efficaces. Cela ne signifia en rien qu’il fallut reproduire le même schème, mais les expériences qui en avaient été tirées allèrent assurément aider la nouvelle armée allemande de la période de l’entre-deux-guerres à raffiner sa doctrine tactique.

L’« école » de 1914-1918

Le général Hans von Seeckt, le commandant en chef de la Reichwehr dans les années 1920. Sa vision de la guerre et ses efforts afin de réorganiser l'armée jetèrent les bases qui permirent à ses successeurs de poursuivre l'oeuvre de modernisation.

Cela dit, Seeckt faisait ici référence aux tactiques d’infiltration qui avaient été particulièrement efficaces au printemps de 1918, notamment sous la direction du général Oskar von Hutier. À l’époque, celui-ci préconisa une technique d’assaut qui prévoyait d’abord le recours à un bref, mais dévastateur barrage d’artillerie qui emploierait beaucoup d’obus à gaz et fumigènes, suivi d’une attaque d’infanterie menée par des unités d’assaut spéciales. Équipées d’une variété d’armes telles des fusils, des grenades, des pistolets-mitrailleurs et des lance-flammes, ces unités avaient pour mission particulière de percer le front ennemi en ses points les plus vulnérables.

Une fois les objectifs de premières lignes clairement identifiés, les unités d’assaut spéciales devaient s’en emparer et faire en sorte d’atteindre les lignes arrière du front ennemi, dans le but de capturer ses quartiers-généraux, ses dépôts et ses lignes de communication. Un autre aspect important de la théorie de Hutier sur les tactiques d’assaut consista pour les assaillants à ne pas s’attarder sur un point de résistance, mais plutôt de l’isoler, le contourner et poursuivre l’avance. Ce faisant, il reviendrait au corps principal de l’infanterie lourde suivant les forces d’assaut à s’acquitter de cette tâche. Toutes ces tactiques connurent d’incroyables succès contre les Russes lors de la bataille de Riga à l’automne de 1917, de même contre les Italiens à Caporetto à la même époque, ainsi qu’au moment des phases initiales des offensives sur le front Ouest au cours de la première moitié de 1918.

Malgré qu’elle ait effectivement perdu la guerre, l’armée allemande crut que ces concepts, combinés avec la technologie appropriée, pouvaient effectivement apporter la victoire. C’est ainsi que l’armée passa les quinze années suivant la fin de la guerre à améliorer les technologies associées aux chars d’assaut, aux véhicules blindés et aux avions, de sorte à forger une nouvelle doctrine tactique. D’ailleurs, mentionnons que ces réflexions de la période de l’entre-deux-guerres n’avaient rien de secret, dans la mesure où elles étaient publiquement débattues dans divers périodiques du monde des affaires militaires. De plus, l’Histoire retient souvent le nom de Heinz Guderian comme la grande figure pensante du renouveau de la pensée tactique allemande, mais les contributeurs furent beaucoup plus nombreux, du moins parmi les puissances militaires qui purent consacrer des ressources aux études doctrinales (Rommel, Guderian, Hart, Fuller, de Gaulle, etc.). L’idée étant de traduire en actions concrètes, par des manœuvres expérimentales sur le terrain, des concepts qui verront naître d’importantes structures organisationnelles telles les divisions motorisées et de Panzers.

Le Blitzkrieg : les faits

Par ailleurs, un autre élément du problème qui peut étonner, ou du moins surprendre quelque peu est le fait que le mot Blitzkrieg n’apparaît que rarement dans la littérature militaire allemande de l’entre-deux-guerres. C’est particulièrement le cas des analyses qui se penchèrent sur la guerre terrestre. Plutôt, on employa le concept de Bewegungskrieg, qui peut se traduire littéralement par guerre de mouvement. La seule mention du mot Blitzkrieg sembla paraître dans certaines publications qui s’intéressèrent alors aux nouvelles tactiques de la guerre aérienne. Vulgairement résumé, le concept était défini comme un coup fatal que la Luftwaffe devrait asséner à une force aérienne ennemie ayant déjà un genou à terre.

Dans son essence intellectuelle et au niveau des premières expériences pratiques, le Blitzkrieg put ressembler au dernier exemple évoqué. Ainsi, une campagne militaire débuterait par un violent assaut de la Luftwaffe afin de rapidement fournir à l’Allemagne la supériorité aérienne. Après cela, l’avance de l’armée serait précédée par des divisions de Panzers, elles-mêmes appuyées par des divisions d’infanterie motorisées. Organisées à l’échelon du corps d’armée, ces unités viseraient, comme en 1918, à percer profondément le front ennemi, détruisant au passage ses quartiers-généraux, ses dépôts et ses lignes de communication. Une fois les unités ennemies encerclées, les divisions d’assaut allemandes s’arrêteraient, se placeraient en position défensive, puis elles attendraient la contre-offensive des forces emprisonnées.

