Étiquette : Relations internationales

Le Canada pendant la Première Guerre mondiale : l’émergence d’une nation sur la scène internationale

Voici ma publication pour le bénéfice du « Collectif de recherche international et de débat sur la guerre de 1914-1918 » au sujet de la participation du Canada à la Première Guerre mondiale. Je tiens à remercier le personnel du CRID pour leur collaboration dans ce dossier.

Vous pouvez lire l’article en cliquant sur le lien ci-dessous.

http://www.crid1418.org/agenda/wp-content/uploads/2010/10/Article-Canada-1914-1918.pdf

La nature de la puissance américaine

Le sujet de la puissance américaine revêt son importance pour plusieurs raisons. D’abord, les États-Unis sont de loin le pays le plus puissant au monde et non pas seulement du point de vue militaire, mais aussi économique, culturelle, etc. Ensuite, la question des possibilités et des limites de cette puissance doit être soulevée. L’Administration sous G. W. Bush était prête à utiliser la puissance américaine pour effectuer des transformations majeures, comme c’est le cas de l’Irak et du Moyen Orient.

Le cas de l’Irak soulevait la nécessité aussi de séparer les différentes facettes de la puissance américaine.  Les Américains avaient obtenu une victoire militaire écrasante en 2003, mais la victoire politique semble moins certaine aujourd’hui. Du point de vue de la mondialisation, on retient l’idée que les États-Unis et le mode de vie américain sont intimement liés à ce phénomène. Souvent on parle de la mondialisation et de l’américanisation comme si elles étaient plus ou moins la même chose.

Bref, on parle beaucoup de la puissance ou de la surpuissance américaine. Ce concept capture bien l’impression populaire des États-Unis comme une puissance trop forte, soit que l’écart entre les États-Unis et les autres pays est immense et menaçant.

Depuis longtemps, il y a un débat aux États-Unis sur la politique extérieure américaine, à savoir ce qu’elle devrait être. Ce débat est divisé entre les isolationnistes et les internationalistes. En réalité, il n’existe pas vraiment de « formes pures » de ces deux courants, mais ils ont une utilité parce qu’ils nous aident à saisir les traits dominants et surtout les différences dans la structuration de la politique internationale américaine.

On peut voir en surface ces deux types de courants :

1) Les isolationnistes

Ceux qui s’identifient à ce courant veulent se retirer derrière les frontières nationales, de limiter le plus possible l’intervention des États-Unis avec le monde. L’un des éléments de cette idée de la différence américaine est que les États-Unis sont un pays de type différent et qu’il risque la contamination et la corruption s’il intervient en dehors de ses frontières nationales. Cette approche est perceptible à droite comme à la gauche de l’échelle politique américaine. Par exemple, à droite de ce courant, on dit que le reste du monde n’est pas notre responsabilité, alors qu’à gauche, on ne devrait pas nous impliquer pour dire aux autres quoi faire ou ne pas faire.

Dans ce contexte, quelques points sont importants selon les secteurs de l’activité politique analysés. Par exemple, certains isolationnistes disent qu’en matière de politique étrangère on ne peut ou on ne devrait pas dire aux autres ce qu’ils devraient faire. Du côté militaire, les isolationnistes veulent en priorité la protection du territoire américain, et cela peut se traduire par la construction du fameux bouclier antimissile. Au plan économique, il est question de la protection du marché intérieur américain. Par exemple, la question des taxes américaines sur le bois d’œuvre canadien comme une mesure protectionniste.

2) Les internationalistes

Les internationalistes disent que les États-Unis ne peuvent pas se retirer derrière leurs frontières. Les Américains ont des intérêts géopolitiques, économiques, moraux, etc. dans le monde.  Il faut qu’ils jouent un rôle mondial. Mais les internationalistes sont divisés en deux tendances. Il y a les unilatéralistes. Ces gens pensent que les Américains peuvent et doivent agir tout seuls (ex : Irak).  Nous avons la puissance, il faut l’utiliser. La coopération des autres pays n’est que nuisance selon eux. Nous sommes les plus forts, on a raison. Les multilatéralistes, eux, croient que les Américains doivent agir de concert avec les autres. Les États-Unis doivent devenir un bon citoyen global, parce que c’est dans nos intérêts. Il faut agir surtout par le biais des institutions internationales comme les Nations Unies, l’OMC, Kyoto, etc.

Le débat entre isolationniste et internationalistes est très important. C’est un débat ouvert au sein de l’Administration à Washington, tout comme il l’est entre les deux parties politiques principaux, soient les Républicains et les Démocrates. C’est un débat ouvert avec des conséquences potentielles assez importantes.

Aujourd’hui

De nos jours, par exemple, ceux qui se qualifient toujours d’« isolationnistes » aux États-Unis forment un courant très minoritaire (surtout depuis le 11 septembre). Maintenant ce sont les internationalistes qui ont pris le devant. De leur côté, les unilatéralistes disent que les États-Unis sont les plus forts, que les autres pays nous empêchent de faire ce qu’on veut, et donc on doit faire ce qu’on veut.

En partie, il s’agit d’un argument assez égoïste basé sur les intérêts nationaux. Les États-Unis doivent, comme tout pays, poursuivre leurs intérêts (ils sont prioritaires) et parce que nous sommes si forts on a une bonne chance de réussir. Et l’argument des unilatéralistes fait en partie appel à une forme d’idéalisme. On sait ce qui est mieux, soit nos valeurs, notre conception de la société, notre régime politique (la démocratie), nos politiques économiques. Bref, il faut qu’on les impose non seulement pour notre bien-être, mais aussi pour celui des autres. Ce qui est bon pour les États-Unis est aussi bon pour le monde.

En réalité, l’argumentaire des unilatéralistes vient surtout de la frustration engendrée de par les rapports avec les autres et surtout avec les Européens sous les années Clinton. Lors d’échecs aussi retentissants comme les crises en ex-Yougoslavie et en Somalie, les Américains étaient convaincus que leur vision était la meilleure.

Et le troisième groupe qui tente d’influencer la politique de Washington actuellement est celui des multilatéralistes. Ils disent qu’il faut que les États-Unis coopèrent avec les autres et exercer une influence auprès des institutions qui existent, en plus de créer de nouvelles institutions pour promouvoir leurs intérêts. Deux principes ou suppositions sous-tendent l’argumentaire de ce groupe. D’abord, les intérêts des Américains sont les mêmes que ceux des autres. Il ne s’agit pas d’imposer ses vues, mais de rechercher la coopération. Ensuite, les problèmes et les défis ne peuvent qu’être résolus que par une coopération internationale.

Certes, les États-Unis peuvent (ou pourraient) être multilatéralistes, mais l’élément profond demeure la souveraineté. Autrement dit, on a l’idée que chaque État est complètement indépendant, souverain, et qu’il peut appliquer la politique qu’il décide. C’est bien souvent la question de la préemption et non la prévention qui décide. Mais derrière ce débat sur la politique internationale américaine, on trouve un autre débat ou d’autres questions qui portent sur la puissance américaine.

Rappelons d’abord deux pôles propres à la soi-disant puissance américaine. Le premier pôle est celui que les États-Unis sont tout-puissants. Le second pôle est que les États-Unis sont beaucoup plus faibles que l’on dit. Bref, les États-Unis ne sont pas tout puissants. Il existe de vraies limites sur leur pouvoir, surtout depuis le 11 septembre. Les États-Unis ne sont pas tout puissants. Ils ne peuvent pas tout faire et ils ne peuvent pas imposer leurs vues sur tout le monde, tout le temps.

Mais, un important bémol est à soulever: le cas de l’invasion de l’Irak. Les Américains seuls ont décidé presque tout seuls d’aller en guerre dans une région lointaine. Dans ce cas-ci, personne ne pouvait les empêcher et aucun autre pays ne put le faire. Deuxièmement, il faut faire attention avec les avis des experts (ou des journalistes) qui voient régulièrement les États-Unis comme un État tout puissant et idéalisé (en bien comme en mal). On compare souvent cet idéal avec la réalité et, devant un échec comme l’Irak, on a tendance à conclure que les États-Unis ne sont pas tout puissants.

Ils ont peut-être raison, mais la question est peut-être mal posée.  Ce qui est frappant c’est la puissance des États-Unis, la puissance surtout relative face aux autres pays pris un par un. Les États-Unis ont bel et bien les moyens d’imposer leurs vues, s’ils savent protéger leurs arrières bien sûr. C’est dans ce contexte, on peut établir deux types de puissances, soit la puissance dure, et la puissance molle.

