La guerre des Canadiens français (2e partie, 1916-1918)

Les dernières semaines de l’année 1916 et la transition vers 1917 furent difficiles pour les soldats canadiens-français du 22e bataillon. Les plus anciens parmi eux sont en Europe depuis plus d’un an. Les recrues qu’a reçu le bataillon au lendemain des batailles de Courcelette et de la Tranchée Régina n’ont pas totalement satisfait les officiers à l’état-major.

Nombreux en effet ont été les problèmes de discipline et les difficultés d’acclimatation entre les nouveaux et anciens soldats. L’absence prolongée du lieutenant-colonel Tremblay en Angleterre pour raisons de santé avait affecté la cohésion de l’unité. Non pas que les officiers en France étaient mauvais, on pense entre autres à Arthur Dubuc, Georges Vanier, mais un coup de barre était nécessaire pour ramener l’esprit de corps pour les défis à venir. L’hiver de 1916-1917 avait également été l’un des plus rigoureux en Europe de mémoire d’hommes et l’inaction dans les tranchées au cours de ces longs mois hivernaux avait pour sa part contribué à affaiblir l’efficacité opérationnelle du 22e.

La crête de Vimy en 1917, vue à partir des positions canadiennes.

Cependant, le bataillon n’était pas le seul dans le Corps canadien à souffrir de ces maux, mais nous le répétons: un sérieux coup de barre était nécessaire. Début 1917, Tremblay revient en France et reprend les rennes du bataillon. Il doit préparer ses hommes pour un défi de taille. Devant lui une colline, un nom: Vimy.

Vimy

C’est en octobre 1916 que fut prise la décision de transférer tout le Corps canadien composé de quatre divisions d’infanterie du front de la Somme vers le nord dans le secteur d’Arras, en avant de la crête de Vimy. Dans le cadre de l’offensive britannique aux environs d’Arras en avril l’année suivante, le Corps d’armée canadien devait s’emparer de la crête très fortifiée de Vimy.

Cette crête était importante pour les Allemands qui l’avaient capturée dès le début de la guerre. En 1915, les Français tentèrent en vain de prendre la prendre avec des pertes de 100,000 hommes. Preuve de l’importance stratégique, la crête constituait un observatoire par excellence. Avec les jumelles, on pouvait observer la région dans un champ de vision d’environ 35 km de rayon. Dans ce contexte, il fallait que les Canadiens préparent et répètent soigneusement leur attaque. Par exemple, on avait reproduit des maquettes géantes du front d’assaut, les troupes recevaient des formations et des tâches spéciales, etc.

Soldats du 22e bataillon. Reconstitution de la bataille de Vimy lors du tournage de la télésérie "La Grande Guerre", CBC / Radio-Canada.

À 5 h 30 le matin du 9 avril 1917, les quatre divisions canadiennes, avançant ensemble pour la première fois, prirent d’assaut la crête de sept kilomètres de longueur et s’en emparèrent, à l’exception de deux positions allemandes qui tombèrent trois jours plus tard. Lors de cette attaque, le 22e bataillon, au grand dam de son commandant, agissait en support direct et suivait les troupes d’assaut à 15 mètres derrière. La tâche des Canadiens français consistait à « nettoyer » les tranchées ennemies à la pointe de la baïonnette, pour s’assurer qu’aucun fantassin adverse n’en ressortent et tirent dans le dos de la première vague d’assaut.  Le bataillon captura ainsi cinq mitrailleuses et fit plus de 500 prisonniers qui furent escortés derrière les lignes. Durant sa participation à différents engagements dans ce secteur, le 22e bataillon eu beaucoup moins de pertes qu’à Courcelette ou à la Tranchée Régina. On recense à Vimy un décompte de 26 soldats tués et 84 blessés entre le 9 et le 12 avril 1917.

Au même titre que la bataille de Flers-Courcelette, Vimy contribua également à raffermir la renommée du 22e bataillon aux yeux de la population canadienne.  La bataille de la crête de Vimy établissait aussi la renommée de l’Armée canadienne auprès de la communauté internationale.  En fait, il s’agissait de la première attaque d’envergure de l’Armée canadienne.

Vimy est une bataille qui révèle avant tout l’efficacité militaire du Corps d’armée canadien. Les soldats à Vimy, et ce jusqu’à la fin de la guerre, disposaient d’un armement de plus en plus sophistiqués, et chacun avait une tâche bien spécifique à accomplir.

1917 : Le service militaire obligatoire

Pour comprendre le contexte dans lequel s’écoule l’année 1917 pour le Canada, nous ouvrons une brève parenthèse sur la question du service militaire obligatoire. Rappelons que les succès des Canadiens sur les champs de bataille d’Europe avaient néanmoins coûté très cher en vies humaines, si bien que la lassitude et un certain écœurement de la guerre finit par atteindre les Canadiens, en particulier la population civile.