Le Blitzkrieg tire ses origines de l'expérience acquise par les troupes d'assaut spéciales (Stosstruppen) à la fin de la guerre de 1914-1918. L'idée demeure simple: attaquer en force un point précis pour fixer l'ennemi, puis le déborder sur les flancs et poursuivre l'avance.

Pour sa part, l’armée de terre allemande, composée de divisions d’infanterie à pied (dépendantes de leurs chevaux pour assurer leur logistique), avancerait à son rythme, indépendamment des divisions motorisées. La mission des divisions à pied serait d’établir la liaison avec les unités motorisées afin de resserrer les mailles du filet tendu autour des forces ennemies isolées, pour finalement les détruire ou les contraindre à capituler. La finalité d’une telle opération est somme toute simple, soit amener l’ennemi dans une grande bataille d’annihilation (Vernichtungschlacht), un concept qui était déjà bien ancré dans la tradition militaire allemande, dont on peut retracer les origines jusqu’à la pensée clausewitzienne. Bien entendu, le concept avait été raffiné avec le temps, notamment sous la direction inspirée de Helmuth von Moltke (l’aîné) et plus tard sous Alfred von Schlieffen au tournant du XXe siècle. Évocatrice de la grande bataille de Cannes de l’Antiquité, cette idée d’anéantir l’ennemi au cours d’une immense bataille dite de double encerclement avait déjà un précédent dans l’histoire militaire allemande avec la victoire à Tannenberg en 1914.

Dans tout ce contexte, rappelons que certaines mésinterprétations du concept du Blitzkrieg reposent sur notre compréhension collective du rôle joué par la Luftwaffe. Dans la réalité, on assigna à l’armée de l’air allemande des missions d’ordre opérationnelles, c’est-à-dire qu’on demanda à ses escadrons d’attaquer des cibles stratégiques et opérationnelles comme les jonctions ferroviaires, les dépôts, les quartiers-généraux et les concentrations des réserves ennemies. Peu de ses ressources furent consacrées à des missions d’appui direct des unités au sol et lorsque la Luftwaffe le fit, ce fut uniquement quand les circonstances s’y prêtèrent. L’une des raisons pouvant expliquer cet état des choses fut que la coopération air-sol fit régulièrement défaut, notamment lorsque l’armée de l’air tira accidentellement sur des troupes amies au sol.

Lors d'une campagne dite de "Blitzkrieg", la force et la rapidité s'avèrent des éléments essentiels à la victoire. Cependant, rappelons un troisième élément qui est tout aussi important (sinon plus): la qualité de la coordination entre les forces motorisées (photo), les troupes à pied et l'aviation.

Conclusion

En dépit de ses imperfections, le concept du Blitzkrieg put servir la cause de la Wehrmacht, du moins lors des deux premières années de la guerre, de 1939 à 1941. Par contre, il faut garder à l’esprit que les victoires militaires impressionnantes des forces allemandes au cours de cette période le furent face à des armées ennemies qui n’étaient, pour la plupart, pas en mesure de leur barrer efficacement la route (et nous incluons dans ce volet la puissante armée française qui souffrit d’une sérieuse crise du haut commandement en 1940).

Dans de telles circonstances, la victoire, que l’on étiqueta sous l’appellation du Blitzkrieg, fut obtenue grâce à un petit nombre de divisions motorisées et de Panzers. Ces dernières ne comprirent jamais plus du quart de toute l’armée, mais elles combattirent avec détermination, sous la direction de jeunes officiers formés à la nouvelle doctrine. Ce fut lorsque l’armée allemande s’aventura en Russie en 1941 que le système s’effondra, sous les pressions combinées de l’immensité géographique et de la motorisation accélérée des forces alliées par la suite.

La conclusion que l’on peut donc tirer du Blitzkrieg est qu’après la fin de la guerre, certains auteurs tentèrent de récupérer à leur profit la soi-disant « paternité » du concept. On pense entre autres à Guderian lui-même, mais également à d’autres auteurs de la pensée stratégique comme B.H. Liddell Hart. Cela étant, et au-delà des débats entre historiens, le Blitzkrieg continuera de marquer l’imaginaire, et ce, en dépit des failles évidentes dans son application par l’armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale.

La Guerre austro-prussienne (1866)

Introduction : la montée en puissance d’une crise

Celui que l'on surnomma le "Chancelier de Fer", Otto von Bismarck.

