Catégorie : Actualités internationales

Quelques facteurs et enjeux de la croissance économique

Sommes-nous plus riches ou plus pauvres qu’avant? Les effets pervers de la croissance économique sont-ils aussi flagrants que cela? Autant l’on peut questionner l’objectivité du discours antimondialiste, qui souvent sert des fins et des visions à très court terme, autant il faut se pencher sur l’importance du caractère divergent de certaines analyses statistiques qui pensent faire une lecture « objective » de la croissance économique.

Dans un premier temps et globalement, hormis peut-être certains pays aux économies complètement fermées aux marchés extérieurs (ex: Corée du Nord), on ne peut pas dire que les pays connaissent une décroissance économique. Les États les plus pauvres connaissent aussi une croissance économique, même si celle-ci ne se fait évidemment pas au même rythme que les États mieux nantis.

Plutôt que de parler de décroissance économique (avec comme corollaire un appauvrissement), il faudrait plutôt parler d’un manque de croissance soutenue parmi les pays les plus pauvres. Néanmoins, plusieurs éléments nous permettent de nous faire une idée sur la manière dont on peut calculer et lire le phénomène de croissance économique.

Un premier indice qui est fondamental lorsqu’il s’agit de faire l’examen de la croissance économique, du développement ou de la pauvreté dans un pays donné, est celui du pouvoir d’achat. L’indice du pouvoir d’achat est important, parce qu’il est plus sensible aux conditions économiques locales. Bref, le pouvoir d’achat des individus dans leur propre pays peut-être très bon, alors qu’en le comparant à celui d’un pays riche, on aurait l’impression que les gens vivent dans la pauvreté.

D’autres indices servent aussi à faire une lecture de la croissance économique. Ce qui est frappant, ce sont les difficultés à obtenir des données fiables lorsque l’on procède à l’examen de la croissance économique. Par exemple, des organisations comme l’ONU et son Programme de Développement existent, comme celles fournies par la Banque mondiale. Cependant, en plus des problèmes méthodologiques de calcul de la croissance économique, les experts ne s’entendent pas toujours sur définition de la « pauvreté » et sur les manières de la quantifier.

Par exemple, quelle somme d’argent dispose un individu vivant dans ce qu’on appelle un seuil d’« extrême pauvreté » (1$ / jour? 2$ / jour?). Un autre problème est celui de la différence entre inégalité et pauvreté. L’inégalité se veut une mesure relative, alors que la pauvreté une mesure absolue. On peut aisément imaginer une baisse de la pauvreté, tout en assistant à une augmentation des inégalités.

Dans cet ordre d’idées, nous sommes d’avis qu’il y a moins de pauvreté dans le monde, moins de personnes pauvres. Le tout en bonne partie à cause de la croissance en Inde et en Chine, deux pays énormes en termes démographiques. Cette tendance globale peut cacher d’autres tendances régionales ou par pays qui peuvent influencer notre lecture de la pauvreté.

La croissance économique : analyse pour des fins pratiques

Ce qu’il faut d’abord saisir au sujet de la croissance économique, c’est qu’elle a comme corollaire une baisse de la pauvreté. En principe, l’un devrait aller avec l’autre. On pourrait identifier deux manières générales d’éliminer la pauvreté dans le monde.

La première serait une redistribution plus équitable de la richesse. Le problème est qu’en ce moment, les gouvernements des pays riches ont plutôt tendance à diminuer l’aide au développement extérieur. L’autre façon d’éliminer la pauvreté serait de provoquer une croissance économique durable dans les pays et les régions pauvres (sous-développés). La question est de savoir : comment peut-on provoquer la croissance économique?

L’aide financière pour l’investissement

La première piste afin de provoquer la croissance économique est ce qu’on peut appeler l’aide financière pour l’investissement. L’idée est que des pays manquent d’argent pour investir.  Donc il faut leur donner de l’argent.  Derrière cela, il y a trois idées sous-entendues.

La première est cette idée qu’il y a un lien direct et concret entre l’aide, l’investissement et la croissance. La seconde idée de l’aide financière à l’investissement est que la croissance économique serait en quelque sorte proportionnelle à la part des dépenses pour l’investissement dans le PIB, comme s’il y avait une formule fixe ou une corrélation directe. La troisième idée est que la croissance de la production (PIB) est proportionnelle à l’augmentation du nombre de machines et d’outils.  Plus il y a d’investissement, plus il y a des machines, plus de production, plus de croissance, plus de richesses pour tout le monde.  Souvent, ce n’est pas la main-d’œuvre qui manque, mais aussi les machines.

Dans tout cela, le rôle des pays développés est de fournir l’argent pour l’investissement, et pour rétrécir l’écart entre les ressources d’un pays pauvre et ses besoins pour assurer une croissance importante. Tout cela est conditionnel au bon vouloir des États riches à investir à l’étranger. Par exemple, dans les années 1960, à l’apogée de l’aide américaine à l’étranger, celle-ci ne représentait que 0,6% du PIB des États-Unis. Même si une aide s’avère non permanente, cela peut être assez pour créer de la croissance, qui va ensuite permettre à un pays de trouver ses propres ressources pour investir.

L’investissement consiste d’abord et avant tout en une décision de se priver au préalable d’un certain luxe, soit de faire des sacrifices, pour avoir plus dans un avenir rapproché. Autant les individus que les entreprises doivent être prêts à faire ce calcul et à vivre avec les conséquences. Historiquement parlant, on avait souvent tendance à associer la croissance économique avec celle de l’industrialisation.

Un exemple intéressant à cet égard était celui du modèle soviétique qui avait connu une industrialisation rapide, qui favorisant l’industrie lourde aux dépens de l’industrie agricole. Par contre, cette façon de raisonner le problème, soit d’associer la croissance économique avec l’industrialisation, avait entraîné des problèmes paradoxaux. Un problème qui était apparu était que les investissements avaient en effet augmenté rapidement, mais simultanément, le PIB de ces pays avait chuté. À titre d’exemple, la Guyane, qui voit son PIB chuter radicalement dans les années 1980-1990, en même temps que l’investissement augmentait de 30 à 40%.

