Le retour d’une grande puissance: la Chine

La Chine doit être traitée avec respect. D’emblée, c’est un pays où l’activité économique est frénétique, marquée par une libéralisation en force (ou forcée). Le régime encourage la richesse. Il y a plus de cinq millions de millionnaires en Chine actuellement et le pays fait partie de l’Organisation mondiale du commerce (OMC).

Par contre, c’est tout le contraire d’un point de vue politique. La Chine est un régime autoritaire, où le parti communiste reste le seul centre de pouvoir politique, la seule organisation politique. Le régime refuse totalement tout rival. C’est en même temps ironique, parce que pour un régime qui se dit marxiste, celui-ci ignore un principe fondamental de Marx, soit que tout régime politique découle du régime économique. Donc, on ne peut pas réformer un système économique sans changer le système politique.

Cette étrange cohabitation d’un régime politique autoritaire avec une économie relativement libérale soulève plusieurs questions. Par exemple, est-ce que cette ouverture économique, qui laisse tomber les principes économiques de l’idéologie marxiste (une économie dirigée, pas de secteur privé, etc.) est viable? Est-ce que les réformes économiques entrainent des réformes politiques? Est-ce que les libres marchés, les échanges internationaux, la participation et l’intégration de la Chine dans les marchés mondiaux, favorisent, et même entrainent, des reformes politiques en direction de la démocratie? Peut-on avoir une libéralisation économique sans libéralisation politique?

Le cas de la Russie de Gorbatchev suggère que non, parce qu’il avait été poussé à des réformes politiques pour assurer des réformes économiques. L’ironie maintenant est qu’en Russie, il y a une démocratie qui marche mal, très mal même, et une économie qui marche mal, même très mal aussi. Donc l’économie et le politique auraient des liens, mais dans le cas de la Chine, une petite mise en contexte historique est nécessaire pour comprendre cet étrange agencement.

Histoire de la Chine : le régime communiste

Cela débute en 1949, avec la fondation de la République populaire de Chine (RPC), donc de la Chine communiste avec à sa tête Mao-tse-Tung. La République communiste fut fondée au lendemain d’une terrible guerre civile entre les nationalistes et les communistes, qui avait commencé avant la Deuxième Guerre mondiale, et qui a même continué pendant et après la guerre.

Les nationalistes avaient été battus pour plusieurs raisons (ex : régime corrompu et pas du tout populaire) et vont finir par se retirer à Taiwan. Les communistes prônaient l’industrialisation, la modernisation, la croissance économique, comme l’Union soviétique sous Staline qui était prise comme modèle. Comme sous l’URSS stalinienne, la Chine collectivise son agriculture, elle consolide les possessions agricoles, créer des fermes plus larges qui peuvent produire beaucoup plus que les petites fermes.

L’idée était d’abord de créer de petites coopératives agricoles et ensuite de larges communes. Au départ, il y avait donc 740,000 coopératives qui vont devenir 26,000 communes. Tous ces chamboulements ont affecté 120 millions de familles agricoles, soit 99% de la population paysanne. Ce qu’on voit c’est la politisation de la vie paysanne par le parti qui, de plus en plus, prend les décisions. Derrière l’idée de collectiviser l’agriculture se cachait une logique. Il fallait augmenter la production pour ensuite exproprier les paysans. Cela permettait ainsi de financer l’industrialisation du pays par la production agricole. Le tout faisait partie d’une politique plus large d’accumuler de l’argent par la répression de la consommation. L’effet pervers était que cela tuait rapidement l’incitation à produire.

Le second objectif derrière la collectivisation des terres était donc de forcer l’industrialisation à partir des richesses accumulées au détriment des paysans. En imitant le modèle soviétique des années 1920-1930, la Chine instaure en 1953 un plan quinquennal avec une série d’objectifs, comme: mettre l’accent sur la croissance de la production pendant toute la période du plan, priorité à l’industrie lourde, insister sur des taux élevés d’épargne et d’investissement pour stimuler la croissance, la transformation institutionnelle de l’agriculture, et un accent sur des produits qui ont une valeur capitale (ex: l’acier), etc.

Le Grand Bond en avant (1958-1960)

Au moment où les dirigeants chinois croient avoir rempli les objectifs de ce premier plan quinquennal, l’idée est alors de rattraper la Grande-Bretagne qui est, à cette époque, la deuxième puissance industrielle du monde après les États-Unis. En même temps, les dirigeants chinois constatent que les méthodes soviétiques d’industrialisation forcée ne sont peut-être pas les meilleures pour la Chine, notamment parce que la Chine est plus rurale et pauvre que l’URSS.