La Guerre austro-prussienne de 1866, qui est aussi identifiée dans la littérature sous diverses appellations comme la Guerre de Sept semaines, la Guerre fratricide allemande ou la Guerre d’Unification, pour ne nommer que quelques étiquettes, fut une étape majeure dans l’édification de l’Allemagne moderne.

On peut retracer les origines du conflit dans l’attitude du ministre-président prussien Otto von Bismarck qui, dans les années 1860, se plaignit du manque d’ouverture de l’Autriche au sujet de certaines prétentions territoriales prussiennes. En fait, le véritable problème résida dans la structure de la Confédération allemande. Celle-ci forma un ensemble politique plus ou moins solide et cohérent comprenant trente-neuf États germanophones indépendants. Cette Confédération fut mise en place par les puissances alliées au Congrès de Vienne de 1815, dans le contexte de la fin des guerres napoléoniennes, notamment pour étouffer certaines ambitions nationalistes allemandes.

D’un point de vue autrichien, et particulièrement dans l’opinion de l’empereur François-Joseph 1er, l’important fut que, justement, la Confédération demeure un ensemble étatique élastique. Le monarque autrichien ne fut pas sans savoir qu’il dirigeait un empire multinational polyglotte défendu par une armée qui incorporait dans ses rangs des soldats s’exprimant dans plus d’une douzaine de langues, sous la direction ferme d’un corps d’officiers et de fonctionnaires germanophones. Ainsi, François-Joseph avait tout à perdre de la montée en puissance d’États allemands politiquement unifiés, car l’influence d’une éventuelle Allemagne pourrait faire en sorte de détacher les germanophones d’Autriche de l’empire des Habsbourg. Par conséquent, l’empereur contra par tous les moyens politiques les efforts de refonte de la constitution de la Confédération allemande.

Bien que n’étant pas moins conservateur que François-Joseph, Bismarck se positionna politiquement, et de manière astucieuse, entre les Autrichiens et les Allemands « libéraux », qui tous deux étaient attirés par la possibilité de création d’un État-nation allemand. Au printemps de 1866, Bismarck sembla leur offrir cette perspective sur un plateau d’argent. Sachant que l’Autriche déclarerait à coup sûr la guerre sur cet enjeu, Bismarck proposa la création d’un parlement allemand élu démocratiquement et dont la tâche serait d’étudier la question de la future constitution d’une Allemagne unifiée.

Cette idée fut en fait l’aboutissement du rejet de la proposition autrichienne de 1864 à l’effet de céder le plein contrôle du Schleswig-Holstein à la Confédération allemande (le territoire fut pris au Danemark en 1864 et conjointement administré par l’Autriche et la Prusse, malgré que Bismarck le voulut pour la Prusse seule). Qui plus est, Bismarck prit soin de nouer une alliance militaire anti-autrichienne avec le nouveau royaume d’Italie en mars 1866. Cette dernière constatation finit par convaincre François-Joseph de la nécessité et de l’inévitabilité de la guerre.

Carte de l'empire autrichien montrant les enjeux stratégiques et les principaux engagements lors de la guerre austro-prussienne, puis celle impliquant l'Italie en 1866. (Cliquez pour agrandir).

La guerre de 1866 : la donne stratégique

Non sans surprise, l’Italie perçut la montée en puissance de la crise austro-prussienne comme une opportunité de réclamer pour elle-même la province de la Vénétie, sous l’administration des Habsbourg depuis 1815. Par contre, une éventuelle prise de la Vénétie par une armée italienne bien équipée et entraînée serait loin d’être une partie de plaisir, car le territoire était alors défendu par un réseau de quatre puissantes forteresses. Le roi italien Victor-Emmanuel II signa donc un traité avec la Prusse et ordonna la mobilisation de l’armée afin d’honorer son engagement. Lorsque l’Autriche mobilisa à son tour dans le but de contrer la menace italienne, Bismarck incita le roi de Prusse Guillaume 1er à ordonner au général Helmuth von Moltke, le chef d’état-major général, de commencer la mobilisation de l’armée.

Le cerveau derrière la nouvelle armée prussienne de 1866, Helmuth von Moltke.

Pour leur part, les Autrichiens eurent tôt fait de protester contre la situation, parce qu’ils jugèrent que leurs mesures de mobilisation étaient destinées uniquement pour se protéger de l’Italie. De plus, les informateurs sur le terrain avaient averti Vienne de la rapidité et de l’efficacité de la mobilisation des unités de l’armée prussienne. En effet, et cela n’est guère surprenant avec le recul, la nomination en 1857 de Moltke au poste de chef d’état-major général avait permis de réorganiser de fond en comble l’armée prussienne. Le but premier fut d’accélérer le processus de mobilisation (qui peut être long et confus au plan administratif) et faciliter le déplacement des troupes. Ensuite, Moltke réduisit les effectifs de la grossière et lente Landwehr (une sorte de garde nationale de réserve) pour accroître proportionnellement le nombre de soldats de l’armée régulière composée d’hommes plus jeunes et agiles.