Manifestation contre la conscrption à Montréal, été 1917.

Dès la fin de 1915, et malgré les vagues initiales de patriotisme partout au Canada, le recrutement avait décliné dangereusement. Le Premier ministre Robert Borden, en janvier 1916, avait publiquement engagé son gouvernement à envoyer 500,000 hommes outre-mer. Le hic était que ce nombre était presque impossible à recruter en ayant recours seulement à des volontaires au sein d’une population d’à peine 8 millions d’âmes.

Le recrutement était plus lent parmi les Canadiens français, chez qui n’existaient pas ces liens du sang et de tradition les rattachant à la Grande-Bretagne. Suite aux pertes élevées et à la diminution des enrôlements, le gouvernement adopta en août 1917 la Loi du Service Militaire, qui imposait la conscription. Le Canada français s’opposa farouchement à cette mesure, tout comme des groupes d’agriculteurs et d’ouvriers. Cette question causa de profondes divisions entre les Canadiens.

1917-1918 : Dernières épreuves et armistice

À l’instar des peuples européens, les Canadiens avaient aussi trouvé pénible l’année 1917. Il n’y avait pas de victoire en vue, les pertes étaient effarantes et le Canada était au bord de la division sur la question de la conscription. En juin 1917, le lieutenant-général Arthur Currie devint le premier Canadien à commander le Corps. En octobre et novembre de la même année, combattant sur de terrifiants champs de bataille dans la boue jusqu’à la taille, le Corps canadien prit Passchendaele, en Belgique, subissant la perte de 16 000 hommes, morts ou blessés. Le 22e bataillon avait participé à quelques actions après Vimy. Il était à la cote 70 en août près d’Arras et Lens, puis à Passchendaele. Dans les deux cas, l’unité fut relativement « épargnée » et parvint à maintenir des effectifs raisonnables.

Les difficultés d’évacuer les blessés. Passchendaele (Belgique), automne 1917.

Bref, les perspectives d’une victoire des Alliés semblaient sombres en ce début de 1918. La chute de la Russie avait mis un terme à la guerre à l’Est. L’armée allemande demeurait une force redoutable et nombreuse, les Américains avaient déclaré la guerre en avril 1917, mais étaient peu présents sur le front. En clair, le début de 1918 signifiait une chose pour les Alliés: rester sur la défensive.

Le lieutenant-général Sir Arthur Currie, commandant du Corps expéditionnaire Canadien (1917-1919).

Le seul moyen par lequel Currie put obtenir des renforts après les saignées de 1917 fut de dissoudre une 5e division qui était en formation en Angleterre. Les soldats rendus disponibles par cette dissolution servirent à renforcer les unités existantes au front. Il apparaît clair aussi que si la guerre durait encore longtemps, par exemple jusqu’en 1919, il faudrait recourir massivement aux conscrits.

La période de la fin de 1917 et des premiers mois de 1918 en fut une de réorganisation en profondeur du Corps canadien et le 22e subit le même traitement que les autres bataillons. Par exemple, l’entraînement était intense et spécialisé, on avait créé de nouvelles unités (ex : corps de mitrailleurs mobiles) et refondu plusieurs tactiques mieux adaptées aux conditions présentes.

Dans ce contexte, au printemps et à l’été de 1918, les Allemands lancèrent une série d’offensives majeures dans ce qui paraît être une dernière tentative pour gagner la guerre. Au cours de cette période agitée, le général Currie dut se battre avec le maréchal Douglas Haig, le commandant des forces britanniques, pour préserver l’unité du Corps canadien, et éviter ainsi que ses divisions ne servent à boucher ici et là les trous sur la ligne de front.

Même lorsqu’il n’était pas à l’assaut, le 22e connut des moments difficiles, lorsqu’il s’agissait simplement de tenir son secteur du front. Ce fut le cas notamment des événements survenus dans la nuit du 8 au 9 juin 1918, dans la région d’Amiens en France. On parle ici d’un incident qui a mis en scène un caporal jusque-là obscur, commandant une simple section de mitrailleurs. Son nom, Joseph Kaeble.

L’exploit du caporal Kaeble

Le caporal Kaeble était l’exemple parfait du soldat. Il était un homme calme, posé, qui n’avait vraiment peur de rien, ou du moins ne laissait rien paraître. Ce soir-là, le 8 juin 1918, à 21h45, un calme anormal règne sur le secteur de front tenu par le 22e bataillon. Le soleil s’apprête à se coucher, il faisait chaud. Keable et sa section de mitrailleurs tient son bout de tranchée, comme il se doit.

Le caporal Joseph Kaeble, VC, MM.