Il apparaît évident aussi que la production de céréales, en dépit des réformes agricoles, n’a pas vraiment augmenté. Les experts prônent une approche moins raide, comme investir un peu moins sur l’industrie lourde et plus sur l’industrie moyenne du style des petites et moyennes entreprises. Cependant, Mao n’aime pas cette idée. Il croit plutôt que c’est une question de mobilisation politique, c’est-à-dire que les régions agricoles peuvent augmenter leur production de façon marquante si les paysans sont inspirés par un élan révolutionnaire. En 1958, Mao ordonne une mobilisation intensive. Des chemins, des routes, des usines, des digues sont construits et de nouvelles terres sont mises en culture.

On voit en même temps une intoxication parmi les dirigeants, où ils croient dans les chiffres et donc augmentent les projections. Il y a assurément beaucoup d’efforts et d’activités, car une large partie des Chinois suit Mao. Certains paysans et ouvriers sont forcés, mais les autres sont vraiment inspirés. Cette mobilisation peut en partie s’expliquer par tous ces jeunes et fervents militants, tous très absorbés par la vision de Mao d’une mobilisation de masse qui peut surmonter les problèmes de la Chine, les problèmes structurels de la pauvreté, etc. Mais ce n’est pas du tout évident que tout ça a fait augmenter la production.

Et même si la production augmente, il y a le problème de la qualité de la production. On augmente la production de l’acier, mais beaucoup de cette production est d’une qualité si mauvaise qu’on ne peut pas l’utiliser. En somme, il y a une baisse énorme de la production. Par exemple, en 1962, la production est peut-être 20% de celle de 1957. C’est une catastrophe sans pareil. En même temps, toute cette activité nuit au travail agricole, tout comme le gouvernement continue de prendre par la force les céréales. Le résultat : la famine. L’économie est donc en état de chaos, les paysans crèvent de faim, la production est en chute. Résultat: la famine de 1958 à 1960 aura peut-être fait de 20 à 30 millions de morts, peut-être même 40 millions.

La Révolution culturelle

Dans le but de remédier à la situation, et par peur que l’inspiration révolutionnaire s’estompe au travers des tâches quotidiennes, de la bureaucratie, etc., Mao, dont on critique de plus en plus sont « Grand Bond en avant », décide que le moment d’autres réformes est venu.

Une fois encore, la solution pour Mao est une mobilisation de masse, mais vue à travers une inspiration idéologique. Mao commence alors à faire la chasse aux sorcières. Il déclenche des enquêtes, des procès, à une vitesse et une intensité telles que le tout devient difficile à contrôler. À la fin, peut-être 500,000 personnes sont mortes, beaucoup de suicides et d’innombrables vies sont détruites.

Mao utilise beaucoup les jeunes qu’on appelle les « Gardes rouges ». Ils sont 10 millions et ils déclenchent un règne de terreur. Ils entrent dans les maisons d’autres jeunes qui ont des richesses, chez intellectuels, les fonctionnaires. Ils détruisent les collections de livres, les manuscrits, etc. Bref, ils s’attaquent à ce qu’ils croient être les vieilles idées, les vieilles traditions, la vieille culture, etc. Des gens sont publiquement forcés de dénoncer leurs soi-disant crimes et les crimes des autres. Un peu comme en URSS dans les années 1930, la paranoïa et la conspiration sont des thèmes qui marquent les imaginaires, autant celui des bourreaux que celui des victimes. Politiquement et économiquement, la Révolution culturelle est une catastrophe.

Changements et réformes

Avec la mort de Mao en 1976, les choses vont changer en Chine. Alors pays pauvre, isolé, rural et politiquement turbulent, la Chine devient par la suite un État plus ouvert, stable, urbain et moderne.

Même avant la mort de Mao, il y avait des signes de changement. Par exemple, en 1975, Deng Xiaoping, qui était une victime de la Révolution culturelle, est « pardonné » et il va prendre le pouvoir. Deng voulut mettre fin aux bouleversements, arrêter le grand bond en avant et la Révolution culturelle. En même temps, dans les années 1970, il est évident que Taiwan va beaucoup mieux que la Chine. La petite île comptait une population de 17 millions d’habitants (soit moins de 2% de celle de la Chine), mais le PIB par personne était six fois plus élevé. C’est alors qu’en Chine on commence à parler des quatre principes de modernisation: l’agriculture, l’industrie, la défense nationale, et les sciences et la technologie.