Toujours en ce qui a trait à l’aide financière pour l’investissement, c’est qu’on a fini par se rendre compte qu’il n’existait pas réellement de rapports directs entre cette aide et les investissements concrets. Par exemple, entre 1960 et 1985, le Niger et Hong Kong ont chacun augmenté leurs investissements par plus de 250% par tête d’ouvrier, alors que la production par ouvrier a augmenté de 12% au Niger, et de 328% à Hong Kong.

Il apparaît évident, dans ce contexte, que l’aide financière à été utilisée à d’autres fins que l’investissement (ex : éponger un déficit, biens à la consommation, corruption, etc.). Le problème est donc que l’aide ne change pas nécessairement les incitations pour investir dans l’avenir. Plus important encore, les études ont montré bien plus tard que l’investissement n’est pas une cause principale de la croissance.

Par exemple, si vous augmentez le nombre des machines destinées à la production, cela crée ce qu’on appelle l’effet de « profits diminuant ». Si vous avez plus de machines avec le même nombre d’ouvriers, cela va créer une situation impossible, car c’est l’idée qu’on ne peut pas augmenter un facteur à l’infini en laissant les autres fixes. On ne peut pas augmenter le nombre de machines sans tenir compte du nombre d’ouvriers.

L’éducation

Le second problème de l’aide à la croissance est la question à savoir si l’on souhaite investir dans le capital technologique ou dans le capital humain (qui passe par l’éducation, la formation, etc.). Certains pensent que dans ce contexte, il faudrait davantage investir dans le capital humain.

En fait, entre les années 1960 et 1990, le monde a connu une énorme expansion en terme d’éducation. En 1960, seulement un tiers des pays avaient un taux de scolarisation primaire de 100%; maintenant la moitié ont atteint ce taux. Encore là, lorsque l’on parle des liens entre le taux d’éducation et la croissance économique, le même problème apparaît que lorsqu’on parlait des liens entre le nombre de machines et cette même croissance.

Autrement dit, les études plus récentes confirment toujours en cette absence de liens directs entre scolarisation et production. Un exemple intéressant est celui des pays de l’Europe de l’Est, où les populations sont très scolarisées et cultivées, alors que la production est beaucoup plus faible qu’en Occident. L’argument est donc que l’éducation mène à la croissance, mais l’inverse est tout aussi possible, soit que la croissance pousse à l’éducation (avec la croissance, une éducation vaut plus parce qu’il y a plus de possibilités, de postes, etc.). Par ailleurs, les pays plus pauvres ne sont pas convaincus qu’il vaut la peine d’investir dans l’éducation, dans la mesure où elle ne rapporte rien de concret, d’immédiat.

La croissance démographique

Le troisième problème de l’aide à la croissance est celui de la croissance démographique incontrôlée. On pense qu’un pays qui ne contrôle pas son taux de fertilité verrait les fruits et les richesses associées à la croissance économique absorbés par la pauvreté, souvent associée à cette démographie incontrôlée.

Une des conditions pour que les pays riches fournissent des capitaux aux plus pauvres passerait donc par la théorie du « cash for condoms » (« l’argent pour des condoms). Les pays plus pauvres mettraient en place des mesures énergiques de contrôles des naissances, notamment par la distribution de préservatifs. Encore là, cette théorie/solution est loin d’être parfaite, pour plusieurs raisons.

Cela présume que les personnes ne veulent pas avoir des enfants, mais ce n’est pas le cas, puisque la plupart des naissances sont des naissances voulues. Il n’y pas nécessairement non plus une relation entre une baisse démographique et une croissance économique. Beaucoup dépend aussi de la situation d’un pays. Par exemple, la croissance démographique peut être intéressante en terme d’avoir plus de personnes à l’avenir pour payer des impôts au niveau général. Au niveau personnel, les enfants sont vus comme une garantie pour les parents qu’il y aura du monde pour prendre soin d’eux.

La conditionnalité

Un quatrième élément associé à l’aide à la croissance est celui du principe de la conditionnalité. Il s’agit des prêts des pays riches aux pays plus pauvres, le tout étant soumis à des conditions, ayant trait au remboursement, mais aussi au fait qu’un pays emprunteur doit ajuster sa politique intérieur.

C’est la théorie voulant que la croissance économique va avec un ajustement de la situation politique. Par exemple, dans les années 1980, la Banque Mondiale et le FMI accordent ce type de prêts. Cette théorie a connu quelques succès en Afrique (Ghana, Mauritanie, Botswana), mais c’est plutôt le contraire qui s’est généralement passé. Par exemple, le FMI a émis 12 prêts à la Zambie entre 1980 et 1994, ce qui représentait environ le quart du PIB de ce pays). Une des conditions du FMI était de réduire l’inflation, mais sans succès. Entre 1985 et 1996, la Zambie a un taux d’inflation de 40% par an.

Un autre exemple est celui de la Côte-d’Ivoire. Ce pays a reçu 18 prêts entre 1980 et1993, sous condition de faire baisser le taux de son déficit par rapport au PIB entre 1989 et 1993. En 1993, le déficit de ce pays en rapport au PIB était d’environ 14%, ce qui est énorme. Il serait facile de dire que ces États sont irresponsables, qu’ils ne savent pas tenir leur budget, ne savent pas contrôler leurs dépenses, bref, on ne leur prête plus rien.

Mais en même temps, il est difficile de ne pas leur donner de l’aide (il faut les aider). Il faut lutter contre la pauvreté, il faut aider les pauvres, etc. Généralement, il y a ce problème où les pays avec la plus grande pauvreté reçoivent la plus grande proportion de l’aide, mais ils ne sont pas nécessairement poussés à entreprendre des réformes. Même la Banque mondiale a fini par comprendre ce principe, à savoir que l’aide financière n’insiste pratiquement plus les pays pauvres à entreprendre de sérieuses et urgentes réformes.

Pardonner les dettes

Un dernier élément, mais non le moindre, de cette aide à la croissance consiste à éliminer, voire à pardonner les dettes des pays en situation financière catastrophique. Ce dernier élément a connu une certaine publicité médiatique venant d’artistes connus. L’idée était de permettre aux pays pauvres d’utiliser l’argent disponible à des fins autres que le service de la dette.