La puissance dure (Hard Power)

Le premier aspect de la « hard power » est le volet militaire. On s’en doute, les dépenses militaires américaines sont énormes. À eux seuls, les Américains contribuent pour 40% des dépenses militaires mondiales. Cela représente un fardeau énorme, et malgré les hausses de dépenses, elles représentent moins en termes du PIB.

Les dépenses militaires pendant la Guerre froide représentaient 9% du PIB, 6% dans les années 1980 sous Reagan et maintenant autour de 4%. Tout cela reflète la puissance économique des États-Unis. Par comparaison, les taux sont pour l’Arabie Saoudite de 15%, pour Israël de 9% et pour la Chine de 4%.

Cependant, l’armée américaine est impressionnante. Les forces nucléaires sont imposantes et les États-Unis sont aussi le seul pays qui peut projeter de la force militaire partout sur la planète ou presque. Ils sont aidés en cela par l’existence de 725 installations militaires à l’étranger. Au moins 250,000 troupes servent en dehors du territoire américain (sur 1.4 million dans les forces armées régulières). La concentration des forces au Proche Orient est une preuve de ce déploiement en force. Pour leur part, les Européens parlent de créer une véritable force d’action rapide, mais loin de là et ça sera surtout une façon de mobiliser des forces pour le maintien de la paix.  L’Angleterre demeure une exception partielle, mais quand même assez limitée.

Les implications de ces indications sont que la force militaire américaine est importante pour des guerres comme l’Irak, mais aussi pour la stabilité régionale (surtout en Asie, mais aussi en Europe). Donc cela donne aux États-Unis un avantage, des possibilités et aussi des responsabilités.

Par contre, cette puissance militaire pose des problèmes aussi. L’utilité de la force militaire est limitée et pas toujours nécessaire (ex : les relations avec le Canada et les pays européens). Le cas de l’Irak montre dans un sens inverse les côtés limités de cette force. D’autres seront tentées de dire que cette prédominance encourage l’unilatéralisme américain. Eux seuls ont la force militaire, donc eux seuls décident quand il faut l’utiliser. D’ailleurs, l’avance technologique renforce ce facteur. De plus en plus, il apparaît difficile pour les Américains de mener des guerres avec des alliés potentiels. L’exemple de la guerre en Afghanistan est flagrant. Donc, dans le domaine militaire, il existe un unilatéralisme américain de facto qui n’est pas nécessairement bon.

La puissance économique

En matière économique, la puissance américaine est aussi énorme. Les États-Unis contrôlent autour de 35% de la production globale. Ils ont un marché intérieur énorme. Leur dollar sert de monnaie de réserve et 80% des transactions financières planétaires sont faites en dollars américains.

Tout le monde regarde l’économie américaine et surtout la consommation. Tout cela donne un pouvoir important aux États-Unis. Tout le monde à un intérêt dans la prospérité américaine. C’est pour cela que les Américains peuvent courir des déficits dans leur balance de paiements de 5%, parce que les autres sont prêts à financer ces excès, ne serait-ce que pour avoir accès au marché américain. Cela donne aux États-Unis un rôle majeur dans les institutions internationales. Ils ont un veto au Fonds monétaire international, à la Banque mondiale et à l’Organisation mondiale du commerce.

Dans une certaine mesure, cela renforce le courant unilatéraliste, parce que les autres pays ont plus besoin des États-Unis que l’inverse. Avec leur marché interne, les États-Unis sont moins dépendants de l’économie globale, notamment sur les exportations par comparaison avec le Japon ou l’Allemagne.

Mais un point est important à noter: les dirigeants américains sont convaincus que la prospérité chez eux dépend des échanges avec le monde, d’où l’importance d’avoir une économie globale, des échanges globaux pour ainsi avoir accès aux divers marchés. Pour assurer un ordre global économique libéral, les États-Unis ont besoin des autres. Ils ont besoin de leur coopération et sont prêts à négocier, ce qui signifie faire des concessions.

À un autre niveau, celui de la pratique, c’est cela qui se passe. Les États-Unis négocient avec les autres pays au sein des institutions internationales (OMC), mais aussi de façon bilatérale. Les États-Unis se trouvent imbriqués dans ses institutions, dans ces négociations, et cela renforce le courant multilatéraliste (ex : question des tarifs sur l’acier, le bois, etc.). Bien sûr, il ne faut pas exagérer. Les Américains négocient durement et leur poids économique leur donne des avantages. En réalité, la puissance économique américaine n’est pas seulement limitée. C’est aussi une forme de puissance qui encourage le multilatéralisme.

Tout cela est renforcé par une mondialisation économique, même si les Américains en général préfèrent des règlements basés sur les marchés, les autres pays sont moins enthousiastes. Et pour assurer cette libéralisation économique, il faut que les Américains prennent en compte les vues des autres. En somme, la « puissance dure » peut exister et l’Irak en est un exemple poussé à l’extrême. De son côté, la puissance économique est davantage utilisée par les États-Unis, mais elle aussi est limitée.

Le multilatéralisme

La tendance multilatéraliste est renforcée par le fait que, de plus en plus, il y a des sujets qui ne peuvent pas être résolues par les États-Unis tout seul. Par exemple, le terrorisme, les problèmes environnementaux, le crime international (les drogues, la prostitution, l’immigration clandestine), le règlement des transactions internationales, des corporations multinationales, etc. Tous ces sujets ont de plus en plus d’importance. Si les États-Unis veulent affronter ces problèmes d’une façon efficace, cela prend la coopération des autres.  Elle est nécessaire.

Donc ces sujets/problèmes encouragent le multilatéralisme par leur nature même, mais c’est peut-être à long terme que l’on verra davantage de résultats positifs. Par contre, il n’est pas évident que les Américains acceptent cette logique, en raison notamment de la nature du processus politique américain, soit son ouverture, sa décentralisation, etc.  En effet, cela rend une politique cohérente presque impossible, car une certaine centralisation est nécessaire.

Il y a par contre des avantages: cela rend impossible l’imposition d’une tyrannie, mais la politique américaine est souvent incohérente. Il y a régulièrement des contradictions entre les buts à long terme et ceux à court terme (à long terme la libéralisation économique; à court terme la protection des industries, etc.). Ensuite, plusieurs intérêts ont comme corollaires que plusieurs politiques sont souvent différentes. Le risque est qu’une politique précise sur un sujet donné soit monopolisée par un groupe organisé qui a des intérêts particuliers (ex : la politique américaine envers le conflit israélo-palestinien.)

Mais il y a aussi la question de volonté.  Autrement dit, est-ce que les Américains acceptent l’idée que les problèmes qui les confrontent nécessitent une approche multilatérale? C’est loin d’être évident.  Par exemple, la question des drogues nécessite une approche globale ou au moins régionale, tout en sachant que les Américains procèdent plus ou moins pays par pays (en plus d’être un problème interne qui les touche beaucoup). Deuxièmement, le problème du terrorisme. Une approche basée sur une coopération internationale entre des polices et des services de renseignements, mais les Américains préfèrent penser en terme de guerre et de mettre l’accent sur les “régimes voyous” ou “terroristes”.

Le danger est que les Américains vont définir ces problèmes d’une façon qui permet une approche plus unilatéraliste, sinon pour dire carrément militaire, ou dans le meilleur des mondes ils vont réagir au cas par cas, sans politique d’ensemble cohérente.

La puissance molle (Soft Power)

Ce terme signifie en quelque sorte le déclin de l’empire américain. Une première facette de la « soft power » des États-Unis est au niveau institutionnel, soit en terme de puissance institutionnelle. La puissance politique des États-Unis, surtout après 1945, a permis à ceux-ci de créer des institutions internationales qui promouvaient leurs intérêts: le FMI, l’OTAN, le GATT, etc.

Cela était important parce que cela permettait aux Américains d’établir, ou au moins d’influencer fortement, l’ordre de jour de la politique internationale. Cette puissance institutionnelle se traduit également dans la force du moteur économique américain. De nos jours, cela continue avec l’OMC, qui tente tant bien que mal d’établir des règlements dans la gérance des transactions internationales.

La seconde facette de la « soft power » américaine est au niveau de la puissance culturelle que ce pays déploie. C’est plus compliqué à définir, mais on parle de l’attrait des États-Unis, du modèle américain, du mode de vie américain qui est diffusé à travers la planète. La prospérité économique, les principes américains de liberté politique, de liberté de pensée, etc. Cela est important, parce que pendant la Guerre froide, cela a rendu l’hégémonie américaine plus acceptable, surtout pour les pays de l’Europe de l’Ouest.

