Archives de la catégorie ‘Entretiens & biographies’

Introduction

Dans le contexte des commémorations entourant le 150e anniversaire des événements liés à la Guerre de Sécession aux États-Unis (1861-1865), certains noms continuent de forcer l’admiration du public et des historiens. Parmi ces figures désormais légendaires se trouve celle du général Robert Edward Lee (1807-1870), dont la carrière militaire et le destin se confondent avec une page d’histoire des États-Unis qui, nous le pensons, divise encore aujourd’hui la nation américaine.

Robert E. Lee naquit en Virginie et gradua à la célèbre académie militaire de West Point, où il se classa au second rang de la promotion de 1829. Avant que ne débute la Guerre civile, on peut dire que sa carrière militaire fut marquée par trois principaux mandats. Il servit d’abord à la frontière du Texas, puis comme superintendant à West Point et, enfin, comme officier d’active lors de la Guerre américano-mexicaine. Comme officier d’état-major du général Winfield Scott durant la campagne mexicaine, Lee (alors capitaine d’une troupe d’ingénieurs) sut se distinguer et se faire remarquer pour ses capacités à commander et analyser rapidement des situations au combat.

1861: choisir son camp

Au moment où sa Virginie natale fit sécession du reste de l’Union en avril 1861, Lee avait déjà atteint les plus hauts échelons de la hiérarchie militaire. Qui plus est, il refusa même le poste de commandant en chef des forces fédérales (Nord), démissionna et prit la décision d’accepter à la place le poste de commandant des forces sécessionnistes de Virginie. Ce faisant, Lee allait, non sans surprise, accéder aux plus hautes fonctions de la hiérarchie militaire des États confédérés et ainsi avoir une forte influence sur la prise des décisions stratégiques (ce qui lui était quasiment acquis dès l’automne de 1861).

En juillet de la même année, le président confédéré Jefferson Davis lui confia un difficile mandant, soit celui de ramener l’ordre au sein du corps des officiers confédérés de la Virginie-Occidentale miné par les rivalités, la partisanerie politique et les querelles quant à la stratégie à adopter affectèrent leurs qualités opérationnelles. En fait, Lee ne savait trop comment exécuter cette mission, étant incertain quant à la nature de sa propre autorité et assisté par des officiers qui eux-mêmes étaient des novices souvent incompétents. Par ailleurs, Lee savait fort bien que le sentiment de la population de la Virginie-Occidentale penchait plutôt du côté de l’Union, si bien qu’au final, la mission fut un échec.

Toujours en 1861, en novembre, le président Davis dépêcha Lee afin de diriger ce qu’on appela alors le Département de la Caroline du Sud, de la Géorgie et de la Floride, poste qu’il occupa jusqu’en mars 1862. Là, et avec un peu plus de succès, Lee fut chargé d’améliorer les défenses côtières. Compte tenu du peu de ressources à sa disposition, Lee sut malgré tout doter la région de défenses en apparence crédibles, ce qui de toute évidence sut attirer à nouveau l’attention de Davis qui le transféra cette fois à Richmond (Virginie) au printemps. Sans doute que cette nouvelle affectation le séduisit davantage, puisqu’il allait prendre le commandement des forces militaires de cet important État confédéré, en plus de combattre sur sa terre natale. Mais Lee n’allait pas avoir l’entière liberté d’action, dans la mesure où ses gestes seraient scrutés de près par les hommes du président Davis.

La naissance d’un tacticien

Comme dans toute campagne militaire, l’évolution rapide des événements et le hasard donnèrent à nouveau à Lee une opportunité de se faire valoir. Le 31 mai 1862, lors de la bataille de Seven Pines, le commandant de l’armée confédérée chargée de protéger Richmond, le général Joseph E. Johnston, fut grièvement blessé. Le président Davis se tourna vers Lee pour le remplacer, le temps que Johnston achève sa convalescence. Cette porte qui s’entrouvrit à Lee lui fournit l’occasion de remanier la structure de commandement et la stratégie d’ensemble sur le théâtre d’opérations virginien.