Par contre, le fait d’éliminer la dette ne va pas non plus sans problèmes. Beaucoup de dettes ont déjà été pardonnées par le passé. En septembre 1999, un total de $3.4 milliards avait été « pardonné », soit sous forme explicite (éradiquer directement la dette), ou sous une forme implicite (substituer les dettes avec un taux d’intérêt élevé pour des dettes avec un taux beaucoup plus bas). Les résultats sont à peu près nuls. Cela ne fait rien en terme de résoudre le problème fondamental qui est: que les pays se sont endettés en partie pour soutenir un mode de vie (surtout pour les gouvernements et ses clients) qui est insoutenable.

Plus encore, qu’est-ce qui peut empêcher des États de s’endetter à nouveau? Entre 1977 et 1989, un pardon de 33 milliards avait été accordé pour les pays les plus endettés. En même temps, la dette de ces pays a augmenté de $14 milliards. Par contre, il ne faut pas oublier que les pays les plus endettés sont dans cette situation parce qu’ils ont emprunté de l’argent du FMI et de la Banque mondiale. Le rôle du FMI et de la Banque mondiale a été de boucher des trous dans les balances de paiements. Et le problème est justement là, c’est que le FMI et la Banque mondiale donnent plus aux pays qui ont des déficits, donc qui ont des politiques financières et fiscales insoutenables.

On peut alors se demander si ça vaut la peine de pardonner les dettes des pays qui sont gouvernés pas les mêmes gouvernements/régimes qui ont créé les problèmes au début?

En fin de compte, les mêmes politiques qui ont mis les pays dans une situation d’endettement majeur vont empêcher à nouveau l’aide de bénéficier aux pauvres.

La nature de la puissance américaine

Le sujet de la puissance américaine revêt son importance pour plusieurs raisons. D’abord, les États-Unis sont de loin le pays le plus puissant au monde et non pas seulement du point de vue militaire, mais aussi économique, culturelle, etc. Ensuite, la question des possibilités et des limites de cette puissance doit être soulevée. L’Administration sous G. W. Bush était prête à utiliser la puissance américaine pour effectuer des transformations majeures, comme c’est le cas de l’Irak et du Moyen Orient.

Le cas de l’Irak soulevait la nécessité aussi de séparer les différentes facettes de la puissance américaine.  Les Américains avaient obtenu une victoire militaire écrasante en 2003, mais la victoire politique semble moins certaine aujourd’hui. Du point de vue de la mondialisation, on retient l’idée que les États-Unis et le mode de vie américain sont intimement liés à ce phénomène. Souvent on parle de la mondialisation et de l’américanisation comme si elles étaient plus ou moins la même chose.

Bref, on parle beaucoup de la puissance ou de la surpuissance américaine. Ce concept capture bien l’impression populaire des États-Unis comme une puissance trop forte, soit que l’écart entre les États-Unis et les autres pays est immense et menaçant.

Depuis longtemps, il y a un débat aux États-Unis sur la politique extérieure américaine, à savoir ce qu’elle devrait être. Ce débat est divisé entre les isolationnistes et les internationalistes. En réalité, il n’existe pas vraiment de « formes pures » de ces deux courants, mais ils ont une utilité parce qu’ils nous aident à saisir les traits dominants et surtout les différences dans la structuration de la politique internationale américaine.

On peut voir en surface ces deux types de courants :

1) Les isolationnistes

Ceux qui s’identifient à ce courant veulent se retirer derrière les frontières nationales, de limiter le plus possible l’intervention des États-Unis avec le monde. L’un des éléments de cette idée de la différence américaine est que les États-Unis sont un pays de type différent et qu’il risque la contamination et la corruption s’il intervient en dehors de ses frontières nationales. Cette approche est perceptible à droite comme à la gauche de l’échelle politique américaine. Par exemple, à droite de ce courant, on dit que le reste du monde n’est pas notre responsabilité, alors qu’à gauche, on ne devrait pas nous impliquer pour dire aux autres quoi faire ou ne pas faire.

Dans ce contexte, quelques points sont importants selon les secteurs de l’activité politique analysés. Par exemple, certains isolationnistes disent qu’en matière de politique étrangère on ne peut ou on ne devrait pas dire aux autres ce qu’ils devraient faire. Du côté militaire, les isolationnistes veulent en priorité la protection du territoire américain, et cela peut se traduire par la construction du fameux bouclier antimissile. Au plan économique, il est question de la protection du marché intérieur américain. Par exemple, la question des taxes américaines sur le bois d’œuvre canadien comme une mesure protectionniste.

2) Les internationalistes

Les internationalistes disent que les États-Unis ne peuvent pas se retirer derrière leurs frontières. Les Américains ont des intérêts géopolitiques, économiques, moraux, etc. dans le monde.  Il faut qu’ils jouent un rôle mondial. Mais les internationalistes sont divisés en deux tendances. Il y a les unilatéralistes. Ces gens pensent que les Américains peuvent et doivent agir tout seuls (ex : Irak).  Nous avons la puissance, il faut l’utiliser. La coopération des autres pays n’est que nuisance selon eux. Nous sommes les plus forts, on a raison. Les multilatéralistes, eux, croient que les Américains doivent agir de concert avec les autres. Les États-Unis doivent devenir un bon citoyen global, parce que c’est dans nos intérêts. Il faut agir surtout par le biais des institutions internationales comme les Nations Unies, l’OMC, Kyoto, etc.

Le débat entre isolationniste et internationalistes est très important. C’est un débat ouvert au sein de l’Administration à Washington, tout comme il l’est entre les deux parties politiques principaux, soient les Républicains et les Démocrates. C’est un débat ouvert avec des conséquences potentielles assez importantes.

Aujourd’hui

De nos jours, par exemple, ceux qui se qualifient toujours d’« isolationnistes » aux États-Unis forment un courant très minoritaire (surtout depuis le 11 septembre). Maintenant ce sont les internationalistes qui ont pris le devant. De leur côté, les unilatéralistes disent que les États-Unis sont les plus forts, que les autres pays nous empêchent de faire ce qu’on veut, et donc on doit faire ce qu’on veut.

En partie, il s’agit d’un argument assez égoïste basé sur les intérêts nationaux. Les États-Unis doivent, comme tout pays, poursuivre leurs intérêts (ils sont prioritaires) et parce que nous sommes si forts on a une bonne chance de réussir. Et l’argument des unilatéralistes fait en partie appel à une forme d’idéalisme. On sait ce qui est mieux, soit nos valeurs, notre conception de la société, notre régime politique (la démocratie), nos politiques économiques. Bref, il faut qu’on les impose non seulement pour notre bien-être, mais aussi pour celui des autres. Ce qui est bon pour les États-Unis est aussi bon pour le monde.

