L’armée macédonienne

Un outil de conquêtes

Représentation de Philippe II de Macédoine.

Jusqu’à l’accession de Philippe II en 359 avant notre ère, des querelles internes et de puissants voisins avaient empêché la Macédoine d’atteindre son plein potentiel militaire. Pendant les cinq premières années de son règne, Philippe avait mis fin aux disputes internes et il développa le plus puissant outil militaire de la Grèce antique dans le but d’abattre ses ennemis voisins. La force de l’armée macédonienne sous Philippe reposait sur les innovations tactiques, l’entraînement et la qualité du commandement.

La base de l’armée macédonienne sous Philippe était constituée d’une solide infanterie nommée la phalange qui, une fois déployée, pouvait ressembler à une sorte de « hérisson mobile ». La phalange comprenait des hommes équipés d’une armure légère et armés d’une longue pique nommée la sarisse. Les faibles coûts relatifs des équipements signifiaient qu’un effectif important pouvait être levé, probablement sur une base locale, jusqu’à former des brigades sur une base régionale. L’entraînement intensif avait pour but premier d’assurer une mobilité modérée à cette masse d’infanterie.

L’élite de cette armée macédonienne sous Philippe était formée de sa garde personnelle royale que l’on identifiait comme les Hypaspistes. Ceux-ci étaient équipés de boucliers plus lourds et d’une pique plus longue, à l’image des hoplites conventionnels. Sur le champ de bataille, les Hypaspistes pouvaient protéger les flancs des phalanges ou entreprendre des missions particulières à la demande du commandement. Au niveau offensif, la force offensive de l’armée de Philippe reposait sur une cavalerie d’élite dite des « Compagnons ».

Représentation d'un soldat des Hypaspistes.

Les effectifs de l’armée macédonienne sous Philippe furent largement accrus. Les conquêtes territoriales au détriment des cités côtières grecques lui permirent d’attribuer de nouvelles terres à une plus grande quantité de ses soldats, ce qui constituait indirectement une source appréciable de recrutement. Celui-ci se faisait sur une base locale, où les villes fournissaient les contingents. Au plan financier, Philippe pouvait compter sur les revenus fournis entre autres par les mines en Thrace, ce qui lui permettait même d’embaucher des mercenaires et des experts comme des ingénieurs de sièges au besoin.

Ce qui pouvait frapper les observateurs à première vue, c’était la rapidité d’exécution de l’armée macédonienne et sa capacité à demeurer mobilisée à longueur d’année, contrairement à celles des autres cités grecques. Les soldats de Philippe étaient entraînés afin d’être capables d’apporter le gros de leurs équipements, mais sans s’épuiser inutilement. Pour les soutenir, ils avaient une logistique organisée à l’aide d’animaux pour assurer le transport de leurs bagages. La discipline régnait également dans l’armée, en particulier chez les mercenaires qui étaient fermement contrôlés. De plus, le moral semblait élevé, dans la mesure où le roi en personne donnait l’exemple sur le champ de bataille et que la bravoure était récompensée.

Conquêtes et adaptation sous Alexandre

Buste d'Alexandre le Grand.

Au lendemain de la mort de son père Philippe, Alexandre « le Grand » hérita d’une formidable machine de guerre prête à entreprendre une nouvelle conquête: celle de la Perse. La marche à l’est fut pénible et seule la discipline permit à cette armée de s’en sortir. Alexandre conduisit son armée à travers les dangereux passages des Balkans. Ses soldats parvinrent à transporter leurs lourds wagons à travers la Thrace, affronter les chariots scythes à Arbèles (actuel nord de l’Irak) ou les éléphants ennemis sur la rivière de l’Hydaspe (actuel Pakistan). Par ailleurs, la bonne coordination entre les différentes unités de l’armée macédonienne permettait l’exécution de manœuvres difficiles, mais nécessaires selon les circonstances. À titre d’Exemple, lors d’un passage difficile d’une rivière en Illyrie, Alexandre parvint à replier son armée en déployant ses catapultes et ses lance-missiles de sorte à couvrir la retraite de l’infanterie et de la cavalerie.

