Étiquette : Aviation

La Bataille d’Angleterre (1940)

Introduction

La bataille d’Angleterre se déroula de juillet à octobre 1940 et elle fut un engagement aérien majeur de la Seconde Guerre mondiale, en empêchant une invasion du sol britannique par l’Allemagne. Pour remettre les choses en contexte, rappelons simplement que l’armée allemande avait rapidement conquis le nord-ouest de l’Europe entre avril et juin de la même année. La France tombée, la seule résistance sérieuse qui put s’offrir à l’armée allemande résida dans ce qui restait de l’armée britannique, qui avait évacué le continent depuis Dunkerque, de même que par la Royal Air Force (RAF) et la Royal Navy.

Étonné de constater que l’Angleterre n’avait pas capitulé ou demandé la paix, Hitler ordonna à ses généraux de préparer un plan d’invasion des îles Britanniques. Ce faisant,  il apparut évident, à l’époque, que le contrôle complet du ciel devint une condition essentielle au succès de l’entreprise. Par conséquent, l’état-major allemand se mit au travail et présenta à Hitler un plan d’invasion qu’il approuva, et ce, moins d’un mois après la fin de la campagne de France. Doté du nom de code Seelöwe (Otarie), la phase initiale de l’opération devait commencer à la mi-août 1940. Ainsi, le calendrier élaboré pour l’invasion reposa sur l’assurance donnée par le Reichsmarschall Goering, le commandant en chef de la Luftwaffe, que la RAF serait rapidement éliminée du ciel. Prévue pour la mi-août, l’invasion débuta en fait le 10 juillet (selon la perspective britannique), lorsque la Luftwaffe et la RAF s’affrontèrent au-dessus de l’Angleterre et de la Manche, au moment où les bombardiers allemands attaquèrent les installations portuaires britanniques.

La donne stratégique: forces et faiblesses des belligérants

Dans ce contexte, il est important préciser que la RAF allait affronter un adversaire de taille. En effet, la Luftwaffe disposa, à la mi-juillet de 1940, de 2,800 appareils (dont 800 chasseurs monomoteurs et près de 300 chasseurs bimoteurs) face aux 900 appareils de chasse britanniques chargés de les intercepter. De plus, soulignons qu’une quantité non négligeable de pilotes allemands bénéficiaient déjà d’une expérience appréciable du combat aérien. Certains s’étaient portés volontaires pour combattre aux côtés des nationalistes lors de la Guerre civile espagnole (1936-1939), tandis que d’autres avaient fait campagne en Pologne, en Norvège, aux Pays-Bas et en France.

À cela, les Allemands disposèrent de plus de 1,200 bombardiers, mais cet avantage apparut bien relatif. Pour être efficaces et bien protégés, les bombardiers dépendirent des appareils de chasse censés les escorter. Dans ce contexte, les monomoteurs Messerschmitt BF-109 avaient un rayon d’action qui leur permettait de survoler le sud-est de l’Angleterre pendant une période maximale de vingt minutes seulement, et ce, même si les appareils décollaient de bases situées dans le nord de la France et de la Belgique. En d’autres termes, dès qu’ils survolaient la zone en question, les pilotes de chasse allemands devaient éviter de s’aventurer trop profondément et de voler trop longtemps, sinon ils n’auraient pas assez d’essence pour rentrer.

Mal escortés par des chasseurs au trop court rayon d'action, les bombardiers de la Luftwaffe furent plus souvent qu'à leur tour laissés à eux-mêmes. Ils constituèrent des cibles faciles pour la chasse britannique.

Pour leur part, la carence du nombre désavantageait assurément les Britanniques, mais encore là, tout demeurait relatif. Considérons qu’à l’été de 1940, l’Angleterre pouvait compter sur un impressionnant réseau d’une cinquantaine de stations radars de longues et courtes portées capables de repérer et suivre les déplacements des escadrons ennemis, en lien avec des stations radios capables de relayer rapidement l’information aux pilotes. Ainsi, les radars purent fournir à la RAF des informations cruciales sur les intentions ennemies, ce qui permit de guider les appareils britanniques vers les points les plus névralgiques du front aérien. En clair, l’Angleterre avait désormais des yeux et des oreilles. Les Britanniques jouissaient également d’autres avantages, notamment celui de pouvoir décrypter les transmissions codées allemandes et d’avoir eu en la personne du maréchal de l’Air Hugh Dowding, le commandant du Fighter Command, un excellent organisateur et judicieux stratège.