En réalité, l’argumentaire des unilatéralistes vient surtout de la frustration engendrée de par les rapports avec les autres et surtout avec les Européens sous les années Clinton. Lors d’échecs aussi retentissants comme les crises en ex-Yougoslavie et en Somalie, les Américains étaient convaincus que leur vision était la meilleure.

Et le troisième groupe qui tente d’influencer la politique de Washington actuellement est celui des multilatéralistes. Ils disent qu’il faut que les États-Unis coopèrent avec les autres et exercer une influence auprès des institutions qui existent, en plus de créer de nouvelles institutions pour promouvoir leurs intérêts. Deux principes ou suppositions sous-tendent l’argumentaire de ce groupe. D’abord, les intérêts des Américains sont les mêmes que ceux des autres. Il ne s’agit pas d’imposer ses vues, mais de rechercher la coopération. Ensuite, les problèmes et les défis ne peuvent qu’être résolus que par une coopération internationale.

Certes, les États-Unis peuvent (ou pourraient) être multilatéralistes, mais l’élément profond demeure la souveraineté. Autrement dit, on a l’idée que chaque État est complètement indépendant, souverain, et qu’il peut appliquer la politique qu’il décide. C’est bien souvent la question de la préemption et non la prévention qui décide. Mais derrière ce débat sur la politique internationale américaine, on trouve un autre débat ou d’autres questions qui portent sur la puissance américaine.

Rappelons d’abord deux pôles propres à la soi-disant puissance américaine. Le premier pôle est celui que les États-Unis sont tout-puissants. Le second pôle est que les États-Unis sont beaucoup plus faibles que l’on dit. Bref, les États-Unis ne sont pas tout puissants. Il existe de vraies limites sur leur pouvoir, surtout depuis le 11 septembre. Les États-Unis ne sont pas tout puissants. Ils ne peuvent pas tout faire et ils ne peuvent pas imposer leurs vues sur tout le monde, tout le temps.

Mais, un important bémol est à soulever: le cas de l’invasion de l’Irak. Les Américains seuls ont décidé presque tout seuls d’aller en guerre dans une région lointaine. Dans ce cas-ci, personne ne pouvait les empêcher et aucun autre pays ne put le faire. Deuxièmement, il faut faire attention avec les avis des experts (ou des journalistes) qui voient régulièrement les États-Unis comme un État tout puissant et idéalisé (en bien comme en mal). On compare souvent cet idéal avec la réalité et, devant un échec comme l’Irak, on a tendance à conclure que les États-Unis ne sont pas tout puissants.

Ils ont peut-être raison, mais la question est peut-être mal posée.  Ce qui est frappant c’est la puissance des États-Unis, la puissance surtout relative face aux autres pays pris un par un. Les États-Unis ont bel et bien les moyens d’imposer leurs vues, s’ils savent protéger leurs arrières bien sûr. C’est dans ce contexte, on peut établir deux types de puissances, soit la puissance dure, et la puissance molle.

La puissance dure (Hard Power)

Le premier aspect de la « hard power » est le volet militaire. On s’en doute, les dépenses militaires américaines sont énormes. À eux seuls, les Américains contribuent pour 40% des dépenses militaires mondiales. Cela représente un fardeau énorme, et malgré les hausses de dépenses, elles représentent moins en termes du PIB.

Les dépenses militaires pendant la Guerre froide représentaient 9% du PIB, 6% dans les années 1980 sous Reagan et maintenant autour de 4%. Tout cela reflète la puissance économique des États-Unis. Par comparaison, les taux sont pour l’Arabie Saoudite de 15%, pour Israël de 9% et pour la Chine de 4%.

Cependant, l’armée américaine est impressionnante. Les forces nucléaires sont imposantes et les États-Unis sont aussi le seul pays qui peut projeter de la force militaire partout sur la planète ou presque. Ils sont aidés en cela par l’existence de 725 installations militaires à l’étranger. Au moins 250,000 troupes servent en dehors du territoire américain (sur 1.4 million dans les forces armées régulières). La concentration des forces au Proche Orient est une preuve de ce déploiement en force. Pour leur part, les Européens parlent de créer une véritable force d’action rapide, mais loin de là et ça sera surtout une façon de mobiliser des forces pour le maintien de la paix.  L’Angleterre demeure une exception partielle, mais quand même assez limitée.

Les implications de ces indications sont que la force militaire américaine est importante pour des guerres comme l’Irak, mais aussi pour la stabilité régionale (surtout en Asie, mais aussi en Europe). Donc cela donne aux États-Unis un avantage, des possibilités et aussi des responsabilités.

Par contre, cette puissance militaire pose des problèmes aussi. L’utilité de la force militaire est limitée et pas toujours nécessaire (ex : les relations avec le Canada et les pays européens). Le cas de l’Irak montre dans un sens inverse les côtés limités de cette force. D’autres seront tentées de dire que cette prédominance encourage l’unilatéralisme américain. Eux seuls ont la force militaire, donc eux seuls décident quand il faut l’utiliser. D’ailleurs, l’avance technologique renforce ce facteur. De plus en plus, il apparaît difficile pour les Américains de mener des guerres avec des alliés potentiels. L’exemple de la guerre en Afghanistan est flagrant. Donc, dans le domaine militaire, il existe un unilatéralisme américain de facto qui n’est pas nécessairement bon.

La puissance économique

En matière économique, la puissance américaine est aussi énorme. Les États-Unis contrôlent autour de 35% de la production globale. Ils ont un marché intérieur énorme. Leur dollar sert de monnaie de réserve et 80% des transactions financières planétaires sont faites en dollars américains.

Tout le monde regarde l’économie américaine et surtout la consommation. Tout cela donne un pouvoir important aux États-Unis. Tout le monde à un intérêt dans la prospérité américaine. C’est pour cela que les Américains peuvent courir des déficits dans leur balance de paiements de 5%, parce que les autres sont prêts à financer ces excès, ne serait-ce que pour avoir accès au marché américain. Cela donne aux États-Unis un rôle majeur dans les institutions internationales. Ils ont un veto au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale du commerce.