Maintenant c’est un peu la même chose.  Mais cela renforce aussi la puissance des États-Unis en terme de leur puissance internationale, leur capacité d’établir l’ordre du jour international. Beaucoup de gens dans beaucoup de pays regardent les États-Unis avec envie. Ils veulent ce qu’ont les Américains, ils veulent immigrer aux États-Unis. Et cette image (ou ces images) est propagée par les médias, les films, les chansons. Le point essentiel est que le mode de vie américain est un mode de vie des pays développés (bien qu’il puisse y avoir des différences, voire des résistances).

Conclusion

En conclusion, on peut évoquer deux constats. Le premier est que l’on accuse souvent les Américains d’être égoïstes. Mais quel pays ne l’est pas? La vraie question est de savoir dans quelle mesure les intérêts des Américains sont en concordance avec les intérêts des autres?

D’une certaine manière, ils ont beaucoup d’intérêts convergents, au moins en principe: la liberté, la démocratie, etc. Bien sûr, un écart existe entre la théorie et la pratique. Rappelons-nous qu’historiquement parlant, les USA furent loin d’être le seul « empire » à vouloir imposer tant sa puissance militaire, économique, qu’institutionnel et culturelle (Rome et Grèce antiques, Napoléon, Hitler, Staline, etc.). On peut s’entendre sur la divergence des moyens utilisés, mais il y a souvent des similarités d’arrière-fonds. Cependant, il y a toujours un écart entre les principes et la réalité. Ce qui ne veut pas dire que les Américains ne peuvent pas faire davantage, ils le peuvent. Donc les critiques vont continuer, et elles sont même nécessaires.

Le second constat est ceci, à savoir la définition que les Américains donnent d’eux-mêmes.  Comment se conçoivent-ils? Il existe là aussi un écart entre les interprétations faites par les Américains et celles des autres. Comment perçoit-on la religion, le système économique, l’immigration? Les réponses varient souvent en fonction de ce que l’on connaît de cette société américaine, à défaut d’y avoir vécu.

Il y a aussi toujours ce risque que les Américains se voient comme différents des autres. Ce qui peut poser des problèmes bien entendu. Finalement, il semble que la combinaison de la puissance forte et molle des États-Unis assurera une prépondérance américaine pour longtemps.

Les relations internationales: quelques aspects théoriques

La base des relations internationales: l’anarchie

Il existe d’abord dans l’étude des relations internationales une notion importante, soit celle de l’anarchie. L’idée de base est simple : il n’existe pas au niveau international une autorité plus haute que les États qui puisse imposer des lois et contraindre les membres de les suivre.

Il est important de comprendre qu’à titre individuel, celui qui est en mesure d’appliquer quelconques lois et règles est l’État. L’État existe par divers organes tels le gouvernement, la police, l’armée, le système judiciaire. En principe, l’État, par ses organes de représentation, a le monopole sur l’utilisation de la force et de la justice à l’intérieur d’un espace géographique donné, ce qu’on appelle une « juridiction ».

Pour les membres de ce système qu’est l’État (les individus et les groupes), ceci limite bien sûr ce qu’on peut faire, mais il nous protège aussi contre les autres. Par exemple, si quelqu’un me fait mal, je peux faire appel aux autorités.

Dans ce contexte, une construction similaire n’existe pas au niveau international. Autrement dit, il n’y a pas de gouvernement mondial, une véritable police mondiale, ou même une armée mondiale ou tout autre organe véritablement indépendant des États. Il n’y a pas d’autorité centrale et suprême au niveau international.

Il y a certes certaines lois et normes, mais le tout demeure limité dans l’application.

Le résultat peut à cet égard apparaître comme pessimiste, car nous vivons dans un environnement où on ne peut compter que sur soi-même, c’est-à-dire qu’un État ne doit pas compter sur un autre État pour assurer son bien-être et sa sécurité. Donc, l’anarchie peut créer certaines incitations perverses comme la méfiance, mais la crainte engendre fréquemment ce sentiment de méfiance qu’on ne peut pas faire confiance aux autres États. Un phénomène comme la course aux armements est assez représentatif de cette situation, tout comme le besoin de sécurité créer une certaine instabilité dans les relations internationales.

Un État est en mesure de présumer le pire, surtout lorsqu’il tente de deviner les intentions des autres États. Bref, il s’avère toujours difficile dans ces conditions d’aspirer à une sorte de paix permanente en l’absence d’un gouvernement mondial. Les alliances, les trahisons, les crises et les guerres font plutôt partie du lot courant des événements marquant notre monde.

D’un autre côté, les plus optimistes des analystes des relations internationales admettent eux aussi le concept d’anarchie, à savoir qu’il n’y a pas d’autorité plus élevée pouvant s’imposer sur les États et surtout sur les États puissants. Mais cela ne veut pas dire qu’une lutte entre les États est inévitable où que chacun agisse pour soi selon eux.

Les États peuvent toujours nouer des rapports entre eux, soit d’établir des relations de confiance et de coopération qui cherchent à diminuer, à contrecarrer les tendances vers la méfiance et la crainte qui sont créées par ce système dit « anarchique ». Ces relations peuvent atténuer à tout le moins l’anarchie et ses effets néfastes.

Par exemple, c’est pourquoi on créa notamment des institutions (ONU, FMI, OMC), des traités, etc., qui cherchent à régler les activités des États, d’encourager la prévisibilité et de diminuer l’incertitude et la méfiance. Les optimistes examinent donc comment tout cela est régi, notamment parce qu’il existe plusieurs aspects des rapports interétatiques où ce ne sont pas la lutte et la confrontation féroces qui prédominent (ex : rapports économiques, commerciaux, environnementaux, etc.). L’idée est d’examiner les façons, les étapes et les structures de négociations qui encouragent l’émergence d’une confiance.

Un exemple intéressant est celui de l’Union européenne. L’Union européenne avait en partie été créée pour surmonter la méfiance franco-allemande. Dans ce sens, l’Union a fonctionné, car il serait désormais difficile d’imaginer une guerre entre la France et l’Allemagne.

En somme, quelle est l’importance de tout cela pour nous? Il s’agit d’une façon de comprendre l’histoire politique d’après 1945 et les changements opérés depuis 1990-1991 (la chute de l’Union soviétique) et, selon cet angle, de se demander quels facteurs, quels instruments existaient avant et existent maintenant (ou qui n’existent plus) afin d’atténuer les effets de l’anarchie. On peut alors penser en termes de lois internationales, de traités, de normes et de pratiques.

Le régime

Après le système, le second concept cher aux politologues est celui du « régime ». Qu’est-ce qu’un régime? Encore une fois, la définition est somme toute simple.

Un régime est un code de conduite qui prescrit comment des acteurs peuvent se comporter dans des domaines définis. Ce code gouverne la conduite des acteurs. Un autre point est que ce code introduit une certaine organisation qui cherche, en effet, à limiter les effets de l’anarchie. Il y a deux aspects qui orientent la définition du régime sur un plan politique. Il y a un aspect formel qui consiste en l’élaboration des lois et règles, des procédures qui forment (sinon déterminent) les rapports entre les membres d’un groupe. Par exemple:

–          la constitution d’un pays

–          les règles d’organisation (Scouts, OMC)

En fait, sous son aspect formel, le régime peut régir le code de conduite de diverses organisations à travers d’autres caractéristiques telles l’utilisation de l’espace, l’utilisation des ressources naturelles, la réglementation routière, la vie étudiante, etc.

L’autre aspect d’un régime est davantage informel. Il s’agit des règles non écrites; des procédures non écrites; des lois non écrites, non formalisées qui influencent et souvent limitent l’action des acteurs dans des cas particuliers. On peut citer des exemples comme une file d’attente, ou encore certaines normes informelles (normes contre l’utilisation d’armes chimiques et biologiques, guerre de 1939-1945), des normes contre l’assassinat de chefs politiques (pas toujours appliquées évidemment).