Parmi la liste des nombreux avantages favorisant les Britanniques, n’oublions surtout pas qu’ils allèrent livrer la bataille au-dessus du territoire national. Cela leur permettrait de faire un usage optimal du rayon d’action de leurs magnifiques appareils de chasse que furent les Hurricane et les Spitfire. Aussi, s’ils étaient abattus, les pilotes qui pourraient s’éjecter tomberaient en zone amie et seraient secourus par les soldats ou les civils. Par ailleurs, l’industrie aéronautique britannique opéra au maximum de ses capacités et elle fut secondée par une efficace organisation d’équipages au sol capables de réparer rapidement les appareils endommagés et ainsi les remettre en service. Bien entendu, la perte de nombreux pilotes qualifiés fit mal à la RAF, mais à terme, elle s’en remit davantage si l’on compare aux pertes similaires de compétences enregistrées par la Luftwaffe.

Au plus fort de la bataille, les périodes de repos étaient rares pour les pilotes et mécaniciens britanniques. Sitôt revenus au sol pour faire le plein d'essence et de munitions, il fallait redécoller, parfois avec des appareils endommagés. On remarque à droite de la peinture la présence (fictive?) du premier ministre Churchill.

La bataille: les difficultés allemandes à maintenir le cap

Cela étant, on remarque que Hitler ordonna, le 1er août, un changement de stratégie, car les assauts aériens contre les navires et les installations portuaires britanniques en juillet n’apportèrent pas les résultats escomptés. Ordre fut alors donné de concentrer les efforts directement contre la RAF, en attaquant ses appareils dans les airs, ses bases et ses stations radars. À cet égard, la journée du 13 août 1940 fut des plus intenses dans les airs, mais elle traduisit également un manque de coordination (sinon une confusion) dans la stratégie aérienne allemande. Notons qu’au cours de cette journée, la Luftwaffe exécuta 485 sorties de bombardiers et 1,000 pour les chasseurs, qui tous attaquèrent les ports de la Manche et les bases aériennes des comtés du Hampshire et du Kent.

La Luftwaffe perdit 45 appareils cette journée contre 13 pour la RAF. Deux jours plus tard, les Allemands enregistrèrent des pertes de 75 appareils contre 34 pour les Britanniques. Quant à la journée du 20 août, elle fut probablement l’une des plus terribles de l’histoire de la guerre aérienne. Le ciel britannique était chargé de centaines d’appareils, ce qui fit dire au premier ministre Churchill qu’en aucun moment dans l’histoire des conflits armés, une si grande population fut redevable à une si petite quantité d’hommes (les pilotes de la RAF).

Si on lit entre les lignes, on peut en déduire que Churchill était conscient à cette date que la RAF était en mesure de « gérer » la bataille, c’est-à-dire qu’elle put anticiper les mouvements ennemis et, bien que les ressources britanniques soient limitées, poser les gestes conséquents. Le ratio des pertes favorable aux Britanniques fut donc un élément prometteur, mais ce qui fit le plus mal aux Allemands, à notre avis, fut ce manque de constance dans leur stratégie aérienne, carence que nous venons d’évoquée. Prenons un autre exemple. Le 24 août, l’aviation allemande concentra ses assauts contre les bases et les industries aéronautiques, alors que le travail de destruction des stations radars et autres réseaux de communications n’était même pas achevé.

De l'autre côté de la Manche, les pilotes et mécaniciens de la Luftwaffe trimèrent dur afin de maintenir une cadence d'opération qui s'avéra infernale pendant l'été et l'automne de 1940.

Deux semaines plus tard, le 7 septembre, la Luftwaffe changea à nouveau de stratégie. N’ayant pas réussi à contrôler le ciel, tout en étant ignorants des sérieuses faiblesses de la RAF (manque de pilotes, d’avions, difficultés des réparations, etc.), les Allemands envoyèrent 300 bombardiers escortés de 600 chasseurs dans une attaque directe contre la cité de Londres. Cette manœuvre marqua le début du fameux Blitz, qui consista en des assauts sporadiques de bombardiers contre la capitale britannique jusqu’en mai 1941. Dans la semaine qui suivit, l’assaut fut élargi afin d’inclure d’autres villes pour atteindre son apogée le 15 septembre avec un raid de jour contre Londres, où la Luftwaffe enregistra des pertes effarantes.