Dans une certaine mesure, cela renforce le courant unilatéraliste, parce que les autres pays ont plus besoin des États-Unis que l’inverse. Avec leur marché interne, les États-Unis sont moins dépendants de l’économie globale, notamment sur les exportations par comparaison avec le Japon ou l’Allemagne.

Mais un point est important à noter: les dirigeants américains sont convaincus que la prospérité chez eux dépend des échanges avec le monde, d’où l’importance d’avoir une économie globale, des échanges globaux pour ainsi avoir accès aux divers marchés. Pour assurer un ordre global économique libéral, les États-Unis ont besoin des autres. Ils ont besoin de leur coopération et sont prêts à négocier, ce qui signifie faire des concessions.

À un autre niveau, celui de la pratique, c’est cela qui se passe. Les États-Unis négocient avec les autres pays au sein des institutions internationales (OMC), mais aussi de façon bilatérale. Les États-Unis se trouvent imbriqués dans ses institutions, dans ces négociations, et cela renforce le courant multilatéraliste (ex : question des tarifs sur l’acier, le bois, etc.). Bien sûr, il ne faut pas exagérer. Les Américains négocient durement et leur poids économique leur donne des avantages. En réalité, la puissance économique américaine n’est pas seulement limitée. C’est aussi une forme de puissance qui encourage le multilatéralisme.

Tout cela est renforcé par une mondialisation économique, même si les Américains en général préfèrent des règlements basés sur les marchés, les autres pays sont moins enthousiastes. Et pour assurer cette libéralisation économique, il faut que les Américains prennent en compte les vues des autres. En somme, la « puissance dure » peut exister et l’Irak en est un exemple poussé à l’extrême. De son côté, la puissance économique est davantage utilisée par les États-Unis, mais elle aussi est limitée.

Le multilatéralisme

La tendance multilatéraliste est renforcée par le fait que, de plus en plus, il y a des sujets qui ne peuvent pas être résolues par les États-Unis tout seul. Par exemple, le terrorisme, les problèmes environnementaux, le crime international (les drogues, la prostitution, l’immigration clandestine), le règlement des transactions internationales, des corporations multinationales, etc. Tous ces sujets ont de plus en plus d’importance. Si les États-Unis veulent affronter ces problèmes d’une façon efficace, cela prend la coopération des autres.  Elle est nécessaire.

Donc ces sujets/problèmes encouragent le multilatéralisme par leur nature même, mais c’est peut-être à long terme que l’on verra davantage de résultats positifs. Par contre, il n’est pas évident que les Américains acceptent cette logique, en raison notamment de la nature du processus politique américain, soit son ouverture, sa décentralisation, etc.  En effet, cela rend une politique cohérente presque impossible, car une certaine centralisation est nécessaire.

Il y a par contre des avantages: cela rend impossible l’imposition d’une tyrannie, mais la politique américaine est souvent incohérente. Il y a régulièrement des contradictions entre les buts à long terme et ceux à court terme (à long terme la libéralisation économique; à court terme la protection des industries, etc.). Ensuite, plusieurs intérêts ont comme corollaires que plusieurs politiques sont souvent différentes. Le risque est qu’une politique précise sur un sujet donné soit monopolisée par un groupe organisé qui a des intérêts particuliers (ex : la politique américaine envers le conflit israélo-palestinien.)

Mais il y a aussi la question de volonté.  Autrement dit, est-ce que les Américains acceptent l’idée que les problèmes qui les confrontent nécessitent une approche multilatérale? C’est loin d’être évident.  Par exemple, la question des drogues nécessite une approche globale ou au moins régionale, tout en sachant que les Américains procèdent plus ou moins pays par pays (en plus d’être un problème interne qui les touche beaucoup). Deuxièmement, le problème du terrorisme. Une approche basée sur une coopération internationale entre des polices et des services de renseignements, mais les Américains préfèrent penser en terme de guerre et de mettre l’accent sur les “régimes voyous” ou “terroristes”.

Le danger est que les Américains vont définir ces problèmes d’une façon qui permet une approche plus unilatéraliste, sinon pour dire carrément militaire, ou dans le meilleur des mondes ils vont réagir au cas par cas, sans politique d’ensemble cohérente.

La puissance molle (Soft Power)

Ce terme signifie en quelque sorte le déclin de l’empire américain. Une première facette de la « soft power » des États-Unis est au niveau institutionnel, soit en terme de puissance institutionnelle. La puissance politique des États-Unis, surtout après 1945, a permis à ceux-ci de créer des institutions internationales qui promouvaient leurs intérêts: le FMI, l’OTAN, le GATT, etc.

Cela était important parce que cela permettait aux Américains d’établir, ou au moins d’influencer fortement, l’ordre de jour de la politique internationale. Cette puissance institutionnelle se traduit également dans la force du moteur économique américain. De nos jours, cela continue avec l’OMC, qui tente tant bien que mal d’établir des règlements dans la gérance des transactions internationales.

La seconde facette de la « soft power » américaine est au niveau de la puissance culturelle que ce pays déploie. C’est plus compliqué à définir, mais on parle de l’attrait des États-Unis, du modèle américain, du mode de vie américain qui est diffusé à travers la planète. La prospérité économique, les principes américains de liberté politique, de liberté de pensée, etc. Cela est important, parce que pendant la Guerre froide, cela a rendu l’hégémonie américaine plus acceptable, surtout pour les pays de l’Europe de l’Ouest.

Maintenant c’est un peu la même chose.  Mais cela renforce aussi la puissance des États-Unis en terme de leur puissance internationale, leur capacité d’établir l’ordre du jour international. Beaucoup de gens dans beaucoup de pays regardent les États-Unis avec envie. Ils veulent ce qu’ont les Américains, ils veulent immigrer aux États-Unis. Et cette image (ou ces images) est propagée par les médias, les films, les chansons. Le point essentiel est que le mode de vie américain est un mode de vie des pays développés (bien qu’il puisse y avoir des différences, voire des résistances).

Conclusion

En conclusion, on peut évoquer deux constats. Le premier est que l’on accuse souvent les Américains d’être égoïstes. Mais quel pays ne l’est pas? La vraie question est de savoir dans quelle mesure les intérêts des Américains sont en concordance avec les intérêts des autres?

