Mois : août 2010

L’opération Barbarossa, Russie (1941)

Une lutte à finir

Le nom de code Barbarossa fut attribué à l’assaut surprise de l’Allemagne contre l’Union soviétique le 22 juin 1941. En termes de moyens engagés, il s’agit de la plus ambitieuse campagne militaire de la Seconde Guerre mondiale, une campagne préparée et planifiée dans le but d’achever un objectif stratégique à l’intérieur d’un seul théâtre d’opérations selon un calendrier fixe. C’était également la pièce maîtresse d’une vision géopolitique qui prédisait clairement l’avènement d’un génocide.

La guerre menée par Hitler contre l’URSS de Staline comportait deux facettes, l’une militaire et l’autre idéologique, étant donné que Barbarossa représentait à la fois un moyen de régler un problème stratégique de taille de l’Allemagne et, en même temps, de conquérir un « espace vital » (Lebensraum). Hitler était parvenu à faire de Barbarossa une guerre d’extermination contre ce qui était alors appelé le bolchevisme et la « juiverie », notamment parce que des officiers supérieurs de l’armée (Wehrmacht) avaient volontairement autorisé leurs troupes à mener une « guerre idéologique » aux côtés des différentes formations SS. L’aspect idéologique de la guerre menée à l’Est était au centre de tous types d’opérations militaires menées alors, que ce soit au niveau des combats, de la protection des lignes de communication et de l’occupation du terrain.

Pour emprunter le concept de George Mosse, on peut parler d’une « brutalisation » de la guerre à l’Est, incluant une brutalisation des soldats allemands qui avait commencé dès la campagne de Pologne en 1939. La « barbarisation » de la guerre en elle-même allait donc se poursuivre sur le territoire soviétique. La violence étant quelque chose de réciproque, Hitler avait prétexté les atrocités soviétiques et les actions des partisans pour justifier en retour des massacres d’un même ordre comme une « nécessité » de guerre.

Une opération ambitieuse

La campagne de juin 1941 en Russie avait été planifiée plusieurs mois auparavant. Le 18 décembre 1940, Hitler publia la Directive No. 21 qui traitait de l’écrasement de l’URSS via une campagne militaire rapide, avant même que ne soit conclue la guerre avec l’Angleterre. Le cœur de la phase initiale de Barbarossa consistait en la destruction de l’essentiel de l’Armée Rouge en une série d’encerclements rapides à l’ouest des rivières Dniepr et Dvina (voir la carte), ainsi que d’empêcher le repli de forces soviétiques capables de reprendre le combat dans l’immensité du territoire à l’est. Ensuite, par une rapide poursuite, les forces soviétiques seraient anéanties et la ligne d’arrêt de l’offensive serait fixée entre le débouché de la Volga vers la Mer Noire au sud et la ville d’Arkhangelsk au nord. Tout cela devait s’accomplir en l’espace de trois mois. De plus, sur un plan logistique, à peu près rien n’avait été envisagé pour combattre dans l’hiver russe.

Carte des opérations envisagées pour Barbarossa (juin 1941).

Du point de vue opérationnel, l’infanterie allemande serait appuyée par l’aviation dont les tâches consistaient essentiellement à dégager le ciel de la force ennemie, puis appuyer directement la progression de l’armée de terre sur les champs de bataille. Bien qu’une large partie de l’industrie de l’armement de l’URSS se trouva à l’est de l’Oural, il avait été envisagé de ne pas attaquer cette zone. L’idée était de libérer des ressources aériennes allemandes et d’attendre que la guerre mobile livrée à l’ouest de Moscou soit terminée. Pour sa part, le rôle de la marine allemande serait d’empêcher sa rivale soviétique de manœuvrer dans la Mer Baltique.

C’est à la fin de juillet 1940 que Hitler avait décidé d’achever l’URSS au printemps de l’année suivante. Cette décision était la résultante d’une combinaison de divers facteurs idéologiques, stratégiques, de politique étrangère et aussi d’une politique raciale. La destruction de l’URSS était en soi un objectif que caressait Hitler depuis les années 1920. La fin de l’URSS lui servirait pour forcer l’Angleterre à faire la paix, tout en mettant la main sur le fameux espace vital à l’est. Ce dernier élément représentait un amalgame de notions liées à l’économie, à la colonisation, à la force brute, qui incluait l’élimination du « judéo-bolchevisme ».

L'armée soviétique livra un combat désespéré face à l'envahisseur allemand en 1941.

Pour vaincre l’Armée Rouge, l’Allemagne dut masser au-dessus de trois millions de soldats répartis en 152 divisions, incluant 17 divisions de Panzers et 13 divisions motorisées, représentant en tout quelque 3,350 chars, 600,000 véhicules et 625,000 chevaux. Cette impressionnante force terrestre était appuyée par plus de 7,000 canons et 2,000 avions de chasse et de bombardement. À l’armée allemande s’ajoutèrent des éléments de l’armée finlandaise. La Finlande fournit à Barbarossa 17 divisions et deux brigades d’infanterie, sans oublier la Roumanie avec 14 divisions et sept brigades d’infanterie.

Toujours au plan opérationnel, il avait été convenu de diviser les éléments d’assaut en trois groupes d’armées distincts. Le groupe d’armées Nord était sous le commandement du Feldmarschall (FM) von Leeb dont l’objectif était Leningrad. Le groupe d’armée Centre était sous les ordres du FM von Bock et devait pousser vers Smolensk. Enfin, un groupe d’armées Sud commandé par le FM von Rundstedt avait Kiev comme objectif. Les Allemands avaient également constitué une force expéditionnaire qui devait partir de la Norvège occupée et prendre Mourmansk.

À chacune de ces grandes zones d’opérations terrestres devaient se joindre des flottes aériennes. La masse de l’offensive allemande était concentrée sur la portion nord de ce gigantesque front de 3,500 kilomètres. Par « portion nord », j’entends la partie de la ligne qui s’étend de la Mer Baltique jusqu’aux marais du Pripet, où deux des quatre Panzergruppen avaient été assignés au groupe d’armées Centre. Le contrôle d’ensemble de l’opération Barbarossa relevait du haut commandement des armées sous les ordres du FM von Brauchitsch et de son adjoint, le colonel-général Halder.

Enivrés par la victoire sur la France et certains de pouvoir battre l’Union soviétique, Hitler et une majorité de ses conseillers avaient grandement sous-estimé les capacités de l’ennemi, tout en surestimant leurs capacités propres. La perception régnante d’une URSS faible, ce colosse aux pieds d’argile, d’une Armée Rouge sans direction et d’un peuple russe « inférieur » ne correspondait en rien aux soi-disant qualités toutes contraires de la nation et de l’armée allemandes. Étant donné que Staline n’avait démontré aucun signe d’agressivité, on ne semblait pas prendre au sérieux, à Berlin, le fait que l’Armée Rouge pourrait être en mesure d’offrir une résistance acharnée. Il était à peu près certain que le régime communiste de Moscou allait céder sous les coups des armées allemandes.

Représentation artistique d'un combat sur le front de l'Est. Hiver 1941-1942.

Avec son plan d’ensemble visant à mener une courte campagne en période estivale, l’opération Barberousse ne peut pas en soi être considérée comme un chef-d’œuvre de l’art militaire. Cette campagne reflète toute la problématique, sinon la contradiction, de ne pas avoir fait la part des choses entre les intentions et la réalité sur le terrain, le tout mis en relief avec les ressources qui ont été consacrées à l’opération.

L’assaut

Les plans dressés par l’état-major allemand dans les premiers mois de 1941 semblaient crédibles à première vue. Or, était-ce réaliste de croire que l’on aurait pu franchir en trois mois l’immensité du territoire russe et atteindre Moscou, lorsque l’on apprend qu’à peine 20% des forces allemandes étaient motorisées? Cette guerre mobile à grande échelle tant souhaitée n’avait rien à voir avec la réalité.

L’opération débuta malgré tout le 22 juin 1941, avec un mois de retard en raison de la campagne livrée dans les Balkans. Les premières batailles à la frontière furent couronnées de succès. D’importantes villes comme Bialystok et Minsk étaient tombées en l’espace de deux semaines, donnant l’impression au commandement allemand que Barbarossa était une réussite. En dépit d’énormes pertes, notamment en Ukraine en août et en septembre, l’Armée Rouge avait mis un genou à terre, mais elle combattait toujours à la fin de 1941, parvenant même à lancer des contre-attaques.

Déjà, en août, bien longtemps avant que l’offensive allemande ne soit bloquée aux portes de Leningrad, Moscou et Rostov, il semblait évident que la guerre éclair à l’est serait un échec. Les conséquences stratégiques pour l’Allemagne étaient graves, au moment où il semblait difficile d’admettre que l’offensive était arrêtée nette à la fin de 1941. L’URSS continuerait de combattre en 1942, l’Angleterre demeurait invaincue, et les États-Unis feraient leur entrée en guerre en décembre.

Plutôt que d’avoir apporté la victoire éclair tant désirée, Barbarossa se transforma en l’une des campagnes militaires les plus sanglantes de l’Histoire.

La marche à l'Est.

De l’importance des arsenaux militaires

L’importance stratégique des arsenaux

Les arsenaux sont des endroits où des armes et des munitions sont manufacturées et entreposées. Le mot « arsenal » dérive probablement de l’arabe qui signifie « atelier », et qui fut ensuite adopté dans certaines langues comme l’anglais et le français. Si on remonte à une période plus ancienne, disons depuis l’Antiquité, le besoin de centraliser le contrôle des armes amena l’établissement des premiers arsenaux non loin des palais royaux ou autres points jugés stratégiques par les autorités en place.

Certaines découvertes archéologiques ont en effet révélé l’existence de ce que l’on peut considérer comme étant des arsenaux. Par exemple, sur le site d’Héraklion en Crête, on a retrouvé quelques pièces qui renferment de grandes quantités de pointes de flèches et d’épées dans de larges jarres. La localisation d’une quantité non négligeable d’armes et de munitions sur ce site, sous ce qui apparaissait être un édifice « public », était en quelque sorte un indicateur primaire de l’importance accordée aux questions de production et de contrôle de l’armement.

