Étiquette : Cultures

Guerres et sexes: essai sur les genres en histoire militaire

Introduction

L’histoire militaire est une branche de l’histoire qui s’intéresse généralement aux batailles, aux modes de vie des soldats et, dans l’ensemble, à l’histoire des conflits armés. Suivant un certain courant historiographique depuis les années 1960-1970, les études en histoire militaire intègrent de plus en plus des recherches sur les classes sociales, les genres, et plus particulièrement le rôle des femmes dans l’histoire des conflits armés. Cependant, l’association entre les genres et l’appareil militaire est souvent mal comprise ou interprétée. Elle est régulièrement perçue comme se référant uniquement aux rôles des femmes dans les organisations militaires, quoique dans les faits, il est important de préciser que l’analyse de la pratique physique, violente et réelle de la guerre implique les deux sexes, de manière à soulever les particularités respectives des rôles des hommes et des femmes. Autrement dit, et bien qu’il puisse y avoir des variations selon les cultures, la guerre implique une participation à peu près égale des hommes et des femmes. Par ailleurs, les constructions sociétales entourant la féminité restreignirent généralement les femmes dans des fonctions de non-combattantes, tandis que ces mêmes constructions relatives à la masculinité encouragèrent les hommes à la pratique d’activités guerrières.

Guerres et sexes: l’étrange division du travail

Les chercheurs qui se penchent sur l’étude de la guerre et celle des genres débattent entre eux sur les origines et les raisons pouvant expliquer cette sorte de « division du travail ». Une position extrême prétend que seuls les hommes (et pas les femmes) sont aptes physiquement à pratiquer la guerre, de même qu’ils sont les plus capables de supporter ses conséquences psychologiques. De plus, toujours selon cette position, les hommes combattent parce qu’ils sont plus forts physiquement que les femmes, parce que leur testostérone engendre l’esprit agressif nécessaire, parce qu’ils désirent affronter, vaincre et dominer un ennemi et, finalement, parce qu’ils trouvent une certaine satisfaction, voire un certain réconfort à se trouver en compagnie d’autres hommes dans cette aventure collective.

Par contraste, les femmes manqueraient de cette force physique nécessaire pour le combat, comme elles ne parviendraient pas à gérer les épreuves psychologiques inhérentes à la guerre. Plus encore, l’intégration des femmes dans des unités militaires détruirait cette cohésion fraternelle essentielle pour vaincre. Dans cette logique d’ensemble, celle du soi-disant rapport inégal hommes/femmes, certains argumenteront que les femmes trouveraient une protection face à la « violence naturelle » des hommes, à travers des institutions sociales qui accordent aux hommes le monopole de l’utilisation de la violence, en même temps que ces dernières les légitimeraient dans leur devoir d’assurer leur protection physique. Enfin, un certain déterminisme de type biologique ajouterait que les hommes combattent parce qu’ils peuvent être plus aisément « sacrifiés » que des femmes en âge de porter des enfants.

À l’opposé, on note cette thèse voulant que l’agressivité des mâles, la « soumission » féminine et la discrimination des genres seraient toutes des conséquences de comportements appris et non innés. Ainsi, la théorie dit que les femmes peuvent faire preuve d’un esprit compétitif aussi violent que celui des hommes, que les organisations militaires intégrant les deux sexes fonctionnent parfaitement bien, et que toute femme capable d’accomplir les mêmes tâches physiques et guerrières que celles imposées aux hommes devrait faire partie de l’appareil militaire de première ligne. Entre ces deux grands courants, qui mettent l’accent sur nombre de stéréotypes, se trouvent naturellement toute une gamme d’opinions souvent péjoratives et ne trouvant pas ou peu de preuves empiriques. La stridence de la discussion illustre à quel point les enjeux peuvent être élevés, selon les croyances culturelles et les stéréotypes qui sont inévitablement associés au débat sur les genres.

La guerre: une pratique exclusivement masculine?

Dans ce contexte, il y a ce que l’on peut appeler certaines « vérités incontestables » à propos de la relation entre la guerre et les sexes. La première de ces vérités, celle à l’effet que pendant presque toute l’Histoire, la guerre fut une activité essentiellement pratiquée par les hommes. Ce quasi-monopole des hommes pour le combat corrèle avec une valorisation sociale très élevée de qualités militaires utiles comme le courage, la discipline, le leadership et la loyauté au groupe, tous des valeurs censées appartenir exclusivement à la gent masculine. À titre d’exemple, dans l’Antiquité, les Grecs et les Romains utilisèrent les mots « homme » et « courage » comme s’il s’agissait d’un seul et même mot, tellement leur signification leur apparaissait proche. Non sans surprise, cette association de significations était corrélative des actes posés par l’homme à la guerre, si bien qu’être un homme, un « vrai », signifiait carrément être brave et soldat. Un peu à la même époque, plus précisément au VIIIe siècle avant notre ère, le poète militaire spartiate Tyrtée ne vit aucune raison de faire l’éloge d’un homme, ni même d’évoquer son souvenir, si celui-ci n’avait pas démontré les qualités requises sur les champs de bataille.