La bataille dans le ciel de l’Angleterre se poursuivit jusqu’à la fin d’octobre, mais les combats les plus intenses se déroulèrent au cours de la période du 15 août au 15 septembre. Pendant ce mois, la RAF perdit précisément 201 pilotes tués et 493 appareils, alors que la Luftwaffe déplora la perte d’au moins 1,100 aviateurs et 862 avions. Par ailleurs, les services d’intelligence britannique purent amasser suffisamment d’informations pour conclure que Hitler avait effectivement ordonné, le 17 septembre, un report de l’opération Seelöwe. Cela ne signifia pas un arrêt complet de l’offensive, mais seulement un report de l’invasion terrestre (report qui fut définitif). De plus, la menace demeura, car les observations démontrèrent que Hitler laissa dans les divers ports de la Manche sous contrôle allemand quelque 1,000 embarcations maritimes de transport de troupes. Toujours à la fin de 1940, il sembla évident que Hitler eut l’esprit ailleurs et ordre avait déjà été donné à son état-major de préparer des plans pour une invasion de la Russie.

Conclusion

Dans les faits, et bien que la date précise puisse varier selon les sources, on peut affirmer que la Bataille d’Angleterre était terminée à la fin d’octobre 1940. À ce moment, la Luftwaffe avait perdu environ 1,800 appareils et 2,500 aviateurs, tandis que la RAF déplorait des pertes de 1,100 avions et 550 pilotes. On retient de la Bataille de l’Angleterre l’émergence de toute une série de technologies, comme le radar, de même que l’importance de la contribution de la recherche scientifique et des applications technologiques comme des éléments ayant largement contribué à la victoire britannique.

La Bataille d’Angleterre constitue également la première défaite majeure de l’Allemagne depuis le début des hostilités et un prélude à la défaite finale. La bataille démontra hors de tout doute le besoin de contrôler le ciel le plus longtemps possible afin d’obtenir la victoire terrestre. Aussi, et bien que nous n’avons pas élaboré le volet politique, la bataille s’inscrit dans un contexte de fortes luttes internes, tant au sein de la Luftwaffe que de la RAF, quant à la stratégie à adopter et aux types de ressources à consacrer, pour ne nommer que quelques problèmes.

Parallèlement, cette bataille, comme dans bien d’autres, nous révéla des épisodes épiques de courage et d’abnégation de part et d’autre. Sans surprise, la Bataille d’Angleterre figure parmi les plus grands engagements aériens de l’Histoire.

Un élément du mémorial de la Bataille d'Angleterre situé à Folkestone. Cette sculpture représente un pilote de la RAF, dans l'attente de redécoller.

Le concept du Blitzkrieg : une mise au point

Introduction

Puissant symbole du Blitzkrieg, le bombardier allemand en piqué Junker-87 Stuka.

Guerre rapide, éclair et tactiquement révolutionnaire pour les uns, le concept du Blitzkrieg correspond à l’avance agressive d’armées allemandes en apparence invincibles, si bien que le mot en soi frappa l’imaginaire de nombre d’historiens et du grand public intéressé par l’étude de la Seconde Guerre mondiale. Il est vrai que cette dernière affirmation renferme une part de vérité, mais il est également important, croyons-nous, de faire une mise au point sur la signification réelle du concept, de même que son utilisation dans la littérature de ce conflit.

Précisons d’emblée que le Blitzkrieg figure parmi les concepts militaires les plus utilisés, et surtout parmi les énoncés les moins bien compris de l’histoire militaire du XXe siècle. Historiquement parlant, on trouve les origines du Blitzkrieg, si l’on peut dire, dans l’« état d’esprit » de l’armée allemande défaite, au lendemain immédiat de la Première Guerre mondiale. Plus précisément, l’armée allemande dirigée par le chef d’état-major Hans von Seeckt entreprit au début des années 1920 une vaste étude de la guerre de 1914-1918 et des leçons à en tirer. De cette analyse d’envergure, l’armée fit un premier constat, qui nous apparaît fort intéressant et révélateur, à savoir que les tactiques et les concepts opérationnels développés au cours des deux dernières années de la guerre avaient été efficaces. Cela ne signifia en rien qu’il fallut reproduire le même schème, mais les expériences qui en avaient été tirées allèrent assurément aider la nouvelle armée allemande de la période de l’entre-deux-guerres à raffiner sa doctrine tactique.

