Étiquette : Afrique

Nécessité fait loi: l’épisode de Mers-el-Kébir (1940)

Introduction

Comme homme politique, et en particulier comme premier ministre de la Grande-Bretagne, Winston Churchill eut à prendre nombre de décisions difficiles au cours de sa carrière. Certaines de ses décisions, controversées, entraînèrent la mort de milliers d’hommes, et l’on peut se demander carrément si le coup en valut la peine. L’épisode auquel nous faisons référence est celui de l’affaire de Mers-el-Kébir du 3 juillet 1940.

Pour faire court, Mers-el-Kébir était une base navale française située près d’Oran, sur la côte algérienne. Au moment où la France dépose les armes et signe un armistice en juin 1940, la base abrite toujours certaines des meilleures unités navales du pays. Le bombardement de cette flotte par la Royal Navy britannique le 3 juillet constitua un tournant dans les relations anglo-françaises au cours de la Seconde Guerre mondiale. Considérant que la flotte française de cette époque était la quatrième plus puissante du monde, l’idée fut pour les Britanniques de l’anéantir dans les plus brefs délais, et ce, afin d’éviter que les bâtiments ne tombent entre les mains des Allemands. Ainsi, les Britanniques ne souhaitèrent prendre aucune chance, aucun risque dans ce qu’ils considérèrent, à commencer par Churchill, comme un mal nécessaire, quitte à s’aliéner les Français et voir les Allemands exploiter l’incident à des fins de propagande.

Penser l’élimination: prélude à la bataille

D’emblée, pendant la période allant de la signature de l’armistice de juin et l’incident de juillet, les Britanniques avaient immédiatement saisi les quelques navires de guerre français se trouvant dans leurs ports tels celui d’Alexandrie en Égypte. Cet incident n’était nullement un acte isolé. Il faisait partie d’une stratégie claire et précise visant à prendre le contrôle de l’ensemble de la flotte française de par le monde et d’y consacrer les ressources nécessaires à cette fin. Deux options s’offrirent alors aux Britanniques: soit interner les bâtiments et leurs équipages ou carrément les détruire au moindre signe de résistance. Le temps pressait.

Suivant cette logique, l’objectif pour les Britanniques consista à neutraliser, isoler ou détruire les bâtiments de guerre français de Mers-el-Kébir, soit quatre cuirassés, six contre-torpilleurs, de même qu’un petit bâtiment permettant le décollage d’hydravions. Cette force navale se trouva sous le commandement du vice-amiral Marcel-Bruno Gensoul. De plus, les Britanniques souhaitèrent également s’emparer d’unités navales localisées à Alger, soit sept contre-torpilleurs, quatre sous-marins et douze autres bâtiments d’un plus faible tonnage. Cela donne une idée de la mission à accomplir, qui en fut une de taille, mais Churchill voulut y consacrer les moyens nécessaires.

Ce dernier se fit de plus en plus insistant, malgré les véhémentes protestations des amiraux Dudley Pound et Andrew Cunningham, respectivement son conseiller naval et son commandant de la flotte britannique en Méditerranée. En conséquence, ordre fut donné au vice-amiral James Sommerville de quitter la base de Gibraltar avec un cuirassé, un porte-avions, deux croiseurs et onze contre-torpilleurs pour un court voyage en direction de Mers-el-Kébir qu’ils atteignirent le 3 juillet.

Le théâtre d'opérations dans l'ouest de la Mer Méditerranée. Une partie importante de la flotte française se trouva dans les ports d'Oran et de Mers-el-Kébir à l'été de 1940.

Avant d’ouvrir le feu, Sommerville voulut négocier avec l’amiral Gensoul. Il dépêcha en ce sens le capitaine Cedric S. Holland, mais Gensoul refusa de lui accorder une audience sous prétexte qu’il était à ses yeux un officier subalterne. En fait, il est probable que Gensoul voulut s’entretenir directement avec Sommerville, mais il n’est pas impossible qu’il chercha à gagner du temps en attendant de recevoir des ordres plus précis (voire des renforts) du commandant en chef de la marine française, l’amiral François Darlan.

Toujours est-il qu’à Londres, Churchill ragea devant la lenteur des événements. Holland put finalement délivrer à un adjoint de Gensoul l’ultimatum de Sommerville. Comme tout bon ultimatum, celui-ci était clair: rallier la cause des Alliés, désarmer vos navires dans des ports britanniques, voguer ensuite vers la Martinique ou vers un port américain neutre pour internement ou saborder la flotte. Si ces conditions n’étaient pas acceptées, Sommerville avait carte blanche pour ouvrir le feu et détruire la flotte française.