Cette association automatique entre l’homme et la vertu du courage, dans les traditions culturelles occidentales du moins, trouve des corollaires chez les femmes, des corollaires qui prennent la forme de qualités complètement opposées à celles mentionnées précédemment: la beauté physique, la soumission, l’instinct maternel, la subordination et la vulnérabilité. Par conséquent, un personnage féminin comme Lady Macbeth de Shakespeare s’arma de courage face à un acte jugé masculin, celui du meurtre, avec son fameux cri de unsex me (comme si elle voulut ne plus être femme). Cette sorte d’incompatibilité des vertus masculines et féminines fut aussi évoquée par Hérodote lorsqu’il relate la réaction du roi perse Xerxès 1er devant l’héroïsme de son alliée, la reine Artémise 1ère à la bataille de Salamis en 480 avant notre ère. Xerxès aurait crié : « Mes hommes sont devenus des femmes, et mes femmes des hommes. »

Peinture de l'artiste Shakiba représentant la reine Artémise 1ère allant à la bataille de Salamis en 480 avant notre ère. Selon Hérodote, elle aurait commandé avec brio une partie de la flotte perse, malgré le résultat final qui fut un désastre pour l'armée de Xerxès.

De la légende à la réalité, on remarque cependant que l’héroïsme féminin sur les champs de bataille servit à tempérer en partie les égos masculins. Près de 2,500 ans après le célèbre cri de Xerxès, le général américain Robert Barrow (commandant du Corps des Marines de 1979 à 1983) y alla d’une déclaration qui s’avéra conforme avec l’ère du temps, à savoir que la présence des femmes dans les unités de combats de son corps piétina en quelque sorte l’égo des soldats mâles et qu’il était nécessaire de protéger cette virilité associée à la guerre depuis toujours. Ainsi, de l’Antiquité à l’ère moderne, les hommes ne possédant pas les qualités de force et de courage ont toujours été étiquetés comme des lâches, souvent par l’emploi d’épithètes péjoratives se référant aux femmes ou à des parties de leur anatomie.

Ce langage associé à la virilité et aux « bonnes » valeurs précédemment évoquées a la fonction sociale d’amener les hommes à participer à la guerre, vue ici comme une activité effrayante et potentiellement fatale. Le désir d’afficher sa virilité en s’engageant dans ce qui est perçu dans notre culture comme étant la plus masculine des activités, la guerre, joua un rôle significatif, et ce, tant dans l’explication des origines des conflits armés que dans les capacités à entraîner les hommes à y participer.

De la responsabilité des femmes dans la masculinisation de la guerre

Dans cette optique, et c’est ce qui est souvent ignoré à notre avis, l’un des rôles des femmes à la guerre consista à renforcer les définitions de la masculinité, définitions qui encouragèrent carrément les hommes à aller à la guerre. Selon les légendes antiques, la Mère spartiate exhorta son fils à revenir des champs de bataille en conservant son bouclier (tandis qu’un lâche l’aurait abandonné) ou en reposant sur celui-ci (mort ou blessé en ayant combattu honorablement). Quelques millénaires plus tard, pendant la Première Guerre mondiale, on assista à certains phénomènes similaires attestant de la pression sociale féminine sur la gent masculine, surtout lorsque des Londoniennes tentèrent de stimuler le recrutement en distribuant à certains hommes des plumes blanches (le symbole de la lâcheté) pour ceux ne s’étant pas encore portés volontaires. D’une manière plus indirecte, des affiches de propagande montrèrent également des femmes dans les rôles de mères à protéger ou de jolies femmes triées sur le volet portant l’uniforme militaire (symbole normalement réservé aux hommes). Encore là, l’idée revient à utiliser les femmes comme éléments incitatifs à l’enrôlement des hommes.

Un vase grec ancien montrant une guerrière féminine amazone (à gauche).

Dans un autre ordre d’idées, mais faisant quelque peu suite à ce qui vient d’être dit, l’idée que les hommes devraient combattre afin de protéger les femmes fut largement valorisée à partir du Moyen Âge, en particulier lorsque les femmes, bien malgré elles peut-être, contribuèrent à l’invention de la chevalerie, dans une tentative de canalisation de l’agressivité masculine. Les femmes en moyens purent engager des troubadours qui chantèrent l’héroïsme de ces chevaliers motivés par l’amour vertueux. D’ailleurs, les contes chevaleresques louangèrent la force masculine armée par rapport à la « faiblesse » féminine non armée. D’une certaine manière, cette approche de la virilité masculine fut la conséquence de la triste acceptation du viol comme paroxysme (en dehors du meurtre) du déséquilibre de la force physique entre les hommes et les femmes, ce qui fit en sorte que les hommes qui optèrent pour la protection des femmes à travers la voie chevaleresque seraient beaucoup plus valorisés.

Représentation de Jeanne d'Arc se recueillant. Loin d'être une érudite dans l'art de la guerre, il demeure que Jeanne d'Arc constitue un puissant symbole de la gent féminine en armes à travers l'Histoire.