D’abord, Lee prit conscience de l’importance d’accoler à ses hommes une identité, une « marque de commerce », pour employer une expression moderne. Il rebaptisa et regroupa ses forces sous le nom d’Armée de la Virginie du Nord (Army of Northern Virginia) et il entreprit aussitôt une campagne d’une année, où il livra des batailles d’un caractère exceptionnel qui forcèrent l’admiration. Vers la fin de juin 1862, Lee entama une campagne connue sous le nom de Seven Days’ Battles. Bien qu’il ne put anéantir les imposantes forces de son adversaire nordiste, le général George B. McClellan, Lee put néanmoins repousser temporairement ce dernier en dehors des environs immédiats de Richmond, malgré que les pertes enregistrées furent importantes.

Lorsque les forces de l’Union sous le commandement de John Pope menacèrent à nouveau Richmond en ce même été, Lee fit équipe avec le célèbre général Stonewall Jackson, où ils infligèrent une humiliante défaite à l’adversaire à la seconde bataille de Mannassas/Bull Run près de Washington, du 28 au 30 août 1862. En fin stratège, Lee vit l’opportunité de poursuivre l’ennemi vaincu et ainsi porter le front de l’autre côté du fleuve Potomac, la barrière naturelle qui sembla protéger la capitale fédérale.

L’idée de porter la guerre au Nord fut audacieuse à ne pas en douter. Le général virginien savait que cette opération ne se ferait pas sans risque. Certes, elle menacerait directement la capitale adverse, mais ses maigres ressources militaires ne lui permettraient pas de protéger sa propre capitale. Par ailleurs, un incident hors de son contrôle faillit entraîner son armée vers un désastre lorsqu’une copie de ses ordres destinés à ses subordonnés tomba entre les mains de McClellan. Ce faisant, McClellan put coincer Lee sur le Potomac, avec le fleuve dans son dos, limitant sérieusement du coup sa marge de manœuvre.

Peinture de Mort Kunstler montrant Lee et les généraux Longstreet et Jackson en train d’analyser la situation le 29 août 1862, lors de la seconde bataille de Manassas. Bien qu’étant le commandant en chef, Robert Lee avait la réputation d’un général à l’écoute des recommendations de ses subordonnés.

C’est là que Lee prit une décision qui nous apparaît juste, bien qu’audacieuse et fort risquée. Ayant des troupes déjà fatiguées par de longues marches issues de précédentes et infructueuses manœuvres vers Washington, Lee choisit de rester sur place, avec le Potomac dans le dos, et de livrer une bataille défensive en attendant que l’ennemi arrive. D’un strict point de vue logistique, ce fut la bonne décision à prendre, car le Potomac représente un obstacle considérable à franchir (ce n’est pas un ruisseau) et Lee ne souhaita pas placer son armée dans une position de vulnérabilité, le dos à l’ennemi. Par conséquent, ses ingénieurs militaires furent affectés à la construction d’ouvrages défensifs plutôt que de pontons. Le résultat d’ensemble fut un match nul (mais pas une défaite), à savoir la bataille d’Antietam/Sharpsburg du 17 septembre 1862, sans doute la journée la plus sanglante jusqu’à présent dans l’histoire militaire des États-Unis.

Naturellement, Lee et son armée auraient pu y rester. D’aucuns seraient tentés de dire qu’il a été chanceux, mais la vérité est que Lee possédait un sens aigu des réalités, notamment en ce qui a trait à sa capacité de juger de la préparation de ses hommes au combat. Antietam fut un massacre, mais l’issue incertaine offrit à l’armée de Lee une porte de sortie vers le sud, dans ce qui apparut comme une retraite en ordre vers la Virginie. Bien que fortement réduite en nombre, cette armée était encore capable de combattre en cette fin de 1862.