L’« école » de 1914-1918

Le général Hans von Seeckt, le commandant en chef de la Reichwehr dans les années 1920. Sa vision de la guerre et ses efforts afin de réorganiser l'armée jetèrent les bases qui permirent à ses successeurs de poursuivre l'oeuvre de modernisation.

Cela dit, Seeckt faisait ici référence aux tactiques d’infiltration qui avaient été particulièrement efficaces au printemps de 1918, notamment sous la direction du général Oskar von Hutier. À l’époque, celui-ci préconisa une technique d’assaut qui prévoyait d’abord le recours à un bref, mais dévastateur barrage d’artillerie qui emploierait beaucoup d’obus à gaz et fumigènes, suivi d’une attaque d’infanterie menée par des unités d’assaut spéciales. Équipées d’une variété d’armes telles des fusils, des grenades, des pistolets-mitrailleurs et des lance-flammes, ces unités avaient pour mission particulière de percer le front ennemi en ses points les plus vulnérables.

Une fois les objectifs de premières lignes clairement identifiés, les unités d’assaut spéciales devaient s’en emparer et faire en sorte d’atteindre les lignes arrière du front ennemi, dans le but de capturer ses quartiers-généraux, ses dépôts et ses lignes de communication. Un autre aspect important de la théorie de Hutier sur les tactiques d’assaut consista pour les assaillants à ne pas s’attarder sur un point de résistance, mais plutôt de l’isoler, le contourner et poursuivre l’avance. Ce faisant, il reviendrait au corps principal de l’infanterie lourde suivant les forces d’assaut à s’acquitter de cette tâche. Toutes ces tactiques connurent d’incroyables succès contre les Russes lors de la bataille de Riga à l’automne de 1917, de même contre les Italiens à Caporetto à la même époque, ainsi qu’au moment des phases initiales des offensives sur le front Ouest au cours de la première moitié de 1918.

Malgré qu’elle ait effectivement perdu la guerre, l’armée allemande crut que ces concepts, combinés avec la technologie appropriée, pouvaient effectivement apporter la victoire. C’est ainsi que l’armée passa les quinze années suivant la fin de la guerre à améliorer les technologies associées aux chars d’assaut, aux véhicules blindés et aux avions, de sorte à forger une nouvelle doctrine tactique. D’ailleurs, mentionnons que ces réflexions de la période de l’entre-deux-guerres n’avaient rien de secret, dans la mesure où elles étaient publiquement débattues dans divers périodiques du monde des affaires militaires. De plus, l’Histoire retient souvent le nom de Heinz Guderian comme la grande figure pensante du renouveau de la pensée tactique allemande, mais les contributeurs furent beaucoup plus nombreux, du moins parmi les puissances militaires qui purent consacrer des ressources aux études doctrinales (Rommel, Guderian, Hart, Fuller, de Gaulle, etc.). L’idée étant de traduire en actions concrètes, par des manœuvres expérimentales sur le terrain, des concepts qui verront naître d’importantes structures organisationnelles telles les divisions motorisées et de Panzers.

Le Blitzkrieg : les faits

Par ailleurs, un autre élément du problème qui peut étonner, ou du moins surprendre quelque peu est le fait que le mot Blitzkrieg n’apparaît que rarement dans la littérature militaire allemande de l’entre-deux-guerres. C’est particulièrement le cas des analyses qui se penchèrent sur la guerre terrestre. Plutôt, on employa le concept de Bewegungskrieg, qui peut se traduire littéralement par guerre de mouvement. La seule mention du mot Blitzkrieg sembla paraître dans certaines publications qui s’intéressèrent alors aux nouvelles tactiques de la guerre aérienne. Vulgairement résumé, le concept était défini comme un coup fatal que la Luftwaffe devrait asséner à une force aérienne ennemie ayant déjà un genou à terre.

Dans son essence intellectuelle et au niveau des premières expériences pratiques, le Blitzkrieg put ressembler au dernier exemple évoqué. Ainsi, une campagne militaire débuterait par un violent assaut de la Luftwaffe afin de rapidement fournir à l’Allemagne la supériorité aérienne. Après cela, l’avance de l’armée serait précédée par des divisions de Panzers, elles-mêmes appuyées par des divisions d’infanterie motorisées. Organisées à l’échelon du corps d’armée, ces unités viseraient, comme en 1918, à percer profondément le front ennemi, détruisant au passage ses quartiers-généraux, ses dépôts et ses lignes de communication. Une fois les unités ennemies encerclées, les divisions d’assaut allemandes s’arrêteraient, se placeraient en position défensive, puis elles attendraient la contre-offensive des forces emprisonnées.