Comme pendant la période antique, celle du Moyen Âge vit aussi des femmes s’illustrer sur les champs de bataille. La plus connue sans doute en Occident fut Jeanne d’Arc, dont les exploits héroïques trouvèrent une conclusion brutale par sa condamnation à mort sur le bûcher pour sorcellerie alléguée. Dans les faits, il est probable que le véritable « crime » de Jeanne d’Arc fut d’avoir osé porter les armes contre des hommes, en violation de tous les codes de genre qui existèrent alors dans la société médiévale en Europe et qui réservèrent la pratique de la guerre (et le droit de porter des armes) à une classe en particulier. La chevalerie médiévale renforça l’impression que l’homme devait défendre le plus faible et le rôle de la femme consista à inspirer, voire à louanger son courage. À première vue, Jeanne d’Arc fit exactement le contraire.

Les vains efforts de la chevalerie dans sa soi-disant mission de protection de la gent féminine soulèvent une seconde vérité incontestable à propos des rôles des sexes à la guerre, à savoir que les femmes sont des trophées. Un autre exemple connu qui remonte à l’Antiquité tourne au tour d’une guerre légendaire, celle de Troie, où les adversaires combattirent pour la personne d’Hélène, reine de Sparte. Dans l’Iliade d’Homère, la symbolique de la détention d’Hélène et la querelle tragique et conséquente entre Agamemnon et Achilles reflétèrent la problématique de la répartition des trophées que furent les femmes capturées. Dans la Grèce classique, il arriva parfois que les femmes (et aussi les enfants) finissent à l’état d’esclaves, tandis que nombreuses sont les sources qui rapportent que les Romains violèrent et réduisirent systématiquement à l’esclavage les femmes des régions qu’ils venaient de conquérir. À une époque plus contemporaine, bien connus sont les cas de viols collectifs perpétrés par les soldats soviétiques à Berlin en 1945 ou par les soldats serbes en Bosnie dans les années 1990, ce qui démontre que depuis tout temps, le viol demeure une « récompense » du soldat vainqueur et un instrument de terreur.

De porteuses d’eau à combattantes de première ligne

Bien que le combat fut largement une activité masculine, la guerre en général fut loin de l’être. Par exemple, les femmes voyagèrent avec les armées pour accomplir des tâches plus ou moins officielles de cuisinières, d’infirmières, de lavandières, de manœuvres, de vivandières et de prostituées. Jusque vers la fin du XIXe siècle, l’armée britannique hébergea les épouses de soldats dans des baraquements avec leurs époux et elle autorisa un certain nombre d’entre elles à accompagner leurs maris pour le service outre-mer. Dans ce dernier contexte, les épouses de soldats reçurent des rations militaires, elles étaient sujettes à la même discipline et elles durent accomplir des tâches logistiques. Dans la marine, les vaisseaux ne dépendirent pas du travail féminin, mais lorsque les navires furent amarrés dans des ports, les capitaines se plaignirent régulièrement que de nombreuses femmes « collèrent » aux navires, c’est-à-dire qu’elles fréquentèrent des marins et qu’il était difficile de se débarrasser de celles-ci avant le départ vers une nouvelle destination.

Soldates de première ligne de l'armée soviétique pendant la Seconde Guerre mondiale. Leur beauté, leurs accoutrements et leur fière allure destinés au photographe traduisent mal la réalité, mais notons que le régime stalinien n'hésita pas à recourir à leurs services, en particulier dans le contexte du début de l'invasion de l'URSS par l'Allemagne nazie.

Tandis que l’amélioration des infrastructures militaires s’accéléra au XIXe siècle, cela amena un bannissement temporaire des femmes (sauf les infirmières) des champs de bataille européens et américains, et ce, jusqu’au moment où la montée en force des guerres « totales » du XXe siècle vit la première mobilisation d’échelle des femmes dans les organisations militaires et dans les industries civiles. Bien qu’elles furent intégrées aux forces armées, les femmes ayant endossé l’uniforme connurent diverses expériences d’un État à l’autre, surtout dans des nations qui les engagèrent massivement, comme aux États-Unis, en Union soviétique et en Israël. D’emblée, le seul emploi à grande échelle des femmes au combat le fut par l’Union soviétique au cours de la Seconde Guerre mondiale, de manière temporaire, en réponse à une crise causée en partie par l’érosion de la distinction des genres sous l’idéologie communiste. Le cas soviétique témoigne aussi de l’omniprésence de la distinction des genres à la guerre. En effet, considérant que les femmes contribuèrent à la victoire contre l’Allemagne nazie, celles-ci furent aussitôt retournées vers des tâches non combattantes et civiles au lendemain des hostilités.

Pour sa part, l’État d’Israël constitue un cas unique, car c’est le seul gouvernement qui applique en temps de paix la conscription aux femmes pour le service militaire, même si celles-ci sont moins nombreuses à servir que les hommes et que la durée du terme d’enrôlement soit plus courte. Par ailleurs, bien que le manque d’hommes aptes au combat dans les deux dernières décennies du XXe siècle ouvrit tout un éventail de nouveaux métiers militaires pour les femmes (et que celles-ci combattirent en temps de crise), elles ne servirent jamais officiellement dans les unités de combat israéliennes.