Toujours en ce qui a trait à la définition du régime, celui opère également à l’intérieur de deux cadres. D’abord, il y a le cadre national. Concrètement, en ce qui nous concerne, cela implique le type de régime politique à l’étude. Une première distinction importante pour nous est de voir si le régime est démocratique ou non démocratique. Il faut cependant faire attention avant d’identifier avec certitude un régime comme étant démocratique ou non dans le cadre national. La constitution et la tenue d’élections « libres » sont certes des éléments à considérer. Par contre, elles ne sont pas toujours suffisantes. D’autres règles et normes sont à considérer, comme la protection des libertés individuelles, la libre possession de biens, etc.

Par exemple, l’Union soviétique avait en principe une constitution très progressive, mais pour longtemps celle-ci n’était pas respectée par ses gouvernements. Autre exemple, les USA semblent avoir une constitution dès plus démocratique, mais est-ce que cela se traduit toujours dans les faits et gestes de leur gouvernement (est-ce que l’écoute électronique de certains citoyens américains par l’Adminstration Bush à une autre époque ne constitue-t-elle pas une violation des libertés individuelles, dont celle du droit à la vie privée?) Bref, il ne faut pas toujours se fier à la forme, mais aussi au contenu.

Le second cadre de l’environnement politique dans lequel se définit le régime est d’ordre international. Prise dans son cadre international, donc dans les rapports interétatiques, l’étude des régimes implique un amalgame de caractéristiques qu’on a vues précédemment, comme : la sécurité, l’environnement, etc. On y inclut en somme une série de composantes formelles (ex : les traités), mais aussi informelles qui se traduisent par ces fameuses règles non écrites (le principe de la non-utilisation d’armes prohibées).

La Guerre froide de 1945 à 1990 constitue à cet égard un exemple intéressant de l’étude de la compréhension du régime tel que pris dans son espace international.

Toujours dans la sphère internationale, il n’y a pas que les relations entre les États qui intéressent la définition du régime. En fait, les régimes peuvent aussi sortir de ce cadre interétatique et prendre la forme de régimes économiques (échanges financiers, investissements, etc.). Souvent, des organisations non étatiques (ONG) y sont impliquées. Pensons à tout le travail des ONG, qui essaient de créer des règlements dans plusieurs domaines (finances, traitement des femmes et enfants, des minorités, etc.). Bien entendu, les ONG tentent d’influencer autant que possible les États, mais pas toujours avec succès.

Bref, dans le cadre international, il y a en somme des régimes formels et informels. Retenons que les entrecroisements sont possibles, comme il est possible d’opérer à la fois dans les cadres national et international.

Voilà en somme pour ces quelques aspects théoriques dans l’approche de l’histoire politique au XXe siècle.

Le Canada sur la scène internationale au XXIe siècle

À l’instar du reste de la communauté internationale, la population et le gouvernement du Canada furent brutalement interpellés par le désastre survenu en Haïti au début de 2010. De la réaction rapide des autorités fédérales, la générosité des contributions et la qualité de la coordination des mesures d’aide, il semble se dégager un consensus relatif d’approbation des actions de l’État. Cela se perçoit tant au niveau de la classe politique que dans la population.

De cette « union sacrée » des Canadiens ressort une série d’observations que nous voulons partager. Malgré que cela puisse paraître opportuniste, nous croyons que le désastre en Haïti est une bonne occasion pour le gouvernement canadien de remettre à jour sa politique étrangère et ses axes d’intervention sur la scène internationale.

Par son ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, le gouvernement du Canada se dote d’un plan d’action comprenant un nombre de « priorités ». L’une des priorités vise l’enrichissement des Canadiens par le développement de nouveaux marchés comme en Inde, en Russie, en Ukraine, au Brésil et sans compter la Chine qui deviendra un jour un partenaire économique d’importance égale aux États-Unis.

Au renforcement du réseau commercial canadien dans le monde doit suivre le drapeau. En clair, la diplomatie classique bilatérale n’a plus la cote et le Canada doit développer ce réflexe de penser l’acte diplomatique en termes de multilatéralisme. Par exemple, il y a déjà l’Accord de libre-échange nord-américain (ALÉNA) qui encadre les échanges politico-économiques de l’axe nord-américain. À cela se développeront d’autres axes comme celui avec l’Union européenne ou encore avec l’Extrême-Orient où il faut inclure la Russie et l’Inde.

Outre l’économie et le commerce, la politique étrangère d’un gouvernement passe aussi par ses interventions aux plans politiques et de la sécurité internationale. Là encore, le Canada doit constamment mettre à jour ses priorités. Nous avons le dossier afghan jusqu’en juillet 2011 officiellement et Haïti, si l’on fait abstraction de la récente catastrophe, demeure l’une des priorités d’implication du Canada dans l’axe américain.

Sur ce point, le principal problème pour le Canada n’est pas tant l’absence de volonté politique pour rétablir notre place dans le monde, ou le manque de moyens de coercition pour intervenir. Le problème, s’il en est un, c’est l’émergence de nouvelles puissances régionales telles le Brésil, l’Inde et la Chine. Ces pays, en particulier l’Inde et le Brésil, réclament plus de place au sein des grandes organisations internationales comme l’ONU. Leur poids démographique et économique en fait en sorte qu’ils sont en mesure de se faire respecter.

Avec ses 30 millions d’habitants, ses faibles moyens militaires, le vieillissement de sa population et son passé de « gardien de la paix » oublié, le Canada peut-il encore jouer ce rôle de puissance moyenne qu’on lui connaissait? Peut-il, comme au temps de Lester Pearson, influencer les décisions des grands?

Prenant prétexte de la crise en Haïti, les puissances de ce monde tirent ces jours-ci la couverture chacun de leur côté pour déterminer qui prendra la direction des opérations d’aide humanitaire. Le gouvernement canadien est aussi pris dans cet engrenage et tente par tous les moyens d’héberger maintes rencontres internationales de coordination de l’aide à Haïti.

Cela donne l’impression que le Canada maintient son traditionnel rôle d’acteur humanitaire et cette attitude semble populaire auprès du grand public. Dans les faits, il s’agit d’une politique d’improvisation de laquelle émane un constat inquiétant : la communauté internationale n’a plus le réflexe de se tourner vers le Canada dans sa recherche de solutions et de politiques de compromis. Autrement dit, d’autres pays prendront le relais et d’autres mécanismes de gouvernance seront mis en place, mécanismes dans lesquels le rôle du Canada reste à déterminer, mais qui sera probablement moindre qu’à une certaine époque.

En conclusion, mentionnons que dans une indifférence somme toute généralisée, le ministère canadien des Affaires étrangères célébrait en 2009 son centième anniversaire. Que de chemin parcouru depuis la naissance de ce petit département dans un salon de coiffure pour hommes à Ottawa! La politique étrangère du Canada d’alors s’exerçait avec les moyens du bord. Il reste à souhaiter qu’il n’en soit pas de même au XXIe siècle.

Le Canada pendant la Première Guerre mondiale : l’émergence d’une nation sur la scène internationale

Introduction

John Foster Babcock: le dernier vétéran canadien de la guerre de 1914-1918.

Le 18 février 2010 marque une date symbolique dans l’histoire du Canada. À l’âge de 109 ans décédait John Foster Babcock, le dernier vétéran canadien de la Première Guerre mondiale. Sa mort évoque la fin d’une époque déjà lointaine aux générations actuelles. C’était une époque où 650,000 hommes et femmes avaient répondu à l’appel du devoir, dans une guerre qui fut une boucherie sans nom. Des Canadiens de tous origines, francophones et anglophones, volontaires comme conscrits, s’étaient rendus en Europe combattre dans des conditions qui dépassaient l’imaginaire. Voici leur histoire.

La guerre européenne avait débuté en août 1914 et s’était rapidement transformée en un conflit aux dimensions planétaires. On était alors loin de se douter que l’assassinat de l’archiduc Franz Ferdinand d’Autriche-Hongrie, le 28 juin, allait provoquer une déflagration mondiale. Au Canada, la vie suivait son cours. Les journaux avaient bien entendu traité de l’incident, mais les événements liés à la politique et à l’économie nord-américaines attiraient davantage l’attention d’un public peu au fait des réalités européennes.

Par un complexe jeu d’alliances politiques, de rivalités économiques et coloniales, et par une course aux armements entre les puissances européennes, depuis la fin du XIXe siècle, il s’était installé en Europe un climat de tensions qui, tôt ou tard, pouvait se mouvoir en une guerre généralisée à la moindre provocation. C’est ce qui s’était donc passé, les puissances européennes s’étaient mutuellement déclaré la guerre. La situation était qu’en ce chaud été de 1914, peu de gens se doutaient que ce conflit qui était censé se terminer à Noël allait engendrer un horrible massacre qui durerait plus de quatre ans.