En face, le début de la saison hivernale vit le remplacement de McClellan à la tête des forces de l’Union en Virginie par le général Ambrose Burnside. Celui-ci entreprit aussitôt de marcher à nouveau vers Lee, une marche que le Virginien n’eut guère de difficulté à arrêter net compte tenu de l’ineptie de son adversaire. Ce dernier commit la folie de prendre d’assaut la cité de Fredericksburg, où Lee était bien retranché sur les hauteurs, avec de bons ouvrages défensifs, des hommes expérimentés et équipés, ayant à tirer sur des forces ennemies avançant en rangs serrés.

La guerre d’usure

Lee était-il un général invincible? On serait porté à le croire, d’autant qu’au printemps suivant, il continua d’accumuler les succès militaires face à un autre général de l’Union, Joseph Hooker, à Chancellorsville (1er au 4 mai 1863). Là encore, Lee fit preuve d’une maîtrise tactique exemplaire, où son association avec le général Jackson mentionnée précédemment offrit aux États confédérés une autre brillante victoire. Malheureusement pour Lee, il apprit dans les heures qui suivirent la bataille une fort triste nouvelle. Le général Jackson fut victime d’un tir ami durant les affrontements et mourut quelques jours plus tard après avoir été amputé d’un bras.

La perte de ce précieux collaborateur ne ralentit pas Lee, qui marcha à nouveau vers le Nord, à travers le Maryland jusqu’en Pennsylvanie. À Gettysburg, Lee fit à nouveau face à ses vieux adversaires du Potomac sous les ordres du très capable George G. Meade. Ce qui alla devenir la plus importante bataille de la Guerre civile américaine en terme d’effectifs engagés vit le général Lee attaquer vigoureusement du 1er au 3 juillet 1863, mais sans pour autant obtenir la victoire cette fois. Au contraire, les forces de Lee furent saignées à blanc sous une grêle de balles et d’obus, mais comme à Antietam l’année précédente, il parvint à retraiter au Sud en un bon ordre relatif, pour revenir dans le théâtre habituel d’opérations en Virginie.

Peinture de Mort Kunstler montrant le général Lee (à droite) accompagné de son célèbre collaborateur mort de ses blessures à la bataille de Chancellorsville: Stonewall Jackson.

C’est ici qu’il est important, à notre avis, de marquer une pause et rappeler un élément essentiel de la carrière militaire du général virginien. Alors que Gettysburg sembla avoir sonné le glas du destin des États confédérés, la guerre se poursuivit néanmoins pendant encore presque deux ans. Pourquoi? L’une des réponses pouvant expliquer cette « endurance » des États confédérés réside précisément dans la capacité du général Lee à conduire avec succès des opérations avec les moyens du bord. Par « succès », soyons clairs, nous entendons ici tout engagement où Lee parvint à sortir son armée de la bataille avant l’anéantissement et à lui conserver une capacité opérationnelle. Antietam et Gettysburg sont révélateurs à cet égard.

Cependant, il ne faut pas oublier que la période post-Gettysburg (automne 1863 jusqu’à la fin des hostilités en avril 1865) en fut une autre de remarquables réussites pour Lee. Des réussites défensives, certes, mais des succès tout aussi importants pour le destin de la Confédération. Le Virginien allait affronter cette fois un ennemi nettement plus dangereux en la personne du général Ulysses S. Grant, qui venait de prendre le commandement des forces de l’Union au lendemain de Gettysburg. Contrairement à ses prédécesseurs, Grant était parfaitement conscient de la lourdeur de ses propres troupes, de leurs difficultés à manœuvrer avec la même aisance que celles de Lee. Grant fut aux prises avec un « beau problème », dans la mesure où ses effectifs furent nettement supérieurs à ceux de son adversaire, ce qui amena précisément une congestion et d’autres difficultés associées aux déplacements de groupes d’hommes sur le terrain. En ce sens, Lee tenait fermement les rênes de son armée et il put, en quelques occasions et pour un certain temps, choisir le terrain de bataille. La résultante fut un prolongement de la guerre de plus d’une année, en plus d’accroître la protection autour de Richmond.