Pendant ce temps, à Alexandrie, l’amiral Cunningham présenta le même ultimatum à l’escadron français se trouvant dans le port. Là, Cunningham obtint du commandant français un accord conclu de gré à gré, où les bâtiments seraient vidés de leurs munitions tout en conservant le droit d’exister sous leur drapeau. À l’autre bout de la Méditerranée, la flotte française était prise dans le port, plus ou moins parée au combat, malgré que l’ultimatum avait expiré. La force de Sommerville ouvrit le feu à 17h30, le 3 juillet 1940.

La bataille

Pour résumer le type d’affrontement naval qui se déroula à Mers-el-Kébir, nous pourrions seulement dire qu’il fut bref, mais d’une violence extrême. Disposés en mer en une simple ligne de bataille et par une température impeccable, les navires britanniques bénéficièrent d’un avantage immédiat face aux navires français toujours amarrés. Disposant de meilleurs canons, les obus s’abattirent de très loin sur les bâtiments français qui tentèrent tant bien que mal de se dégager de la souricière du port. Un cuirassé français fut coulé et trois autres navires furent grièvement endommagés, tuant du coup près de 1,300 marins et en blessant environ 350 autres, le tout pour des pertes quasi nulles dans le camp britannique. Après une demi-heure de combat, l’amiral Gensoul demanda un cessez-le-feu afin de secourir des marins tombés à l’eau, ce que consentirent les Britanniques.

Le cuirassé français Bretagne en train de brûler après avoir été soumis à un violent tir de la marine britannique. Cliché pris quelques instants avant qu'il n'explose, entraînant dans la mort près de 1,000 marins français sur les 1,300 qui trouvèrent la mort en ce 3 juillet 1940.

Conclusion

Nécessité faisant loi, surtout en temps de guerre, Churchill voulut littéralement casser la flotte française et il y parvint. Ainsi, la Grande-Bretagne avait à nouveau garanti sa suprématie en mer, en particulier dans le théâtre d’opérations européen. En revanche, l’« honneur » français avec bel et bien été souillé. L’épisode ternit assurément les relations anglo-françaises, malgré que notre impression est à l’effet que nombre de Français anti-collaborationnistes aient pu voir l’incident sous un œil moins négatif qu’il en parut de prime abord.

Pour sa part, l’amiral Darlan ordonna aux bâtiments restants de sa flotte de tirer à vue sur toute embarcation militaire britannique. Naturellement, les propagandes allemande et anti-britannique de Vichy se régalèrent du fait que les Britanniques ouvrirent le feu contre des marins français, des marins en apparence désarmés et non prêts pour le combat. En conséquence, le gouvernement de Vichy rompit officiellement ses relations diplomatiques avec la Grande-Bretagne, sans oublier que cette dernière souffrit pendant un certain temps de la suspicion des Forces françaises libres à son égard.

Guerres mondiales et amertumes: un condensé de l’expérience italienne

Introduction

Les fronts où combattirent les forces italiennes lors de la Première et de la Seconde Guerre mondiale furent souvent (et incorrectement) perçus comme des théâtres d’opérations secondaires. De 1915 à 1918, ce qu’on appela le « front italien » fut concentré sur environ 650 kilomètres de territoires montagneux allant du plateau de l’Asiago, en passant dans les Dolomites et les Alpes de Carinthie, puis le long du fleuve Isonzo jusqu’à la Mer Adriatique. À l’exception d’une offensive majeure orchestrée par l’armée austro-hongroise sur l’Asiago à l’été de 1916, la majorité des affrontements eurent lieu sur un court front d’à peine 100 kilomètres le long de l’Isonzo. Lors de la Seconde Guerre mondiale, les théâtres d’opérations qui engagèrent les forces italiennes virent les belligérants s’affronter du sud en Sicile jusqu’au nord dans les Alpes, dans les Balkans, puis en Afrique, de 1940 à 1945.

La première observation qui nous vient à l’esprit est à l’effet que les Italiens combattirent au cours de ces deux conflagrations mondiales en ayant peu d’appui de la part de leurs alliés, tandis que leurs ennemis perçurent péjorativement le théâtre d’ensemble de la Méditerranée comme une zone d’opérations aux victoires faciles. En effet, avec le recul, il semble tentant de se convertir à cette séduisante perception. À titre d’exemple, en 1917, sept divisions d’élite allemandes appuyèrent les Autrichiens afin de monter une offensive d’envergure dans le secteur du village de Caporetto (Kobarid, Slovénie), un assaut aux résultats désastreux pour les Italiens.

Quelques décennies plus tard, les Alliés accordèrent en 1942-1943 la priorité de leurs opérations à l’Afrique du Nord et à la Sicile, deux théâtres où l’armée italienne fut présente en grand nombre, tout en considérant ses problèmes d’équipements et la démoralisation de ses soldats. Dans le premier cas, celui de la bataille de Caporetto, les Italiens parvinrent malgré tout à arrêter l’offensive ennemie sur le Piave sans l’aide des Alliés, dont les divisions franco-britanniques arrivèrent en théâtre une fois la bataille terminée. Les Italiens purent ensuite refaire leurs forces et vaincre leurs adversaires. Par contre, ils ne purent répéter cet « exploit » en 1942-1943, ne pouvant défendre l’Afrique du Nord, ni les Balkans, ni la Sicile.