La mobilisation

En réaction à l’invasion de la Belgique, le 4 août, la Grande-Bretagne déclarait peu de temps après la guerre à l’Allemagne. Ce faisant, Londres entraînait dans le conflit tous les Dominions et possessions de l’Empire britannique, ce qui incluait le Canada. Bien qu’officiellement indépendant depuis 1867, le Dominion du Canada n’était malgré tout pas maître de sa politique extérieure. Étonnement peut-être, le fait que le Canada soit automatiquement en état de guerre contre l’Allemagne le 4 août 1914 avait été un événement relativement bien accueilli d’un bout à l’autre du pays. Que ce soit dans la très « française » ville de Québec jusqu’à la très « britannique » ville de Toronto, les Canadiens d’un bout à l’autre de l’océan avaient reçu avec un certain enthousiasme la nouvelle.

Depuis la fin de la guerre sud-africaine de 1902, qui était somme toute demeurée un conflit plus que localisé, le Canada n’avait que peu participé à des événements d’envergure sur la scène internationale. La nouvelle guerre de 1914 n’avait finalement pas été le conflit de courte durée que l’on avait anticipé. Au contraire, lorsque le premier hiver de guerre s’abattait sur l’Europe, de vastes lignes de front découpaient désormais de nouvelles frontières faites de tranchées, de barbelés et de trous d’obus dans lesquels vivait une race émergente d’hommes qui apprenaient à côtoyer quotidiennement la mort, la boue et la vermine. Les fronts s’étaient stabilisés et les armées européennes, épuisées après les batailles de l’été et de l’automne, s’étaient enterrées dans ces réseaux inextricables de tranchées. Sur le front Ouest, celles-ci s’étalaient de la frontière suisse jusqu’à la Mer du Nord, sur une longueur d’environ 800 kilomètres.

Le Front de l'Ouest où combattit le Corps canadien de 1915 à 1918.

Alors que les armées européennes s’affrontaient, le Canada de 1914 mobilisait dans l’excitation. La question à poser était : le pays était-il prêt? La réponse est un Non catégorique. À cette époque, le Canada ne disposait que d’une milice active permanente d’à peine 3,000 hommes, et d’une milice non active et non permanente de 70,000 individus, sur le papier. Bon nombre parmi ces derniers n’avaient d’ailleurs jamais touché à un fusil. En clair, il fallait créer ce qui allait devenir le Corps expéditionnaire canadien. L’homme responsable d’accomplir cette grande tâche était le ministre de la Milice Sam Hughes. Homme plus qu’énergique, voire excentrique, qui adulait l’Empire, mais détestait les Britanniques, Hughes avait fait mettre sur pied le camp militaire de Valcartier au nord de Québec. Là-bas, des dizaines de milliers de recrues s’étaient rassemblées et avaient été sommairement entraînées avec les moyens du bord. Dans la plus grande des confusions, Hughes était parvenu à expédier en Angleterre un premier contingent d’environ 32,000 hommes en octobre 1914. C’était la première contribution de ces Canadiens qui, pour la presque totalité, n’avaient aucune idée ce dans quoi ils venaient de s’embarquer.

Si pour les uns l’entraînement de Valcartier avait été difficile, ce n’était rien en comparaison des conditions pénibles dans lesquelles le premier contingent allait s’exercer dans la tristement célèbre plaine de Salisbury, dans le centre-sud de l’Angleterre à la fin de 1914 et au début de 1915. Pluie, vent et marrées de boue formaient le lot quotidien de ces hommes qui, à peine quelques semaines auparavant, étaient encore des journaliers, des paysans, des commis, des étudiants, etc. De cet ensemble disparate de soldats, on allait constituer la 1ère Division d’infanterie canadienne, celle-là même qui aurait l’« honneur » d’être la première à servir sur le continent.

L’année 1915 et la bataille d’Ypres

À l’instar des combattants européens, les soldats canadiens qui étaient déployés dans le secteur d’Ypres en Belgique, au printemps de 1915, avaient fait face à la terrible réalité de la guerre de positions. Face à un ennemi situé souvent à moins de cent mètres, dans des tranchées remplies d’eau, sous les obus s’abattant sporadiquement, les Canadiens avaient expérimenté une forme de guerre qui était radicalement loin de l’image glorieuse qu’ils s’en étaient faite, ou qui leur avait été inculquée.

Ce baptême du feu dans les tranchées du sinistre saillant d’Ypres, en avril 1915, avait d’autant été plus pénible, car les Canadiens avaient goûté à une nouvelle médecine, soit celle de l’arme chimique. Profitant d’un vent favorable, les Allemands avaient en effet lâché, le 22 avril, plus de 150 tonnes de gaz de combat sous forme de chlore vers les positions tenues par les troupes canadiennes et françaises. En dépit de l’évidente panique causée par cette arme encore méconnue, les Canadiens avaient été obligés de combattre sous ces gaz. Improvisant des moyens plus que rudimentaires pour se protéger (en urinant par exemple dans un mouchoir-tampon appliqué sur la bouche), les soldats de la 1ère Division avaient perdu la moitié de leurs effectifs en infanterie en attaques et contre-attaques (6,000 hommes sur 12,000). Ils étaient ainsi parvenus à colmater une brèche de plus de cinq kilomètres qui s’était ouverte au moment de l’assaut allemand.

À l’issue de ce premier affrontement, nommé ultérieurement la bataille de Saint-Julien, les troupes canadiennes commençaient à acquérir leur réputation de force combattante dès plus effective. Pour les observateurs et commentateurs étrangers, les troupes canadiennes se fondaient jusque-là dans l’ensemble des forces britanniques. Cela était vrai sur un plan opérationnel, mais la performance des soldats canadiens, qui avaient sauvé la situation à Ypres, avait amené les observateurs à considérer progressivement le caractère national distinct de cette petite force en expansion. Un soldat sur trois était tombé pour ne plus se relever, ce qui se traduisait par plus de 2,000 morts. Le prix à payer avait été élevé pour ces hommes qui, rappelons-le, étaient des civils à peine quelques mois auparavant, et qui, par-dessus tout, venaient de se rendre compte de ce qu’était la guerre.

La bataille de Saint-Julien, secteur d'Ypres (avril-mai 1915).

Avec Ypres, le Canada venait de goûter amèrement à ce qui allait devenir caractéristique de la guerre de 1914-1918. C’était la guerre des tranchées, une guerre d’usure dans laquelle les belligérants tentaient de s’emparer du système de tranchées ennemi. Le tout dans quel but? Soit user les forces de l’adversaire ou tenter de percer son front, dans l’espoir que reprenne la guerre en rase campagne. De la fin de 1914 jusqu’au printemps de 1918, les assauts massifs de l’infanterie se butant au système défensif de l’adversaire allaient faire partie du cauchemar des combattants, dont ces Canadiens qui commençaient à se « faire la main » à ce jeu meurtrier.

Entre-temps, des Canadiens continuaient à s’enrôler, grossissant ainsi les effectifs du Corps expéditionnaire. Les rares nouvelles d’Ypres qui parvenaient à passer à travers les mailles de la censure n’avaient pas découragé pour autant d’autres Canadiens à s’engager. Cela était vrai, à tel point qu’un second contingent était parti en Europe en ce début de 1915. Ces soldats allaient former la 2e Division d’infanterie dans laquelle se trouvait le fameux 22e bataillon (canadien-français), seule unité combattante francophone de l’armée. Après les entraînements d’usage en Angleterre, cette division allait rejoindre la 1ère en France, en septembre. Ce faisant, la présence de deux divisions d’infanterie sur le front allait permettre la formation du Corps canadien, toujours sous commandement britannique, en l’occurrence du lieutenant-général E. A. H. Alderson (qui commandait jusque-là la 1ère Division).

Les officiers du 22e bataillon (canadien-français). Amherst (Nouvelle-Écosse, printemps 1915). Sources: Archives du Royal 22e Régiment.