De tout temps, des arsenaux se trouvaient dans les places fortes.

Les arsenaux avaient été originellement conçus dans le but d’entreposer une quantité d’armes et de munitions suffisante pour équiper de petites armées. Par conséquent, on pouvait retrouver de petits arsenaux éparpillés sur le territoire d’un royaume, d’un empire ou d’un pays. Les fonctions attribuées aux arsenaux ont continué d’évoluer afin d’y inclure des rôles de fabrication tout en conservant leur fonction traditionnelle d’entreposage.

Le cas vénitien et la transformation à l’époque moderne

Il est probable que l’un des arsenaux les plus connus de l’Histoire fut celui de Venise, qui en soi avait ses particularités. L’arsenal de Venise apparaissait à première vue comme un immense chantier naval qui avait été aménagé à partir de 1104. L’arsenal hébergeait la puissante flotte de guerre vénitienne. Certains éléments architecturaux de l’arsenal de Venise, dont la forme circulaire de l’enceinte, tendent à démontrer que son aménagement s’inspira d’un port de mer qu’avaient aménagé les Phéniciens à Carthage.

L'entrée de l'arsenal naval de Venise.

L’arsenal de Venise était donc un vaste chantier naval en transformation permanente. Il a probablement atteint sa taille maximale au XVIIe siècle. Avec ses 4,000 ouvriers, l’arsenal de Venise constituait vraisemblablement l’un des plus grands chantiers de toute l’Europe médiévale. Signe de la puissance de l’État vénitien, il n’était pas rare que des dignitaires étrangers soient amenés sur le chantier pour contempler le spectacle de la puissance vénitienne. Le fait que l’on était capable, par exemple, d’équiper une galère avec tous ses armements en moins de vingt minutes témoigne à sa façon de l’efficacité et de la puissance associées à cet arsenal.

À partir de l’époque moderne en Europe, vers le XVIe siècle, les arsenaux servirent progressivement à entreposer l’artillerie et du matériel d’ingénierie militaire. Au milieu de ce siècle, on remarque que les arsenaux de France et d’Angleterre étaient responsables de la fourniture aux armées de canons et d’équipements divers. L’Ordnance Office en Angleterre finit par obtenir le mandat de former des artilleurs professionnels et de fournir les canons qui devaient être installés dans le réseau de fortifications et de garnisons de l’armée. Avec le développement des armes à feu, notamment les arquebuses et mousquets, les arsenaux reçurent aussi la responsabilité de fournir à l’infanterie les équipements nécessaires.

Le contrôle de l’État et la question de la standardisation

Cependant, la plus grande disponibilité d’armes à feu et de canons, le tout combiné avec une variété de calibres pour les projectiles, occasionna de sérieux problèmes logistiques pour les arsenaux. Mise au fait de la problématique, l’Ordnance Office d’Angleterre tenta une démarche de standardisation des équipements en 1631. Cette prise en charge par l’État du contrôle de la production puis de l’entreposage des armements, dans un contexte de développement constant des produits reliés à la poudre à canon, accrut une fois de plus l’importance de l’arsenal.

Cette question est à mettre en lien avec le fait qu’aux XVIe, XVII et XVIIIe siècles, la plupart des armes étaient fabriquées dans des ateliers privés. C’est en quelque sorte l’accumulation de toutes sortes d’armes et la problématique de la compatibilité des calibres qui accordèrent une autre importance aux arsenaux responsables de voir au contrôle de la qualité.

Comme nous l’avons mentionné, il devenait impératif pour l’État de mettre en place une standardisation des équipements. À cet égard, on dénote des premières tentatives plus ou moins sérieuses de standardisation des calibres dans l’artillerie sous Henri VIII en Angleterre, Henri II en France et Maximilien 1er en Allemagne. Par exemple, des inspecteurs vérifiaient la qualité des métaux utilisés dans la fabrication des canons, comme ils se penchaient sur la question de la compatibilité des calibres, allant même, les cas échéants, à se voir accorder le droit d’infliger des pénalités (amendes, non-renouvellement de contrats…) aux fabricants dont les produits ne correspondaient par aux critères de l’État.

Localiser les arsenaux

Bref, les arsenaux avaient leur importance, tout comme la question de leur emplacement géographique. En Europe continentale, une majorité d’arsenaux étaient localisés non loin des forteresses frontalières. À titre d’exemple, les forteresses et arsenaux de Strasbourg et Metz en France avaient le mandat de défendre la frontière est du pays, alors que les installations de Douai et La Fère devaient voir à la défense de la frontière nord, tout comme Grenoble constituait le pivot de la défense face à la Savoie.

Pour sa part, la donne stratégique de la Prusse au XVIIIe siècle indiquait la nécessité pour l’État d’installer des arsenaux pour répondre à des menaces venant de l’est, de l’ouest puis au sud. Ces arsenaux frontaliers constituaient des extensions régionales d’un arsenal central situé à Berlin. De son côté, l’État anglais avait localisé ses arsenaux en des endroits d’où l’armée partant en expédition outre-mer pouvait y avoir accès. Les cités portuaires de Portsmouth, Plymouth et Hull hébergeaient des arsenaux, tout comme celui de Woolwich sur la Tamise. Dans le contexte de la montée en puissance de l’Empire britannique, des arsenaux ont été établis dans les colonies, notamment pour fournir en équipements les milices locales.

L'arsenal de Harper's Ferry en Virginie (États-Unis).

En parlant des colonies, les États-Unis nouvellement indépendants avaient autorisé la construction en 1794 d’un premier arsenal national à Harper’s Ferry en Virginie. Cet arsenal entra en fonction cinq années plus tard. Il était localisé au confluent des rivières du Potomac et de la Shenandoah, un endroit jugé stratégique par le gouvernement, mais qui n’était pas à l’abri de menaces. Par exemple, l’abolitionniste John Brown et ses hommes avaient pris d’assaut l’arsenal de Harper’s Ferry en 1859. Leur objectif était de mettre la main sur les 100,000 fusils qui y étaient entreposés. Quelques années plus tard, pendant la Guerre civile, l’arsenal était carrément sur la ligne de front, changeant à huit reprises de mains. L’arsenal était pour ainsi dire détruit au sortir de la guerre.

La réponse aux besoins grandissants

Les effets de l’industrialisation au XIXe siècle virent s’accroître les fonctions manufacturières et les capacités d’entreposage des arsenaux en Occident. De plus, la centralisation de fait par l’État des activités militaires (i.e. la prise de contrôle gouvernemental des forces armées) au cours de ce siècle correspond à une réduction des contrats de productions d’armes attribués aux firmes privées. Les arsenaux se rapprochaient également des centres urbains afin de profiter d’une plus grande main-d’œuvre disponible. Sur ce point, l’idée était aussi de profiter de meilleures lignes de communication, de même que d’éloigner les arsenaux de leurs emplacements traditionnels non loin des forteresses, histoire d’éviter qu’ils ne soient soumis directement au feu ennemi.

L’un des plus importants arsenaux établis selon ces quelques règles était celui de Woolwich au sud de Londres, qui était probablement l’une des plus imposantes structures recouvertes d’un toit à l’époque de la révolution industrielle. L’arsenal de Woolwich était équipé de quatre immenses fours à métaux. Le plus imposant de ces fours pouvait fondre un bloc métallique pouvant peser jusqu’à 16 tonnes et produire des canons de la plus haute qualité. Le site même de Woolwich hébergea une variété d’arsenaux remontant jusqu’à l’époque des Tudor, connu alors sous le nom de Royal Laboratory Carriage Department, puis il fut rebaptisé Royal Arsenal sous le règne de George III en 1805.

L'arsenal de Woolwich à Londres vers 1875.

À mesure que les arsenaux se concentraient sur la fabrication d’armes et de munitions, on remarque, comme mentionné précédemment, un transfert en région d’installations afin de répondre aux besoins des armées de conscrits dont les effectifs demandaient des accès facilités aux armes et équipements. Par conséquent, on vit apparaître un plus grand nombre de dépôts militaires, qui sont en fait des arsenaux aux fonctions d’entreposage et conçues pour répondre aux besoins de plus petites unités comme des bataillons et des régiments.

Le système public vs. le système privé

Cependant, à mesure que la demande d’armes et de munitions alla en augmentant, l’ancien système d’arsenaux, qui voyait l’État prendre un plus grand contrôle, en vint à revenir au système privé pour combler ses besoins. En effet, la grande demande pour des armes et munitions que l’on remarque dans la seconde moitié du XIXe siècle en Europe, et particulièrement le raffinement des pièces nécessaires à l’assemblage de celles-ci, fit en sorte que les gouvernements demandèrent l’appui du secteur privé. Par exemple, les usines métallurgiques relevant du secteur privé pouvaient transformer leur production commerciale à des fins militaires. Non seulement pouvaient-elles le faire, mais elles pouvaient concurrencer les arsenaux publics sur le matériel en « gros » (ex: canons, carabines…) comme celui au « détail » (ex: cartouchières, baïonnettes…). Dans le cas de l’Angleterre, la Guerre des Boers avait démontré de sérieuses lacunes dans la production de munitions par les entreprises de l’État et le problème n’alla qu’en s’amplifiant jusqu’à la Première Guerre mondiale, au moins jusqu’en 1916.

La consommation effarante d'obus d'artillerie lors de la guerre de 1914-1918 soulève les problématiques constantes liées à la quantité et à la qualité du matériel produits dans les arsenaux.

Le cas de la guerre de 1914-1918 est intéressant et révélateur de la prolifération des arsenaux. Il a aussi soulevé nombre de débats quant à savoir lequel du secteur public ou privé pouvait le mieux répondre aux énormes besoins avec du matériel de qualité. Dans les deux cas, secteurs public et privé, aucun ne fut épargné par les sérieux problèmes relatifs au contrôle de la qualité. Cependant, et cela peut s’avérer paradoxal, les arsenaux étatiques n’ont jamais réellement retrouvé leur dominance passée par rapport au secteur privé. La guerre de 1914-1918 avait clairement démontré que nombre d’arsenaux privés n’avaient aucune expérience dans la production et l’entreposage d’armements.