Quant aux déploiements de cette nouvelle armée, ceux-ci seraient effectués par chemins de fer (et non par marches forcées) et coordonnés à l’aide du télégraphe. Plus encore, toute l’armée prussienne disposa en 1866 d’un fusil à rechargement par la culasse, le Dreyse zündnadelgewehr (« fusil à aiguille ») qui a une cadence de tir cinq fois plus rapide que celle des fusils autrichiens à rechargement par la bouche. Une autre preuve de l’efficacité logistique de l’armée prussienne réside dans le fait qu’à peine quelques jours après la déclaration de guerre par l’Autriche en juin, les forces de Moltke occupèrent déjà toute la Saxe (une alliée de l’Autriche) et elles firent mouvement vers la frontière autrichienne. Une fois rendues, les troupes prussiennes se préparèrent pour une grande bataille d’encerclement sur l’Elbe, d’après l’expression allemande du Kesselschlacht.

Le dispositif mécanique du fusil Dreyse mis en service dans l'infanterie prussienne en 1841. Le Dreyse était un fusil qui tirait une cartouche grâce à une amorce qui était placée à la base de la balle. L'allumage avait lieu par la suppression de l'amorce par une aiguille qui était poussée au creux de la charge de poudre noire tout entière pendant le chargement de l'arme. Le Dreyse fut le premier fusil militaire utilisé à grande échelle avec un mécanisme de chargement par la culasse.

C’est ainsi que Moltke divisa ses forces en trois armées distinctes. Il créa l’Armée de l’Elbe (46,000 hommes) qui prit position en Saxe, la 1ère Armée (93,000 hommes) positionnée en Lusace (aux confins de la Silésie et de la Bohême) et, enfin, la 2e Armée (115,000 hommes) stationnée en Silésie. La forte concentration de combattants dans la 2e Armée refléta la volonté de Moltke de traverser le territoire habsbourgeois de la Bohême sur un large front afin de prendre de flanc et encercler les 245,000 soldats de l’Armée du Nord du général autrichien Ludwig von Benedek. Pour sa part, ce même général Benedek aurait dû profiter de l’immense avantage que lui conféra la qualité de ses lignes intérieures afin de parer les manœuvres adverses. Par exemple, Benedek et son imposante armée étaient localisés dans et autour de la ville fortifiée d’Olmütz en Moravie, plus précisément dans le quadrilatère des forteresses bohémiennes de Josephstadt, Theresienstadt, Königgrätz et Pardubitz. Ainsi, le général autrichien aurait pu adroitement manœuvrer sur les flancs des Prussiens, ou encore frapper simultanément leurs trois armées divisées.

Le général Ludwig von Benedek. En dépit de ses longs états de service et malgré les ressources qu'on lui octroya, il semble que Benedek ne fut pas à la hauteur de la situation en 1866.

Étrangement, Benedek ne fit rien. Son tempérament pessimiste et mélancolique n’arrangea certainement pas les choses. Benedek resta dans Olmütz pendant des semaines, regrettant de ne pas avoir été dépêché sur le front italien, où il estima être plus familier avec ce théâtre. Inquiet de l’inaction de Benedek, l’empereur François-Joseph insista pour qu’il accepte la présence à ses côtés du général Gideon Krismanic comme « chef des opérations ». Cette nomination avait pour but non seulement de revigorer Benedek, mais aussi son chef d’état-major, le général Alfred Henikstein. Descendant d’une famille de riches banquiers viennois, Henikstein n’avait que peu d’expérience militaire et il avait été accepté par Benedek en raison de ses « prouesses financières ». En effet, pendant des années, cet ami proche de Benedek avait épongé ses lourdes dettes de jeu. Henikstein et Benedek virent d’un très mauvais œil l’arrivée de Krismanic. Toutes ces circonstances firent en sorte qu’ils prirent beaucoup de retard dans leur étude conjointe de la situation. La tâche la plus urgente à réaliser consista à transférer l’essentiel des effectifs autrichiens au nord-ouest afin de contrer la principale menace prussienne qui débouchait vers Königgrätz (et non pas vers Olmütz).

