Archives de juin, 2011

Sir Basil Henry Liddell Hart (1927)

D’origine britannique, Sir Basil Henry Liddell Hart fut simultanément un journaliste, écrivain, biographe, historien et théoricien dont l’influence sur les études et la pensée militaires se fait toujours sentir. Né à Paris d’un père qui fut ministre du culte dans la English Congregational Church située dans cette cité, Liddell Hart entreprit des études à l’université de Cambridge, études qu’il dut interrompre lorsqu’éclata la Première Guerre mondiale. C’est alors qu’il s’enrôla comme officier dans l’infanterie britannique et qu’il fut grièvement blessé à deux reprises, la première fois à Ypres en 1915 et la seconde sur le front de la Somme l’année suivante.

Liddell Hart passa sa convalescence de 1916 à écrire un pamphlet sur les tactiques de l’infanterie, manuel qui fut officiellement adopté par l’armée britannique en 1917. En 1920, à la demande du War Office, Liddell Hart écrivit un autre manuel d’instruction destiné à l’entraînement de l’infanterie. Après deux années passées dans le nouveau Royal Army Educationnal Corps, une sorte d’école offrant une formation continue aux membres du personnel militaire, il prit sa retraite de l’armée britannique en 1924 pour des raisons de santé.

Liddell Hart fit par la suite carrière comme correspondant militaire pour divers journaux, dont le Morning Post (1924-1926), The Daily Telegraph (1926-1935) et The Times (1935-1939), ce qui marqua en quelque sorte l’apogée de son influence dans les cercles de la pensée militaire. Le caractère innovateur de sa pensée se traduisit notamment par l’élaboration d’idées tactiques reposant sur la notion de torrent en expansion (ou torrent expansionniste) directement inspirée des tactiques d’assaut d’infanterie autrefois expérimentées par les Allemands lors de leurs offensives sur le front français à la fin de la Première Guerre mondiale. Au plan stratégique, Liddell Hart fut un adepte incontesté de ce qu’on appelle l’approche indirecte, un concept dont l’idée maîtresse repose sur les flancs comme points de départ à un assaut, le tout afin d’éviter d’attaquer directement l’objectif.

Dans son ouvrage The British Way in Warfare publié en 1932, Liddell Hart approfondit la notion d’approche indirecte lorsqu’il développa un concept de grande stratégie reposant sur la puissance navale, le blocus économique et l’intervention terrestre à portée réduite de l’armée sur le continent européen. Non sans surprise, dans une Angleterre encore traumatisée par les pertes catastrophiques de la guerre de 1914-1918, les idées de Liddell Hart furent bien accueillies par les différents gouvernements britanniques qui se succédèrent dans les années 1930, surtout au sein d’un establishment militaire bien réfractaire face à l’idée de commettre à nouveau l’armée dans une guerre continentale.

De concert avec le général et spécialiste de la pensée militaire J. F. C. Fuller, Liddell Hart acquit rapidement une réputation qui dépassa les frontières de l’Angleterre lorsqu’il exposa dans une série d’ouvrages les principes sur lesquels la guerre moderne et mécanisée devrait être conduite, notamment par l’utilisation conjointe des chars, de l’infanterie mécanisée et des avions. Ces écrits influencèrent certainement les plus hauts cercles militaires de par le monde à l’époque, notamment chez les Britanniques et les Allemands dans les années 1930. Cependant, l’impact des idées de Liddell Hart auprès des spécialistes allemands de la guerre blindée (et par extension du concept de guerre éclair, Blitzkrieg), tels Fritz Bayerlein et Heinz Guderian, ne fut pas aussi fort que le principal intéressé sembla le croire.