Fixé par Grant: la fin

Un adversaire de taille pour Lee: le général Ulysses S. Grant.

Lee et Grant s’affrontèrent à plusieurs reprises en mai et en juin de 1864, dans ce qui fut connu sous l’appellation de la Campagne terrestre (Overland Campaign ou Wilderness Campaign). Les pertes de l’Union furent nettement supérieures, mais elle sortit victorieuse. Plus important encore, Grant était parvenu à fixer le gros des forces confédérées à deux endroits en Virginie: Richmond et Petersburg. Tout n’était désormais qu’une question de temps avant que le Sud ne capitule, en principe.

Toujours en appliquant à ses forces délabrées le précepte du maintien d’un minimum de cohésion et de capacités opérationnelles (comme il le faisait depuis 1861), Lee put prolonger la résistance jusqu’au 2 avril 1865. Contraint d’abandonner Richmond ce jour-là, il prit la fuite vers l’ouest, mais Grant le rattrapa rapidement et le força à capituler à Appomattox Court House la semaine suivante.

Conclusion

Comme dans bien des épisodes de l’Histoire militaire, le sort d’une nation ou d’une entité collective est associé de près au destin personnel de ses dirigeants. L’étude de cas du général Lee que nous venons de survoler n’y fait pas exception. Sans aucun doute, le général Lee, qui ne fut pas un militariste, ni un belliciste au sens propre du terme (mais surtout un homme attaché à sa Virginie natale), fut largement reconnu comme ayant été l’un des plus brillants généraux de la Confédération et de l’histoire des États-Unis.

Pourquoi? Parce que Lee fut capable de faire beaucoup avec peu. Tout simplement. Mais plus encore, comme nous l’avons mentionné, il avait ce que nous appelons un « sens aiguisé » de la bataille, à savoir cette faculté à évaluer d’emblée une situation sous tous ses angles (effectifs, équipements, moral, terrain, ennemi en présence, etc.).

Lee a-t-il commis des erreurs? Bien entendu. On pense entre autres à sa décision, à Gettysburg, d’avoir fait attaquer la division du général Pickett (12,500 fantassins) lors d’une charge demeurée célèbre, mais combien désastreuse et controversée. D’ailleurs, Lee s’en excusa auprès de ses hommes, Pickett ne lui pardonna jamais, mais l’épisode a marqué la mémoire collective américaine.

Le général Robert E. Lee (1807-1870) / Mort Kunstler.

Nous concluons sur cette citation qui nous semble le mieux décrire la personne que fut le général Robert Edward Lee. Elle est extraite d’une allocution prononcée par l’historien américain Benjamin Harvey à Atlanta en 1874:

« (General Lee) was a foe without hate; a friend without treachery; a soldier without cruelty; a victor without oppression, and a victim without murmuring. He was a public officer without vices; a private citizen without wrong; a neighbour without reproach; a Christian without hypocrisy, and a man without guile. He was a Caesar, without his ambition; Frederick, without his tyranny; Napoleon, without his selfishness, and Washington, without his reward[1]. »

Voir aussi:

Le 30 avril 2011, la petite communauté des historiens militaires perdait l’un de ses membres les

Edward Richard Holmes (1946-2011).

plus prestigieux. En effet, c’est avec regret que nous apprenions le décès d’Edward Richard Holmes, mieux connu sous le nom de Richard Holmes, emporté par la maladie.

Le parcours professionnel de Richard Holmes se divise essentiellement en trois volets. Il a d’abord été un militaire de carrière, ayant à ce titre atteint le grade de brigadier-général dans l’armée britannique. Par la suite, Holmes devint un historien de réputation internationale qui a enseigné dans nombre d’universités et académies militaires. Enfin, les Britanniques et le monde l’auront surtout connu pour ses nombreuses apparitions dans des documentaires télévisuels et par la production d’une bibliographie des plus prolifique.