Bien que les Italiens émergèrent victorieux en 1918, la majorité des analystes militaires de l’époque eurent une mauvaise opinion des soldats italiens, surtout à la lumière des sanglantes batailles sur l’Isonzo et aussi au lendemain de la déroute de Caporetto. Cette dernière bataille constitua le paroxysme d’une guerre mal gérée du début à la fin, si bien que lorsque l’armée italienne mit à son tour l’armée austro-hongroise en déroute à la bataille de Vittorio Veneto (octobre 1918), cette victoire passa à peu près inaperçue en dehors de l’Italie. Vingt-cinq années plus tard, les ennemis de l’Italie fasciste et l’allié allemand observèrent les déroutes de l’armée italienne en Afrique du Nord et en Grèce pour en conclure à l’ineptie, voire à l’incompétence de cet appareil militaire. En fin de compte, les succès militaires italiens obtenus en d’autres circonstances furent, comme en 1918, ignorés, sinon crédités à l’Allemagne. D’ailleurs, nombreux furent les historiens militaires italiens (Renzo de Felice, Emilio Faldella, Angelo Gatti…) qui tentèrent de redresser cette image qui colle toujours à l’armée italienne de cette première moitié du XXe siècle, mais sans véritable succès. Voilà pour le contexte général. Il nous suffirait maintenant de rappeler certains faits, en ordre chronologique. Le lecteur pourra se forger une opinion plus éclairée, nous le souhaitons.

La Grande Guerra (1915-1918)

L’Italie entra dans la Première Guerre mondiale le 23 mai 1915, à la suite des promesses de gains territoriaux que les Alliés lui firent dans le cadre du Traité de Londres, mais l’appareil militaire fut loin d’être préparé à affronter les conditions d’une guerre moderne dans les tranchées. Toujours aux prises avec les défis liés à la consolidation de sa conquête coloniale en Libye, l’Italie ne disposa pas également d’une industrie militaire capable de répondre aux besoins de l’armée, ni des matières premières en quantités suffisantes pour alimenter la machine. Par ailleurs, le budget militaire italien grossit d’un maigre 185 millions de lires de 1914 à 1915, puis d’environ 7 milliards de lires de 1916 à 1917, ce qui fit que vers la fin de la guerre, l’armée reçut de l’industrie quelque 2,2 millions de fusils modernes, 25,000 mitrailleuses et 10,000 pièces d’artillerie. Ces chiffres apparaissent impressionnants à première vue, mais toutes proportions gardées, l’industrie de guerre italienne ne put produire autant que celles des alliés franco-britanniques.

Le front italien, 1915-1918.

Par ailleurs, en mai 1915, l’armée ne disposa que d’un peu moins d’un million de fusils modernes, d’à peine 700 mitrailleuses et 2,000 canons, sans compter que le système de mobilisation des troupes connut des ratés, à l’instar des approvisionnements immédiats en matériels de toutes sortes (avions, matériel de génie, grenades, casques…). Conséquemment, le commandant en chef de l’armée, le général Luigi Cadorna, put mettre en ligne seulement 14 des 35 divisions théoriquement disponibles afin de monter de modestes offensives le long du fleuve Isonzo, réussissant à occuper Caporetto et quelques territoires entre Gradisca et Monfalcone. Malgré tout, Cadorna lança sa première offensive dès le 23 juin 1915, ce qui lui permit d’étendre une tête de pont à Plava et de pousser son front sur la rive droite de l’Isonzo.

Du 18 juillet au 3 août, les troupes italiennes prirent San Michele au cours d’une attaque localisée, cette fois avec comme objectif d’occuper les Autrichiens et ainsi relâcher la pression sur les Russes qui connurent d’importantes difficultés sur leur front. Suivant la même logique, Cadorna attaque à nouveau le 18 octobre pour relâcher la pression sur la Serbie, à la suite de l’entrée en guerre de la Bulgarie aux côtés des Puissances Centrales. En novembre, les Italiens parvinrent à percer l’important saillant autour de Gorizia, ce qui ajouta au tableau des victoires des Alliés. Cela dit, bien que la contribution italienne en 1915 ne fut pas décisive, son entrée en guerre contraignit l’Autriche-Hongrie à transférer pas moins de 14 divisions d’infanterie sur le front italien, des troupes que l’empire des Habsbourg dut prélever des fronts russe et balkanique.