Le Blitzkrieg tire ses origines de l'expérience acquise par les troupes d'assaut spéciales (Stosstruppen) à la fin de la guerre de 1914-1918. L'idée demeure simple: attaquer en force un point précis pour fixer l'ennemi, puis le déborder sur les flancs et poursuivre l'avance.

Pour sa part, l’armée de terre allemande, composée de divisions d’infanterie à pied (dépendantes de leurs chevaux pour assurer leur logistique), avancerait à son rythme, indépendamment des divisions motorisées. La mission des divisions à pied serait d’établir la liaison avec les unités motorisées afin de resserrer les mailles du filet tendu autour des forces ennemies isolées, pour finalement les détruire ou les contraindre à capituler. La finalité d’une telle opération est somme toute simple, soit amener l’ennemi dans une grande bataille d’annihilation (Vernichtungschlacht), un concept qui était déjà bien ancré dans la tradition militaire allemande, dont on peut retracer les origines jusqu’à la pensée clausewitzienne. Bien entendu, le concept avait été raffiné avec le temps, notamment sous la direction inspirée de Helmuth von Moltke (l’aîné) et plus tard sous Alfred von Schlieffen au tournant du XXe siècle. Évocatrice de la grande bataille de Cannes de l’Antiquité, cette idée d’anéantir l’ennemi au cours d’une immense bataille dite de double encerclement avait déjà un précédent dans l’histoire militaire allemande avec la victoire à Tannenberg en 1914.

Dans tout ce contexte, rappelons que certaines mésinterprétations du concept du Blitzkrieg reposent sur notre compréhension collective du rôle joué par la Luftwaffe. Dans la réalité, on assigna à l’armée de l’air allemande des missions d’ordre opérationnelles, c’est-à-dire qu’on demanda à ses escadrons d’attaquer des cibles stratégiques et opérationnelles comme les jonctions ferroviaires, les dépôts, les quartiers-généraux et les concentrations des réserves ennemies. Peu de ses ressources furent consacrées à des missions d’appui direct des unités au sol et lorsque la Luftwaffe le fit, ce fut uniquement quand les circonstances s’y prêtèrent. L’une des raisons pouvant expliquer cet état des choses fut que la coopération air-sol fit régulièrement défaut, notamment lorsque l’armée de l’air tira accidentellement sur des troupes amies au sol.

Lors d'une campagne dite de "Blitzkrieg", la force et la rapidité s'avèrent des éléments essentiels à la victoire. Cependant, rappelons un troisième élément qui est tout aussi important (sinon plus): la qualité de la coordination entre les forces motorisées (photo), les troupes à pied et l'aviation.

Conclusion

En dépit de ses imperfections, le concept du Blitzkrieg put servir la cause de la Wehrmacht, du moins lors des deux premières années de la guerre, de 1939 à 1941. Par contre, il faut garder à l’esprit que les victoires militaires impressionnantes des forces allemandes au cours de cette période le furent face à des armées ennemies qui n’étaient, pour la plupart, pas en mesure de leur barrer efficacement la route (et nous incluons dans ce volet la puissante armée française qui souffrit d’une sérieuse crise du haut commandement en 1940).

Dans de telles circonstances, la victoire, que l’on étiqueta sous l’appellation du Blitzkrieg, fut obtenue grâce à un petit nombre de divisions motorisées et de Panzers. Ces dernières ne comprirent jamais plus du quart de toute l’armée, mais elles combattirent avec détermination, sous la direction de jeunes officiers formés à la nouvelle doctrine. Ce fut lorsque l’armée allemande s’aventura en Russie en 1941 que le système s’effondra, sous les pressions combinées de l’immensité géographique et de la motorisation accélérée des forces alliées par la suite.

La conclusion que l’on peut donc tirer du Blitzkrieg est qu’après la fin de la guerre, certains auteurs tentèrent de récupérer à leur profit la soi-disant « paternité » du concept. On pense entre autres à Guderian lui-même, mais également à d’autres auteurs de la pensée stratégique comme B.H. Liddell Hart. Cela étant, et au-delà des débats entre historiens, le Blitzkrieg continuera de marquer l’imaginaire, et ce, en dépit des failles évidentes dans son application par l’armée allemande lors de la Seconde Guerre mondiale.