Les opérations

Bien informé, Moltke n’en crut pas ses yeux, car il s’agissait d’une opportunité inespérée qui se présentait à lui. La lente vitesse avec laquelle se déplaça la manœuvre de flanc autrichienne vers Königgrätz donna à Moltke tout le temps nécessaire pour déplacer sa 2e Armée à travers les montagnes non défendues des Sudètes en Bohême. Ayant débouché à Nachod et Vysokov, le 27 juin 1866, les Prussiens furent surpris de constater qu’ils n’avaient en face d’eux que le 6e Corps du général autrichien Wilhelm von Ramming, qui recula rapidement. Réalisant que les Prussiens menacèrent de déborder l’un de ses flancs, Benedek ordonna au 8e Corps de l’archiduc Léopold de se ruer vers Skalice (un village près de Vysokov) afin de renforcer Ramming. Cette manœuvre n’apporta aucun baume, puisque Moltke put percer ce même front le lendemain, au cours d’un bref, mais violent assaut qui entraîna des pertes s’élevant à 6,000 hommes pour les Autrichiens contre seulement 1,300 pour les Prussiens.

Plus à l’ouest, les restes de la 2e Armée prussienne débouchèrent des montagnes à Trautenau, où le 10e Corps du général Ludwig Gablenz put tenir son front pendant presque toute la journée, quoiqu’il dut à son tour reculer sous une pluie de balles des fusils à aiguille prussiens. Ce dernier engagement occasionna un ratio de pertes de 5:1, ratio qui allait devenir typique de la Guerre austro-prussienne. Cette fois, les Autrichiens du 10e Corps perdirent 5,000 soldats tués ou blessés contre 1,300 pour les Prussiens.

Les deux autres armées sous les ordres de Moltke frappèrent à leur tour en Bohême, à Podol le 26 juin, puis à Jicin le 29, en infligeant plus de 5,000 pertes au 1er Corps autrichien et à deux divisions saxonnes alliées. Cette nouvelle manœuvre de Moltke en Bohême confirma, en quelque sorte, qu’il avait éliminé l’avantage initial dont disposait Benedek quant à l’utilisation des lignes intérieures. Les trois armées prussiennes s’étaient donc rapprochées et elles pouvaient s’appuyer mutuellement au besoin. Encore là, Benedek ne pouvait plus aspirer à les battre isolément.

Un front à ne pas ignorer, les affrontements en Italie. Ici une représentation de la bataille de Custoza du 24 juin 1866, qui se solda par une victoire décisive de l'armée autrichienne.

Tandis que Benedek regroupa ses troupes épuisées et démoralisées, quelque part entre Sadowa et Königgrätz, il fut étonné d’apprendre que l’archiduc autrichien Albrecht, le commandant de l’Armée du Sud, avait vaincu une force italienne de 200,000 hommes avec ses 70,000 soldats. Cette victoire décisive des Autrichiens à Custoza, le 24 juin 1866, fut largement attribuable à la maladresse de l’armée italienne qu’à une ruée véritable des troupes habsbourgeoises. L’armée italienne fut divisée en deux parties commandées par des généraux qui se détestèrent. Le général Enrico Cialdini, qui commanda cinq divisions totalisant 80,000 hommes sur le Pô, refusa effectivement de traverser la rivière et de faire mouvement afin d’appuyer les onze divisions (120,000 hommes) du général Alfonso La Marmora en position près de la rivière Mincio.

Ce faisant, Albrecht put rassembler sa petite armée de 70,000 hommes contre la moitié des forces de l’armée de La Marmora (65,000 hommes), qui avait franchi la rivière Mincio le 24 juin et marché au son du canon vers Villafranca. Ce fut une bataille comportant de nombreuses erreurs tactiques de la part des Autrichiens (sans compter leurs piètres communications), mais ils l’emportèrent au courant de l’après-midi lorsqu’ils attaquèrent les hauteurs de Custoza, forçant ainsi La Marmora à retraverser la rivière Mincio.

Carte de la disposition des forces en présence à la bataille de Königgrätz du 3 juillet 1866 (actuelle République tchèque). On remarque la délicate position dans laquelle se trouve l'armée autrichienne, coincée entre trois armées prussiennes et l'Elbe.

Malheureusement pour les Autrichiens, la victoire de l’archiduc Albrecht n’enleva aucune pression sur Benedek au nord et elle n’eut aucun impact direct et immédiat sur le plan de bataille de Moltke. Benedek regarda avec son habituelle passivité les mouvements des forces prussiennes qui encerclèrent progressivement son armée autrichienne en Bohême, dans les premiers jours de juillet 1866. Sa manœuvre de flanc à l’ouest précédemment évoquée ayant échoué, Benedek ordonna le repli général dans un coin de la Bohême. Ce mouvement facilita davantage la tâche d’encerclement de Moltke. Bivouaquant près de l’Elbe, avec cette rivière dans son dos, entre Sadowa et Königgrätz, l’armée de Benedek se trouva dans une position tactique précaire. Voulant profiter de la vulnérabilité de son adversaire, Moltke lança la bataille de Königgrätz une journée plus tôt qu’il ne l’aurait souhaité, le 3 juillet.