1916: l’expansion du Corps canadien et la bataille de la Somme

L’hiver 1915-1916 avait été relativement « tranquille » pour le nouveau Corps canadien, toujours installé dans le saillant d’Ypres. La période hivernale était plus calme pour les soldats, étant donné que le temps et les conditions du terrain ne permettaient pas des offensives d’envergures, comme c’est le cas lorsque le printemps et l’été reviennent. Cependant, le froid, la neige, la pluie et l’accumulation de la boue s’avéraient tous autant de contraintes mettant à rude épreuve le moral des combattants. Il était en effet difficile dans ces conditions de garder une certaine hygiène de vie. Les soldats devaient apprendre à vivre avec d’autres éléments caractéristiques de la vie des tranchées de 1914-1918. Parmi ceux-ci, le Trench Foot (« pied de tranchée »), qui consistait en d’énormes verrues sur les pieds des soldats confinés en des positions stationnaires, dans plusieurs pieds d’eau au fond des tranchées et des trous d’obus. La grippe et les poux étaient autant d’autres éléments qui affectaient le quotidien des soldats, et dont l’adaptation à ces réalités avait été tout aussi pénible que celle des balles, des grenades et autres projectiles.

Toujours est-il qu’à la fin de 1915 et au début de 1916, le Corps canadien prenait du volume. Une 3e Division venait de se joindre en décembre, puis une 4e au mois d’août de l’année suivante. Le Corps se composait désormais de quatre divisions d’infanterie sous le commandement du lieutenant-général Julian Byng, au moment où s’engageait la bataille de la Somme en août 1916. À cette date, des milliers de Canadiens étaient déjà morts, blessés ou portés disparus. Cela n’empêchait pas que les généraux alliés, dont les armées augmentaient tant en effectifs qu’en quantité de matériels disponibles, souhaitaient percer le front tout en usant les troupes de l’adversaire.

Des soldats canadiens reviennent des tranchées sur le front de la Somme (1916).

Les deux premières années du conflit avaient en ce sens été plus que frustrantes. Devant l’impossibilité de percer le front ennemi, il fallait non seulement augmenter la quantité de canons, de mitrailleuses et de matériels de toutes sortes contre l’ennemi, mais il fallait en plus raffiner les tactiques de combat, notamment pour l’infanterie. Cette dernière était appelée à travailler de concert avec l’artillerie, dont il fallait améliorer l’efficacité du tir, mais aussi la coordination avec l’infanterie et les forces aériennes. L’entraînement et l’encadrement des troupes allaient donc en s’intensifiant. De plus, à mesure qu’avançait la guerre, les troupes se voyaient dotées d’un matériel de plus en plus spécialisé, comme des fusils-mitrailleurs, des mortiers, des grenades afin d’accroître leur puissance de feu dans les situations où l’artillerie ne pourrait à coup sûr intervenir.

C’est dans ce contexte que le nouveau Corps d’armée canadien avait été appelé à intervenir. Les Alliés avaient en effet prévu de lancer toute une série d’offensives au cours de l’été de 1916. L’idée était de frapper simultanément l’ennemi sur tous les fronts afin de contraindre autant que possible le déploiement de ses renforts. En France, cela se traduisait par une offensive combinée franco-britannique le long de la rivière de la Somme, en Picardie, qui était alors le point de jonction de ces armées. La bataille de la Somme était donc engagée depuis le 1er juillet 1916, sans qu’aucun succès notable soit enregistré. Cette offensive n’était pas l’affaire que d’une journée ou deux. C’était en fait une succession d’engagements locaux s’étirant sur des semaines. La première journée de l’offensive, le 1er juillet, avait été catastrophique pour les Britanniques, qui avaient perdu près de 60,000 hommes en une seule journée. Cependant, à partir de la mi-juillet, des succès notables avaient été enregistrés. Malgré tout, les semaines qui avaient suivi n’apportaient guère de meilleurs résultats, au moment où le Corps canadien était appelé à intervenir.

Du vieux front des Flandres, les troupes du lieutenant-général Byng devaient se déployer à la fin août, plus au sud, sur ce front de la Somme où l’on se battait déjà depuis des semaines. La reprise de l’offensive était dictée pour le 15 septembre, mais entre la fin août et cette date, les troupes canadiennes avaient déjà perdu près de 3,000 hommes, seulement pour tenir leur ligne de front. Au matin du 15 septembre, le Corps donnait l’assaut quelque peu à l’ouest du village de Courcelette, sur un front de plus de deux kilomètres de large. Précédés par un tir de barrage d’artillerie relativement bien réglé, les soldats canadiens, assistés pour la première fois de quelques chars d’assaut, s’étaient rués vers Courcelette et les environs. Cette première journée de l’offensive du 15 septembre s’était bien passée, mais les Allemands avaient fortement réagi en lançant plus d’une douzaine de contre-attaques dans Courcelette et les villages aux alentours. Pendant trois jours et trois nuits, les soldats canadiens, en particulier les Canadiens français du 22 bataillon, s’étaient battus avec l’énergie du désespoir.

Figure légendaire du 22e bataillon (canadien-français), le major Georges P. Vanier. Enrôlé en 1914, blessé puis amputé d'une jambe en 1918, il devint Gouverneur général du Canada en 1964. Sources: Archives du Royal 22e Régiment.

Les pluies d’automne, l’épuisement, les pertes encourues et l’intensification de la résistance allemande avaient fait en sorte que l’offensive devait s’arrêter. Pour les Canadiens, la bataille de la Somme s’était terminée le 11 novembre 1916. Le terrain en tant que tel n’avait à peu près aucune valeur stratégique, ni morale pour ainsi dire. Les Canadiens étaient sortis de la Somme plus expérimentés, plus aguerris à la guerre des tranchées. Ils avaient su faire preuve d’un savoir-faire en innovations tactiques. Ils avaient appris à utiliser tout le potentiel des armes modernes. Par contre, les pertes avaient été lourdes depuis le mois d’août. Plus de 24,000 hommes étaient tombés pour une progression générale d’à peine huit kilomètres.

Plus encore qu’à Ypres, c’est sur la Somme que les Canadiens s’étaient vus véritablement confirmés dans leur réputation de troupes de choc. Cette notoriété allait pour ainsi les précéder pour le restant de la guerre. Dans tous les coups durs où seraient engagées les forces britanniques, les Canadiens dirigeraient fréquemment l’assaut. Désormais retirés du champ de bataille de la Somme en cette fin de 1916, les Canadiens se verraient offrir l’opportunité de soutenir leur nouvelle réputation. Déplacées plus au nord, toujours en France, les troupes, sous le commandement britannique, avaient reçu une mission précise pour la prochaine offensive du printemps de 1917 : capturer la crête de Vimy.

De Vimy à Passchendaele (1917)

La guerre durait depuis plus de deux ans. Les batailles d’usure de l’année 1916 n’avaient apporté que quelques kilomètres de gains de terrain pour les Alliés. Des millions de soldats étaient tombés, mais d’autres avaient pris le relais afin de malmener à nouveau l’ennemi pour 1917. Les Alliés franco-britanniques n’avaient pas abandonné leur projet de mener des offensives conjointes, dans un scénario semblable à celui de 1916, mais en supposant que les erreurs commises ne soient plus répétées. L’idée de percer le front et de reprendre la guerre de mouvement obsédait toujours les généraux. Le plan fixé était simple. L’armée française devait cette fois-ci se ruer à l’assaut des hauteurs du Chemin-des-Dames, le 16 avril, un peu plus au sud-est de la Somme, tandis que l’armée britannique devait engager la bataille plus au nord, autour de la ville d’Arras. L’offensive britannique allait commencer une semaine avant celle des Français. Dans ce contexte, la tâche du Corps canadien consistait en la capture de la redoutable crête de Vimy.

De gauche à droite: le capitaine Lacoste, le Major Scott et le lieutenant Bourgault affairés à nourrir les chevaux du 22e bataillon, sous le regard attentif du chien. France (1917). Sources: Archives du Royal 22e Régiment.

La crête de Vimy avait été prise par les Allemands dès octobre 1914. Cela dit, ils avaient eu plus de deux années pour l’aménager, la fortifier à leur goût. Les Alliés franco-britanniques avaient perdu des dizaines de milliers d’hommes dans de vains assauts contre cette position en 1915 et 1916. En avril 1917, la crête de Vimy constituait pour ainsi dire le plus dangereux et imposant bastion du dispositif défensif allemand dans la région d’Arras. Du haut de la crête, les Allemands pouvaient parfaitement observer les manoeuvres des troupes alliées. De profondes tranchées élaborées en plusieurs lignes successives de défense, des tunnels et d’intenses réseaux de fils barbelés et obstacles de toutes sortes parsemaient la position des soldats du Reich.