En d’autres termes, Liddell Hart atteignit son plus haut niveau de notoriété et d’influence dans son propre pays, surtout entre 1935 et 1939, alors qu’il fut tour à tour consulté par Duff Cooper (le ministre britannique de la Guerre, 1935-1937) et, plus officieusement en 1937-1938, auprès de son successeur Leslie Hore-Belisha sur une variété de sujets touchant à des réformes dans l’armée britannique. Parmi ces réformes sur lesquelles Liddell Hart fournit des recommandations, notons une certaine « purge » dans les rangs de l’Army Council, une sorte de conseil d’administration de l’armée britannique où fut nommé le populaire Lord Gort, récipiendaire de la Croix de Victoria, et ce, à la place de centaines d’autres officiers supérieurs ayant plus d’ancienneté. Cette purge contraignit des centaines d’autres officiers supérieurs aux compétences douteuses (selon les réformateurs) à prendre une retraite anticipée, ce qui amena ainsi à la révision complète du cursus professionnel des officiers de l’armée britannique (soldes, perspectives d’avancement, âge obligatoire de la retraite, etc.), bouleversant par conséquent le système de professionnalisation et d’administration de la troupe établi au XIXe siècle par le Secrétaire à la Guerre Edward Cardwell (de 1868 à 1874).

Lorsqu’éclata la Seconde Guerre mondiale, la notoriété de Liddell Hart connut un déclin relatif. Il perdit d’abord son emploi de correspondant au Times, car il s’avéra être un partisan d’une paix négociée avec l’Allemagne en 1939-1940. Qui plus est, Liddell Hart n’eut aucune chance d’obtenir un quelconque poste d’importance dans le gouvernement britannique du temps de la guerre, en raison de son opposition systématique à la politique de la guerre totale du premier ministre Churchill (qui voulut le faire arrêter), politique dont l’établissement de la conscription, du bombardement stratégique à outrance et de la capitulation inconditionnelle de l’ennemi alla complètement à l’encontre de ce que Liddell Hart avait prôné avant la guerre.

Après 1945, le penseur britannique put rebâtir sa réputation par la publication d’une série d’entrevues réalisées avec d’anciens généraux allemands et par son habile travail d’édition des archives personnelles du maréchal Erwin Rommel. L’après-guerre fut tout aussi prolifique au plan intellectuel pour Liddell Hart, d’autant que ses publications sur la stratégie et la guerre blindée influencèrent nombre de gouvernements, dont celui d’Israël dans les guerres que mena l’État hébreu entre 1948 et 1973.

Sa contribution au débat d’après-guerre sur l’utilisation de l’arme nucléaire fut également importante et remarquable. Liddell Hart se fit le défenseur de la théorie de l’approche dissuasive de ses armes en cas de guerre totale, tout en étant conscient de l’importance, à ses yeux, des limites posées par la stratégie dissuasive en pleine Guerre froide.

En dépit de ce long parcours par moment tumultueux, Sir Basil Liddell Hart demeure une figure incontournable de la pensée militaire et de l’histoire de la stratégie. La bibliographie ci-dessous fait quelque peu état de l’ampleur de sa contribution.

Scipio Africanus: Greater Than Napoleon (W Blackwood and Sons, London, 1926; Biblio and Tannen, New York, 1976);

Great Captains Unveiled (W. Blackwood and Sons, London, 1927; Greenhill, London, 1989);

Reputations 10 Years After (Little, Brown, Boston, 1928);

The decisive wars of history (1929) (Cet essai constitue la première partie d’un ouvrage ultérieur publié sous le titre: Strategy: the indirect approach);

The Real War (1914–1918) (1930), republié plus tard sous le titre A History of the World War (1914–1918);

Foch, the man of Orleans en deux volumes (1931), Penguin Books, Harmondsworth, England;

Sherman: Soldier, Realist, American (Dodd, Mead and Co, New York, 1929; Frederick A. Praeger, New York, 1960);

The Ghost of Napoleon (Yale University, New Haven, 1934);

The Defence of Britain (Faber and Faber, London, 1939; Greenwood, Westport, 1980);

The strategy of indirect approach (1941, réimprimé en 1942 sous le titre: The way to win wars);

The way to win wars (1942);

Strategy: the indirect approach, third revised edition and further enlarged London: Faber and Faber, 1954;

The Rommel Papers, (editor), 1953;

The Tanks – A History of the Royal Tank Regiment and its Predecessors: Volumes I and II (Praeger, New York, 1959);

The Memoirs of Captain Liddell Hart: Volumes I and II (Cassell, London, 1965);

Why don’t we learn from history? (Hawthorn Books, New York, 1971);

History of the Second World War (Putnum, New York, 1971);

The Other Side of the Hill. Germany’s Generals. Their Rise and Fall, with their own Account of Military Events 1939-1945, London: Cassel, 1948;

The Revolution in Warfare, London: Faber and Faber, 1946;

The Current of War, London: Hutchinson, 1941.