Vers le printemps de l’année suivante, le 6 mars, le général Cadorna attaqua encore pour relâcher la pression sur la Russie et la France cette fois, ce qui ajouta 50,000 soldats italiens tués ou blessés en un peu plus d’un mois d’affrontements. En mai, les Autrichiens concentrèrent 13 divisions dans le Trentin pour une offensive punitive qui amènerait probablement l’Italie à la capitulation, d’après leurs estimations. Avec plus de 200 bataillons et près de 1,200 canons, les troupes austro-hongroises percèrent les lignes italiennes, qui furent défendues dans ce secteur par environ 75 bataillons appuyés par 650 canons, ce qui contraignit Cadorna à jeter toutes ses réserves dans la bataille (8 divisions) pour éviter la déroute.

Photo de soldats italiens prise vers 1915-1916 au début de l'entrée en guerre de l'Italie. On reprocha à l'Italie d'avoir déclaré la guerre malgré que l'armée fut loin d'être prête au combat. Peut-être, mais cette armée fut-elle moins préparée que celles des autres belligérants de l'époque, lorsqu'ils furent en guerre quelques mois plus tôt? Le débat reste ouvert.

En juin 1916, soit un peu plus d’une année après leur entrée en guerre, les Italiens déplorèrent la perte de près de 150,000 de leurs soldats et ils durent battre en retraite sur les bords du plateau de l’Asiago qu’ils perdirent en grande partie. Par contre, les Italiens infligèrent des pertes de 100,000 hommes aux Autrichiens pour la même période et le front se stabilisa dans le secteur du Trentin. Le 4 août, les troupes italiennes attaquèrent sur l’Isonzo, prenant Gorizia et Sabotino, tout en poursuivant les Autrichiens jusqu’au moment d’être arrêtées près de Monte Santo cinq jours plus tard.

Convaincu que des réserves fraîches pourraient amener une percée et une reprise de l’avance, Cadorna voulut garder l’initiative et user son adversaire en effectuant une rotation de ses divisions d’assaut, ce qui lui permit de maintenir une offensive divisée en trois phases qui améliora quelque peu le dispositif italien. Lors de la première poussée (14-17 septembre), la 3e Armée italienne progressa de deux kilomètres, mais les phases 2 et 3 de l’offensive (10-12 octobre et 1-4 novembre) virent les Italiens frustrés par la mauvaise température et des contre-attaques ennemies. Inquiet également face à la formation d’un saillant autrichien dans le Trentin à la suite de l’offensive de mai-juin mentionnée, Cadorna retarda sa dixième offensive sur l’Isonzo, qui ne démarra que le 12 mai 1917. Cette fois, les troupes au sol furent appuyées par des bombardiers lourds de types Caproni et quelque 2,200 canons. Par conséquent, la 2e Armée italienne put progresser sur le plateau de Bainsizza, réussissant du coup à pousser des éléments vers Monte Kuk, Vodice et Monte Santo. Or, la progression fut beaucoup moins satisfaisante sur le front de la 3e Armée, notamment parce que celle-ci manqua de canons, comme les intempéries ralentirent l’assaut, ce qui permit au général autrichien Svetozar Boroevic von Bojna de réorganiser son dispositif défensif.

Néanmoins, cette offensive du printemps-été 1917 vit les Italiens infliger des pertes de 75,000 hommes aux Austro-Hongrois, mais ils perdirent environ 110,000 combattants, ce qui amena le général Cadorna à demander l’aide de ses alliés. Exigeant, il le fut assurément, puisqu’il prétexta avoir besoin d’au moins 400 canons et 10 divisions d’infanterie afin de prêter main-forte aux 3,600 canons et 51 divisions existant alors dans l’armée italienne à la mi-1917. Même sans l’aide de leurs alliés, les forces italiennes parvinrent quand même à établir la suprématie aérienne, avancèrent de dix kilomètres et infligèrent à leurs ennemis des pertes de 110,000 hommes (pour 143,000 troupes italiennes) entre août et octobre de la même année.

Ces offensives des premiers mois de 1917 usèrent littéralement les divisions de l’armée italienne, si bien que la 2e Armée ne put tenir le coup à Caporetto, lors de l’assaut austro-allemand du 24 octobre. Cette lourde défaite italienne précipita un repli de 75 kilomètres vers le fleuve du Piave, si bien que la bataille de Caporetto devint le symbole par excellence de la soi-disant incompétence militaire italienne. Cependant, l’épisode de Caporetto représente en soi une exception, par rapport aux précédentes batailles menées par l’armée italienne. Par exemple, les Austro-Hongrois bénéficièrent du renfort de sept divisions allemandes de haute qualité, qui mirent à l’essai de nouvelles tactiques d’infiltration des tranchées qui s’avérèrent cruellement efficaces. Ce dernier point amplifia l’importance d’erreurs tactiques que peuvent commettre toutes armées sur des champs de bataille, ici par les forces italiennes dans leur défense du secteur de Caporetto. Ce désastre contraignit l’armée de Cadorna à une retraite stratégique.