Pour capturer la crête, le matériel allait être important, mais, par-dessus tout, les Canadiens savaient qu’il fallait carrément réinventer la manière de faire la guerre dans les tranchées. Dès octobre 1916 (alors que la bataille de la Somme n’était pas tout a fait terminée), les trois premières divisions du Corps canadien (bientôt rejointes par la 4e) étaient arrivées dans le secteur, au bas de la pente, face à face aux Allemands bien retranchés sur les hauteurs. Pour l’emporter, il fallait non seulement apprendre des erreurs passées, mais également copier en partie les techniques allemandes. Pour ce faire, les Canadiens avaient élaboré une incroyable logistique. Des tunnels, des voies ferrées, des reproductions à ciel ouvert des tranchées ennemies sous forme de maquettes, tout était bon pour enseigner à chaque soldat qu’elle allait être sa mission le moment venu. C’était cette notion de « pédagogie militaire » qui allait distinguer la bataille de Vimy des précédentes dans lesquelles avaient été engagés les Canadiens. Il fallait par ailleurs tout savoir du dispositif ennemi. Les reconnaissances effectuées par des raids dans les tranchées allemandes avaient permis d’amasser de précieuses informations, mais le rôle de l’aviation était tout aussi crucial en photographiant le front, les lignes de communication, les positions d’artillerie, etc.

Vimy, avril 1917. Les soldats canadiens marchent sous couvert de leurs canons bombardant les positions allemandes.

La guerre durait depuis plus de deux ans. Les batailles d’usure de l’année 1916 n’avaient apporté que quelques kilomètres de gains de terrain pour les Alliés. Des millions de soldats étaient tombés, mais d’autres avaient pris le relais afin de malmener à nouveau l’ennemi pour 1917. Les Alliés franco-britanniques n’avaient pas abandonné leur projet de mener des offensives conjointes, dans un scénario semblable à celui de 1916, mais en supposant que les erreurs commises ne soient plus répétées. L’idée de percer le front et de reprendre la guerre de mouvement obsédait toujours les généraux. Le plan fixé était simple. L’armée française devait cette fois-ci se ruer à l’assaut des hauteurs du Chemin-des-Dames, le 16 avril, un peu plus au sud-est de la Somme, tandis que l’armée britannique devait engager la bataille plus au nord, autour de la ville d’Arras. L’offensive britannique allait commencer une semaine avant celle des Français. Dans ce contexte, la tâche du Corps canadien consistait en la capture de la redoutable crête de Vimy.

La crête de Vimy avait été prise par les Allemands dès octobre 1914. Cela dit, ils avaient eu plus de deux années pour l’aménager, la fortifier à leur goût. Les Alliés franco-britanniques avaient perdu des dizaines de milliers d’hommes dans de vains assauts contre cette position en 1915 et 1916. En avril 1917, la crête de Vimy constituait pour ainsi dire le plus dangereux et imposant bastion du dispositif défensif allemand dans la région d’Arras. Du haut de la crête, les Allemands pouvaient parfaitement observer les manoeuvres des troupes alliées. De profondes tranchées élaborées en plusieurs lignes successives de défense, des tunnels et d’intenses réseaux de fils barbelés et obstacles de toutes sortes parsemaient la position des soldats du Reich.

Pour capturer la crête, le matériel allait être important, mais, par-dessus tout, les Canadiens savaient qu’il fallait carrément réinventer la manière de faire la guerre dans les tranchées. Dès octobre 1916 (alors que la bataille de la Somme n’était pas tout a fait terminée), les trois premières divisions du Corps canadien (bientôt rejointes par la 4e) étaient arrivées dans le secteur, au bas de la pente, face à face aux Allemands bien retranchés sur les hauteurs. Pour l’emporter, il fallait non seulement apprendre des erreurs passées, mais également copier en partie les techniques allemandes. Pour ce faire, les Canadiens avaient élaboré une incroyable logistique. Des tunnels, des voies ferrées, des reproductions à ciel ouvert des tranchées ennemies sous forme de maquettes, tout était bon pour enseigner à chaque soldat qu’elle allait être sa mission le moment venu. C’était cette notion de « pédagogie militaire » qui allait distinguer la bataille de Vimy des précédentes dans lesquelles avaient été engagés les Canadiens. Il fallait par ailleurs tout savoir du dispositif ennemi. Les reconnaissances effectuées par des raids dans les tranchées allemandes avaient permis d’amasser de précieuses informations, mais le rôle de l’aviation était tout aussi crucial en photographiant le front, les lignes de communication, les positions d’artillerie, etc.

Après un intense et efficace bombardement préliminaire effectué quelques jours avant l’opération, les Canadiens s’élançaient à l’assaut de la crête de Vimy au matin du 9 avril 1917. En trois jours d’offensives sans relâche, les Canadiens avaient capturé la crête et on pouvait enfin voir le front allemand derrière cette dernière, qui s’étirait au loin dans la plaine de Douai plus à l’est. La bataille de Vimy est par la suite devenue emblématique dans la mémoire canadienne. C’était en effet au cours de cet engagement que les quatre divisions formant le Corps canadien avaient pour la première fois (et la seule de la guerre) combattu simultanément. Comme toujours, les combats avaient été sauvages. En trois jours, les Canadiens avaient perdu environ 10,000 hommes, dont 3,600 tués. Encore une fois, cette bataille qui s’achevait avait endurci les troupes. La victoire canadienne avait fait le tour de la presse alliée. Tout le monde célébrait ce fait d’armes et, une fois de plus, la réputation de « troupes de choc » du Corps canadien allait les mettre face à de nouvelles épreuves jusqu’à la fin du conflit. C’était également au lendemain de Vimy que les soldats assistaient à la nomination d’un premier commandant canadien à la tête du Corps, soit le nouveau lieutenant-général Arthur Currie, qui commandait jusque-là la 1ère Division.

Alors que les Canadiens et les Britanniques connaissaient certains succès au nord, au sud, les forces françaises étaient en mutineries à la suite des insuccès enregistrées suite à la catastrophique bataille du Cmin-des-Dames (avril-mai). Par conséquent, l’incapacité temporaire de l’armée française à poursuivre le combat avait mis le commandement britannique devant la perspective que, lui seul, pouvait encore porter un coup aux Allemands, dans la seconde moitié de 1917. C’était ainsi que, le 31 juillet, les Britanniques lançaient une troisième offensive dans le saillant d’Ypres en Belgique. À l’instar de la Somme, ce n’était que plus tard que le Corps canadien serait appelé à intervenir. Le but de l’offensive était double. Il fallait capturer les voies ferrées du front allemand autour du saillant, tout en perçant le front pour reprendre la guerre de mouvement et s’emparer des bases navales des Flandres, où mouillait une partie de la flotte sous-marine allemande.

En dépit de quelques succès initiaux, l’intensité du barrage d’artillerie des semaines suivantes avait non seulement averti les Allemands de l’imminence de la poursuite des assauts, mais également avait transformé le terrain en un véritable océan de boue. Les pluies quasi continuelles des Flandres ne facilitaient en rien la tâche des Canadiens qui devaient prendre la relève des Britanniques. Cette fois-ci, le plan consistait par la prise de ce qui restait du village de Passchendaele, situé sur une hauteur à quelques kilomètres à l’est d’Ypres. Constatant l’ampleur de la besogne et l’état physique et moral de ses troupes, le lieutenant-général Currie s’était rapidement rendu compte qu’une poursuite de l’offensive allait décimer ses troupes. Currie prédisait qu’il allait perdre aux environs 16,000 hommes dans l’offensive. Malgré tout, il fallait préparer l’assaut qui allait débuter le 20 octobre. Pendant deux semaines, jusqu’au 11 novembre et sous des pluies torrentielles, les Canadiens avaient avancé jusqu’au village de Passchendaele, qu’ils avaient pris de peine et de misère. En fin de compte, l’estimation de Currie s’était avérée presque juste, puisque pour l’ensemble de l’opération, de la fin octobre à la mi-novembre, le Corps canadien avait perdu environ 15,500 hommes.