Concrètement, cela signifia pour une nation en guerre comme la France la perte nette, pour la seule année de 1915, de quelque 600 canons qui explosèrent prématurément, tuant nombre d’artilleurs par le fait même. Sur le champ de bataille de la Somme en 1916, environ 30% des obus manufacturés en Angleterre n’explosèrent pas.

L’une des solutions trouvées afin de régler ces problèmes fut la constitution dans les pays belligérants de ministères ou d’agences coordonnatrices qui avaient juridiction sur la production et l’entreposage d’armements, plutôt que de laisser le monopole aux seuls arsenaux privés et étatiques. Ce désir de mieux coordonner la production aux fins officielles de quantité et de qualité soulève toute la question des tiraillements entre les secteurs public et privé, du moins dans les États démocratiques.

En conséquence, le rôle des arsenaux dans l’Histoire militaire se marie aux enjeux stratégiques propres à chaque époque, à chaque conflit, dans la victoire comme dans la défaite.

Les archers médiévaux

Une catégorie distincte de soldats

Un archer anglais se servant d'un arc long (longbow).

Les archers constituèrent un élément important des forces armées au Moyen Âge, bien que leur nombre, leur déploiement tactique et par conséquent leur efficacité varièrent considérablement. À une époque où l’élite guerrière européenne préféra généralement le combat rapproché à cheval avec une épée (délaissant du coup l’arc, hormis pour la chasse), les archers se spécialisèrent dans leur fonction et provinrent des classes inférieures de la société. À titre d’exemple, les victoires anglaises de la Guerre de Cent Ans servirent à accroître le statut social de l’archer, alors qu’en France la peur d’une insurrection paysanne combinée à la disponibilité de mercenaires arbalétriers contraignit le développement d’un corps « professionnel » d’archers jusqu’au moment des réformes militaires entreprises sous Charles VII.

À la bataille de Hastings (1066), Guillaume le Conquérant fit la démonstration du grand potentiel tactique résultant de la combinaison d’un nombre significatif d’archers et de la cavalerie afin d’affronter une masse compacte de soldats à pied, alors que le manque d’archers du roi anglo-saxon Harold lui causa un sérieux handicap. Les archers occupèrent des rôles importants dans d’autres batailles, comme à Bourgthéroulde (1124) et à la bataille de l’Étendard (1138), où ils combattirent sur la défensive aux côtés de chevaliers démontés. Ces succès tactiques demeurèrent somme toute des cas à part, du moins jusqu’au XIVe siècle, mais ils prouvèrent que les archers avaient leur utilité sur le champ de bataille.

Reconstitution de la bataille de Hastings (1066). Les archers s'exécutent.

L’arme interdite ou la mort tombée du ciel

Pour des raisons assez évidentes, les archers furent particulièrement utiles lors de sièges de places fortes, tant pour l’assiégeant que pour l’assiégé. Un cas notoire d’utilisation de projectile sur une longue distance (possiblement ici un carreau d’arbalète) fut lorsque Richard 1er d’Angleterre fut atteint en 1199 pendant le siège du château de Châlus Chabrol. D’autres exemples qui viennent à l’esprit furent aussi lorsque des archers gallois appuyèrent les manœuvres des chevaliers contre les assauts anglo-normands sur l’Irlande à partir de 1169, et qu’ils furent aussi utilisés lors des Croisades pour combattre les dangereux archers turcs qui harcelèrent la marche des armées croisées ou les charges de leur chevalerie.

Le pape Innoncent III (pontificat de 1198 à 1216), celui qui voulut faire interdire l'emploi de l'arc.

À partir du XIe siècle assurément, ce que j’appelle une sous-catégorie d’archers fit son apparition comme force d’élite, notamment parce que leurs projectiles étaient capables de percer les cottes de mailles. Cela avait provoqué un scandale à l’époque si l’on se fit à un énoncé du pape Innocent III qui, en 1139, avait interdit l’emploi d’archers et d’arbalétriers, surtout lorsqu’il s’agissait d’affrontements entre chrétiens. Bien entendu, l’énoncé papal fut ignoré et les arbalétriers de l’époque des guerres franco-angevines formèrent souvent le gros du contingent des garnisons des châteaux, ayant entre autres une solde plus élevée que celles des archers réguliers. Certaines milices civiles, notamment la redoutable et indépendante milice suisse, préférèrent l’usage de l’arbalète et même certaines armées aristocratiques employèrent des arbalétriers mercenaires, comme ceux de Gênes.

Le déploiement tactique: l’école anglaise

L’importance grandissante de ce qu’on appellera les « archers longs » (longbowmen) dans les armées anglaises est à noter lorsqu’on analyse leur déploiement en très grand nombre durant le règne d’Édouard 1er (1272-1307), qui en avait mobilisé des milliers pour ses guerres contre les Gallois et les Écossais. Le principal problème dans ce cas précis était la qualité très variable des archers envoyés sur les champs de bataille. En effet, il avait fallu procéder à des sélections plus rigoureuses et c’était des représentants du monarque qui souvent s’en chargèrent. Cela améliora forcément les standards, mais la dépendance grandissante des monarques envers les armées de mercenaires à partir du XIVe siècle fit en sorte d’assurer une certaine standardisation de la qualité des archers. En clair, on n’allait pas acheter les services d’une excellente troupe de chevaliers si celle-ci était appuyée par des archers novices.

Si la standardisation des archers était une première étape importante de leur développement, la question de leur déploiement tactique en était la seconde. Alors que les Écossais sous le commandement de William Wallace subissaient une défaite à Falkirk en 1298, le roi anglais Édouard 1er avait utilisé ses archers sur un mode offensif en support à sa cavalerie contre les schiltrons (des unités de piquiers que Wallace fit aligner sur trois rangs afin de briser les charges de cavalerie). D’autres victoires d’importance contre les Écossais (Dupplin Moor, 1332; Halidon Hill, 1333) furent le résultat de l’adoption de tactiques défensives dans lesquelles les archers étaient protégés par des chevaliers démontés qui chargeaient seulement lorsque les rangs ennemis avaient été éclaircis par les flèches.

Représentation de la bataille d'Agincourt (1415). La chevalerie française fut décimée par le tir des archers anglais.

Cette façon de procéder connut du succès contre les Français au cours de plusieurs affrontements de la Guerre de Cent Ans (Morlaix, 1342; Crécy, 1346; Poitiers, 1359; Agincourt, 1415; Verneuil, 1424). La proportion d’archers dans les armées anglaises alla en augmentant, si bien que ceux-ci en vinrent à former le gros de l’infanterie. Au début du XVe siècle, le ratio normal d’archers par rapport aux chevaliers dans les armées anglaises était de 3 pour 1. On estime que dans le cas de la bataille d’Agincourt (1415), l’armée du roi Henri V avait environ 900 fantassins et 5,000 archers.

Cependant, on ne sait pas tout des archers. À titre d’exemple, on a beaucoup débattu sur la nature exacte de leurs formations tactiques. On pense notamment que des formations d’archers pouvaient être placées à gauche et à droite de la ligne de front tenue par les chevaliers. Ce faisant, elles pouvaient créer un tir d’enfilade, ce que d’aucuns appellent un tri croisé (ou concentré). Cependant, on peut aussi croire que ces formations d’archers étaient effectivement disposées sur les flancs des armées anglaises, mais pas employées au devant, se contentant d’assurer un appui de l’arrière. Le consensus en ce moment serait à l’effet que le déploiement tactique des archers n’était pas aussi rigide et qu’il s’adaptait aux circonstances du moment. Les archers pouvaient être derrière l’infanterie et la cavalerie, sur les ailes ou devant, en étant déployés en demi-cercle.

Les archers avaient aussi des moyens de défense. Face à une charge de cavalerie, ils pouvaient s’installer derrière une barricade de piquets affilés, ou encore dans une zone constituée d’obstacles naturels (haies, roches, clôtures, etc.) pour nuire à la manœuvre de la cavalerie. Dans le cas d’utilisation de piquets affilés, ceux-ci n’étaient normalement pas plantés côte à côté pour former une palissade. Ils étaient plutôt installés sur le modèle de cases d’un jeu d’échecs. Cette dernière disposition permettait aux archers de s’insérer entre chacune des cases « libres » au moment de tirer, puis de s’abriter derrière cette barrière discontinue pour recharger ou se protéger de la charge ennemie.

L’équipement et le commandement

Les archers derrière une barrière de piquets.

Cette flexibilité était vitale pour les archers. Bien que l’arc soit l’arme principale, ils pouvaient à tout moment être appelés à servir d’infanterie légère. La bataille d’Agincourt illustre une telle situation. Après avoir tiré quelques volleys de flèches, les archers chargèrent la cavalerie française qui était empêtrée dans un terrain vaseux et dont les chevaux s’écroulaient sous le poids des équipements de leurs cavaliers. Utilisant des haches, des épées, des dagues et toutes sortes d’armes de combat rapproché, les archers causèrent un véritable carnage dans ce combat au corps-à-corps contre la chevalerie française.

Un autre volet qui mérite un éclaircissement concerne la structure de commandement des archers. Il y avait ce que l’on peut appeler des « officiers ». Par exemple, dans les armées anglaises, des officiers étaient en charge de groupe de 100 ou 20 hommes, alors que le commandement d’ensemble pouvait être accordé à un capitaine. Celui-ci pouvait donner le signal du tir aux archers et fournir des ordres précis quant à la cadence, la distance, l’angle et la direction des volleys.

Comme on l’a dit, l’arc est l’arme principale de l’archer, si bien que certains arrivaient sur le champ de bataille avec très peu d’équipements secondaires. La cotte de mailles est lourde et nuit aux mouvements et, bien sûr, le bouclier n’est pas adapté à la gestuelle propre à l’archer. Certains pouvaient porter un casque, et même une légère cotte de mailles sous leur uniforme. Chose certaine, leurs légères armures ne pouvaient pas résister aux coups le moindrement bien placés.

Un exemple type d'un archer anglais. On remarque une légère protection ventrale et le casque. À tout moment, les archers pouvaient être appelés à servir comme infanterie légère.