Né à Aldridge (Staffordshire, Angleterre) le 29 mars 1946, Richard Holmes entreprit des études universitaires aux États-Unis (Northern Illinois University) et en Angleterre (University of Reading) dans les années 1960. Simultanément, en 1964, il s’enrôla dans la Territorial Army, la branche de la réserve des forces armées britanniques. Il devint officier dès 1966 pour finalement atteindre le grade de brigadier-général. L’essentiel de sa carrière militaire fut passé dans les rangs du 5th (Volunteer) Battalion, The Queen’s Regiment, une unité d’infanterie de ligne levée en 1966, dissoute en 1992 et affectée à l’OTAN en Allemagne de l’Ouest pendant la Guerre froide.

Conjointement à cette carrière militaire, Richard Holmes fut chargé d’enseignement (lecturer) de 1969 à 1985 au prestigieux Department of War Studies de la Royal Military Academy de Sandhurst, pour finalement diriger ce même département à partir de 1984. La qualité de ses recherches académiques et sa gestion efficace des militaires sous son commandement firent en sorte que Richard Holmes se vit récompenser à maintes reprises, soit par une montée en grade ou par des décorations ou promotions à différents postes. À titre d’exemple, il fut décoré en 1979 de la Efficiency Decoration pour ses longues années de services au sein de l’Armée territoriale (réserve). En 1983, il prit le commandement du 2nd Battalion, The Wessex Regiment, une autre unité de l’Armée territoriale levée en 1971 et dissoute en 1995.

C’est en 1986 qu’il prit la décision de quitter le service militaire actif, ayant à cet égard atteint le rang de lieutenant-colonel. Par la suite, Holmes fut promu brigadier-général en 1994 et fut Aide de camp auprès de Sa Majesté jusqu’en 1997, pour prendre sa retraite de l’armée en 2000.

Au plan académique, et au lendemain de son passage à Sandhurst, Richard Holmes devint en 1989 le co-directeur du Security Studies Institute de l’Université Cranfield du Royal Military College of Science à Shrivenham (Angleterre). Il fut aussi, au sein de cette même institution, professeur en études militaires et de sécurité à partir de 1995, poste qu’il occupa jusqu’en 2009. Richard Holmes s’impliqua aussi dans de nombreux projets d’intérêt public, notamment à titre de président de la British Commission for Military History and the Battlefields Trust, de même que vice-président de la National Defence Association (Grande-Bretagne).

Comme mentionné, Richard Holmes fut connu du grand public pour la douzaine d’ouvrages qu’il publia, de même que par ses nombreuses apparitions télévisuelles dans le cadre de documentaires historiques, auxquelles chaque production fut régulièrement combinée à un ouvrage publié. Il fut également l’éditeur en chef de la célèbre encyclopédie Oxford University Press Companion to Military History. Son travail pour la télévision comprend de brillants documentaires comme Rebels and Redcoats sur la Révolution américaine et Battlefiels, une série sur les principales batailles de la Seconde Guerre mondiale.

Richard Holmes a aussi revisité certaines des grandes batailles de l’Histoire dans une série intitulée War Walks, de même que son documentaire intitulé Wellington: The Iron Duke fut acclamé par le public. Dans ces documentaires, Holmes voyagea sur les lieux fréquentés par les principaux personnages et antagonistes, ce qui ne fit que décupler l’intérêt du public pour le genre docu-drama en histoire. Notons enfin une autre célèbre série intitulée Soldiers, A History of Men in Battle, que Holmes produisit de concert avec un autre célèbre historien, John Keegan.

Voici en conclusion les ouvrages publiés sous la plume ou la direction de Richard Holmes, qui nous a quittés au printemps de 2011.