Bonjour chers lecteurs,

J’inaugure une nouvelle catégorie pour ce blogue que j’intitule simplement Entretiens & biographies.

Le but étant de présenter périodiquement de courtes biographies de grands personnages de l’histoire militaire ainsi que des entretiens avec des spécialistes réputés.

Je débute avec un entretien réalisé avec un historien militaire et universitaire de réputation internationale, le Dr. Victor Hanson.

D’emblée, le Dr. Hanson y va d’une affirmation voulant que la pratique de la guerre se révèle indissociable de la condition humaine. Par la suite, Hanson développe un argumentaire sur les particularités d’une soi-disant « approche américaine » de la guerre.

Bon visionnement!

Introduction

Fantassins américains au Vietnam, dans la vallée de Ia Drang (1965).

Vue comme la conduite d’opérations militaires dans un environnement tropical essentiellement constitué de forêts, la guerre dans la jungle pose de singuliers défis aux forces armées à tous les niveaux de la chaîne de commandement, que ce soit à l’échelon de la troupe (qui doit combattre l’hostilité du climat) jusqu’au commandement suprême (qui doit envisager des stratégies et des tactiques qui seront efficaces sur le terrain). En effet, la densité du feuillage limite l’efficacité et l’utilisation de nombreuses armes, tout en offrant paradoxalement aux soldats d’infinies possibilités de dissimulation.

Pour ces raisons, la jungle offre aux guérillas, aux forces spéciales et à toute infanterie légère une chance de rivaliser avec une force ennemie supérieure en nombre et en équipements. Cependant, il ne faut pas présumer que la guerre livrée en pleine jungle favorisera automatiquement une force défensive peu nombreuse et sous-équipée, bien au contraire. Certaines technologies plus modernes, comme l’arme aérienne, peuvent surmonter les difficultés inhérentes à la pratique de la guerre dans la jungle, donnant ainsi un avantage certain au camp sachant le mieux les exploiter.

L’hostilité de la jungle : l’évidence

Cela dit, les troupes au sol souffriront d’innombrables difficultés dans les forêts tropicales. À commencer par le climat souvent très chaud, qui rend la vie dure aux combattants tout en limitant leurs capacités à soutenir des efforts physiques qu’ils pourraient normalement endurer sur une plus longue période dans un environnement tempéré. Par ailleurs, la malaria, le typhus, la dysenterie, la typhoïde, la fièvre jaune, la dengue, le pied d’immersion, les coups de chaleur, les infections fongiques et les parasites figurent parmi les maladies habituelles rencontrées dans les régions tropicales. Bien que l’humidité soit un problème constant, l’eau potable constitue une ressource rare en pleine jungle. Ajoutons à cela la présence de serpents venimeux et d’insectes porteurs de maladies, de même que les sangsues et autres moustiques qui peuvent décimer les rangs d’une troupe mal préparée à affronter un tel environnement.

Ainsi, l’inconfort et la méconnaissance des conditions tropicales constituent des facteurs de démoralisation propres à l’environnement précédemment décrit. Le phénomène est d’autant perceptible si les troupes affectées par ces problèmes perçoivent en plus qu’elles sont en train de perdre la bataille ou que l’ennemi parvient à tenir fermement ses positions en terrain familier.

Qui plus est, l’environnement tropical endommage sérieusement l’équipement des combattants, ce qui augmente les risques d’enrayement des armes et force le haut commandement à consacrer davantage de ressources à la maintenance, diminuant ainsi le potentiel d’éléments combattants qui auraient dû être affectés en première ligne de bataille. Les marais, les forêts et, par moment, les montagnes restreignent également l’utilisation d’équipements lourds tels les véhicules et les canons. Par la force des choses, les routes sont souvent peu nombreuses et dans un état que l’on pourrait qualifier de « primitif », sans oublier que les tempêtes tropicales n’arrangent rien au problème de la mobilité des troupes et des véhicules.