On commence avec la réforme de l’agriculture par une « décollectivisation ». Donc, des millions de paysans retournent à la culture familiale. On encourage le marché privé, ce qui donne des stimulants aux paysans qui gardent une partie de leur production qu’ils peuvent vendre eux-mêmes. En même temps, les paysans sont libres de consacrer une partie de leur temps à la culture de ce qu’ils veulent (fruits, légumes, ce qui se qui vend mieux.) Preuve que ça marche, de 1980 à 1985, la production agricole a augmenté de 250%. Les paysans sont plus prospères. Ils achètent des biens qui donnent un stimulus à l’industrie dans les villes.

Des réformes sont aussi engagées dans l’industrie. Évidemment, on est assez loin d’un marxisme pur. L’État encourage les petites entreprises, surtout les entreprises familiales. On encourage l’expansion des marchés privés. Parallèlement, la création d’entreprises collectives, où les fonctionnaires et les entrepreneurs privés coopèrent, est très importante. Donc, les entreprises peuvent garder une partie de leurs profits. On apporte aussi des changements légaux et juridiques. Des lois sur la propriété privée (ex : sur la faillite) sont mises en place, car c’était un problème auparavant. Si une entreprise d’État était en faillite, le gouvernement lui donnait de l’argent. Maintenant, une entreprise peut faire faillite, ce qui nécessite des règlements, des lois, etc. Aussi, il y a des lois sur les brevets pour stimuler la créativité et les inventions. L’idée est que les gens puissent bénéficier de leurs efforts.

Bref, on a besoin de créer les institutions et les règlements qui permettent la bonne marche d’un système capitaliste. Que ça soit fait par un régime communiste, cela a un aspect assez ironique. Le résultat est évident. Dans les années 1980, la croissance économique était de 9% par an, soit la plus élevée du monde. Les exportations augmentent également. D’autre part, le secteur privé devient de plus en plus large par rapport au secteur public. En 1978, le secteur dirigé par l’État représentait 78% de l’économie, en 1996 c’était 42% et en 1997 moins d’un tiers. Ce qui manquait c’était des réformes politiques. Avec la mort de Mao, les dirigeants mettent fin au culte du chef et la publication des pensées de Mao, que tout le monde devait lire, est critiquée.

Après Mao, les chefs essaient d’éviter un retour à ce type de gouvernement qui a coûté si cher. L’accent est mis sur le leadership collectif, même si Deng est le plus puissant. On veut éviter que les militants dirigent les affaires. On veut plutôt des experts, des fonctionnaires aux postes-clés. Par exemple, l’Assemblée des peuples, qui existait sous Mao,  ne faisait rien sauf accepter aveuglément les ordres des chefs, a maintenant plus de pouvoir. L’idée aussi est de réduire le pouvoir de l’exécutif et d’éviter un retour aux politiques désastreuses comme au temps de la Révolution culturelle.

Cependant, il est évident que les autorités, que les chefs communistes, ne sont pas prêtes à abdiquer, et qu’ils sont déterminés à s’accrocher au pouvoir. Par exemple, il y a eu des manifestations d’étudiants en 1986 à Shanghai. En 1989, les problèmes augmentent. Comme c’est souvent le cas, la croissance économique rapide entraîne l’inflation, ce qui est difficile pour les gens qui ont des revenus fixes comme les étudiants, les ouvriers, les fonctionnaires, etc. Même avec les réformes agricoles, il manque de blé et de céréales. La production demeure insuffisante. Les ouvriers ne sont pas contents, et il apparaît très difficile de s’adapter au capitalisme. Maintenant, beaucoup d’ouvriers sont dépendants des caprices du marché privé. Beaucoup de pauvreté, surtout dans les villes, où il y a un influx de gens qui cherchent du travail.

Par conséquent, un mouvement pour la démocratie, pour la fin du monopole sur le pouvoir du parti communiste émerge dans les années 1980. Des manifestations à Pékin en 1989 en constituent un triste exemple (Place Tiananmen). Après des hésitations, l’armée écrase par force les occupants en juin 1989. C’est une suppression brutale et 800 à 1,300 personnes sont tuées, en plus des 10,000 à 30,000 emprisonnées. La photo de l’homme tout seul devant les chars représente assez bien le drame, les enjeux et les risques dans cette confrontation.