Bir Hacheim: Desert Citadel (1971)

The Little Field Marshal: A Life of Sir John French (1981)

Firing Line, (1985)

Acts of War: The Behaviour of Men in Battle, (1986)

Civil War battles in Cornwall, 1642 to 1646 (Mercia, 1989)

World Atlas of Warfare: Military Innovations That Changed the Course of History

Riding the Retreat: Mons to Marne: 1914 Revisited, (1995)

Battle, (1997)

The Western Front, (1999)

World War II in Photographs, (2000)

Battlefields of the Second World War, (2001)

The First World War in Photographs, (2001)

Redcoat: The British Soldier in the Age of Horse and Musket, (2001)

Wellington: The Iron Duke, (2002)

The D-Day Experience: From the Invasion to the Liberation of Paris, (2004)

Tommy: The British Soldier on the Western Front, (2004)

In the Footsteps of Churchill, (2005)

The Napoleonic Wars Experience (2006)

Sahib: The British Soldier in India 1750-1914, (2005)

Dusty Warriors: Modern Soldiers at War, (2006)

The World at War: The Landmark Oral History from the Previously Unpublished Archives, (2007)

Marlborough: England’s Fragile Genius, (2008)

Bonjour à tous,

Je vous présente cette semaine une excellente entrevue faisant partie d’une série intitulée Conversations with History et réalisée par M. Harry Kreisler de l’Université de Berkeley. Celui-ci s’entretient avec M. James M. McPherson, professeur émérite d’histoire de l’Université de Princeton et spécialiste de la Guerre civile américaine.

La discussion porte sur l’un des ouvrages de M. McPherson ayant pour titre Trial by War, une fort pertinente monographie de la présidence d’Abraham Lincoln. L’entrevue aborde une série de sujets, notamment les qualités qui ont défini la présidence et le leadership de Lincoln, comment en est-il venu à concevoir, sinon inventer, un rôle de Commandant en Chef des armées des États-Unis, de même que l’évolution de sa politique nationale relativement à l’épineuse question de l’esclavage.

Par ailleurs, une portion importante de l’entretien se concentre sur l’objectif général qu’avait Lincoln de préserver l’Union et comment il orienta sa stratégie militaire pour y parvenir. La discussion soulève également la complexité des relations qu’entretint le Président avec ses généraux, en plus de la réflexion et des circonstances qui l’amenèrent à suspendre pour un temps l’habeas corpus et la création de tribunaux militaires pour juger des civils.

Le professeur McPherson dresse un bilan des leçons que l’on puisse tirer de la gestion de la guerre par Lincoln, Commandant en Chef des armées, tout en établissant des parallèles avec la conduite de la guerre à une époque contemporaine.

Bon visionnement!

Sir Basil Henry Liddell Hart (1927)

D’origine britannique, Sir Basil Henry Liddell Hart fut simultanément un journaliste, écrivain, biographe, historien et théoricien dont l’influence sur les études et la pensée militaires se fait toujours sentir. Né à Paris d’un père qui fut ministre du culte dans la English Congregational Church située dans cette cité, Liddell Hart entreprit des études à l’université de Cambridge, études qu’il dut interrompre lorsqu’éclata la Première Guerre mondiale. C’est alors qu’il s’enrôla comme officier dans l’infanterie britannique et qu’il fut grièvement blessé à deux reprises, la première fois à Ypres en 1915 et la seconde sur le front de la Somme l’année suivante.

Liddell Hart passa sa convalescence de 1916 à écrire un pamphlet sur les tactiques de l’infanterie, manuel qui fut officiellement adopté par l’armée britannique en 1917. En 1920, à la demande du War Office, Liddell Hart écrivit un autre manuel d’instruction destiné à l’entraînement de l’infanterie. Après deux années passées dans le nouveau Royal Army Educationnal Corps, une sorte d’école offrant une formation continue aux membres du personnel militaire, il prit sa retraite de l’armée britannique en 1924 pour des raisons de santé.