Passchendaele restera toujours un nom associé à un véritable cauchemar pour les troupes canadiennes. C’était comme si on avait oublié les leçons tactiques et stratégiques de Vimy pour replonger dans la guerre d’usure. Rappelons que, dès le départ, Currie avait questionné la pertinence de poursuivre une offensive qui s’enlisait depuis quelques semaines. Les Canadiens n’avaient pas perdu la bataille, mais le prix payé par rapport aux gains obtenus était plus que dérisoire, peut-être même pire que sur la Somme encore. La bataille de Passchendaele avait également eu ceci de particulier (et probablement de « bénéfique »), c’est que, pour la première fois, le Premier ministre canadien Robert Borden avait ouvertement protesté auprès de son homologue britannique Lloyd George que si les Canadiens étaient à nouveau impliqués dans un autre bain de sang de la sorte, alors la participation active du Dominion aux futures opérations pourrait être remise en cause. On peut penser qu’il y avait eu une « canadianisation » progressive du Corps, et ce, tant au niveau de la manière de guerroyer que de la formation d’une identité nationale.

1918: l’année de la victoire

L’hiver 1917-1918 avait été plutôt paisible pour les Canadiens. En fait, c’est en mars que les Allemands avaient pris l’initiative de lancer leurs dernières offensives majeures de la guerre, avec les renforts supplémentaires obtenus de la Russie en pleine révolution. Le nouveau commandant suprême des forces alliées, le maréchal Foch, avait attendu l’occasion favorable avant de reprendre l’initiative aux Allemands. C’est au moment de la bataille d’Amiens, en août, que les Canadiens allaient entreprendre jusqu’à la fin du conflit une série de batailles connues sous le nom de la campagne des « Cent Jours ». De la mi-août jusqu’au 11 novembre, les Canadiens avaient une fois de plus servi de fer de lance aux offensives britanniques. En à peine trois mois, les soldats de Currie poursuivaient les Allemands qui retraitaient, mais qui leur causaient de lourdes pertes par des combats d’arrière-garde bien exécutés. C’était également au cours de cette série d’offensives que les Canadiens avaient pulvérisé en plusieurs points la terrible ligne défensive des Allemands surnommée la Ligne Hindenburg.

Le Cimetière Québec. En ce lieu sont enterrés nombre de soldats québécois du 22e bataillon tués lors de la bataille de Chérisy des 27 et 28 août 1918. Environ 650 hommes et 23 officiers prirent par à l'assaut. Le lendemain, il restait 39 soldats. Tous les officiers étaient tombés, dont le major Georges Vanier (blessé), le lieutenant Stanislas Viens (mort), le lieutenant Rodolphe "Roddy" Lemieux (fils d'un sénateur, mort), etc.

D’Amiens jusqu’à Valenciennes, puis à Mons en Belgique, les Canadiens avaient perdu environ 40,000 hommes en un peu plus de trois mois d’affrontements se déroulant tantôt dans les tranchées, tantôt en rase campagne. Le moral des Allemands avait été anéanti, et ces derniers avaient consenti à signer un armistice le 11 novembre. Une fois les combats terminés, les Canadiens avaient franchi la frontière allemande, où ils occupaient une tête de pont dans la région de Bonn, jusqu’au rapatriement des troupes au printemps de 1919.

La Grande Guerre de 1914-1918 était pour ainsi terminée. Environ 10 millions d’hommes provenant d’une trentaine de nations y avaient perdu la vie. En plus des pertes humaines, la guerre avait laissé d’énormes séquelles psychologiques. Jamais auparavant n’avait-on assisté à un conflit d’une telle intensité. Les États s’étaient financièrement ruinés, endettés dans cette guerre, où l’avenir semblait plus qu’incertain. D’autre part, la Première Guerre mondiale avait marqué une étape importante dans le développement du Canada au plan international. En 1914, le Canada était entré en guerre comme une simple colonie de l’Empire britannique. Quatre ans plus tard, le pays avait ajouté sa signature sur le Traité de Versailles, qui avait officiellement mis fin au conflit. Bien que purement symbolique, cette signature avait coûté au Canada quelque 65,000 soldats tués et plus de 180,000 blessés. Les Canadiens avaient commencé à guerre à Ypres, en 1915, sous un commandement britannique. Les troupes étaient alors inexpérimentées et les années qui avaient suivi leur avaient appris comment il fallait faire la guerre. En 1918, au moment de s’arrêter à Mons, ces mêmes hommes étaient dirigés par des Canadiens et ils constituaient une force combattante d’élite qui n’avait plus rien à prouver. Il ne faut pas oublier que l’effort consenti par le Canada avait d’autant plus été remarquable, car la nation ne comptait que huit millions d’âmes en 1914. De ce nombre, 650,000 individus avaient participé au conflit et un peu plus de 10 % n’étaient pas revenus.

Comme l’ont souligné certains historiens, il n’est pas faux de dire qu’avec la guerre de 1914-1918, le Canada avait acquis sa « personnalité internationale ». À l’instar de bien des nations, celle du Canada s’était édifiée dans le sang, dans l’espoir, peut-être naïf, que plus jamais un drame comme celui vécu dans les tranchées de Belgique et de France ne se reproduirait… C’était l’époque dans laquelle a vécu de John Foster Babcock, qui vient de nous quitter.

Soldats du 22e bataillon (canadien-français) de retour à Québec, devant la Gare du Palais (mai 1919). Sources: Archives du Royal 22e Régiment.

Retrouvailles sur fond de guerre

Le conflit de 1914-1918 a permis au Québec de renouer ses liens avec la France, liens que la Conquête avait rompus en 1760.

Par Yvon Larose

Au cours des quatre années qu’a duré la Première Guerre mondiale, quelque 35 000 Canadiens français ont été mobilisés pour combattre en Europe, principalement dans l’infanterie. Avec 1,8 million de citoyens, le Québec comptait alors pour le tiers de la population canadienne. En comparaison, le Canada anglais a mobilisé quelque 650 000 hommes et femmes durant la même période.

Selon Carl Pépin, historien officiel du Royal 22e Régiment et auteur d’une thèse de doctorat en histoire sur les relations entre le Québec et la France durant la Grande Guerre, thèse dont il a fait la soutenance cet été, plusieurs facteurs expliquent la faible participation des Québécois à ce conflit qui a débuté en août 1914 pour prendre fin en novembre 1918. «Le Canadien français moyen savait peu de choses de la France à cette époque, raconte Carl Pépin. Quant aux élites intellectuelles, elles avaient une perception très variable de ce pays. Elles admiraient la France monarchique de l’Ancien Régime qui défendait des valeurs conservatrices. Mais la France républicaine et laïque n’avait pas bonne presse, surtout depuis l’adoption des lois sur la séparation de l’Église et de l’État de 1905.»

Il reste que l’invasion de la France, le sort des réfugiés, la destruction des églises ont ravivé le vieux fond français des Québécois de l’époque. Au début du conflit, répondant à l’appel des autorités politiques, du clergé et d’organisations philanthropiques, la population a fait des dons en argent et en biens pour la France. Par la suite, les usines du Québec ont approvisionné ce pays avec de grandes quantités de munitions, de chaussures et d’équipements divers. Le Canada français a même fourni le personnel soignant et le matériel médical de deux hôpitaux militaires où furent soignés des milliers de blessés français durant le conflit.

Mais la durée de plus en plus longue de la guerre, ainsi que certains événements comme la crise de la conscription de 1917, ont fini par désintéresser les Canadiens français de l’effort de guerre. «Un autre facteur est la manière dont le gouvernement fédéral a conduit la mobilisation au Québec, indique Carl Pépin. Il n’a pas autorisé la création d’un régiment canadien-français, mais de bataillons francophones, dont le 22e.»

Promouvoir la cause
Dans le cours de la guerre, des organisations semi-officielles françaises, comme la Chambre de commerce française de Montréal, ont été mises sur pied au Québec dans le but d’encourager les Canadiens français à participer aux hostilités. Une partie du haut clergé d’ici soutenait officiellement l’effort de guerre et le réveil religieux observable en France faisait partie de son argumentaire. Des intellectuels canadiens-français comme Raoul Dandurand et des journaux comme La Presse ont apporté leur contribution. «Selon les intellectuels francophiles, explique Carl Pépin, le combat mené par la France était celui de la défense de la liberté, de l’humanité. Le devoir du Canada français était de voler au secours de ce pays.»

En 1917, la France a envoyé des missions militaires au Québec. «Le gouvernement français voulait-il faire du recrutement, de la propagande? écrit Carl Pépin. Sans doute essayait-il de mesurer l’intérêt réel des Canadiens français dans le conflit afin, ensuite, de mettre sur pied une politique cohérente.»

Carl Pépin qualifie la Première Guerre mondiale de «période fondamentale de structuration des rapports France-Québec». «Cet événement a ouvert la voie, écrit-il. Mais il faudra attendre les années 1960 pour voir ces relations se développer réellement.»