Parmi les rares gouvernements du monde à conscrire les femmes, l'État hébreu institutionnalisa cette pratique bien ancrée aujourd'hui dans la société israélienne. Ici, des soldats masculins et féminins du bataillon de combat Caracal pendant un exercice de tir. Levé en 2000, le bataillon Caracal est une unité mixte où les membres sont amenés, entre autres, à effectuer des patrouilles frontalières.

D’autre part, la montée en puissance des États-Unis à travers le XXe siècle, et surtout après la Seconde Guerre mondiale comme rempart au bloc soviétique, eut pour effet de réduire la pression sur les besoins en effectifs des armées occidentales. Par contre, dans le contexte d’expansion massive de leurs effectifs lors des deux conflits mondiaux, les États-Unis exploitèrent le pool féminin qu’avec parcimonie. Quelques petits détachements féminins de personnel médical, de clercs et de téléphonistes furent recrutés pendant la Première Guerre mondiale. De 1941 à 1945, davantage d’Américaines servirent dans toute une variété de métiers non combattants, mais au final, elles ne composèrent qu’à peine 2% des effectifs militaires.

Depuis la fin de la conscription aux États-Unis au début des années 1970, les femmes virent leur présence s’accroître dans l’armée, en partie pour combler des vides institutionnels crées à la suite du départ de nombreux soldats mâles et de la baisse des enrôlements volontaires. Par ailleurs, on s’empressa d’éliminer certaines organisations militaires comme le Women’s Army Corps, tandis que les femmes furent progressivement admises dans les académies militaires formant des officiers, laissant entendre qu’elles pourraient éventuellement atteindre des grades supérieurs comme colonel et général. Loin du 2% d’effectifs de la guerre de 1939-1945, les femmes dans l’armée américaine représentent de nos jours environ 15% du personnel, ratio qui se compare à ceux d’autres armées occidentales.

Conclusion

Les tensions inévitables résultant de l’intégration des femmes dans les forces armées, et en particulier dans les unités de combat, exposèrent davantage la nature compliquée des rapports entre la guerre et les sexes. Le problème persistera, tant et aussi longtemps que les hommes et les femmes auront le réflexe d’opérer indépendamment, en vases clos. Enfin, notons que les nouvelles notions à l’effet que les femmes peuvent être autant des tueuses que des victimes, et comme celles voulant que la valeur martiale ne distingue plus les hommes des femmes lorsque vient le temps de se battre, peuvent avoir des répercussions révolutionnaires, tant sur les modes de recrutement que sur l’ensemble des rapports entre les hommes et les femmes.

Histoire de l’organisation des armées

La structure organisationnelle

La plupart des forces militaires modernes tendent à posséder des structures organisationnelles similaires. Ces ressemblances s’observent notamment parce que bon nombre d’entre elles ont des origines politico-culturelles et une histoire communes, mais aussi parce qu’elles sont structurées selon des principes pratiques et universels d’administration qui, au final, affectent positivement la qualité de ce qui est convenu d’appeler la « chaîne de commandement ».

D’entrée de jeu, il y a généralement une différence entre l’organisation et la puissance d’une armée en temps de paix et celle en temps de guerre. L’Histoire tend d’ailleurs à démontrer que les armées qui s’adaptent le plus aisément aux exigences de la guerre sont celles dans lesquelles la structure organisationnelle observée sur les champs de bataille constitue, en toute logique, une simple réflexion de ce qu’était l’organisation en temps de paix. À titre d’exemple, des régiments sont généralement connus comme étant des « unités » et les structures plus larges dans lesquelles ils sont rassemblés portent le nom de « formations ».

À l’inverse, les régiments sont également de larges formations dans lesquelles se trouvent des « sous-unités » telles des compagnies, des pelotons et des sections. Cela dit, la terminologie peut évidemment varier selon les nations, de même qu’entre les différentes branches que sont généralement l’armée, l’aviation et la marine. Nous avons vu que l’infanterie possède ses compagnies et ses pelotons, alors que dans la cavalerie, par exemple, on subdivise la formation en escadrons, tout comme l’artillerie est organisée en batteries.

L’organisation du XVe au XVIIe siècle

À une époque (XVe et XVIe siècles) où des "entreprises" de guerre vendaient leurs services au plus offrant, celles-ci étaient néanmoins dotées de structures organisationnelles et d'une chaîne de commandement.

Nous avons écrit dans un précédent article que les origines des armées dites « modernes » remontent environ au XVe siècle en Europe, à l’époque des compagnies de mercenaires qui étaient relativement bien organisées. L’unité de base de l’époque était la compagnie, c’est-à-dire une force militaire composée bien entendu de mercenaires, mais celle-ci était aussi une entreprise commerciale, si l’on part du principe qu’elle vendait ses services et qu’elle disposait d’une clientèle établie. La compagnie de mercenaires était commandée par un capitaine dont l’officier principal était un lieutenant qui pouvait prendre la place du capitaine au besoin. Plus bas dans la hiérarchie, un officier subalterne portait les couleurs (drapeaux) de la compagnie et il possédait un titre qui reflétait sa fonction, à savoir qu’il était un enseigne.