D’une certaine manière, ils ont beaucoup d’intérêts convergents, au moins en principe: la liberté, la démocratie, etc. Bien sûr, un écart existe entre la théorie et la pratique. Rappelons-nous qu’historiquement parlant, les USA furent loin d’être le seul « empire » à vouloir imposer tant sa puissance militaire, économique, qu’institutionnel et culturelle (Rome et Grèce antiques, Napoléon, Hitler, Staline, etc.). On peut s’entendre sur la divergence des moyens utilisés, mais il y a souvent des similarités d’arrière-fonds. Cependant, il y a toujours un écart entre les principes et la réalité. Ce qui ne veut pas dire que les Américains ne peuvent pas faire davantage, ils le peuvent. Donc les critiques vont continuer, et elles sont même nécessaires.

Le second constat est ceci, à savoir la définition que les Américains donnent d’eux-mêmes.  Comment se conçoivent-ils? Il existe là aussi un écart entre les interprétations faites par les Américains et celles des autres. Comment perçoit-on la religion, le système économique, l’immigration? Les réponses varient souvent en fonction de ce que l’on connaît de cette société américaine, à défaut d’y avoir vécu.

Il y a aussi toujours ce risque que les Américains se voient comme différents des autres. Ce qui peut poser des problèmes bien entendu. Finalement, il semble que la combinaison de la puissance forte et molle des États-Unis assurera une prépondérance américaine pour longtemps.

Le projet européen ou l’intégration économique et politique de l’Europe

Le projet européen

Dans l’évolution de l’actualité politique et économique internationale, le projet européen a également une place importante, et demeure la pierre angulaire de l’avenir de centaines de millions de personnes qui habitent le vieux continent.

D’abord, l’Europe évolue constamment et rapidement, et son découpage politique, économique et social est régulièrement le fruit de décisions récentes. Par exemple, la décision d’élargir l’Union européenne. Cela avait été un fait accompli depuis la réunion de Copenhague en décembre 2002, où on avait décidé que d’ici deux ans (soit en 2004) de nouveaux membres (ex: la Pologne, la Hongrie, la République tchèque…) seraient intégrés à l’Union européenne. Plusieurs autres pays sont jugés admissibles même s’ils doivent négocier leur entrée. Les plus récents membres étant la Bulgarie et la Roumanie, entrées toutes deux le 1er janvier 2007. L’autre décision assez récente avait été l’introduction de la monnaie unique (l’euro) en janvier 2002.

Ensuite, un défi qui marque l’évolution de l’Union est celui du projet d’une constitution européenne, qui, il faut l’avouer, est vouée à un avenir incertain. Il faut trouver de nouveaux moyens de gérer l’Europe, soit une Europe de beaucoup élargie, qui avait passé de 6 à 15, puis maintenant à 27 États membres. La Constitution a été acceptée par les membres en juin 2005 après de dures négociations, mais les États devaient ensuite la ratifier par leur parlement respectif ou par la voie référendaire. Dans certains de ces États, comme la France et les Pays-Bas, les citoyens ont rejeté le texte constitutionnel.

Il y a donc présentement une sorte de « moratoire » sur l’application de cette constitution, ce qui amènera l’ouverture de nouvelles rondes de négociations. La constitution aurait dû être effective depuis le 1er novembre 2006, mais sa non-ratification par certains États retarde le processus. Et le troisième aspect de l’Union, c’est qu’elle est une combinaison de deux projets (politique et économique). Donc il est intéressant de l’étudier si, comme nous, on s’intéresse aux rapports entre la politique et l’économie internationale.

Quand il s’agit de conceptualiser le projet européen, les opinions et interprétations peuvent être divergentes. Je me limiterai donc à présenter ma thèse sur la question. Au début, le projet européen a été à la fois un projet politique et économique. Mais très vite il devient surtout un projet d’intégration économique (en dépit de la rhétorique et même s’il ne faut pas nier les aspects politiques). En effet, l’intégration économique se montre beaucoup plus facile que l’intégration politique. Actuellement, il n’y a pas d’État européen, mais il existe un marché interne (avec des exceptions: comme les normes sur le travail). Les réussites et même les buts sont surtout de l’ordre économique (ex : éliminer les barrières aux échanges entre les membres).

Une autre facette est celle voulant que ce soit surtout un projet économique reflétant le fait que ce sont les États-nations qui gardent le rôle prépondérant. Le progrès et les développements sont le résultat des négociations économiques entre les États. Ce qui m’amène à dire que les intérêts nationaux jouent plus ou moins pour beaucoup. Mon opinion est donc qu’il faut « déromantiser » le projet européen.

Pourquoi? Parce que l’Union est un groupement d’États (et avant tout des élites politiques de ces États surtout) qui décident de coopérer pour faciliter les échanges entre eux, pour réduire les entraves aux échanges. Et d’une certaine façon, tout cela est similaire à la zone de libre échange nord-américaine. Tout cela c’était le modèle rêvé de coopération économique planifiée à partir des années 1950, soit au sortir de la guerre.

Mais tout commence à changer dans les années 1980 et 1990, pour trois raisons :

D’abord, l’intégration économique force de plus en plus les États à considérer une coopération politique accrue, voire une intégration politique, surtout à partir des années 1980 et la décision de créer un marché commun. De plus, l’État jour un rôle important dans l’économie (des économies mixtes), donc la création d’un marché commun implique toutes sortes de questions sur ce rôle: des questions politiques, économiques, sociales, etc. On envisage en ce sens la création d’institutions supranationales parce que ça devient (en partie) de plus en plus difficile de séparer l’économie de la politique. Des questions monétaires sont aussi considérées. La stabilité des échanges et surtout la monnaie unique a des conséquences sur les politiques des États. Une monnaie unique implique des décisions politiques concernant la politique nationale, non seulement monétaire, mais aussi fiscale et budgétaire. C’est donc la politique sociale qui en sera affectée.

Bref, il a fallu réfléchir sur les décisions à prendre et les conséquences de celles-ci sur la création éventuelle d’institutions concernant la souveraineté et la supranationalité.