La force de l’archer demeure toujours son arc, spécialement l’arc long dont le projectile s’avérait supérieur à toute arme à feu sur un plan balistique, et ce, jusqu’à l’avènement de la carabine à canon rayé. Par contre, l’arc long pouvait aussi avoir de sérieuses lacunes. D’abord, son utilisateur devait être fort physiquement et avoir reçu un entraînement intensif. Le geste répétitif consistant à décocher la flèche peut entre autres causer de graves lésions aux os du squelette, notamment aux bras, aux épaules et à la colonne vertébrale. D’ailleurs, certaines ordonnances royales interdisaient aux archers la pratique de loisirs sportifs pour éviter le risque de blessures sur leurs corps déjà éprouvés.

Conclusion

Certains commentateurs, surtout à partir de l’époque des Tudor, ont pu voir le déclin de l’importance des archers sur le champ de bataille comme le déclin global de la puissance militaire de l’Angleterre. Sans doute est-il possible d’avancer une objection ou deux à cette affirmation, mais une chose demeure: l’arc eut un impact considérable sur la façon de guerroyer au Moyen Âge.

Simple d’utilisation et puissant, l’arc était une arme dévastatrice entre les mains d’utilisateurs expérimentés. À mesure qu’on sortait du Moyen Âge pour entrer dans l’époque moderne (XVI-XVIII siècles), peu de soldats professionnels du moment réalisaient que l’arquebuse, le mousquet et l’artillerie deviendraient les nouveaux maîtres du champ de bataille.

Les Longbowmen. L'arc peut mesurer jusqu'à 6 pieds et la concentration du tir peut provoquer un effet dévastateur dans les rangs ennemis.

La bataille d’El-Alamein (1942)

L’Afrique du Nord

L'infanterie britannique observe le pilonnage des positions ennemies avant l'assaut.

Ce qu’on appelle communément la bataille d’El-Alamein est en fait une série d’affrontements s’étant déroulés en 1942 pendant la campagne d’Afrique lors de la Seconde Guerre mondiale. El-Alamein (al-Alamayn) est une localité se trouvant près de la côte égyptienne à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alexandrie. La localité représentait l’extrémité d’un front s’étendant sur quelques dizaines de kilomètres du nord au sud.

Le premier élément qui frappe l’œil de l’observateur est l’extrême complexité du terrain. Nous sommes en plein désert, la température est suffocante, on gèle la nuit, les tempêtes de sable sont fréquentes et une variété de crevasses et de dépressions rendent difficile, voire impossible la manœuvre des armées en certains points. Par exemple, la dépression Qattarah située à quelque 65 kilomètres au sud d’El-Alamein constituait un obstacle naturel formidable, augmentant du coup l’attrait stratégie de la petite localité égyptienne.

Carte des opérations de la bataille d'El Alamein (automne 1942).

Du côté des forces alliées, le front était tenu par des unités constituant la 8e Armée britannique. Celle-ci avait encaissé une série de revers depuis le début de l’année 1942 face aux forces de l’Axe. La 8e Armée avait non seulement besoin d’une pause, mais par-dessus tout d’une position défensive solide sur laquelle il serait possible de reprendre l’offensive. Le fait d’avoir la mer sur la droite du front britannique représentait une protection naturelle, car on était à tout le moins certain que le commandant des forces de l’Axe, le maréchal Erwin Rommel, ne tenterait par une autre manœuvre de débordement de flanc comme il savait si bien le faire. En d’autres termes, la survie de la 8e Armée britannique dépendrait de la bataille qui allait être livrée sur la ligne d’El-Alamein. Si elle échouait, la ville d’Alexandrie et le canal de Suez seraient ouverts pour Rommel.

La dépression Qattarah en Égypte.

Le dos au mur

Ayant subi grave défaite sur le sol libyen à Gazala et à Tobrouk en juin 1942, la 8e Armée britannique sous les ordres du maréchal Claude Auchinlek se replia vers l’est sur la frontière égyptienne. Suite à la désastreuse bataille de Mersah Matruh, dont une éventuelle victoire aurait permis de gagner du temps pour consolider les défenses d’El-Alamein, Auchinlek et ses troupes finirent par se rétablir à la frontière égyptienne en juillet.

Le maréchal Claude Auchinleck, le commandant de la 8e Armée britannique dans les premiers mois de 1942.

De son côté, Rommel n’avait pas relâché la poursuite de la 8e Armée et il finit par la rejoindre également à la frontière égyptienne. Par contre, le maréchal allemand était conscient que ses lignes de communications et de ravitaillement étaient dangereusement étirées. Il était loin de ses bases et en même temps vulnérable aux attaques aériennes. À titre d’exemple, le ravitaillement en carburant ne pouvait se faire que par la mer où les convois étaient impuissants face aux attaques aériennes et navales. Par conséquent, les forces germano-italiennes arrivèrent devant la ligne d’El-Alamein, mais elles étaient trop affaiblies pour tenter une quelconque percée du front britannique.

Néanmoins, Rommel mena une série d’attaques localisées contre certains points de la ligne El-Alamein, sans trop de succès, ce qui entraîna une réponse d’Auchinlek. Le 10 juillet 1942, la bataille de Tell el Eisa fut une tentative du 30e Corps britannique du lieutenant-général Ramsden de contourner le front ennemi à l’extrémité nord de celui-ci. La 1ère Division sud-africaine et la 9e Division australienne parvinrent à percer le front allemand au nord, mais Rommel s’empressa de colmater la brèche.

Le maréchal Erwin Rommel, le commandant de l'Afrika Korps.

La 8e Armée tenta un autre effort du 14 au 16 juillet à la bataille de Ruweisat avec le 13e Corps britannique du lieutenant-général Gott. Deux divisions de l’armée italienne (Pavia et Brescia) subirent les assauts conjoints de la Division néo-zélandaise et de la 5e Division indienne. Face au recul italien, des renforts allemands arrivèrent rapidement dans la zone et parvinrent une fois de plus à reprendre le terrain initialement perdu. Auchinlek décida de remettre cela en reconduisant un autre assaut à Ruweisat, mais cette fois de nuit entre les 21 et 23 juillet, toujours pour des résultats décevants.

Les deux batailles préalables à El-Alamein livrées à Ruweisat avaient démontré que le succès ne pouvait être possible sans une coordination pleine et entière entre l’infanterie et les blindés. Face à ces échecs et refusant de subir un troisième scénario du même genre, Auchinlek comprit qu’il fallait cesser ce type d’assauts infructueux et prendre le temps de se refaire des forces. Cependant, les jours d’Auchinlek à la tête de la 8e Armée britannique étaient comptés.

En effet, en aout 1942, le Premier ministre britannique Winston Churchill intervint dans le débat sur la succession d’Auchinlek. Il avait fait pression afin qu’il soit remplacé par le maréchal Bernard Montgomery qui prendrait le commandement d’une 8e Armée affaiblie et démoralisée. Montgomery voulait changer les façons de faire, voire les mentalités. Il était impératif que le soldat retrouve une confiance en ses chefs et en lui-même, qu’il adopte le désert et développe son agressivité.

Le premier engagement livré par la 8e Armée sous Montgomery fut la bataille d’Alam Halfa du 30 août au 7 septembre 1942, un épisode que certains historiens considèrent comme étant le véritable début de la grande bataille d’El Alamein. Les compétences du maréchal Montgomery furent dès le départ mises à l’épreuve. Sa grande prudence et sa juste lecture de la situation firent en sorte qu’il n’engagea pas inutilement ses troupes. Les Britanniques avaient arrêté l’offensive germano-italienne, ce qui força Rommel à replier son Afrika Korps le temps de se regrouper. Montgomery refusa la poursuite et préféra attendre, le temps de restaurer la confiance et la force de son armée.

Après une série de délibérations et de désaccords entre les dirigeants alliés, il fut décidé à la fin de 1942 de concentrer les efforts contre l’Allemagne et cela commencerait par un assaut contre les forces germano-italiennes en Méditerranée. Le but ultime de la nouvelle campagne qui s’amorçait serait l’opération TORCH consistant en un débarquement des forces américaines et britanniques sur la côte ouest de l’Afrique du Nord.

La bataille

Le maréchal Bernard Montgomery qui prit la relève d'Auchinleck à la tête de la 8e Armée britannique à El-Alamein.

Face à ce cadre stratégique d’ensemble, le maréchal Montgomery vit son tour arrivé de contribuer à cette campagne africaine le 23 octobre 1942. Réorganisée et reposée, la 8e Armée lança ses 230,000 soldats et 1,000 chars contre les forces de l’Axe de Rommel au nombre de 100,000 combattants et quelque 500 blindés. Au 4 novembre, l’Afrika Korps était en déroute. Quelques jours plus tard, le débarquement sur les côtes marocaines et algériennes s’opérait, le tout combiné à la contre-offensive soviétique dans Stalingrad le même mois. En l’espace de quelques semaines, le cours de la Seconde Guerre mondiale changeait à la faveur des Alliés.

Des soldats britanniques aménagent une position défensive à El-Alamein (été 1942).

Montgomery exécuta son assaut au moment où Rommel se trouvait en convalescence en Allemagne. La bataille d’El-Alamein se déroula en trois phases. D’abord, la percée devait être réalisée au centre du front par le 30e Corps du lieutenant-général Leese, face à des forces ennemies solidement retranchées et protégées par un vaste champ de mines, puis un assaut au sud du 13e Corps (lieutenant-général Horrocks) devait suivre. Ni le 30e ni le 13e Corps ne parvinrent à percer suffisamment le front ennemi de sorte à pouvoir faire manœuvrer adéquatement leurs forces en terrain ouvert.

La seconde phase de l’offensive fut menée du 26 au 31 octobre, toujours au centre du front. Les positions ennemies étaient capables de tenir, mais elles furent réduites au silence, dans un style d’affrontements d’usure qui n’étaient pas sans rappeler les combats de la Première Guerre mondiale. C’était en quelque sorte le « style Montgomery », celui d’user l’ennemi à la corde par des bombardements et, lorsqu’il croyait avoir les conditions gagnantes, d’y envoyer l’infanterie.