Seuls les fantassins peuvent traverser de denses forêts, même si en chemin ces dernières ne leur épargnent pas d’autres maux tels la boue, des broussailles quasi infranchissables et d’autres obstacles naturels. De plus, la navigation hors des sentiers battus constitue un autre problème logistique. En d’autres termes, les combattants indigènes ont généralement moins de difficultés à s’orienter que les soldats d’armées étrangères par définition envahissantes, surtout si ces dernières ne peuvent compter sur l’appui de guides recrutés localement. Comme nous l’avons évoqué, le feuillage fournit aux défenseurs le camouflage nécessaire afin de se dissimuler du regard des forces terrestres et aériennes ennemies, sans compter que lors d’échanges de tirs, les arbres fournissent de bonnes protections.

Pour ces raisons, la jungle est propice aux embuscades et aux tactiques d’infiltration. Les unités peuvent à leur tour se cacher avec une certaine aisance. En contrepartie, les problèmes relatifs à la défense ou à la prise de larges zones tropicales par les armées doivent inclure une variable, celle de l’affrontement contre des forces souvent irrégulières. Le combat contre de telles unités représente son lot de difficultés, et ce, même pour une armée moderne disposant de l’arme aérienne.

Quelques cas de figure connus

L’étude de l’histoire de la pratique de la guerre dans la jungle nous montre d’intéressants et de nombreux exemples d’affrontements livrés dans un tel environnement. À titre d’exemple, les armées de la Chine impériale goûtèrent à la médecine de la jungle, d’abord lors de la campagne du Yueh (sud de la Chine moderne) et ensuite lors de tentatives de colonisation de l’actuel territoire vietnamien pendant la période antique. À leur tour, les armées européennes devinrent familières avec la guerre dans la jungle à mesure qu’elles forgèrent leurs empires outremer. En fait, les Occidentaux n’eurent pas besoin d’aller bien loin pour affronter un environnement aussi hostile. Lors de la guerre hispano-américaine de 1898, les troupes américaines durent combattre dans la jungle, que ce soit à Cuba ou aux Philippines. L’officier et auteur britannique de la fin du XIXe siècle C. E. Callwell écrivit sur les tactiques militaires propres à la jungle dans son ouvrage intitulé Small Wars. Fait intéressant, de nombreux éléments tactiques évoqués par Callwell à l’époque peuvent encore s’appliquer de nos jours.

Aquarelle représentant la marche de fantassins américains dans une forêt tropicale cubaine lors de la guerre hispano-américaine de 1898.

L’histoire de la guerre dans la jungle nous est probablement un peu plus familière par la lecture de certaines campagnes militaires se rapprochant de notre époque. Par exemple, bien connu est le cas du Japon impérial, où ses armées partirent à la conquête des îles du Pacifique et de l’Asie du Sud-est avant et pendant la Seconde Guerre mondiale, ce qui conduisit à de nombreux affrontements à grande échelle en pleine jungle. Fait à noter : les Japonais et les Occidentaux n’étaient pas totalement rompus à la guerre dans la jungle, bien que les soldats nippons semblent s’y être adaptés plus rapidement, ce qui dans la littérature laisse l’impression qu’ils furent par moment perçus comme invincibles.

Les forces japonaises maîtrisèrent rapidement une tactique assez simple dans laquelle une partie des troupes avançaient agressivement en suivant une rare route, tandis que les autres éléments s’efforçaient de prendre l’ennemi de flanc dans la broussaille, ce qui, en fin de compte, contraignait l’ennemi à adopter une position défensive, donc à être « fixé ». Pendant ce temps, les forces japonaises mouvantes sur les flancs dans la forêt établiraient un ou des barrages routiers sur la ou les portions de la route situées sur les arrières de l’ennemi. Encerclé et incapable de se ravitailler, celui-ci serait contraint de se replier avec de lourdes pertes pour casser le « cordon routier ».

Des fantassins japonais progressent avec un char dans la jungle lors de la campagne de Malaisie de 1941-1942.