Voilà donc le premier facteur qui fait que le projet européen n’est pas si « romantique » que certains voudraient le croire. En second lieu, il faut considérer l’importance de la fin de la Guerre froide dans la découpe du projet européen. À cet égard, trois défis se posent. Le premier est celui de l’avenir de l’Europe de l’Est et ses rapports avec l’Europe de l’Ouest. On veut éviter une division trop nette entre les deux, tout en intégrant cette partie de l’Europe afin d’y étendre la démocratie. Ensuite, il y a le désir de faire face aux Américains. Enfin, la question de la globalisation accélérée, la libéralisation des marchés.

Comment faire face à ces forces? Comment assurer non pas seulement la démocratie et la liberté économique, mais aussi le projet social européen (État-providence)? Comment, en fait, assurer un équilibre entre la prospérité et la justice sociale? L’idée est qu’une Europe plus fortement intégrée économiquement et politiquement serait mieux placée pour trouver cet équilibre.

Le résultat est que les dirigeants des principaux pays de l’Union européenne s’embarquent dans un projet à la fois économique, mais aussi politique. Mais, le problème est que l’intégration économique est relativement simple, sauf que l’intégration politique touche à des cordes beaucoup plus sensibles comme la culture, l’identité nationale, l’influence inégale des différents pays, etc. L’avenir de l’Union européenne me semble très incertain.

Et maintenant?

Bref, toutes ces questions sont d’actualité pour les Européens. Et que doit-on penser de l’Union européenne et du projet européen au sens large actuellement? Il y a plusieurs facteurs que l’on peut soulever :

D’abord, il existe sur papier une constitution écrite depuis juin 2004, même si elle n’a pas été ratifiée partout. Cela ne signifie pas pour autant l’abandon du processus de ratification. Autrement dit, on reviendra à la charge pour la faire passer d’une manière ou d’une autre. Cette constitution inclut une Charte des Droits fondamentaux qui a été intégrée dans la Loi sur la création de l’Union européenne, qui garantit aux individus de l’Union un minimum de droits.

Le texte mentionne aussi clairement la primauté de la loi européenne sur la loi nationale.

Mais l’Union européenne n’a pas explicitement besoin de la Constitution pour former une « personnalité légale », car elle peut malgré tout signer des accords internationaux, tant et aussi longtemps que ses divers organes législatifs, exécutifs et judiciaires (qui représentent des membres de tous les États signataires) s’entendent pour aller dans une telle direction. L’Union européenne a aussi une politique de défense commune.

Quant à son système de votation parlementaire, disons que pour voter des lois ou ratifier des traités, l’Union s’est dotée du système suivant : il faut que 55% des pays représentent 65% de la population européenne. Mais il existe un droit de veto pour des questions comme les impôts directs, la politique de défense et étrangère, pour le financement du budget, etc. Il y a aussi une clause de la Loi de l’Union européenne qui autorise un État membre à quitter l’organisation selon son désir.

C’est donc tout l’avenir de l’Europe qui est en jeu, et il est actuellement difficile de prédire quelle orientation politique et économique aura l’Europe. Il peut y avoir un approfondissement de l’intégration politique débouchant vers une vraie fédération. Mais c’est peu probable selon nous, car il y a trop de pays qui sont contre, notamment la Grande-Bretagne. L’Europe va-t-elle faire marche arrière dans l’évolution de son intégration? Nous ne le pensons pas non plus. C’est du moins peu probable.

Ce qui nous semble le plus juste à l’heure actuelle, même si tout cela peut changer rapidement, c’est que nous assistons à une Europe à plusieurs niveaux et à plusieurs vitesses. Cela existe déjà pour l’Euro (ex : pas d’Euro en Grande-Bretagne et en Pologne). Autre exemple, en matière de défense commune, certains pays y sont plus favorables que d’autres, c’est notamment le cas de la France et de l’Allemagne et les États du Benelux.

La question qu’on pourra se poser : l’Europe constitue-t-elle une véritable fédération? En fait, c’est là qu’intervient l’argument Philippe Moreau Defarges, qui dit qu’il ne faut pas penser en terme de « nation-fédération ». Ce que les Européens sont en train de construire, d’après lui, est quelque chose de nouveau, une sorte d’entre-deux qui serait un nouveau type de système de gouvernance qui n’est ni État, ni fédération.

En admettant que cet auteur ait raison, on peut poser la question suivante : cette Europe des « ni État / ni fédération » est-elle viable?

Les relations internationales: quelques aspects théoriques

La base des relations internationales: l’anarchie

Il existe d’abord dans l’étude des relations internationales une notion importante, soit celle de l’anarchie. L’idée de base est simple : il n’existe pas au niveau international une autorité plus haute que les États qui puisse imposer des lois et contraindre les membres de les suivre.

Il est important de comprendre qu’à titre individuel, celui qui est en mesure d’appliquer quelconques lois et règles est l’État. L’État existe par divers organes tels le gouvernement, la police, l’armée, le système judiciaire. En principe, l’État, par ses organes de représentation, a le monopole sur l’utilisation de la force et de la justice à l’intérieur d’un espace géographique donné, ce qu’on appelle une « juridiction ».

Pour les membres de ce système qu’est l’État (les individus et les groupes), ceci limite bien sûr ce qu’on peut faire, mais il nous protège aussi contre les autres. Par exemple, si quelqu’un me fait mal, je peux faire appel aux autorités.

Dans ce contexte, une construction similaire n’existe pas au niveau international. Autrement dit, il n’y a pas de gouvernement mondial, une véritable police mondiale, ou même une armée mondiale ou tout autre organe véritablement indépendant des États. Il n’y a pas d’autorité centrale et suprême au niveau international.

Il y a certes certaines lois et normes, mais le tout demeure limité dans l’application.

Le résultat peut à cet égard apparaître comme pessimiste, car nous vivons dans un environnement où on ne peut compter que sur soi-même, c’est-à-dire qu’un État ne doit pas compter sur un autre État pour assurer son bien-être et sa sécurité. Donc, l’anarchie peut créer certaines incitations perverses comme la méfiance, mais la crainte engendre fréquemment ce sentiment de méfiance qu’on ne peut pas faire confiance aux autres États. Un phénomène comme la course aux armements est assez représentatif de cette situation, tout comme le besoin de sécurité créer une certaine instabilité dans les relations internationales.

Un État est en mesure de présumer le pire, surtout lorsqu’il tente de deviner les intentions des autres États. Bref, il s’avère toujours difficile dans ces conditions d’aspirer à une sorte de paix permanente en l’absence d’un gouvernement mondial. Les alliances, les trahisons, les crises et les guerres font plutôt partie du lot courant des événements marquant notre monde.