La coordination de l’infanterie et des blindés fut un élément cruciale dans la victoire des forces alliées à El-Alamein.

La phase finale, celle de la grande percée, eut lieu entre le 1er et le 4 novembre. La Division néo-zélandaise avait mené une charge agressive qui avait permis au 10e Corps se trouvant en réserve d’exploiter la percée et d’attaquer les arrières ennemis. Ce n’est pas tant l’assaut de Montgomery, mais davantage les contre-attaques de l’Afrika Korps qui avaient fini par user celle-ci à El-Alamein. Seules les forces mobiles de l’Axe avaient réussi à s’échapper, se repliant sur les rares routes en de longues colonnes soumises aux attaques fréquentes venant du ciel. Le reste des divisions germano-italiennes qui combattaient à pied furent rapidement débordées et n’eurent d’autre choix que de capituler.

Conclusion

La bataille d’El-Alamein était terminée. Alexandrie, un symbole historique, était protégée. Plus important encore, dans ce contexte de guerre, les Alliés avaient réussi à dégager le canal de Suez et avaient retraversé la frontière en Libye en janvier 1943.

Même si la campagne en Afrique du Nord n’était pas terminée, la victoire des forces alliées à El-Alamein fut déterminante pour la suite des choses. Les forces germano-italiennes furent contraintes de se replier en Libye, puis en Tunisie. C’était le début de la fin de la présence de l’Axe en Afrique du Nord et moins d’une année plus tard, les Alliés pouvaient se concentrer sur leur prochain objectif: la libération de l’Europe.

Un cimetière britannique à El-Alamein.

La bataille de Bull Run (21 juillet 1861)

Introduction

La bataille de Bull Run est le premier engagement majeur livré sur terre au cours de la Guerre civile américaine (1861-1865). Elle se déroula le 21 juillet 1861, près de la localité de Manassas (Virginie) et de la rivière Bull Run. Elle survint quelques mois après le déclenchement des hostilités. La guerre avait en effet débuté en avril par le bombardement du Fort Sumter (Caroline du Sud) par les forces confédérées sécessionnistes.

L’attaque contre le Fort Sumter avait provoqué une vive réaction dans l’opinion publique du Nord. Le Président Abraham Lincoln subissait de fortes pressions pour faire marcher ses armées au sud, directement contre la capitale confédérée de Richmond en Virginie. L’idée était de porter un coup puissant contre cette ville d’importance située non loin de Washington. Il fallait rapidement mettre un terme à la guerre, ou plutôt à cette « rébellion ».

Répondant donc aux pressions de l’opinion publique, ordre fut donné aux forces inexpérimentées de l’Union du brigadier-général Irwin McDowell de faire marche vers Richmond en traversant la rivière Bull Run (voir la carte). En face, des forces confédérées tout aussi inexpérimentées sous les ordres du brigadier-général Pierre Beauregard marchaient vers le nord à la hauteur de la jonction ferroviaire de Manassas. La situation initiale était ambigüe, notamment parce qu’on demandait aux troupes d’exécuter des manœuvres compliquées que seules des forces régulières pouvaient normalement accomplir.

Le Président des États-Unis Abraham Lincoln (1860-1865).

Le brigadier-général McDowell avait été nommé par Lincoln pour prendre le commandement de l’Armée de Virginie. Dès son arrivée en poste, McDowell, un officier de carrière, subissait les pressions des politiciens et du public de Washington qui souhaitaient voir une victoire rapide et décisive contre ce qu’ils considéraient être une simple rébellion.

Le contexte initial

Avec ses soldats volontaires et inexpérimentés à peine enrôlés, McDowell quitta Washington le 16 juillet 1861. Il commandait alors la plus large force militaire jusqu’ici assemblée sur le continent nord-américain. Il disposait en effet d’un contingent d’environ 35,000 hommes, dont 28,000 combattants.

Le brigadier-général Irwin McDowell, le commandant des forces de l'Union à la Première bataille de Bull Run (21 juillet 1861).

Le plan de McDowell consistait à faire marcher ses hommes à l’ouest de Washington en trois colonnes distinctes dans le but de déborder le flanc gauche de l’armée confédérée. Il voulait créer une diversion contre le front sudiste sur la rivière Bull Run avec deux colonnes, tandis que la troisième tournerait la droite confédérée puis ferait mouvement vers le sud pour couper la ligne de chemin de fer entre l’armée confédérée et Richmond, complétant ainsi l’ambitieuse manœuvre d’encerclement. McDowell partait du principe que les Confédérés allaient paniquer et abandonner la jonction ferroviaire de Manassas, puis se replier sur la rivière Rappahannock. Cette position plus au sud constituerait une ligne naturelle de défense pour ceux-ci, tout en les éloignant de Washington, toujours selon McDowell.

L’armée confédérée aux abords du Potomac disposait d’un effectif d’environ 23,000 hommes sous les ordres du brigadier-général Pierre Beauregard. Ce dernier s’était installé à la jonction ferroviaire de Manassas située à peine à 40 kilomètres au sud-ouest de Washington. Le général McDowell avait prévu attaquer les forces de Beauregard numériquement inférieures. Simultanément, les forces de l’Union à l’ouest sous les ordres du major-général Robert Patterson s’occuperaient d’engager les Confédérés sous les ordres du brigadier-général Joseph Johnston qui arrivait de la vallée de la Shenandoah. Le but pour les forces de l’Union était d’empêcher Johnston de prêter main-forte à Beauregard à l’est.

Donc, les hommes de McDowell quittent Washington le 16 juillet et marchent pendant deux jours sous une température humide et suffocante. Ordre est donné de faire une brève halte à Centerville, histoire de se reposer quelque peu et de laisser à McDowell le temps de réfléchir à ce qu’il allait faire. Craignant pour ses arrières, il détacha une force de 5,000 hommes pour protéger ses communications, ce qui ramena ses effectifs combattants à quelque 23,000 hommes, le même nombre que Beauregard.

Pendant ce temps, McDowell cherchait toujours une manière de contourner la gauche des Confédérés, une manœuvre nettement plus compliquée à réaliser que ce qu’il avait anticipé. Le 18 juillet, McDowell détacha une division sous les ordres du brigadier-général Daniel Tyler dans le but de lui faire traverser la rivière Bull Run sur la droite confédérée à Blackburn’s Ford. Les forces de l’Union furent promptement accueillies par des tirs de l’infanterie confédérée de l’autre côté de la rive et reculèrent en désordre, n’ayant pu avancer plus loin au sud pour l’établissement d’une tête de pont.

Le théâtre des opérations en Virginie au début de la Guerre civile américaine (1861).

Ce repli hâtif et désordonné rendit McDowell nerveux. Il tenta plutôt une manœuvre sur la gauche ennemie. Encore une fois, il utiliserait la division de Tyler en la portant sur la gauche confédérée, à l’autre bout du front sur le pont Stone qui enjambait la rivière Bull Run sur la route Warrenton. Simultanément, toujours dans l’optique de déborder la gauche ennemie, il enverrait les divisions des brigadiers-généraux David Hunter et Samuel Heintzelman au nord-ouest sur Sudley Springs Ford. De là, ces deux divisions pourraient prendre les arrières de l’ennemi.

Toujours effectuée par des forces sans expérience, cette nouvelle manœuvre de débordement serait accompagnée de diversions effectuées sur la droite ennemie à Blackburn’s Ford, puis à l’autre bout dans la vallée de la Shenandoah par les forces de Patterson. Bien que le plan de McDowell apparaisse intéressant, voire crédible à première vue, il soulevait certains questionnements à notre avis.

La situation au matin du 21 juillet 1861. On remarque la délicate position des forces confédérées sur Henry House Hill.

Le plan commandait l’exécution simultanée d’attaques et de manœuvres, des attributs qui, comme nous l’avons mentionné, ne constituaient pas un réflexe naturel pour une armée sans expérience. De plus, le succès de la manœuvre le long de la rivière Bull Run dépendait de l’action du général Patterson dans la vallée de la Shenandoah. Or, il s’avéra que Patterson hésita à engager ses forces contre Johnston.

La conséquence fut terrible pour les forces de l’Union. Devant l’hésitation de Patterson, Johnston fit rapidement monter ses hommes à bord de trains à la station de Piedmont et le convoi fut poussé à pleine cadence vers l’est pour rejoindre Beauregard. Les journées des 19 et 20 juillet 1861 virent débarquer l’armée de Johnston derrière la rivière Bull Run. La plupart des forces de Johnston vinrent renforcer la droite confédérée à la hauteur de Blackburn’s Ford. Ce serait le point de départ de l’assaut que projeta Beauregard au nord sur Centerville. Étonnement, si les belligérants de part et d’autre étaient parvenus à exécuter leurs manœuvres de contournement au même moment, cela aurait provoqué une étrange situation où les fronts auraient été inversés. Les forces du nord se seraient ramassées au sud et celles du sud au nord, dans un immense jeu de chat et de souris.

La bataille

Au matin du 21 juillet 1861, McDowell ordonna aux divisions de Hunter et Heintzelman de déplacer leurs 12,000 hommes de Centerville à 2h30, en pleine nuit. Ils devaient marcher en direction du sud-ouest sur la route de Warrenton puis tourner au nord-ouest vers Sudley Springs Ford. Les 8,000 hommes de Tyler allaient quant à eux marcher directement sur le pont Stone.

Ces unités inexpérimentées connurent immédiatement d’importants problèmes logistiques. La division de Tyler était carrément dans le chemin de Hunter et de Heintzelman qui, rappelons-le, avaient pour mission de faire une grande manœuvre de débordement de la gauche confédérée sur l’autre rive de la rivière Bull Run. Qui plus est, les généraux Hunter et Heintzelman s’aperçurent que les voies routières menant à Sudley Springs Ford n’étaient pas adaptées pour le passage de milliers de soldats. Ces voies étaient en fait de simples sentiers créés par la coupe d’arbres. La traversée de Bull Run s’effectua seulement à partir de 9h30, une heure bien tardive à une époque où il était de mise de livrer un assaut en même temps que la levée du soleil.

Pierre Beauregard, l'un des commandants des forces confédérées à Manassas.