Empreintes d’une relative audace, ces tactiques japonaises contraignirent les forces britanniques stationnées en Malaisie à se replier, malgré que ces dernières furent supérieures en nombre lors de la campagne s’étant déroulée de décembre 1941 à janvier 1942. Les Japonais capturèrent Singapour et obligèrent l’armée britannique à se replier en Birmanie vers la frontière indienne. À mesure que progressa la guerre, cependant, les stratèges britanniques dans le théâtre birman profitèrent de la force aérienne afin de l’utiliser à leur avantage dans la jungle.

D’abord, le général britannique Orde Wingate utilisa des appareils afin de transporter des bataillons d’infanterie composés de forces spéciales nommées Chindits derrière les lignes japonaises où elles causèrent d’importants dégâts. Plus tard, William Slim, le commandant suprême des forces britanniques en Birmanie, infligea une défaite décisive aux Japonais en les induisant à se buter contre ses troupes bien retranchées et positionnées sur les arrières nippons, dans la plaine d’Imphal. Bien que Slim n’aurait certainement pas pu ravitailler constamment ses troupes par des voies terrestres classiques et constamment coupées par l’ennemi, il y parvint par les airs. Enfin, rappelons que la Seconde Guerre mondiale vit aussi une série d’affrontements de plus petites envergures (mais proportionnellement tout aussi meurtriers) dans les îles du Pacifique.

Formés et dirigés par le général Orde Wingate, les Chindits représentèrent une force spéciale ayant mené des actions de guérilla sur les arrières du front japonais dans le nord de la Birmanie de 1942 à 1944.

Dans un autre contexte, les combats dans la jungle furent également une particularité de la période de la Guerre froide. D’emblée, les Britanniques rencontrèrent (à nouveau) cette forme de guerre lorsqu’ils tentèrent de supprimer l’insurrection communiste en Malaisie. Bien que les commandants britanniques connurent davantage de succès via la joute politique que par la tactique militaire (ne serait-ce que par leur compréhension implicite des enjeux locaux), ils parvinrent néanmoins à mettre en échec des forces irrégulières ennemies en envoyant simplement leurs patrouilles un peu partout dans le pays. En d’autres termes, les Britanniques avaient eux aussi voulu jouer le jeu de la guérilla, mais en contrôlant l’agenda opérationnel.

Cependant, les Français furent loin de connaître les mêmes succès en Indochine, où ils tentèrent d’imiter la tactique du général Slim consistant à concentrer de larges forces dans un périmètre défensif et les ravitailler par la voie des airs. La décision finale fut sans appel et les Français subirent une défaite catastrophique à Diên Biên Phu en 1954. La France finit par se retirer de ce qui est maintenant le Vietnam, laissant le contrôle de la partie nord du territoire entre les mains des communistes, avec un régime non communiste au sud. Vers la fin des années 1950, le Nord Vietnam commença une campagne visant à conquérir tout le pays, si bien que les États-Unis s’ingérèrent à leur tour dans le conflit en fournissant une aide militaire au gouvernement du sud.

Conclusion

Qu’elles fussent de l’Armée du nord-Vietnam ou de la guérilla du Front national de libération (connu généralement sous l’étiquette de Viet Cong), les forces communistes de la région acquirent rapidement une réputation de maîtres de la jungle. Au niveau tactique, cependant, les Américains et leurs alliés sud-vietnamiens mirent au point d’efficaces méthodes qui permirent pendant plusieurs années de tenir en échec l’adversaire communiste. Les Américains et les Sud-Vietnamiens utilisèrent des hélicoptères qui leur permirent de traverser la jungle à un rythme beaucoup plus rapide que les guérillas communistes au sol. Cela permit aux forces anticommunistes de prendre l’ennemi de flanc à maintes occasions, selon le lieu et le moment choisis, ce qui remit en question le vieil adage voulant que les fantassins se déplaçant dans la jungle soient plus efficaces côté mobilité.

Bien qu’à leur tour les forces communistes parvinrent à développer des contre-mesures face aux manœuvres héliportées, la victoire du Nord-Vietnam, à l’instar de la victoire britannique en Malaisie quelques années auparavant, souleva davantage l’importance suprême de la diplomatie et de la grande stratégie qu’elle ne le fit pour argumenter en faveur d’éléments purement tactiques relatifs au combat dans un environnement tropical.