Par ailleurs, il était possible de combiner des compagnies qui prenaient la forme de régiments sous les ordres d’un colonel. Du XVIe au XVIIe siècle, l’État tenta d’affermir son contrôle sur ces colonels, où leurs commissions d’officier furent progressivement authentifiées par la signature du monarque. De plus, les uniformes et les couleurs régimentaires représentaient initialement les armoiries ou les symboles personnels du colonel, mais ils furent à leur tour remplacés par des symboles émanant de l’État. Cette sorte de dualité symbolique se reflète toujours dans certaines armées du monde. Par exemple, nombre de régiments de l’armée britannique emportent deux drapeaux, celui du régiment et celui du monarque (ou du prince qui patronne le régiment).

Ce que l’on remarque également de l’organisation des armées à travers l’Histoire c’est que la compagnie semble être l’une des unités les plus anciennes. À travers les âges, on pense que le nombre moyen de soldats par compagnies devait tourner autour de 80, ce qui se rapproche du centurium romain. Dans un même ordre d’idées, mais à plus petite échelle, on remarque aussi la structure organisationnelle passée de l’armée prussienne qui reposait sur une unité de 8 hommes, le Kameradschaft, qui se rapprochait étrangement du conturbernium des légions romaines comprenant 10 hommes.

Ces différentes unités gagnèrent leur cohésion à travers la routine de la vie quotidienne et des habitudes développées par ce « vivre ensemble » des soldats. De plus, il était facile pour un seul homme d’exercer un commandement direct sur une si petite unité, bien que ce ne fut pas avant le XIXe siècle que ce type d’unité gagna son importance tactique. Autrement dit, la cohésion observée dans ce type d’unité aux plans administratif (facile à commander) et psychologique (tout le monde se connaît) n’avait pas son égal au niveau tactique (une fois rendu sur le champ de bataille) avant le XIXe siècle. Ces unités, le Kameradschaft ou le conturbernium, peuvent être considérées comme les ancêtres des sections d’infanterie modernes de 10 à 15 hommes.

À force de grossir, les armées durent revoir une fois de plus leurs modèles organisationnels. Dès le XVIIe siècle, les régiments commencèrent à être embrigadés, normalement sous les ordres d’un colonel sénior, soit celui ayant le plus d’ancienneté par rapport à la date où il reçut sa commission. Encore une fois, il y a certains parallèles intéressants à faire avec l’organisation de l’armée romaine. Par exemple, le régiment du XVIIe siècle ressemblait en termes d’effectifs et d’organisation à la cohorte romaine, de même que la brigade se rapprochait de ce qu’était la légion, selon les mêmes paramètres.

De par son efficacité et sa cohésion, le modèle organisationnel de l'armée romaine continua d'inspirer, et ce, plus de mille ans après la chute de l'empire.

L’expérience démontra également que les commandants pouvaient mieux administrer et commander leurs formations s’ils subdivisaient la chaîne de commandement, au sens usuel de déléguer. Ils pouvaient confier à trois ou quatre de leurs officiers supérieurs, qui leur étaient subordonnés, le commandement d’unités de plus petite taille. Le régiment pouvait notamment être divisé en bataillons ou encore voir le nombre de compagnies lui étant affectées être réduit. Ce besoin de repenser la structure organisationnelle des armées au XVIIe siècle avait été bien compris par Gustave Adolphe de Suède. Il avait réorganisé l’infanterie suédoise en mettant l’emphase sur l’unité de base qu’était une compagnie à 150 hommes. La combinaison de quatre de ces compagnies formerait un bataillon et trois de ces bataillons constitueraient une brigade.

Du XVIIe au XIXe siècle: nouvelles identités, nouvelles tactiques

En plus du sentiment d'appartenance, les régiments portaient leurs titres et/ou numéros pour des raisons administratives afin de les situer dans l'appareil organisationnel de l'armée. Par exemple, les régiments d'infanterie français au début de la Grande Guerre portaient des numéros qui les identifiaient à leurs dépôts (35e R.I. de Belfort, 43e R.I. de Lille, etc.).

Un autre aspect important de l’organisation des armées concerne les titres donnés aux unités et aux formations. Initialement, les régiments portaient le nom de leurs colonels propriétaires, qui était donc un officier sénior qui « possédait » le régiment, et dont il pouvait tirer un profit monétaire (surtout à l’époque des mercenaires), mais qu’il était peu susceptible de commander sur le champ de bataille. Il n’était pas rare dans ce contexte, en particulier aux XVIIe et XVIIIe siècles, de voir des régiments sur les champs de bataille appartenir à des particuliers, alors que d’autres régiments sur le même terrain étaient la « propriété » de l’État. C’est aussi à la même époque, dans les armées européennes, que des régiments commencèrent à s’identifier selon la région d’origine de leurs membres. Dans l’armée française, l’exemple classique demeure le Régiment de Picardie, la plus ancienne unité.