À l’autre bout du front, sur la droite confédérée à la hauteur de Blackburn’s Ford, la canonnade avait commencé dès 5h15. L’artillerie fédérale avait en effet tiré quelques coups sur la droite sudiste, touchant même directement le quartier-général de Beauregard alors qu’il prenait son petit déjeuner. Le général sudiste avait compris que, probablement, l’ennemi en face avait anticipé ses plans. Néanmoins, Beauregard maintint son plan initial de faire porter ses forces sur sa droite au nord vers Centerville, dans le but de harceler l’ennemi. Par contre, les mauvaises communications avaient empêché l’exécution de cette dernière manœuvre.

Cette confusion dans la tentative de transmission effective d’ordres clairs avait créé une autre situation où quelques forces sudistes se trouvaient sur la rive nord de la rivière Bull Run, menaçant indirectement le flanc gauche des troupes fédérales qui avançaient vers l’ouest le long de la route Warrenton. Sur cette route, comme prévu malgré les problèmes logistiques, près de 20,000 soldats de l’Union marchaient plein ouest pour prendre à revers la gauche confédérée. Il n’y avait que 1,000 soldats sudistes sous les ordres du colonel Nathan Evans pour leur barrer le chemin. Evans avait envoyé quelques reconnaissances sur le pont Stone, mais les manœuvres désordonnées des troupes de l’Union l’amenèrent à penser que ce n’était qu’au fond une diversion.

Evans  fut finalement informé par l’état-major de Beauregard que le mouvement des forces fédérales sur le pont Stone n’avait rien d’une diversion et que le gros de la force ennemie avait bel et bien l’intention de s’établir à Sudley Springs Ford, menaçant directement toute la gauche de l’armée sudiste.

De leur position à la droite du front sur Signal Hill, l’état-major de Beauregard avait effectivement remarqué les colonnes fédérales sur la route Warrenton qui marchaient vers l’ouest. Beauregard avait immédiatement dépêché un officier pour avertir le colonel Evans à l’aide de drapeaux signalétiques sémaphoriques. Le colonel Evans prit alors 900 de ses hommes situés tout près du pont Stone et les fit se replier au nord-ouest sur Matthews Hill, toujours dans le chemin des colonnes fédérales qui se dirigeaient sur Sudley Springs Ford. La petite force sudiste était sur une position surélevée qui permettait une meilleure observation.

Le colonel Evans ne fut pas laissé à lui-même. Il reçut des renforts de deux brigades d’infanterie, ce qui porta à 3,000 la force initialement composée de 1,000 hommes sur le flanc gauche. Cela était suffisant pour ralentir la première colonne fédérale qui tenta de traverser Bull Run à la hauteur de Henry House Hill, mais insuffisant pour stopper un autre contingent ennemi débouchant du nord à partir de Sudley Springs Ford et menaçant de prendre Evans à revers.

Les Confédérés tentèrent eux de se regrouper sur Henry House Hill pour livrer bataille. Ils souhaitaient à la fois profiter de cette position un peu plus élevée que Matthews Hill et bénéficier d’un soutien d’artillerie dans ce secteur. Le premier accrochage sérieux se déroula donc sur Henry House Hill et tourna à l’avantage des forces de l’Union.

Le général Joseph Johnston qui fit déplacer ses troupes par trains de la vallée de la Shenandoah, à temps pour le début de la bataille de Manassas.

Coincées entre Matthews et Henry House Hill, les forces confédérées décidèrent de s’accrocher sur cette dernière position, sachant que leur artillerie pourrait temporairement gêner l’avance fédérale de chaque côté. Les généraux Beauregard et Johnston arrivèrent alors sur les lieux pour reprendre le contrôle de la situation. Heureusement pour les Confédérés, le général McDowell se montra hésitant et n’osa pas exploiter son avantage, préférant bombarder la colline et manœuvrer.

Sur l’heure du midi, le 21 juillet 1861, des renforts d’infanterie confédérée dirigés notamment par le colonel Thomas « Stonewall » Jackson arrivèrent dans le secteur de Henry House Hill, renforçant davantage le flanc gauche de l’armée qui montrait d’inquiétants signes de faiblesse. Habile commandant (il était soldat et professeur de stratégie et d’histoire militaire avant la guerre), Jackson positionna ses régiments derrière Henry House Hill en contre-flanc, les protégeant ainsi du bombardement ennemi tout en les dissimulant.

La situation sur Henry House Hill semblait désespérée pour les forces confédérées. Le colonel Stonewall Jackson conseilla aux officiers sur le terrain de faire le maximum pour rallier leurs troupes démoralisées. En clair, ce serait l’heure de la contre-attaque en dépit des mauvais pronostiques. La première attaque des sudistes fut entre autres menée par le 33e Régiment de Virginie, à la plus grande confusion de leurs ennemis, car eux aussi portaient des uniformes bleus, n’ayant pu revêtir l’uniforme gris classique en ce début de conflit. La conséquence première fut que les artilleurs de l’Union n’ouvrirent pas le feu, croyant qu’il s’agissait d’un de leurs régiments.

Voulant tirer profit de ce succès initial, le colonel Jackson ordonna à deux autres régiments de suivre le 33e Virginien, si bien que la position sur Henry House Hill changea plusieurs fois de main au cours de l’après-midi. Les Confédérés étaient finalement parvenus à capturer l’artillerie ennemie à l’ouest de Henry House Hill, ce qui fut un point tournant dans la bataille.

Bien que McDowell ait engagé 15 régiments sur Henry House Hill, deux fois plus que les Confédérés, il ne parvint jamais à les faire combattre simultanément, ayant tout au plus deux ou trois régiments sur la ligne au même moment. Pendant ce temps, Jackson et ses quelques régiments démolis continuaient de pousser vers l’ouest et le nord-ouest. Se promenant à cheval au travers de rangs de chacune de ses unités, le colonel Jackson avait crié aux hommes du 4e Régiment virginien pour leur redonner du courage tout en leur communiquant un enseignement tactique: « Reserve your fire until they come within 50 yards! Then fire and give them the bayonet! And when you charge, yell like furies! »

Les combats sur Henry House Hill cessèrent vers 16h avec les forces confédérées en possession du terrain. C’est à ce moment que McDowell commença à décrocher en un bon ordre relatif vers le nord et le nord-est vers Bull Run. Cependant, l’inexpérience des officiers entraînait une fois de plus de sérieux problèmes au niveau logistique. Un simple incident, la destruction d’un chariot par l’artillerie confédérée, avait créé la panique parmi les forces de McDowell déjà épuisées et démoralisées.

S’ensuit alors une déroute en règle. Les soldats de l’Union prirent leurs jambes à leur coup dans la direction de Centerville, se débarrassant de leurs armes et équipements pour alléger leur course. McDowell ordonna à l’une de ses divisions d’agir comme force d’arrière-garde pour couvrir le repli (ou la déroute) du reste de l’armée, retarder la poursuite ennemie et donner du temps pour rallier les forces en déroute.

Soldat de carrière et professeur à l'Institut militaire de Virginie avant la guerre, la contribution tactique du colonel "Stonewall" Jackson fut décisive à Manassas.

Dans la confusion, des centaines de soldats de l’Union furent capturés. Pour rajouter au côté déjà surréaliste de la scène, des gens de l’élite de Washington (politiciens, gens d’affaires et leurs familles), qui croyaient assurément en une victoire facile des forces gouvernementales contre cette petite rébellion, étaient venus endimanchés pour pique-niquer tout en regardant la bataille. La panique gagna à son tour cette masse de civils qui reflua en même temps que les soldats vers Washington, ajoutant davantage à la confusion et aux problèmes logistiques du moment.

De leur côté, après examen de la situation, les généraux Beauregard et Johnston hésitaient à poursuivre l’ennemi en déroute, et ce, en dépit des pressions exercées par le Président confédéré Jefferson Davis, qui arriva sur le champ de bataille en fin de journée. Les pertes étaient élevées et les troupes épuisées, lui dit-on. Malgré les circonstances désastreuses, quelques unités de l’Union étaient parvenues à effectuer un certain combat d’arrière-garde. Cela sembla suffire à décourager toute tentative de poursuite à mesure que s’achevait la journée.

Les lendemains de Bull Run

La journée du 21 juillet 1861 constituait le premier épisode d’une guerre terrible qui allait diviser les États-Unis pour les quatre prochaines années. Près de 3,000 soldats de l’Union étaient tombés ou portés disparus, alors que les forces sudistes déploraient la perte de près de 2,000 hommes.

Du côté de l’Union, la première question que l’on se posait dans l’immédiat était de savoir si les troupes confédérées allaient avancer vers Washington. La capitale des États-Unis était pour ainsi dire sans défense, une ville ouverte, tant le résultat de cette première défaite avait dépassé toute prévision. Chaque camp finit par réaliser que la guerre serait beaucoup plus longue, brutale et coûteuse que prévu. Le lendemain, 22 juillet, le Président Lincoln avait signé une loi autorisant l’enrôlement pour trois ans de service de 500,000 volontaires.

Reconstitution de la bataille de Bull Run / Manassas. La charge d'un régiment confédéré.

La guerre civile ne faisait que commencer, mais Bull Run était déjà un point tournant. La bataille avait eu l’onde d’un choc dans l’opinion publique du nord, du sud et même à l’étranger. Il fallait vite tirer les leçons de cet engagement. Par ailleurs, le choc de la bataille avait soulevé de nouvelles vagues de patriotisme de part et d’autre de la frontière. À titre d’exemple, les hommes du nord qui s’étaient initialement enrôlés pour une période de 90 jours renouvelèrent leur contrat et des campagnes de recrutement battirent leur plein.

Au sud, la victoire de Manassas était certes une bonne nouvelle, mais on savait que d’autres batailles suivraient, avec encore plus d’hommes qui y trouveraient la mort. De plus, le temps jouait contre les États confédérés, dans la mesure où ceux-ci ne disposaient pas du même potentiel financier et industriel que le Nord pour mener une guerre sur le long terme.