Des soldats austro-allemands avec des prisonniers italiens dans le contexte de la bataille de Caporetto (octobre-novembre 1917). Probablement le pire désastre militaire de l'histoire moderne de l'Italie, l'armée italienne sut quand même se relever sans l'aide immédiate de ses alliés et reprendre ses opérations dès le début de 1918.

Souvent préoccupé par la situation dans le secteur du Trentin, Cadorna ignora les avertissements concernant un assaut imminent devant Caporetto. Les généraux austro-allemands Boroevic et Falkenhayn avaient ajouté 14 divisions supplémentaires pour appuyer les 33 présentes dans ce secteur, le tout sous la lunette des observateurs italiens qui avertirent l’impassible Cadorna. Par ailleurs, ces mêmes observateurs ne purent manquer la forte concentration de plus de 4,000 canons, autre signe imminent d’une offensive majeure. Ainsi, la bataille de Caporetto débuta à 8h, le 24 octobre 1917, sur un front large de 25 kilomètres à la suite d’un bref, mais violent barrage d’artillerie qui dura six heures. La 2e Armée italienne disposa de 25 divisions et de 2,000 canons, mais la pluie, le brouillard et les dommages causés par l’artillerie ennemie aveuglèrent les canonniers italiens, tout en distordant le système de communications à mesure que les unités ennemies progressèrent. Deux jours plus tard, l’anéantissement de deux divisions, l’isolement d’une troisième et la retraite précipitée d’une quatrième exposèrent dangereusement les flancs de la 2e Armée, tout en menaçant ceux des 1ère, 3e et 4e Armées voisines. Cette situation critique convainquit Cadorna d’ordonner une retraite générale vers la rivière Tagliamento afin de gagner du temps pour préparer une autre ligne de défense un peu plus au sud-ouest sur le Piave.

À mesure que les Italiens se replièrent derrière le Piave, Cadorna fut enfin remplacé par le général Armando Diaz au poste de commandant en chef de l’armée italienne. Ce dernier hérita du difficile mandat de redresser l’état physique et moral de son armée, qui ne compta sur le Piave que 33 divisions face à 55 divisions ennemies. Néanmoins, Diaz sembla voir le bon côté des choses dans les circonstances. Il avait alors près de 4,000 canons à sa disposition derrière le Piave, sur un front bien circonscrit à l’est par la Mer Adriatique et à l’ouest par le plateau de l’Asiago, sans oublier qu’il fit face à un adversaire complètement épuisé après une poursuite de 75 kilomètres. Au 18 décembre, avant que les renforts franco-britanniques ne puissent arriver en ligne, les Italiens étaient parvenus à consolider leurs positions. C’était l’essentiel.

La bataille de Caporetto coûta 3,100 canons et 40,000 morts à l’armée italienne. 300,000 autres soldats furent capturés ou désertèrent, en plus d’un autre contingent de 350,000 hommes qui perdirent temporairement contact avec leurs unités dans la confusion. Pour les contemporains, la défaite fut perçue comme une catastrophe où les Italiens durent assumer l’entière responsabilité, si bien que la recherche quasi paranoïaque d’un bouc émissaire imputa des fautes à Cadorna, à la classe ouvrière, aux pacifistes, voire au pape Benoît XV. Malgré tout, en juin 1918, le général Diaz put assembler 50 divisions italiennes et quatre divisions alliées sur le Piave afin de dissuader les forces austro-allemandes d’une autre offensive. Avec cette armée, Diaz lança le 24 octobre (exactement un an après le désastre de Caporetto) une offensive connue sous le nom de la bataille de Vittorio Veneto. Les 55 divisions austro-hongroises affaiblies et démoralisées furent mises en déroute, forçant ainsi Vienne à demander un armistice qui fut signé le 4 novembre. Ainsi s’achevait la Première Guerre mondiale pour les Italiens.

Les alpes à la frontière italo-autrichienne représentent tout un défi logistique auquel les belligérants firent face de 1915 à 1918. Mis à part la vallée de l'Isonzo et le plateau de l'Asiago, la majeure partie du front italien est constituée de paysages montagneux, dont certains sommets atteignent des hauteurs de 2,000 à 3,000 mètres.

Dans l’autre camp: la Seconde Guerre mondiale (1939-1945)

Frustré que les Alliés n’aient pas obtempéré totalement à ses revendications territoriales prévues dans le Traité de Londres de 1915, le régime fasciste de Mussolini engagea l’Italie dans la Seconde Guerre mondiale pour des raisons essentiellement politiques. En mars 1940, le dictateur fasciste conclut à contrecœur que l’Italie devrait entrer en guerre si elle voulut rester une grande puissance. Encore une fois, comme en 1915, son armée fut loin d’être prête. Par exemple, l’aviation ne disposa que d’à peine 1,500 appareils modernes, sans radar, ni bombardiers en piqué ou de bombardiers stratégiques. L’aviation posséda un modèle désuet de bombardier-torpilleur (reconverti d’un ancien modèle de bombardier moyen), sans oublier que dans l’ensemble, l’aviation italienne ne disposa d’une réserve de carburant que pour six mois.