Cela dit, l’armée macédonienne forma le corps principal de l’expédition qu’entreprit Alexandre en Perse en 334 avant J.-C. Le roi disposait d’une infanterie macédonienne forte de 15,000 hommes et de trois brigades d’Hypaspistes (dont l’une était sa garde personnelle) composée de 1,000 cavaliers chacune. La phalange principale était organisée en six brigades fortes de 1,500 à 2,000 fantassins. Pour sa part, la composante à la base de cette infanterie dans la brigade était le lochos, une unité de seize hommes commandés par un lochagos. De son côté, la cavalerie était organisée en huit escadrons d’environ 225 à 250 hommes appuyés au besoin par une poignée d’escadrons de reconnaissance.

Comme nous l’avons dit, les troupes alliées et les mercenaires pouvaient fournir non seulement des effectifs supplémentaires, mais également des compétences spécialisées. Parmi les unités régulièrement affectées aux missions difficiles, aux côtés des Hypaspistes macédoniens, se trouvaient notamment des archers crétois. Aussi, la cavalerie thessalienne, forte de près de 2,000 hommes en 334, était une unité d’élite appelée à intervenir dans les situations difficiles.

Représentation de la bataille de Gaugamèles en 331 avant J.-C. L'armée macédonienne d'Alexandre (à gauche) face aux Perses commandés par le roi Darius (à droite).

Malgré les distances, Alexandre recevait régulièrement des renforts grâce à la qualité du travail de son général Antipater qui lui en envoyait de la Macédoine. Il n’est par contre pas possible d’établir avec précision le nombre des effectifs de l’armée macédonienne au cours de la campagne perse, à titre d’exemple. Cependant, on pense que l’armée macédonienne atteint son effectif maximum à la bataille d’Arbèles (Gaugamèles) avec l’arrivée à point nommé de recrues qui furent rapidement intégrées aux unités existantes.

Les rivalités politiques ou le début de la fin

Comme toute armée efficiente, celle de Macédoine savait s’adapter aux circonstances, aux pertes subies et même aux aléas de la situation politique. En 331, la cavalerie se réorganisa en étant subdivisée en deux unités (lochos), peut-être en réponse aux effectifs grandissants, mais peut-être aussi en raison des rivalités politiques qui liaient les commandants avec leurs unités recrutées sur une base locale. En 330, d’autres facteurs politiques amenèrent d’autres changements dans la chaîne de commandement de la cavalerie macédonienne. Après l’élimination de Philotas pour complot, le commandant de la cavalerie depuis 334, la direction des forces à cheval fut attribuée à deux hipparques, Héphaestion et Cleithos. Au moment de l’invasion de l’Inde en 326, la direction de la cavalerie était confiée à huit hipparques.

Le développement le plus significatif qui s’est opéré dans l’armée macédonienne sous Alexandre fut probablement l’incorporation progressive de troupes orientales initialement enrégimentées sous leurs bannières nationales. Venues de l’Orient, ces troupes fournissaient principalement de la cavalerie, en particulier des régions de Bactrie et la Sogdiane. Alexandra poussa la logique plus loin en mélangeant ces unités à ses propres soldats de cavalerie, si bien qu’avec le temps, les Orientaux finirent par obtenir le titre convoité de Compagnons. Du côté de l’infanterie, Alexandre paya pour le recrutement et l’entraînement à la manière macédonienne de quelque 30,000 Orientaux qui formèrent des phalanges vers 324. Simultanément, la phalange fut réorganisée de manière à saupoudrer dans ses rangs, au niveau des lochos, des recrues orientales.

Représentation de la célèbre phalange macédonienne.

Après la mort d’Alexandre en 323, ses successeurs connurent des difficultés dans la gestion de l’armée macédonienne qui perdit de sa flexibilité. Le recrutement était problématique et les successeurs des dynasties des Ptoléméens et des Séleucides durent compter sur les habitants locaux pour combler les rangs. Aussi compétentes que ces troupes puissent être, leur arrivée dans l’armée macédonienne avait forcément changé le caractère « élitiste » de cette institution. Cette dernière délaissait tranquillement l’infanterie pour se rabattre sur les éléphants (qu’Alexandre avait contré avec facilité de son vivant). La cavalerie perdit de son efficacité comme force de frappe principale, si bien que la phalange, équipée de sarisses pouvant atteindre 5,5 mètres de long, était devenue l’arme offensive de choix.

Face aux dangereux ennemis qu’étaient les Romains, la phalange offrait toujours un spectacle impressionnant. Cependant, son inflexibilité et ses difficultés à s’adapter aux différents terrains la rendirent vulnérable à terme.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s