Le général confédéré Pierre Beauregard fut traité comme un véritable héros, malgré que sur un plan purement tactique, le colonel Stonewall Jackson ait fait plus que sa part pour redresser une situation qui semblait désespérée. Au nord, à titre de commandant en chef, McDowell reçut naturellement le premier blâme de la défaite. Il fut remplacé par le major-général George McClellan, qui fut promu commandant en chef de toutes les armées de l’Union. Patterson avait aussi été relevé de son commandement.

Dans la littérature, la bataille porte les appellations de Première bataille de Bull Run ou Première bataille de Manassas. La différence résulte d’une controverse datant de 1861. Les forces de l’Union prirent l’habitude d’identifier les batailles par le nom des cours d’eau et de crêtes qui avaient été des lieux significatifs de leurs engagements. Pour leur part, les Confédérés donnèrent plutôt le nom des localités et des fermes avoisinantes.

Encore de nos jours, les Américains sont libres d’identifier cette bataille comme ils le veulent, signe que l’impact de Bull Run/Manassas dans l’imaginaire collectif de la nation américaine perdure.

Le champ de bataille de Manassas aujourd'hui.

1914-1918: La guerre du Canada. Valenciennes, Mons et la fin d’un long parcours

La prise de Valenciennes

Nous sommes le 17 octobre 1918. Le Corps canadien se trouvait au nord-est de Cambrai, à mi-chemin de la petite ville de Valenciennes, dernière étape en importance avant d’entrer à nouveau en Belgique, toujours à la poursuite des Allemands en plein repli.

L’artillerie se mit à tonner et les troupes de la 1ère Division reçurent l’ordre de marcher sur Valenciennes. Pendant les quatre jours qui suivirent, les forces canadiennes n’ont fait que marcher. Elles suivaient de près les Allemands qui reculaient à un rythme régulier, n’offrant pour ainsi dire aucune résistance sérieuse. Cependant, les ingénieurs du Corps canadien ne manquèrent pas de boulot. Ils devaient réparer les routes, déminer le terrain lorsque nécessaire et voir à ce que les unités de support du Corps (artillerie, ravitaillement, etc.) puissent suivre la cadence rapide de l’infanterie.

Carte des opérations des forces canadiennes dans le secteur entre Valenciennes et Mons (octobre - novembre 1918).

Les Canadiens avaient atteint la portion du Canal de l’Escaut devant Valenciennes le 25 octobre. Contrairement à la semaine qui venait de passer, il semblait évident que cette fois les Allemands entendaient offrir une résistance. La preuve étant que le Canal de l’Escaut était couvert de fils de fer barbelés sur les deux rives et que le terrain situé au nord-est et au sud-ouest de Valenciennes avait été inondé. Les approches à partir de l’est et du sud de la cité étaient dominées par une série de hauteurs (Valenciennes étant en quelque sorte au creux d’une vallée) fortement défendues, dont le Mont Houy au sud.

Le lieutenant-général Currie discutait avec les généraux britanniques sur les manières de prendre rapidement Valenciennes avec un taux acceptable de pertes. L’idée était que le 22e Corps britannique prendrait le Mont Houy et le village d’Aulnoy au sud. Une fois ces objectifs pris, le Corps canadien se glisserait entre ces derniers et Valenciennes afin de se positionner sur les hauteurs au sud et au sud-est de la ville.

À l'assaut de Valenciennes (octobre 1918).

Le 28 octobre, la 51e Division écossaise mena la charge sur le Mont Houy et parvint à se rendre au sommet, mais ne put s’y maintenir face à des contre-attaques ennemies bien orchestrées. Cet imprévu occasionna un changement de dernière minute, car la prise du Mont Houy était importance avant l’assaut sur Valenciennes. On ordonna alors au Corps canadien d’attaquer le Mont Houy. L’assaut débuta le lendemain à 5h15 et les Canadiens parvinrent à prendre l’objectif. Les Allemands avaient reçu plus de 2,000 tonnes d’obus d’artillerie uniquement sur le Mont Houy et durent reculer.

La chute du Mont Houy eut comme corollaire l’évacuation par les Allemands de Valenciennes. Les pertes canadiennes avaient été relativement légères, comme prévu. Environ 400 soldats étaient tombés dont 80 tués. On estima les pertes ennemies à un peu plus de 800 soldats tués (essentiellement sous le tir de l’artillerie) et près de 2,000 prisonniers furent faits. Une Croix de Victoria fut remportée le 29 octobre, la dernière attribuée au Corps canadien pendant la guerre.

Vers Mons

Plus que jamais, les forces allemands reculaient, toujours vers l’est et il fallait les suivre. Le prochain objectif d’importance était la ville de Mons en Belgique. Ce furent les troupes de la 3e Division qui entrèrent les premières dans la municipalité, dans la nuit du 10 au 11 novembre 1918.

La ville revêtait une dimension symbolique pour les forces britanniques. C’était là en effet que le premier affrontement eut lieu entre les Britanniques et les Allemands le 22 août 1914.

La cavalerie canadienne dans Mons, d'après une peinture de Harry Sheldon-Williams.

Le Corps canadien finit par se trouver au complet dans et autour de Mons lorsque débuta la journée du 11 novembre. L’état-major de Currie avait reçut un avis à l’effet qu’un armistice entrerait en vigueur à 11 heures. Toujours sur leur garde avec leurs équipements complets et prêts pour la bataille, les soldats canadiens attendaient leurs prochains ordres, tout en prenant soin de consolider leurs positions en vue d’éventuelles contre-attaques qui ne vinrent jamais. L’artillerie continuait de tirer et la guerre se poursuivait. Le dernier soldat canadien à tomber fut le soldat George Lawrence Price du 28e bataillon, tué à 10h58 par un tireur embusqué.

La fin de la guerre marqua également la fin de la campagne des Cent Jours qui avait vu le Corps canadien combattre à un rythme effréné du 8 août au 11 novembre 1918. Au cours de cette période, le Corps avait fait près de 32,000 prisonniers, capturé 620 canons et près de 3,000 mitrailleuses. Les Canadiens avaient libéré 228 localités et 800 kilomètres carrés de terrain. Les quatre divisions d’infanterie du Corps avaient affronté 47 divisions différentes de l’armée allemande, soit près du quart des forces ennemies présentes sur le front Ouest.

Le bilan de guerre du Canada

Le Canada était entré en guerre avec une armée embryonnaire d’à peine 3,000 hommes et s’appuyant sur une force irrégulière de 60,000 à 70,000 hommes. Dès le printemps de 1915, la première des quatre divisions d’infanterie combattait sur le front Ouest. Elle était arrivée en France dans le but de renforcer le Corps expéditionnaire britannique. De plus, la 1ère Division canadienne avait été la première formation de ce type à être, pour l’essentiel, composée de soldats-citoyens.

À mesure que le Corps expéditionnaire canadien en France prit de l’expansion, le professionnalisme des soldats et de leurs chefs suivit une ascension parallèle. Le fait d’armes que l’on retient de nos jours fut la capture de la crête de Vimy en avril 1917 où, pour la première et seule fois, les quatre divisions canadiennes combattaient simultanément, côte à côte.

Comme bien d’autres batailles, Vimy avait été un massacre où l’histoire du Canada s’était écrite par le sang. Il était indéniable dans ces circonstances qu’au sortir de cette bataille, les soldats du Corps canadien se sentaient davantage unis. Le Corps en était sorti transformé et il était véritablement l’une des formations d’élite sous commandement britannique sur le continent.

Des soldats du 28e bataillon défilant devant le Premier ministre Borden et le lieutenant-général Currie (1918).

D’autres dures batailles suivirent celle de Vimy et la contribution du Corps canadien à la victoire des forces alliées fut immense. Le Canada sortait de la guerre avec une réputation rehaussée et surtout un nouveau statut sur la scène internationale. Bien que symbolique, la signature du Canada sur le Traité de Versailles constituait un premier pas vers son autonomie en politique étrangère.

Les statistiques peuvent varier, mais les chiffres sur la contribution du Canada à la Grande Guerre parlent d’eux-mêmes. Environ 625,000 hommes et femmes avaient porté l’uniforme canadien. De ce nombre, 400,000 ont servi sur le continent en France et en Belgique.

Environ 212,000 soldats canadiens ont été blessés au moins une fois et à des degrés divers. On recense 65,000 soldats tués ou morts de leurs blessures entre le mois de février 1915 et celui de novembre 1918.

Cette série d’articles sur le Corps canadien s’est surtout concentrée sur les affrontements et peu a été dit sur les Canadiens (dont les femmes) qui ont servi le pays en dehors Corps en tant que tel. Par exemple, approximativement 38,000 membres du personnel des forces canadiennes servaient en dehors du Corps à la fin de la guerre. Cela incluait entre autres du personnel ferroviaire (Canadian Railway Troops), du Corps forestier, la Brigade de Cavalerie et le personnel médical et auxiliaire (Army Service Corps). Des Canadiens ont également service dans des unités minières (Tunnelling Companies).

La démobilisation

L’armistice étant signé et les négociations en vue de la paix amorcées, il fallait néanmoins garder les soldats sous les drapeaux pour encore quelques mois. Les troupes des 1ère et 2e Divisions furent sélectionnées pour rejoindre l’armée d’occupation en Allemagne sous les ordres du général britannique Plumer. De leur côté, les 3e et 4e Divisions resteraient dans Mons.

La marche de la 1ère Division l’amena à Cologne et celle de la 2e Division à Bonn. Dans une marche au style cérémonial, le lieutenant-général Currie avait pris la peine, le 13 décembre 1918, de se tenir sur une estrade sur le Rhin et de saluer le passage de tous les bataillons des divisions canadiennes en partance pour l’Allemagne.

Le 22e bataillon (canadien-français) fait son entrée dans Bonn au début de 1919.

Au-delà du cérémonial, le problème le plus pressant pour Currie était celui de la démobilisation de ses troupes. Le gouvernement canadien avait proposé un schéma du style « premier arrivé, premier servi », à savoir que la priorité serait accordée aux hommes mariés et aux veufs avec enfants.

Currie s’était vivement opposé à ce plan, dans la mesure où le Corps canadien était directement visé. Son argument était relativement simple et circonstanciel. Currie croyait que les hommes ne devaient pas être séparés et devaient rentrer au pays avec leur unité au complet, dans le but de préserver le moral et la discipline.