Quant à l’armée de terre, celle-ci aligna sur papier 73 divisions d’infanterie dépourvues de suffisamment de canons modernes, d’armes automatiques et de véhicules moteurs. L’arme blindée connut également de sérieuses carences, n’ayant pour ainsi dire aucun char lourd et à peine 70 chars moyens M11-39, tandis que les rares divisions motorisées dépendirent d’anciens modèles de chenillettes L3-35. Un nouveau char « lourd » fut certes en production au début des hostilités, soit le M13-40 armé d’un canon de 47mm, mais il serait vite surclassé. Quant à la marine, construite pour affronter les Français en Méditerranée, elle eut rapidement à faire à la Royal Navy britannique. La flotte italienne ne comprit aucun porte-avions et peu de défenses antiaériennes pour la protection de ses bâtiments. Les croiseurs et les deux cuirassés de 35,000 tonnes furent des navires formidables, mais les canons de 320mm placés sur les rares bâtiments modernes furent outrepassés par ceux de la marine britannique, sans compter qu’aucun navire italien ne fut équipé de radar.

Capable de produire toutes les armes et équipements nécessaires pour une armée en opération lors d'une guerre conventionnelle, l'industrie militaire italienne produisit du matériel souvent inférieur et en quantités insuffisantes pour répondre parfaitement aux exigences de l'appareil militaire. Là encore, la performance d'une armée sur le champ de bataille doit être jugée en fonction de l'utilisation optimale (ou non) faite par les soldats du matériel à leur disposition.

Dans un autre ordre d’idées, l’armée italienne de la guerre de 1939-1945 souffrit de sérieuses contraintes logistiques. En d’autres termes, les lignes de communication furent trop étirées. Dès le début du conflit, Rome fut coupée de ses colonies d’Afrique de l’Est et le ravitaillement de l’Afrique du Nord posa de sérieuses difficultés. Les routes maritimes de ravitaillement s’avérèrent relativement sûres jusqu’au printemps de 1941, mais les ports de Libye ne purent décharger à peine 19 navires quotidiennement et seule Tripoli disposa d’installations portuaires modernes. La situation portuaire ne fut pas meilleure en Albanie, mais ce pays demeura la seule voie par laquelle les troupes italiennes combattant en Grèce purent être ravitaillées. Le jour où les Britanniques parvinrent à décrypter les différents codes utilisés par l’Axe, leurs unités navales et aériennes déployées à Malte infligèrent de lourdes pertes aux convois maritimes italiens, surtout en pleine nuit grâce au radar.

Cela dit, l’armée italienne entama ses opérations en 1940 suite à une série de calculs politiques. À titre d’exemple, l’Italie attaqua la France en juin afin d’obtenir un siège aux négociations d’armistice, malgré que ses troupes furent mises en échec par les forces françaises dans les Alpes. Par la suite, l’armée italienne se déploya en Égypte en septembre, mais les troupes à pied du général Rodolfo Graziani ne purent rattraper les forces motorisées britanniques qui battirent en retraite en bon ordre. Prévoyant une victoire facile, Mussolini attaqua la Grèce en octobre avec sept divisions, mais ces dernières furent arrêtées net par des forces grecques mal équipées, mais décidées à se battre sur leur sol national, ce qui contraignit les Italiens à se replier à la frontière de l’Albanie. Les sérieuses difficultés sur le front balkanique furent temporairement contenues par l’arrivée à l’état-major général d’Ugo Cavallero, le remplaçant de Pietro Badoglio. Par contre, les Britanniques ne tardèrent pas à exploiter les revers italiens en Grèce afin d’améliorer leur propre situation en Égypte.

En mer, la marine italienne battit les Britanniques à Punta Stilo en juillet 1940, mais elle perdit deux croiseurs légers au large du Cap Spada. Par ailleurs, un raid britannique sur Tarente en novembre détruisit quatre cuirassés, malgré que trois autres furent mis en service en 1941, ce qui permit à l’Italie de maintenir une relative protection pour ses convois au cours de cette année en Méditerranée. Cette période vit les Italiens lutter d’arrache-pied pour ne pas perdre l’initiative, ni le contrôle dans cette mer stratégique. Toujours en 1941, en mars, les Italiens perdirent trois croiseurs lourds face à une marine britannique bien équipée en radar lors d’une bataille navale au large du Cap Matapan, bien que la Royal Navy subit de fortes pertes en mai lors de la bataille pour l’île de Crête. D’octobre à décembre, les sous-marins allemands vinrent en renfort et ils parvinrent à couler un porte-avions et un cuirassé britanniques, tandis que des torpilles ayant à leur bord des nageurs de combat italiens purent sérieusement endommager deux cuirassés ennemis dans le port d’Alexandrie.