Liddell Hart fit par la suite carrière comme correspondant militaire pour divers journaux, dont le Morning Post (1924-1926), The Daily Telegraph (1926-1935) et The Times (1935-1939), ce qui marqua en quelque sorte l’apogée de son influence dans les cercles de la pensée militaire. Le caractère innovateur de sa pensée se traduisit notamment par l’élaboration d’idées tactiques reposant sur la notion de torrent en expansion (ou torrent expansionniste) directement inspirée des tactiques d’assaut d’infanterie autrefois expérimentées par les Allemands lors de leurs offensives sur le front français à la fin de la Première Guerre mondiale. Au plan stratégique, Liddell Hart fut un adepte incontesté de ce qu’on appelle l’approche indirecte, un concept dont l’idée maîtresse repose sur les flancs comme points de départ à un assaut, le tout afin d’éviter d’attaquer directement l’objectif.

Dans son ouvrage The British Way in Warfare publié en 1932, Liddell Hart approfondit la notion d’approche indirecte lorsqu’il développa un concept de grande stratégie reposant sur la puissance navale, le blocus économique et l’intervention terrestre à portée réduite de l’armée sur le continent européen. Non sans surprise, dans une Angleterre encore traumatisée par les pertes catastrophiques de la guerre de 1914-1918, les idées de Liddell Hart furent bien accueillies par les différents gouvernements britanniques qui se succédèrent dans les années 1930, surtout au sein d’un establishment militaire bien réfractaire face à l’idée de commettre à nouveau l’armée dans une guerre continentale.

De concert avec le général et spécialiste de la pensée militaire J. F. C. Fuller, Liddell Hart acquit rapidement une réputation qui dépassa les frontières de l’Angleterre lorsqu’il exposa dans une série d’ouvrages les principes sur lesquels la guerre moderne et mécanisée devrait être conduite, notamment par l’utilisation conjointe des chars, de l’infanterie mécanisée et des avions. Ces écrits influencèrent certainement les plus hauts cercles militaires de par le monde à l’époque, notamment chez les Britanniques et les Allemands dans les années 1930. Cependant, l’impact des idées de Liddell Hart auprès des spécialistes allemands de la guerre blindée (et par extension du concept de guerre éclair, Blitzkrieg), tels Fritz Bayerlein et Heinz Guderian, ne fut pas aussi fort que le principal intéressé sembla le croire.

En d’autres termes, Liddell Hart atteignit son plus haut niveau de notoriété et d’influence dans son propre pays, surtout entre 1935 et 1939, alors qu’il fut tour à tour consulté par Duff Cooper (le ministre britannique de la Guerre, 1935-1937) et, plus officieusement en 1937-1938, auprès de son successeur Leslie Hore-Belisha sur une variété de sujets touchant à des réformes dans l’armée britannique. Parmi ces réformes sur lesquelles Liddell Hart fournit des recommandations, notons une certaine « purge » dans les rangs de l’Army Council, une sorte de conseil d’administration de l’armée britannique où fut nommé le populaire Lord Gort, récipiendaire de la Croix de Victoria, et ce, à la place de centaines d’autres officiers supérieurs ayant plus d’ancienneté. Cette purge contraignit des centaines d’autres officiers supérieurs aux compétences douteuses (selon les réformateurs) à prendre une retraite anticipée, ce qui amena ainsi à la révision complète du cursus professionnel des officiers de l’armée britannique (soldes, perspectives d’avancement, âge obligatoire de la retraite, etc.), bouleversant par conséquent le système de professionnalisation et d’administration de la troupe établi au XIXe siècle par le Secrétaire à la Guerre Edward Cardwell (de 1868 à 1874).

Lorsqu’éclata la Seconde Guerre mondiale, la notoriété de Liddell Hart connut un déclin relatif. Il perdit d’abord son emploi de correspondant au Times, car il s’avéra être un partisan d’une paix négociée avec l’Allemagne en 1939-1940. Qui plus est, Liddell Hart n’eut aucune chance d’obtenir un quelconque poste d’importance dans le gouvernement britannique du temps de la guerre, en raison de son opposition systématique à la politique de la guerre totale du premier ministre Churchill (qui voulut le faire arrêter), politique dont l’établissement de la conscription, du bombardement stratégique à outrance et de la capitulation inconditionnelle de l’ennemi alla complètement à l’encontre de ce que Liddell Hart avait prôné avant la guerre.