Le commandant prussien ordonna à la 1ère Armée et celle de l’Elbe de pousser vers le cœur des positions autrichiennes. Installé sur la colline de Chlum, Benedek disposa donc d’un certain avantage pour une bonne partie de la journée. À ce stade, son armée compta dans ses rangs 240,000 soldats face à seulement 135,000 Prussiens. Le gros de la force prussienne, soit les 110,000 hommes de la 2e Armée, fut positionné autour de Josephstadt et il n’arriva pas à Königgrätz avant le début de l’après-midi. Malgré cela, Benedek vacilla toujours, notamment lorsqu’il ordonna au général Anton Mollinary d’arrêter la marche de ses hommes, qui étaient en train de réaliser un encerclement prometteur de la plus petite des trois armées prussiennes. L’inaction quasi légendaire de Benedek le laissa à nouveau au dépourvu lorsque la 2e Armée du Prince de la Couronne Friedrich Wilhelm put finalement attaquer à 15h. Frappé simultanément sur son centre et ses flancs par trois armées prussiennes, Benedek perdit 45,000 soldats tués, blessés ou disparus, ce qui correspond au ratio de pertes déjà mentionné de 5 pour 1. La panique se propagea rapidement dans les rangs autrichiens en pleine déroute.

Oeuvre de Carl Rochling représentant la bataille de Königgrätz du 3 juillet 1866. Bien armée, entraînée et commandée, l'armée prussienne parvint à exécuter les mouvements et les batailles que l'on attendit d'elle.

Conclusion : le règlement politique

Cette éclatante victoire prussienne à Königgrätz eut une conséquence politique immédiate. Réalisant qu’une autre défaite menaça carrément les assises de son empire, François-Joseph accepta de conclure un armistice à Nikolsburg, le 26 juillet 1866. Cette trêve, qui prit la forme d’une paix officielle au Traité de Prague en octobre suivant, vit la cession définitive du Schleswig-Holstein à la Prusse, de même que l’expulsion de l’Autriche de la Confédération allemande qui fut, au fond, dissoute. Bismarck la remplaça rapidement par une nouvelle Confédération de l’Allemagne du Nord comprenant les États situés au nord de la rivière Mainz, sous la direction de Berlin. Quant aux combats en Italie, ceux-ci se terminèrent avec l’armistice de Cormons le 10 août, dans lequel la Vénétie fut cédée à l’Italie et, plus important peut-être, l’Autriche dut reconnaître le Royaume d’Italie, ce qu’elle avait refusé de faire depuis la fondation de celui-ci en 1861.

Un vétéran prussien de la campagne de 1866.

La guerre d’usure : quelques aspects conceptuels

Introduction

La bataille de Stalingrad (1942-1943) est souvent interprétée comme le point tournant de la guerre à l'Est. Notre avis est plutôt que dès le moment où les Allemands furent arrêtés devant Moscou en décembre 1941, c'en était terminé des chances du IIIe Reich de l'emporter sur ce front. L'usure ferait le reste.

La guerre d’usure réside en un conflit déterminé par l’accumulation des pertes par les armées sur les champs de bataille. Dans une guerre dite d’« usure », la victoire va au camp qui parvient à supporter les dommages infligés par l’adversaire, et ce, sur une plus longue période que ce même adversaire ne puisse endurer lorsqu’il encaisse des pertes en retour. On remarque souvent dans la littérature que les auteurs distinguent clairement les guerres d’usure des guerres de manœuvre, qui s’exécutent par le mouvement des forces. Dans la guerre de manœuvre, la victoire appartient au camp qui parvient à capturer puis conserver une position stratégique, que l’on peut appeler également une position supérieure. En principe, la manœuvre donne aux commandants les plus habiles une chance de gagner la guerre rapidement et à des coûts relativement faibles, tandis que la guerre d’usure est théoriquement longue et sanglante, avec peu d’opportunités pour les commandants de modifier ou altérer le cours des événements.