Par ailleurs, si des hommes devaient être immédiatement démobilisés sur la base de leur ancienneté, de leur situation familiale ou en raison de compétences professionnelles particulières, ce serait l’efficacité du Corps canadien qui en serait affectée. Currie donnait aussi l’exemple des forces australiennes qui étaient rapatriées à la maison par unités entières sous le commandement des mêmes officiers avec lesquels elles avaient combattu.

Finalement, Currie obtint l’appui du Premier ministre Borden et son schéma fut accepté. Toutes les troupes du Corps canadien allaient cependant rentrer au pays selon le plan « premier arrivé, premier servi », ce qui implique un scénario au niveau divisionnaire qui entraînerait le départ de la 1ère Division, celle-ci étant en ligne depuis 1915.

Les autorités canadiennes et britanniques avaient été surprises de constater qu’à peu près aucun incident sérieux d’indiscipline ne se produisit au sein des troupes combattantes du Corps canadien à leur retour. En fait, ce fut parmi les unités auxiliaires non attachées administrativement au Corps qu’on observa de sérieux désordres (entraînant la mort d’hommes par moment) en Angleterre dans les municipalités de Witley, Epsom et Kimmel dans la première moitié de 1919.

Le séjour des Canadiens en Allemagne fut de courte durée. Dès le mois de février 1919, les derniers soldats quittaient le territoire allemand. La démobilisation progressive du Corps s’amorça, en commençant par la 3e, la 1ère, la 2e et enfin la 4e Division. À la fin de mai 1919, à peu près tous les soldats étaient de retour au Canada.

La guerre était terminée. Les hommes retournaient à la vie civile, laissant en Europe une partie d’eux-mêmes.

1914-1918: La guerre du Canada. La traversée du Canal du Nord (septembre – octobre 1918)

Aucun répit

Les combats depuis août 1918 se déroulaient à un rythme soutenu, mêlant des affrontements redoutables aux marches ininterrompues des soldats. Sur leur front, les Canadiens reçurent l’ordre de marcher en direction de Cambrai. Le Canal du Nord situé quelque peu à l’ouest de la ville constituait un autre obstacle formidable qu’il fallait franchir. Les Allemands avaient naturellement fait sauter les ponts.

Avant l’assaut, les Canadiens avaient bien tenté de pousser des patrouilles sur les bancs du canal. Cependant, le terrain était exposé et les patrouilles étaient systématiquement prises sous le feu de l’artillerie, des mitrailleuses et des tireurs ennemis embusqués.

Des soldats canadiens traversant le Canal du Nord.

Plus haut, dans la chaîne de commandement, le maréchal Haig et son état-major préparaient la prochaine phase de l’offensive. Il était prévu que les 3e et 4e Armées britanniques prennent d’assaut la Ligne Hindenburg entre Cambrai au nord et Saint-Quentin au sud. Haig avait réservé au Corps canadien une mission complexe en plusieurs étapes. D’abord, traverser le Canal du Nord et capturer le Bois Bourlon. Ensuite, sécuriser les hauteurs au nord-est du Bois Bourlon, dont l’objectif d’ensemble était de protéger le flanc gauche de la 3e Armée britannique un peu plus au sud. Enfin, saisir les hauteurs au nord de Cambrai, de manière à poser une menace directe contre cette ville, un important centre de communications allemand à l’époque.

Carte des opérations de la bataille du Canal du Nord et de la poussée canado-britannique dans Cambrai (septembre - octobre 1918).

La date de l’assaut était fixée au 27 septembre à l’aube. Dire que la tâche du Corps canadien relevait de l’impossible est une fois de plus un euphémisme. Une fois le canal franchi, il y avait immédiatement de l’autre côté un puissant système de trois lignes de tranchées dotées d’une excellente protection de fils de fer barbelés. La première ligne était simplement nommée « Canal du Nord » et se trouvait à environ 300 mètres à l’est du canal. La seconde, la ligne Marquion, à 1,5 kilomètre à l’est. Enfin, la ligne Marcoing qui se trouvait entre le Bois Bourlon et Cambrai.

Toujours sur le front du Corps canadien, le Canal du Nord était en soi un obstacle formidable. Le Canal avait une largeur moyenne de 30 mètres avec des étendues marécageuses sur ses deux rives, que les Allemands s’étaient bien assurés d’inonder. Dans ces conditions, le lieutenant-général Currie ne croyait pas qu’il serait possible de franchir le canal à la hauteur du Corps.

Son plan était de légèrement bifurquer la ligne d’avance de sa formation vers le sud en empiétant quelque peu dans la zone d’assaut du 17e Corps britannique à sa droite. Là se trouvait un mince passage un peu plus au sec et, fait extrêmement important dans son calcul, le canal n’était pas achevé à cet endroit. En effet, le Canal du Nord était en construction lorsque la guerre débuta en 1914. Cela signifiait qu’il fallait faire passer les dizaines de milliers de soldats Corps canadien dans cette zone, dans un passage large à peine de 2,500 mètres. Ensuite, une fois le canal franchi, les troupes qui menaient l’avance devaient marcher au pas cadencé vers le nord et le nord-est pour rapidement se déployer en vue de la capture du Bois Bourlon.

Le temps était compté. Il fallait se dépêcher à traverser le Canal du Nord.

Cette manœuvre du « sablier » fit l’objet de critiques, à commencer par le quartier général de la 1ère Armée britannique du général Horne de laquelle relevait le Corps canadien pour l’opération. Horne tenta de persuader Currie de changer son plan, mais ce dernier insista et le maréchal Haig finit par donner son aval.

La bataille

La bataille du Canal du Nord débuta le 27 septembre 1918 à 5h20 par le feu concentré de centaines de canons qui pilonnèrent directement les positions allemandes sur l’autre rive. L’assaut s’effectua par l’avance conjointe des 1ère et 4e Divisions qui suivaient de très près le barrage d’artillerie.

L’efficacité du tir des canons avait assuré une couverture efficace aux troupes canadiennes qui avaient rapidement franchi le canal. À la tombée du jour, les Canadiens avaient pris la ligne Marquion et le Bois Bourlon. L’assaut fut renouvelé le lendemain contre la ligne Marcoing qui fut percée en partie, face à des forces allemandes qui réagirent avec une plus grande vigueur.

Poste de secours au front.

De quatre divisions d’infanterie à la disposition du commandement allemand le 27 septembre, le chiffre était monté à 10 le 1er octobre, sans compter un important renfort de mitrailleuses. Toujours le 1er octobre 1918, après ces dures journées de combat, Currie décida de suspendre temporairement l’offensive, car les Allemands lancèrent des contre-attaques à répétition. Le butin était somme toute intéressant pour les Canadiens. Environ 7,000 prisonniers et un peu plus de 200 canons figuraient au palmarès.

La prochaine phase de l’opération visait à la capture en deux étapes de Cambrai par une manœuvre d’enveloppement par le nord de la ville. Pour ce faire, le 17e Corps britannique opérant au sud de Cambrai devait avancer vers la banlieue d’Awoingt au sud-est. Cette manœuvre se voulait une sorte de diversion avant l’assaut canadien dans la ville. Ensuite, les Canadiens devaient s’emparer de la portion nord-est du Canal de l’Escaut qui traversait Cambrai, avancer vers Escaudoeuvres et faire la liaison avec le 17e Corps britannique, complétant ainsi l’enveloppement de la ville.

Les soldats canadiens entrent dans les ruines de Cambrai (octobre 1918).

L’assaut contre Cambrai débuta à 4h30 le 8 octobre 1918, mais les opérations ne se déroulèrent pas exactement au rythme initialement prévu. Il y eut un contretemps de 24 heures, dans la mesure où le 17e Corps britannique connut des difficultés. Son assaut fut renouvelé le lendemain avec plus de succès. De leur côté, les Canadiens attaquèrent en pleine nuit, à 1h30, le 9 octobre sous une pluie battante. Ils avaient rapidement sécurisé la rive droite du Canal de l’Escaut et s’avançaient vers Escaudoeuvres. À la levée du jour, les premières patrouilles canadiennes de la 3e Division pénétrèrent dans Cambrai. Mis à part quelques troupes chargées d’y mettre le feu (sans trop de succès), les Allemands avaient rapidement évacué Cambrai.

Les deux jours suivants ont vu le Corps canadien se diriger vers le nord-est pour sécuriser les villages sur les abords du Canal de la Sensée. Les combats qui se sont déroulés du 27 septembre au 11 octobre 1918 ont également été durs. À preuve, huit autres Croix de Victoria furent remportées.

Le bilan

Le lieutenant-colonel Henri Desrosiers, le commandant du 22e bataillon (canadien-français). Les soldats du Québec pénétrèrent dans le faubourg nord de Cambrai en octobre 1918.

Le 11 octobre marquait donc la fin de la bataille du Canal du Nord et de Cambrai. Du début de la bataille d’Arras en août jusqu’à la prise de Cambrai, le Corps canadien avait progressé de plus de 35 kilomètres vers l’est, faisant plus de 18,500 prisonniers, prenant près de 400 canons et 2,000 mitrailleuses.

Le prix payé fut fort élevé. Le Corps canadien avait perdu environ 30,000 hommes. De ce nombre, 4,300 tués, 24,500 blessés et près de 2,000 soldats portés disparus.

Au centre, le major-général Louis Lipsett. Né en Irlande et soldat de carrière, Lipsett commandait le 8e bataillon en 1915 puis la 3e Division canadienne en 1918. Il fut tué le 14 octobre 1918 alors qu'il commandait la 4e Division britannique. Figure très populaire auprès des Canadiens, avec lesquels il avait combattu depuis 1915, de nombreux soldats de son ancien 8e bataillon étaient présents à ses funérailles.

Le Corps canadien s’en allait relever le 22e Corps britannique situé sur sa gauche, quelque peu au sud de Douai, sur le Canal de la Sensée. Le prochain objectif serait la cité de Valenciennes, non loin de la frontière belge.

Nous sommes en octobre 1918. La guerre continue. Les soldats canadiens marchent.