Ces soldats grecs marchant vers le front d'Albanie en 1940 apprirent aux Italiens une dure leçon des champs de bataille: ne jamais sous-estimer un ennemi, surtout lorsque celui-ci défend son territoire national.

À peu près un an après l’entrée en guerre, donc en avril 1941, les Italiens avaient déjà perdu 100,000 hommes en Libye et 90,000 en Grèce. Heureusement pour eux, l’intervention des forces allemandes en Grèce et à Crête relâcha fortement la pression, d’autant plus que les Britanniques décidèrent de concentrer leurs énergies sur les Allemands pour un temps. Faisant ensuite le bond de l’autre côté de la Méditerranée, les troupes allemandes repoussèrent les Britanniques vers Tobrouk puis vers l’Égypte. Les Allemands purent à eux seuls repousser une contre-offensive britannique en Égypte en mai-juin 1941, mais l’Italie dut néanmoins fournir des troupes pour une variété de théâtres d’opérations, comme en France, en Grèce, en Yougoslavie et en Afrique du Nord. De plus, l’invasion allemande de la Russie en juin vit Mussolini déployer quatre divisions qui consommèrent en tout 100,000 soldats et une partie des équipements les plus modernes de l’armée italienne jusqu’en 1943.

À l’automne de 1941, l’Italie perdit la Somalie, l’Érythrée ainsi que l’Éthiopie, ce qui força son armée à demeurer sur la défensive en Afrique du Nord pour 1942, de concert avec un allié allemand qui prit progressivement le contrôle du théâtre d’opérations. La présence italienne en Afrique du Nord connut sa fin en mai 1943, avec la capitulation des dernières forces emprisonnées à Enfidaville (Tunisie). La prochaine ligne de défense fut constituée par la Sicile, où Mussolini put aligner un peu moins de 100,000 hommes et à peine 500 canons, 100 chars, 30 canons antiaériens et 40 chasseurs face à une invasion des Alliés, dont les 70,000 troupes d’assaut furent appuyées par 6 cuirassés, 15 croiseurs, 128 contre-torpilleurs et 2,500 avions.

Signe d'une revanche envisagée ou d'une nostalgie mal avisée? Le régime fasciste italien fit imprimer cette affiche de propagande dans les jours suivant la perte de l'Afrique en 1943. On y voit un soldat italien posé devant les cadavres de ses camarades avec cet avertissement: "Nous reviendrons!". Un subtil message à l'intention des Britanniques.

Lorsque la Sicile tomba en septembre 1943, Mussolini fut chassé du pouvoir et le nouveau gouvernement italien s’empressa de signer la paix avec les Alliés. Pendant 39 mois, l’Italie contesta la domination britannique en Méditerranée, mais tandis que l’Allemagne fournit à contrecœur une assistance, les Alliés firent de ce théâtre d’opérations une priorité en 1942-1943, par l’injection des ressources nécessaires. Ceux-ci comprirent l’importance de tenir Gibraltar et Suez, tout en attirant un maximum de soldats de l’Axe sur ce front que l’Allemagne jugea a priori comme secondaire. D’autre part, l’Allemagne répondit au changement de camp de l’Italie par le déploiement de 29 divisions dans la botte et sur le front balkanique afin de parer un éventuel débarquement allié, tout en « punissant » l’ancien partenaire. À ce sujet, notons que les Italiens perdirent 18,000 hommes en combattant les Allemands pour la seule année de 1943.

Les Britanniques débarquèrent donc à Reggio di Calabria le 3 septembre et les Américains à Salerne, d’où ils purent avancer vers le nord pour prendre Naples le 2 octobre, sans opposition. Le maréchal allemand Albert Kesserling arrêta l’offensive alliée sur la Ligne Gustav de novembre 1943 à mai 1944. Lorsque les Américains tentèrent de briser l’impasse en débarquant des troupes à Anzio en janvier (1944), les Allemands purent les contenir en les coinçant dans une poche, voire une petite tête de pont jusqu’en mai. D’autres attaques lancées contre la Ligne Gustav réussirent finalement à percer dans les secteurs de la rivière Rapido et de Monte Cassino en mai, ce qui amena la libération de Rome au début du mois suivant.

En bon ordre, Kesserling ordonna la retraite au nord vers la Ligne Gothique, avec laquelle les Alliés entrèrent progressivement en contact d’août à novembre 1944, mais qu’ils ne parvinrent pas à percer avant le mois d’avril suivant. À cette date, les Britanniques attaquèrent la Ligne Gothique à Ferrara et les Américains avancèrent vers Bologne, ce qui leur permit de déboucher dans la vallée du Pô le 20 avril 1945. Bologne tomba le 21, suivie de Gênes, Milan, Vérone, Padoue, et Venise (28-29 avril). Le 29 avril, le général allemand Heinrich von Vietinghoff accepta de signer une capitulation inconditionnelle qui entra en vigueur le 2 mai.