Un débat historique

Les théoriciens de la stratégie connaissent parfaitement ces concepts de guerre d’usure et de guerre de manœuvre, de même que la nature du débat historique entourant leurs conceptions et applications concrètes. À titre d’exemple, Sun Tzu, le général chinois du Ve siècle avant notre ère et auteur renommé des affaires militaires, figure parmi les plus grands partisans de la manœuvre. Dans son esprit, la première mission qu’un général doit accomplir consiste à gérer les ressources de l’État de manière à remporter les guerres aux plus bas coûts possible. Cela étant, la perfection dans l’accomplissement de cette mission serait de parvenir à vaincre l’ennemi sans avoir à le combattre, toujours selon les enseignements de Sun Tzu. D’ailleurs, plusieurs comparent la pensée de Sun Tzu avec celle de Carl von Clausewitz, le général et auteur prussien du XIXe siècle qui se pencha également sur la question de la gestion des ressources militaires étatiques. D’autres débats d’un ordre similaire eurent lieu dans l’étude de la stratégie navale, dont les adeptes de la pensée de Julian Corbett attirés par le potentiel de la manœuvre, puis ceux d’Alfred Thayer Mahan qui rappellent l’importance ultime de l’usure.

Dans cet ordre d’idées, les partisans de la guerre de manœuvre préféreront normalement des troupes légèrement équipées pouvant ainsi se déplacer rapidement. Les stratégies de manœuvres signifient donc des mouvements agressifs, impulsifs et théoriquement innovateurs sur les champs de bataille. Pour cette raison, la guerre de manœuvre requiert des commandants qu’ils fassent preuve d’un haut niveau de créativité. À l’inverse, les commandants qui s’attendent à livrer une guerre d’usure chercheront à maximiser la puissance de feu de leurs unités, sans plus. Autrement dit, les stratégies d’usure se concentrent sur la problématique visant à amener cette puissance de feu à l’endroit et au moment décisifs.

Lors de la Guerre civile américaine, le général de l’Union Ulysses Grant employa une stratégie d’usure contre le général Robert Lee et la Confédération au cours de la campagne de Virginie de 1864. Par contre, à mesure que s’achevait le XIXe siècle, la problématique de la guerre d’usure traversa les esprits des penseurs militaires, dans la mesure où les commandants réalisèrent à quel point une guerre prolongée serait destructive lorsque livrée avec des armes de l’ère industrielle. Pire encore, on en vint même à penser que de telles armes pourraient anéantir des sociétés entières. Cela dit, le général prussien Alfred von Schlieffen fut très préoccupé par cette macabre éventualité, si bien que cela le guida dans ses pensées lorsqu’il élabora divers plans en cas de guerre contre la France et la Russie. La stratégie de Schlieffen demandait à l’armée allemande de manœuvrer sur une échelle gigantesque, car le général souhaitait terminer rapidement n’importe quelle guerre éventuelle dans laquelle l’Allemagne serait engagée.

Des soldats de l'Union dans une tranchée lors du siège de Petersburg (Virginie, 1864). Face à un brillant tacticien comme Lee, Grant comprit qu'il fallait trouver une quelconque façon de le vaincre. La stratégie d'usure fut privilégiée face à la Confédération aux ressources limitées.

Le XXe siècle : la stratégie devenue désuète?

Les commandants allemands de 1914 appliquèrent une version modifiée du plan Schlieffen. Cependant, leur tentative de battre la France et la Russie grâce à une manœuvre rapide échoua. À mesure que la guerre continua, les commandants alliés débattirent, de leur côté, des mérites d’une stratégie d’attrition, que ce soit en cherchant la percée des défenses allemandes du front Ouest ou par une manœuvre visant à obtenir une victoire stratégique rapide sur un autre front. Cette dernière stratégie obtint la préférence de certains dirigeants, comme le premier ministre britannique Lloyd George, alors que son commandant en chef d’armée Douglas Haig préféra la première. Malgré tout, toutes les tentatives de gagner la guerre par la manœuvre échouèrent et l’Allemagne finit par capituler lorsque la stratégie d’usure prolongée amena sa société civile au bord de l’éclatement, comme l’avait tant redouté Schlieffen.

Lorsqu'il engagea la campagne de Verdun en février 1916, le général allemand Falkenhayn voulut "saigner à blanc" l'armée française. Concrètement, cela signifiait un ratio de pertes de 1:3 en faveur de ses forces. Au final, après dix mois d'affrontements quotidiens, les pertes franco-allemandes s'équivalèrent presque.

Dans les faits, la Première Guerre mondiale démontra que l’attrition devint une stratégie formelle pour l’obtention de la victoire. En 1915, le général britannique Henry Rawlinson proposa à plus petite échelle une approche tactique qui consista à s’emparer d’une portion du système défensif ennemi, et ce, dans le but d’anéantir les forces adverses qui seraient tentées par une contre-offensive à outrance. Pour leur part, les Allemands avaient employé la stratégie d’usure visant à « saigner à blanc » l’armée française (selon la célèbre expression de Falkenhayn) lorsque débuta la campagne de Verdun en 1916.