D’un autre côté, les plus optimistes des analystes des relations internationales admettent eux aussi le concept d’anarchie, à savoir qu’il n’y a pas d’autorité plus élevée pouvant s’imposer sur les États et surtout sur les États puissants. Mais cela ne veut pas dire qu’une lutte entre les États est inévitable où que chacun agisse pour soi selon eux.

Les États peuvent toujours nouer des rapports entre eux, soit d’établir des relations de confiance et de coopération qui cherchent à diminuer, à contrecarrer les tendances vers la méfiance et la crainte qui sont créées par ce système dit « anarchique ». Ces relations peuvent atténuer à tout le moins l’anarchie et ses effets néfastes.

Par exemple, c’est pourquoi on créa notamment des institutions (ONU, FMI, OMC), des traités, etc., qui cherchent à régler les activités des États, d’encourager la prévisibilité et de diminuer l’incertitude et la méfiance. Les optimistes examinent donc comment tout cela est régi, notamment parce qu’il existe plusieurs aspects des rapports interétatiques où ce ne sont pas la lutte et la confrontation féroces qui prédominent (ex : rapports économiques, commerciaux, environnementaux, etc.). L’idée est d’examiner les façons, les étapes et les structures de négociations qui encouragent l’émergence d’une confiance.

Un exemple intéressant est celui de l’Union européenne. L’Union européenne avait en partie été créée pour surmonter la méfiance franco-allemande. Dans ce sens, l’Union a fonctionné, car il serait désormais difficile d’imaginer une guerre entre la France et l’Allemagne.

En somme, quelle est l’importance de tout cela pour nous? Il s’agit d’une façon de comprendre l’histoire politique d’après 1945 et les changements opérés depuis 1990-1991 (la chute de l’Union soviétique) et, selon cet angle, de se demander quels facteurs, quels instruments existaient avant et existent maintenant (ou qui n’existent plus) afin d’atténuer les effets de l’anarchie. On peut alors penser en termes de lois internationales, de traités, de normes et de pratiques.

Le régime

Après le système, le second concept cher aux politologues est celui du « régime ». Qu’est-ce qu’un régime? Encore une fois, la définition est somme toute simple.

Un régime est un code de conduite qui prescrit comment des acteurs peuvent se comporter dans des domaines définis. Ce code gouverne la conduite des acteurs. Un autre point est que ce code introduit une certaine organisation qui cherche, en effet, à limiter les effets de l’anarchie. Il y a deux aspects qui orientent la définition du régime sur un plan politique. Il y a un aspect formel qui consiste en l’élaboration des lois et règles, des procédures qui forment (sinon déterminent) les rapports entre les membres d’un groupe. Par exemple:

–          la constitution d’un pays

–          les règles d’organisation (Scouts, OMC)

En fait, sous son aspect formel, le régime peut régir le code de conduite de diverses organisations à travers d’autres caractéristiques telles l’utilisation de l’espace, l’utilisation des ressources naturelles, la réglementation routière, la vie étudiante, etc.

L’autre aspect d’un régime est davantage informel. Il s’agit des règles non écrites; des procédures non écrites; des lois non écrites, non formalisées qui influencent et souvent limitent l’action des acteurs dans des cas particuliers. On peut citer des exemples comme une file d’attente, ou encore certaines normes informelles (normes contre l’utilisation d’armes chimiques et biologiques, guerre de 1939-1945), des normes contre l’assassinat de chefs politiques (pas toujours appliquées évidemment).

Toujours en ce qui a trait à la définition du régime, celui opère également à l’intérieur de deux cadres. D’abord, il y a le cadre national. Concrètement, en ce qui nous concerne, cela implique le type de régime politique à l’étude. Une première distinction importante pour nous est de voir si le régime est démocratique ou non démocratique. Il faut cependant faire attention avant d’identifier avec certitude un régime comme étant démocratique ou non dans le cadre national. La constitution et la tenue d’élections « libres » sont certes des éléments à considérer. Par contre, elles ne sont pas toujours suffisantes. D’autres règles et normes sont à considérer, comme la protection des libertés individuelles, la libre possession de biens, etc.

Par exemple, l’Union soviétique avait en principe une constitution très progressive, mais pour longtemps celle-ci n’était pas respectée par ses gouvernements. Autre exemple, les USA semblent avoir une constitution dès plus démocratique, mais est-ce que cela se traduit toujours dans les faits et gestes de leur gouvernement (est-ce que l’écoute électronique de certains citoyens américains par l’Adminstration Bush à une autre époque ne constitue-t-elle pas une violation des libertés individuelles, dont celle du droit à la vie privée?) Bref, il ne faut pas toujours se fier à la forme, mais aussi au contenu.

Le second cadre de l’environnement politique dans lequel se définit le régime est d’ordre international. Prise dans son cadre international, donc dans les rapports interétatiques, l’étude des régimes implique un amalgame de caractéristiques qu’on a vues précédemment, comme : la sécurité, l’environnement, etc. On y inclut en somme une série de composantes formelles (ex : les traités), mais aussi informelles qui se traduisent par ces fameuses règles non écrites (le principe de la non-utilisation d’armes prohibées).

La Guerre froide de 1945 à 1990 constitue à cet égard un exemple intéressant de l’étude de la compréhension du régime tel que pris dans son espace international.

Toujours dans la sphère internationale, il n’y a pas que les relations entre les États qui intéressent la définition du régime. En fait, les régimes peuvent aussi sortir de ce cadre interétatique et prendre la forme de régimes économiques (échanges financiers, investissements, etc.). Souvent, des organisations non étatiques (ONG) y sont impliquées. Pensons à tout le travail des ONG, qui essaient de créer des règlements dans plusieurs domaines (finances, traitement des femmes et enfants, des minorités, etc.). Bien entendu, les ONG tentent d’influencer autant que possible les États, mais pas toujours avec succès.

Bref, dans le cadre international, il y a en somme des régimes formels et informels. Retenons que les entrecroisements sont possibles, comme il est possible d’opérer à la fois dans les cadres national et international.

Voilà en somme pour ces quelques aspects théoriques dans l’approche de l’histoire politique au XXe siècle.