Ce principe d’« étiquetage » des régiments dans le but d’inculquer un certain esprit de corps avait été bien compris dans nombre d’armées européennes, en particulier dans l’armée britannique. À l’époque des réformes menées par le Secrétaire d’État à la Guerre Edward Cardwell, au milieu du XIXe siècle, une unité comme le Hampshire Regiment pouvait avoir deux bataillons réguliers, l’un servant outre-mer et l’autre au pays.

À ce même régiment pouvait se greffer un Special Reserve Battalion qui avait pour mandat de fournir des renforts aux bataillons réguliers du régiment, qui lui-même comprenait des bataillons territoriaux, habituellement des unités de réserve servant au pays et composées de soldats plus âgés. L’importance qu’occupe le bataillon, qui demeure l’unité tactique de base, est particulière à l’armée britannique, car dans la plupart des autres armées du monde, cette unité ne possède pas d’identité distincte et n’est que rarement séparée du reste du régiment aux fins opérationnelles.

Aux XVIIe et XVIIIe siècles, il n’y avait pas d’organisation tactique permanente dans l’infanterie sous le niveau de la compagnie. À cette époque, un terme comme celui de « peloton » référait soit à des soldats d’infanterie légère dispersés de façon hasardeuse parmi les rangs de la cavalerie afin de lui fournir un appui-feu; sinon il s’agissait de petites unités ad hoc opérant à l’intérieur d’un bataillon ou d’un régiment afin de harceler l’ennemi par de brèves volées de tir avant l’engagement principal.

C’est au moment de l’abandon progressif des tactiques linéaires (ex: le tir en volées sur plusieurs rangs) et de l’augmentation de la puissance de feu que les pelotons gagnèrent une identité permanente et, par-dessus tout, des fonctions tactiques plus précises. Dans plusieurs armées, le peloton devint la plus petite unité commandée par un officier sur une base quotidienne et permanente, souvent un lieutenant ou un sous-lieutenant. D’ailleurs, au moment où éclate la Première Guerre mondiale, le peloton est une structure déjà bien implantée dans les armées du monde, même qu’il était régulièrement l’unité tactique de base à la fin du conflit.

À un niveau supérieur, celui de la brigade, l’organisation connut à son tour des développements importants, du XVIIIe siècle jusqu’au début du XIXe. C’est également à cette époque que les armées commencèrent à être subdivisées en divisions comprenant plusieurs brigades qui rendaient les manœuvres plus aisées. Par exemple, les brigades pouvaient se déplacer en empruntant différentes routes, leurs trains de bagages seraient moins encombrants et il serait plus facile de réquisitionner la nourriture et le fourrage nécessaires.

Croquis d'une unité de l'infanterie de ligne française lors des guerres révolutionnaires. Le tournant du XVIIIe siècle fut une période de réformes militaires majeures dans les armées européennes, en particulier au plan organisationnel.

Quant aux divisions, qui comprennent au minimum deux brigades, celles-ci existaient dès le dernier quart du XVIIIe siècle, mais elles étaient soit des formations ad hoc pour une campagne spécifique ou des entités purement administratives, malgré que les travaux de certains généraux et penseurs militaires de l’époque tels le comte de Guibert et Pierre-Joseph Bourcet pavèrent la voie en ce sens. Le premier exemple organisationnel, qui fit « école » par la suite, fut celui de la division en vigueur au temps des guerres dans la France révolutionnaire. Cette division des années 1790 comprenait les trois armes, soit douze bataillons d’infanterie, un régiment de cavalerie et une artillerie à 32 canons.

L’armée française fut également une pionnière en ce qui a trait au regroupement de divisions en corps d’armée. Chaque corps comprenait de deux à quatre divisions, une brigade (ou division) de cavalerie légère, avec de l’artillerie, des ingénieurs et des unités de transport. Le corps d’armée était la formation tactique au cœur du système militaire napoléonien, à savoir une formation de 25,000 à 30,000 soldats qui pouvaient manœuvrer indépendamment du reste de l’armée. Bien dirigé, le corps pouvait combattre sur une longue période ou, lorsque nécessaire, éviter l’affrontement, si bien qu’il manœuvrait selon les circonstances. La campagne de Jena/Auerstadt de 1806 montra l’utilisation optimale d’un corps d’armée à l’époque napoléonienne.

À l’ère des armées de masse

La prochaine innovation majeure concernant l’organisation des armées n’apparut qu’un siècle plus tard. La conscription universelle commença à être généralisée parmi les grandes puissances européennes (sauf l’Angleterre) au tournant du XXe siècle et l’on vit l’apparition des armées de masse. Ces armées en campagne comprendraient un minimum de deux corps d’armée et ces grandes formations seraient généralement numérotées. Par exemple, à l’époque de la guerre franco-prussienne, les Prussiens avaient trois armées simplement numérotées de 1 à 3 sur le terrain.