La Chine depuis 1989

Depuis la fin de la Guerre froide, la Chine tente d’éviter ce qui s’est passé en Union soviétique (ex: la démarcation énorme entre l’économie et le politique). Mais les réformes économiques continuent.

Deng voulait continuer les réformes économiques, même s’il a donné l’ordre pour supprimer la Place Tienanmen. En 1990, Jiang Zemin devient secrétaire du Parti et il était perçu comme un modéré. Cette même modération était confirmée en octobre 1992, lorsque le congrès annuel du parti s’engageait à poursuivre une “économie socialiste de marché”. Dans les faits, l’économie chinoise se capitalise de plus en plus.

Les dirigeants ont fini par comprendre que leur avenir et leur survie dépendent de leurs capacités à assurer la croissance et la richesse. C’est une des raisons d’être du parti. Le parti va encourager la création de zones économiques spéciales dans la cote sud-est (dans les ports) pour stimuler les affaires et les investissements. Toujours dans les années 1990, la Chine connaît une augmentation économique plus ou moins continue (9% par an du PIB), le niveau de vie monte, et il y a création d’une classe très riche en plus de la naissance d’une classe moyenne. Il n’y a toujours pas de réformes politiques. Par exemple, on voit avec la suppression du Falungong (un mouvement plutôt religieux que directement politique) que les dirigeants ne sont pas prêts à accepter des concurrents. Le parti reste l’unique maître à bord.

Le parti dit que la démocratie signifie le chaos et l’affaiblissement qui menacent la croissance économique, et qui engendrerait un retour à la période d’avant 1945, à l’époque où la Chine était divisée et occupée par des pays étrangers. La Chine a également des ambitions nationalistes, comme récupérer Taiwan, ou encore démontrer sa toute-puissante lors des Jeux olympiques de Beijing en 2008.

Les défis présents et futurs

L’un des défis de la Chine sera de gérer la montée des différences régionales. Par exemple, dans les années 1980, il y a eu une décentralisation du pouvoir, qui faisait notamment partie des réformes économiques. Cela signifiait plus de pouvoirs de décision aux autorités locales. Cela renforçait le phénomène des différences basées sur des croissances économiques différentes.

Il y avait les régions à l’intérieure des terres (pauvres) et des régions urbaines et côtières (souvent plus riches). Avec la montée du capitalisme, il y a aussi le défi d’affronter la banqueroute progressive des entreprises d’État qui représentaient au début du XXIe siècle environ 40% de la production industrielle. Un autre défi, le système d’assurances sociales, des pensions, etc.  Il faut l’engraisser, même si le système communiste est censé tout fournir via l’État. En réalité, l’État ne donnait déjà pas beaucoup.

Il faut aussi revoir le système agraire qui demeure un secteur très important. L’environnement et l’industrialisation dans les campagnes sont d’autres défis. Un problème qui prend de la force : la corruption. La corruption a l’air de plus en plus systématique en Chine, à tous les niveaux. Elle est vue comme un problème mineur par le régime, mais elle devient aussi systémique. Il apparaît difficile de séparer la corruption du rôle du parti. Le parti semble de plus en plus une organisation pour exploiter les affaires économiques, avec une armée de 6,5 millions de fonctionnaires. Ces derniers sont intimement liés aux affaires. Comme les investisseurs étrangers, les Chinois sont de plus en plus mécontents de cette ingérence politique, qui ne respecte pas toujours les règles commerciales.

Et le problème est là, parce qu’au début des années 1990, le régime (le parti) avait parié sur le fait que les gens accepteraient un régime autoritaire s’il y a de la richesse, mais si ce processus est entravé par le parti via la corruption, cela peut se revirer contre lui. Pour être efficace, l’activité économique demande la transparence, et doit évoluer dans un système relativement peu corrompu. Si un tel système n’existe pas, ce sont les riches qui vont se révolter et demander un tel système. Par surcroît, la Chine est évidemment soumise aux diverses pressions démocratiques venant de partout, mais particulièrement de ses voisins que sont Taiwan et la Corée du Sud.

Pour le moment, disons que la Chine offre cet intéressant spectacle d’un pays représentant 20 % de la population planétaire, avec un régime vivant politiquement avec des œillères dans un passé idéalisé par Marx ou Mao, alors qu’économiquement, elle aurait le goût de prendre les rennes du capitalisme mondial.

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s