Les horreurs associées à la guerre d’usure inspirèrent un certain nombre de penseurs militaires, notamment les auteurs britanniques J. F. C. Fuller et B.H. Liddell Hart, qui devinrent de fervents partisans de la manœuvre. Hart en vint à mettre au point une théorie de la stratégie consistant à mettre en opposition ce qu’on appelle les approches directe et indirecte. Vu ainsi, Hart crut que l’approche indirecte était la clé de la victoire. D’ailleurs, cette manière de voir les choses entra en contradiction avec la pensée de Clausewitz, qui fut sévèrement critiqué par Hart un siècle et demi plus tard, quoiqu’on lui reprocha ultérieurement d’avoir interprété de manière simpliste la pensée clausewitzienne.

Pour l’essentiel, Fuller et Hart espérèrent que la technologie pourrait accroître les habiletés des armées d’exécuter des manœuvres. Les véhicules blindés, crurent-ils, permettraient aux soldats d’infanterie d’avancer contre des positions défensives similaires à celles qui furent pratiquement impénétrables lors de la guerre de 1914-1918. De plus, les avions pouvaient voler au-dessus des positions ennemies et frapper les lignes arrière. La mécanisation sous-entendit aussi la possibilité que des forces militaires puissent parcourir de grandes distances en un temps relativement court.

C’est ainsi que les victoires rapides obtenues par la stratégie allemande du Blitzkrieg contre la Pologne et la France parurent combler les espoirs des théoriciens de la manœuvre de la période de l’entre-deux-guerres. Les chars de la Seconde Guerre mondiale prouvèrent donc leurs capacités à percer le front, tout en parvenant à déborder et neutraliser un nombre substantiel de forces ennemies. Dorénavant, les forces armées pouvaient manœuvrer sur tout un continent.

Cependant, les ressources économiques des Alliés leur permirent ultimement de déployer davantage d’unités et de matériels que celles de l’Axe. Ce faisant, si l’on s’en tient uniquement au contexte de la Seconde Guerre mondiale, les Alliés purent entraîner l’Axe dans une lutte d’usure qui s’avéra, à notre avis, tout aussi significative (sinon plus) que la stratégie de manœuvre de type Blitzkrieg qui frappa l’imaginaire. En complément de l’accroissement de la production industrielle des Alliés, leur offensive aérienne consistant à bombarder systématiquement les installations industrielles ennemies contribua à cette stratégie d’usure d’ensemble. Dans cette optique, il semble pertinent de constater que la majorité des conflits du XXe siècle furent des luttes d’usure et non de manœuvres.

À cet égard, le concept d’usure devient particulièrement important dans la théorie de la guerre de guérilla. Étant donné que les guérillas possèdent rarement les ressources nécessaires pour vaincre les forces gouvernementales, lors d’une bataille rangée classique, elles peuvent seulement l’emporter en épuisant la volonté adverse de poursuivre la lutte. Néanmoins, puisque les guérillas encaissent régulièrement des pertes hors de proportion, elles deviennent à leur tour vulnérables devant la stratégie d’attrition. Pour survivre à l’usure, les guérillas doivent maintenir cette capacité à recruter plus de troupes et amasser des équipements. Traditionnellement, la théorie insurrectionnelle met l’emphase sur l’idée que les guérillas dépendent de leurs bonnes relations avec la société civile afin de sécuriser l’afflux de recrues et de matériel. Par exemple, les insurgés communistes du Vietnam purent soutenir un certain niveau d’usure grâce au ravitaillement de toutes sortes qui passait par la Piste Hô Chi Minh.

Anciens officiers de l'armée britannique et vétérans de la guerre de 1914-1918, les capitaines J.F.C. Fuller (gauche) et B. H. Liddell Hart (droite) se penchèrent sur la question des approches de l'usure et de la manoeuvre pendant la période de l'entre-deux-guerres.

Conclusion

Pour conclure, il est important de préciser que les approches de la guerre par la manœuvre et l’usure ne doivent pas s’exclure. Au contraire, en dépit des opinions divergentes entre les fervents partisans de la guerre de manœuvre et ceux de l’attrition, le débat ne devrait même plus avoir lieu, car ces approches sont complémentaires. En effet, les tactiques modernes comprennent dans leurs fondements ce lien d’interdépendance entre la puissance de feu (l’attrition) et celle du mouvement (la manœuvre).

Le feu tue l’ennemi, créant ainsi une ouverture pour le mouvement des forces amies, qui elles, en retour, sécurisent une position supérieure (stratégique) et utilisent le feu pour recommencer le cycle. Des principes analogues s’appliquent également au niveau stratégique de la guerre. Bien qu’il s’avère utile aux fins théoriques de faire la distinction entre l’usure et la manœuvre, les militaires impliqués dans de véritables affrontements ont instinctivement recours aux deux approches.