Soudainement, l’ennemi se manifeste dans le secteur. Après un violent barrage d’artillerie qui dure de longues minutes, Kaeble se redresse péniblement dans ce qui reste de sa tranchée. Il constate qu’autour de lui que tous les soldats de sa section sont morts ou blessés. N’ayant pas le temps de s’apitoyer, ni de faire le bilan des dégâts, et encore moins d’aller quémander du renfort au bataillon avec lequel il a perdu contact, il doit prendre une décision. Il a devait lui l’armée allemande qui avance au pas de charge. Combien sont-ils devant? Au moins cinquante, peut-être cent.

Au poste défendu par la section de mitrailleuses du caporal Kaeble, la résistance fut vraiment héroïque. Le caporal Kaeble sauta alors par-dessus le parapet et tenant son fusil-mitrailleur Lewis à la hanche. Il tira au moins 20 chargeurs de 47 cartouches en direction des rangs ennemis. Bien que plusieurs fois blessé par des fragments d’obus et de bombes, il ne cesse de tirer et c’est ainsi que par sa détermination il arrête net l’offensive ennemie.

Finalement, tout en continuant de tirer, il tombe à la renverse dans la tranchée, mortellement blessé. Étendu sur le dos, il tire ses dernières cartouches par-dessus le parapet vers les Allemands en train de regagner leurs lignes. Enfin, avant de s’évanouir, il cria aux blessés qui l’entouraient : « Tenez bon les gars, ne les laissez pas passer! Il nous faut les arrêter! »
Transporté à l’hôpital, le caporal Joseph Kaeble meurt de ses blessures le lendemain soir. Il est décoré de la Croix de Victoria, la plus haute distinction militaire britannique. Il est le premier soldat canadien de langue française à recevoir cet honneur.

Amiens et l’exploit du lieutenant Brillant

Cet événement somme toute isolé met en relief l’horreur des combats qu’allaient endurer les soldats du 22e bataillon en 1918. En compagnie de divisions britanniques, australiennes et françaises, les Canadiens lancent au mois d’août une offensive majeure devant la ville d’Amiens.

À ce stade, le Corps canadien était le fer de lance de la contre-offensive générale planifiée par les Alliés après l’échec des offensives allemandes des mois précédents. La période d’août à novembre 1918 a vu les Alliés faire des gains de terrain impressionnants en battant les armées allemandes au cours d’une série de batailles.

Le lieutenant Jean Brillant, VC, MC.

L’un de ces batailles fut celle d’Amiens. Le 8 août 1918, le 22e bataillon participe à la prise de cette ville par le Corps canadien.  En fait, il s’agissait de regagner le terrain perdu au printemps par l’Armée britannique. Dans le cadre de cet objectif global, la mission initiale du bataillon était le nettoyage des villages entourant Amiens. Le 22e avait à sa disposition pour cette offensive sept chars d’assaut.  Ceci devait être le début de la grande offensive qui allait mettre fin à la guerre.

Cet affrontement avait donné au lieutenant Jean Brillant l’occasion de s’illustrer. Le 8 août, au tout début de l’avance, voyant qu’une mitrailleuse tenait en échec le flanc gauche de sa compagnie, il se précipite seul vers elle, s’en empare et tue deux mitrailleurs. Bien que blessé au bras gauche, il refuse de se faire évacuer et revient au combat le lendemain. Commandant cette fois deux pelotons au cours d’un combat à la baïonnette et à la grenade, il capture pas moins de 15 mitrailleuses et fait 150 prisonniers.

Blessé à cette occasion à la tête, il refuse une fois de plus de quitter. Peu après, il mène une charge contre un canon de quatre pouces qui tire de plein fouet sur son unité. Atteint cette fois au ventre par des éclats d’obus, il poursuit tant bien que mal son avance vers la pièce convoitée. Épuisé, il s’écroule finalement pour ne plus se relever.

S’accrochant à la vie dans un hôpital de campagne durant quelques heures, il meurt le 10 août 1918 à l’âge de 28 ans. Par sa bravoure exceptionnelle dans l’accomplissement de son devoir, le lieutenant Brillant est décoré, lui aussi à titre posthume, de la Croix de Victoria. Au cours de cette bataille d’Amiens, le 22e Bataillon a perdu 7 officiers et 262 hommes.

Ligne Hindenburg et Canal du Nord

Le succès de l’offensive d’Amiens a convaincu le maréchal Sir Douglas Haig, Commandant-en-chef des troupes britanniques, qu’il est temps de lancer une attaque globale contre l’ennemi qui « sent approcher la fin ». Il fallait briser la ligne Hindenburg et ouvrir la route vers l’Allemagne.

Au lendemain de la bataille d’Amiens, le 22e bataillon avait appris une bonne et une mauvaise nouvelle, selon le point de vue. Son commandant, le lieutenant-colonel Tremblay avait été promu au rang de brigadier-général. Il devinait ainsi le seul Canadien français et le plus jeune général de toutes les armées britanniques en Europe. La mauvaise nouvelle, l’unité perdait un commandant hors pair.