Après 1945, le penseur britannique put rebâtir sa réputation par la publication d’une série d’entrevues réalisées avec d’anciens généraux allemands et par son habile travail d’édition des archives personnelles du maréchal Erwin Rommel. L’après-guerre fut tout aussi prolifique au plan intellectuel pour Liddell Hart, d’autant que ses publications sur la stratégie et la guerre blindée influencèrent nombre de gouvernements, dont celui d’Israël dans les guerres que mena l’État hébreu entre 1948 et 1973.

Sa contribution au débat d’après-guerre sur l’utilisation de l’arme nucléaire fut également importante et remarquable. Liddell Hart se fit le défenseur de la théorie de l’approche dissuasive de ses armes en cas de guerre totale, tout en étant conscient de l’importance, à ses yeux, des limites posées par la stratégie dissuasive en pleine Guerre froide.

En dépit de ce long parcours par moment tumultueux, Sir Basil Liddell Hart demeure une figure incontournable de la pensée militaire et de l’histoire de la stratégie. La bibliographie ci-dessous fait quelque peu état de l’ampleur de sa contribution.

Scipio Africanus: Greater Than Napoleon (W Blackwood and Sons, London, 1926; Biblio and Tannen, New York, 1976);

Great Captains Unveiled (W. Blackwood and Sons, London, 1927; Greenhill, London, 1989);

Reputations 10 Years After (Little, Brown, Boston, 1928);

The decisive wars of history (1929) (Cet essai constitue la première partie d’un ouvrage ultérieur publié sous le titre: Strategy: the indirect approach);

The Real War (1914–1918) (1930), republié plus tard sous le titre A History of the World War (1914–1918);

Foch, the man of Orleans en deux volumes (1931), Penguin Books, Harmondsworth, England;

Sherman: Soldier, Realist, American (Dodd, Mead and Co, New York, 1929; Frederick A. Praeger, New York, 1960);

The Ghost of Napoleon (Yale University, New Haven, 1934);

The Defence of Britain (Faber and Faber, London, 1939; Greenwood, Westport, 1980);

The strategy of indirect approach (1941, réimprimé en 1942 sous le titre: The way to win wars);

The way to win wars (1942);

Strategy: the indirect approach, third revised edition and further enlarged London: Faber and Faber, 1954;

The Rommel Papers, (editor), 1953;

The Tanks – A History of the Royal Tank Regiment and its Predecessors: Volumes I and II (Praeger, New York, 1959);

The Memoirs of Captain Liddell Hart: Volumes I and II (Cassell, London, 1965);

Why don’t we learn from history? (Hawthorn Books, New York, 1971);

History of the Second World War (Putnum, New York, 1971);

The Other Side of the Hill. Germany’s Generals. Their Rise and Fall, with their own Account of Military Events 1939-1945, London: Cassel, 1948;

The Revolution in Warfare, London: Faber and Faber, 1946;

The Current of War, London: Hutchinson, 1941.

Bonjour chers lecteurs,

J’inaugure une nouvelle catégorie pour ce blogue que j’intitule simplement Entretiens & biographies.

Le but étant de présenter périodiquement de courtes biographies de grands personnages de l’histoire militaire ainsi que des entretiens avec des spécialistes réputés.

Je débute avec un entretien réalisé avec un historien militaire et universitaire de réputation internationale, le Dr. Victor Hanson.

D’emblée, le Dr. Hanson y va d’une affirmation voulant que la pratique de la guerre se révèle indissociable de la condition humaine. Par la suite, Hanson développe un argumentaire sur les particularités d’une soi-disant « approche américaine » de la guerre.

Bon visionnement!