Plus tard, en 1914, l’expérience montra aussi qu’il était difficile pour un commandant en chef de voir à la direction de plusieurs quartiers-généraux d’armées, si bien que, tant sur les fronts est et ouest, l’on jugea bon de créer des groupes d’armées. Ceux-ci recevaient généralement un titre correspondant au lieu géographique de leur théâtre d’opérations ou de la fonction qu’ils occupent dans l’ensemble du dispositif militaire sur le front. À titre d’exemple, une formation peut recevoir le titre de Groupe d’armées centre ou Groupe d’armées de réserve, ou encore être attitrée en l’honneur de celui qui la commande, comme le Groupe d’armées du Prince de la Couronne. En Russie, le terme Front apparaît régulièrement dans la structure de commandement russe ou soviétique, comme le Premier Front d’Ukraine, en référence au groupe d’armées en opération dans cette région ou qui avait commencé la campagne à partir de ce secteur lors de la Seconde Guerre mondiale.

Carte des opérations sur le front de l'Est en 1941. On remarque, par exemple du côté allemand, le regroupement d'armées en "groupes d'armées", comme le Groupe Nord, Centre, Sud, etc.

L’organisation militaire continua d’évoluer jusque vers la fin du XXe siècle. Les structures divisionnaires varièrent sensiblement, si bien que l’on vit apparaître des divisions blindées, motorisées, de montagne, de parachutistes, d’infanterie mécanisée et de marine. Pendant la Guerre froide, tant l’OTAN que le Pacte de Varsovie disposaient de structures militaires permanentes dans la région centrale de l’Europe, si bien que des générations de soldats se sont exercées au sein de leur corps national, qui lui-même se trouvait dans une entité multinationale sous forme de groupes d’armées.

De plus, c’est probablement dans le contexte de l’après Guerre froide, alors que l’Europe se cherchait une nouvelle identité (militaire) qu’il fut possible de mettre sur pied une structure organisationnelle française, allemande et espagnole de niveau de corps d’armée. Dans un même ordre d’idées, notons l’existence du Corps allié de réaction rapide de l’OTAN qui regroupe des forces de la plupart des états membres autour du modèle organisationnel britannique.

Conclusion

Au début de ce nouveau millénaire, l’absence de menace directe de l’ampleur de celle connue lors de la Guerre froide fut remplacée par une multiplicité d’autres risques généralement associés à la mouvance terroriste. Par conséquent, les planificateurs militaires doivent davantage penser en termes de structures armées « modulaires » qui peuvent être rapidement mobilisées pour accomplir des tâches spécifiques. Cela implique forcément l’éclatement d’anciennes structures organisationnelles.

Il est peu probable, par exemple, que l’on revienne à la structure du groupe d’armées, voire à celle de l’armée, hormis peut-être parmi les puissances de ce monde qui entretiennent toujours de larges forces en temps de paix. Finalement, l’inverse est tout aussi possible, dans la mesure où les plus petits blocs comme le bataillon, la compagnie et le peloton demeureront, car ils sont à la base du développement et du maintien d’un sain esprit de corps parmi des hommes qui se côtoient au quotidien.

D'une époque à l'autre et d'une culture à l'autre, l'organisation militaire répond d'abord et avant tout au besoin des hommes d'être ensemble, dans la paix comme à la guerre.

Du concept de l’honneur

Une valeur fondamentale

L'honneur s'inscrit dans les cultures militaires du monde entier. Il défie les âges et guide l'action des soldats.

Pris au sens du plus haut respect, de la gloire, du crédit, de la réputation et de l’adhérence à ce qui est juste, l’honneur est une valeur, voire une dimension qui a toujours été associée à la conduite de la guerre. Pour le chevalier médiéval, le sens de l’honneur constituait un facteur contrôlant à la bataille, l’empêchant en principe de fuir devant l’ennemi. L’idéal médiéval est personnifié par la célèbre Chanson de Roland. Roland avait accepté de livrer bataille contre un ennemi largement supérieur en nombre, même s’il savait qu’il aurait pu fuir lorsqu’il était temps. Mais Roland se considérait comme un chevalier honorable, alors il choisit l’affrontement, surmonta son envie de fuir et mourut héroïquement.

L’honneur du chevalier figure au centre du texte de la Chanson de Roland parce que, selon ses rédacteurs, celui-ci craignait par-dessus tout non pas la mort, mais l’accusation de lâcheté. Cependant, au-delà de la légende, l’expérience pratique et la nature humaine ont montré que ce n’est pas tout le monde qui s’est accordé la possibilité de mourir en sachant pertinemment que l’armée était vaincue. Les batailles perdues ne signifiaient pas nécessairement des guerres perdues, bien que cela puisse être le cas si les vaincus se laissent tuer. Dans ces circonstances, l’honneur doit être réconcilié avec ce besoin de combattre à nouveau… pour l’honneur!

En théorie, l’honneur de la chevalerie autorisait seulement deux avenues en temps de guerre: la mort ou la capture. Lors de la Troisième Croisade, le Maître des Templiers refusa de fuir la bataille quand c’était possible et fut, non sans surprise, tué. Le Maitre croyait que s’il prenait la fuite, ce serait non seulement son honneur personnel qui en prendrait un coup, mais également l’honneur de l’Ordre. Par contre, on finit par établir une distinction entre, d’une part, un individu qui fuit la bataille lorsque l’issu demeure incertain et, d’autre part, la retraite ou la fuite collective d’une armée faisant face à la défaite. À cet égard, les Templiers fournirent la règle généralement acceptée en cas de défaite: une fois que les chrétiens étaient si près de la déroute que leurs bannières avaient disparu, le Templier pouvait s’échapper là où il lui plaisait.