Tremblay commandait désormais la 5e brigade d’infanterie qui comprenait les 22e, 24e, 25e et 26e bataillons. C’est dans ce contexte que le 27 août 1918, la brigade de Tremblay, qui incluait le 22e, reçut l’ordre de prendre d’assaut la terrible ligne Hindenburg. L’attaque a débuté à 10h, en plein jour, devant des positions ennemies presque intactes. Le 22e a mené la charge, malgré qu’à c stade il constituait un bataillon fatigué physiquement et mentalement. Ce n’était plus que le même bataillon qui avait mené l’assaut à Courcelette deux ans plus tôt.

Le 22e perce les lignes ennemies à Chérisy au prix de lourdes pertes.  Pendant l’opération, il perd tous ses officiers dont le commandant, le major Arthur Dubuc.  Pendant cette même opération, le major Georges Vanier perd une jambe. Lorsque le dernier officier, le médecin du bataillon Albéric Marin, le sergent-major de compagnie Joseph Pearson prend alors le commandement et poursuit le combat.  Au moment de la relève le 29 août, il ne restait que 39 des 700 hommes avec lesquels le 22e bataillon était passé à l’attaque.

Le 22e bataillon à la bataille de Chérisy, d’après une représentation de l’artiste d’origine belge Alfred Bastien (1918).

Entre les mois d’août et de novembre 1918, le Corps canadien ne connut pratiquement aucun répit. C’est ce qu’on appelle la période des « Cent-Jours ». À titre d’exemple, un soldat canadien sur cinq tomba au cours de l’unique campagne des Cent Jours. Lors des premiers jours de la campagne, le Corps canadien connut un taux de pertes d’environ 45 %.

Au cours des Cent Jours, le Corps canadien a subi, en chiffres absolus, plus de pertes que lors de toute la campagne du Nord-Ouest de l’Europe en 1944-1945, qui avait alors duré onze mois, soit de la Normandie jusqu’en Allemagne. L’une des causes principales des pertes surélevées est due au fait que la guerre de mouvement avait repris à partir du mois d’août et les tranchées étaient moins nombreuses pour protéger les soldats.

Bilan d’une guerre

Pour une nation de huit millions d’individus, l’effort de guerre du Canada était considéré comme remarquable. Il faut en effet comparer les chiffres suivants : sur une population de 8 millions d’habitants, plus de  600,000 se sont enrôlés. De ce nombre environ 65,000 sont tués et 180,000 sont blessées. Même si la guerre a divisé la nation canadienne au sujet de la conscription et de la nature de l’effort de guerre à fournir, elle avait néanmoins permis au Canada de se hisser progressivement d’un statut de colonie en 1914 vers un renforcement de son autonomie sur la scène internationale.

En 1919, le Canada signe le traité de Versailles qui met officiellement fin à la guerre et se joint en tant que pays autonome à la Société des Nations nouvellement créée. Dans l’ensemble, les Canadiens étaient tout de même unanimes sur la juste cause pour laquelle s’est faite la guerre. Malgré le recul du temps, on ne peut pas nier que les civils et les militaires canadiens de l’époque étaient fiers de ce qu’ils avaient accompli, avec toutes les séquelles physiques et psychologiques que cela engendre.

Au cours de la Première Guerre mondiale, le 22e bataillon eut à mener deux combats. D’une part, contre l’ennemi allemand et, d’autre part, pour obtenir la reconnaissance de sa vaillance et le respect de tous. Le 22e a été un bataillon souvent surveillé, réprimandé et critiqué par ce qu’on appellerait aujourd’hui des « gérants d’estrade ». C’était la seule unité de langue française dans toute l’armée britannique. Il fallait marcher droit comme on dit.

Par conséquent, les officiers, sous-officiers et soldats du 22e Bataillon (canadien-français) ont constamment été déterminés à défendre l’honneur de l’unité et de la collectivité qu’ils représentaient. Des 260 bataillons d’infanterie qui furent formés pour le Corps expéditionnaire Canadien, 13 bataillons seront identifiés exclusivement pour les Canadiens français, dont le 22e.

Les faits d’armes au crédit du 22e Bataillon au cours de la Première Guerre mondiale furent nombreux et glorieux. Le 22e s’est vu accorder pas moins de 18 honneurs de batailles.

Et le bilan avait été lourd. On avait laissé sur les champs de bataille de France et de Belgique un peu plus de 1,000 morts et 2,900 hommes avaient été blessés au moins une fois.

L’unité a été dissoute à son retour au Canada, en mai 1919.

L’aventure était terminée pour le 22e bataillon.

Insignes de col et de casquettes du 22e bataillon (canadien-français).
Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s