La pérennité et l’élargissement de la notion d’honneur

À partir du début du XIXe siècle, le concept de l’honneur était relativement interprété de la même façon. Par exemple, certains officiers de l’armée du Duc de Wellington ne cherchaient pas à se sacrifier inutilement. En fait, c’était la manière avec laquelle ils faisaient face à la mort qui les préoccupait. Celle-ci était une idée abstraite, qui influençait leur comportement et les amenait à prendre des risques. Si la mort devait survenir, il fallait l’accepter. Les officiers étaient certes préoccupés par leur image, mais c’était le reflet de cette image auprès de leurs confrères qui comptait. Cela pouvait se démontrer, par exemple, par le refus de l’officier de recevoir des traitements médicaux à la suite d’une très grave blessure, ou encore en acceptant calmement et stoïquement l’ordre d’une mission dangereuse.

Un officier qui reçoit l’ordre de mener ses hommes à l’assaut n’est pas sans savoir qu’il y a de fortes chances qu’il risque de ne pas en revenir. Dans son esprit, il se doit d’afficher un calme dans l’acceptation et l’exécution de cet ordre. Par conséquent, la mort incarne l’idéal de l’honneur à travers toute cette dimension du devoir et de l’attitude du bon officier. De plus, les officiers démontraient leurs capacités à maintenir l’ordre dans leurs rangs, aussi bien au campement que dans la conduite d’une bataille. Pris individuellement, les officiers sont des gentlemen et cela se reflétait dans leurs comportements et attitudes. Pour tout cela, la notion de l’honneur se rattache à ce que l’officier dégage par rapport à ses confrères, de même qu’à l’image qu’il projette face au reste du régiment.

L'infanterie française vers 1914. Un officier dirige la manoeuvre de ses hommes.

Avec le temps, la définition de l’honneur s’est élargie et, par-dessus tout, elle n’est plus réservée qu’à une certaine élite. Frédéric II de Prusse croyait que seuls les gentlemen devraient devenir officiers parce qu’eux seuls étaient capables d’être guidés dans leurs gestes par la notion d’honneur. Néanmoins, le test de la réalité montra que la situation était fort différente. Par exemple, cette armée allemande, que Frédéric contribua à forger, était parvenue aux XIXe et XXe siècles à inculquer un sens de l’honneur qui transpirait dans tous les rangs.

La cohésion sur le champ de bataille était promue par le désir des hommes du rang d’être soudés entre eux, c’est-à-dire de rester ensemble, peu importe ce qui arrive. L’honneur, qui apparaît ici sous sa forme abstraite, était remplacé par un désir bien concret de ne pas laisser tomber ceux qui étaient nos camarades. Cela permet de comprendre en partie pourquoi des hommes ont défendu des bouts de terrain ou des bouts de tissus, sans trop se demander si on se rappellerait ce qu’ils ont fait.

La dimension culturelle

Pendant la Seconde Guerre mondiale, les soldats japonais allaient à la bataille, armés d’une solide culture de l’honneur pour les soutenir. Pendant des siècles, la caste guerrière des samouraïs du Japon avait mis l’emphase sur la nature première de l’honneur et de la loyauté. Elle avait codifié la pratique de l’honneur en produisant le fameux bushido (la voie du guerrier), que les officiers de l’armée impériale japonaise s’assuraient de garder vivant. Le bushido était le concept d’une vie héroïque qui excluait la faiblesse et devait amener le guerrier à l’accomplissement d’un service parfait et irréprochable.

Le bushido engendra une forme d’héroïsme qui impressionna les étrangers, en particulier ceux qui eurent à combattre les Japonais. Par exemple, toujours pendant la Seconde Guerre mondiale, peu d’unités des forces alliées défendirent leurs positions jusqu’au dernier homme. Pour les Japonais, la capitulation, même lorsqu’elle est envisagée dans une situation désespérée, n’est nullement une option. La capitulation signifie tout simplement la disgrâce. Par conséquent, le fait de combattre jusqu’au dernier souffle n’avait rien de bien extraordinaire pour les Japonais.

Des guerriers samourais vers 1900. L'honneur était sacré, le bushido codifiait ce concept.

C’était en quelque sorte la routine et rares étaient les soldats japonais non blessés à être faits prisonniers. Par exemple, à peine 216 des quelque 20,000 soldats de la garnison d’Iwo Jima furent faits prisonniers au printemps de 1945. Inversement, cela produisit un phénomène d’une cruauté révoltante. Les prisonniers qui, en vertu des standards du bushido, avaient le malheur d’être capturés par les Japonais pouvaient s’attendre à subir de mauvais traitements. Il en allait de même pour les populations civiles des pays ennemis qui étaient sujettes au viol, au massacre et à la torture.

L’honneur, qui peut produire le plus noble des comportements sur le champ de bataille et inspirer des actes extraordinaires de courage, avait également fini par se rendre coupable en provoquant quelques-unes des pires manifestations de barbarie commises par des militaires.