Conclusion

Ce court récit de la participation de l’Italie aux deux guerres mondiales laisse un portrait somme toute sombre de la performance de l’appareil militaire italien. Peu d’historiens en dehors de l’Italie firent des plaidoyers afin de défendre le bilan d’une armée dont il est important, à notre avis, de remettre les actions en contexte. Le premier élément commun aux deux guerres mondiales fut que l’armée italienne ne put que rarement saisir l’initiative des opérations. Autrement dit, elle livra des batailles qui « fixèrent » des unités ennemies sur des fronts particuliers, le tout afin de soulager la pression sur d’autres théâtres d’opérations que les puissances majeures contemporaines et les historiens après coup jugèrent plus stratégiques.

Ensuite, l’industrie militaire ne livra pas toujours la marchandise. Pendant le premier conflit mondial, l’armée italienne mit en ligne un impressionnant bombardier lourd, le Caproni, mais ne put faire de même en 1939-1945. En d’autres circonstances, ce fut la logistique qui fut défaillante. Relativement courtes en 1914-1918, les lignes de ravitaillement furent beaucoup plus étirées en 1939-1945 pour l’armée italienne, ce qui isola même certaines de ses unités dans les colonies d’Afrique de l’Est.

En troisième lien, les contemporains et les historiens jugèrent sévèrement certaines batailles qui se transformèrent en de véritables débâcles pour les Italiens. Caporetto demeure un symbole à cet égard, comme les forces italiennes subirent une dégelée en 1940 face à un ennemi grec dont un parieur n’aurait certes pas misé la victoire. Dans ces deux contextes, ceux de 1917 et de 1940, nombre de raisons expliquent rationnellement les défaites. Fatiguées, mal dirigées, mal ravitaillées et en fin de compte démoralisées, les troupes italiennes subirent le sort que n’importe quelle armée, à n’importe quelle époque, mais avec des circonstances similaires, aurait subi.

Pourtant, à Caporetto, l’armée italienne parvint à elle seule à réparer le désastre, comme elle livra une lutte héroïque en Tunisie, dans les derniers jours, voire les dernières heures de sa présence en Afrique du Nord en 1943. En histoire, tout est une question de contexte, de circonstances. L’armée italienne n’y échappa pas. Elle laissa derrière elle ses morts et ses amertumes.

La Guerre d’Algérie (1954-1962)

Introduction

La Guerre d’Algérie qui se déroula de 1954 à 1962 fut une guerre de « libération nationale » dans laquelle les populations indigènes musulmanes d’Algérie obtinrent leur indépendance de la France. Suivant la conquête et la colonisation de l’Algérie dans les années 1840, la France n’avait fait que très peu afin de rendre aux populations arabes et berbères musulmanes dépossédées leurs droits politiques et économiques.

Par ailleurs, la perte de puissance, d’influence et de prestige de la France sur la scène internationale au lendemain de la Seconde Guerre mondiale eut des impacts dans les colonies sous son administration. Ces limites de la France furent démontrées par les succès des insurgés du Viet Minh lors de la Guerre d’Indochine (1946-1954). La victoire de ces derniers finit par convaincre les nationalistes algériens, dont nombreux étaient de jeunes hommes issus de classes moyennes, que l’indépendance politique ne pourrait se réaliser que par une rébellion armée.

L’organisation politico-militaire de la rébellion

Le 10 octobre 1954, des représentants des principaux groupes nationalistes algériens se rencontrèrent à Alger. De cette rencontre naquit le Front de Libération nationale (FLN) qui s’embarqua dans une révolte armée débutant le 31 octobre de la même année, par des attaques contre des installations militaires françaises, des civils et des lignes de communication et routes à travers l’Algérie.

Les six chefs du Front de Libération Nationale photographiés le 1er novembre 1954, au moment du déclenchement des hostilités. Deuxième rang, de gauche à droite : Rabah Bitat, Mostefa Ben Boulaïd, Didouche Mourad et Mohamed Boudiaf. Premier rang : Krim Belkacem à gauche, et Larbi Ben M'Hidi à droite.

La rébellion s’étendit rapidement et le FLN s’attira efficacement des appuis et sympathies, ce qui lui permit d’établir une structure organisationnelle. La direction politique de la rébellion et la responsabilité encourue d’obtenir des appuis d’États étrangers « amis » furent confiées à une « délégation externe » basée au Caire. À cela, notons que le FLN avait divisé l’Algérie en six provinces administratives et militaires (wilayas), dont les commandants se reconnaissaient sous l’étiquette de « délégation interne ».

Pour leur part, les forces militaires actives du FLN, l’Armée algérienne de Libération nationale (ALN), virent leurs effectifs croître de façon rapide, où elles atteignirent un sommet à l’été de 1959 avec près de 47,000 hommes (plus de 31,000 à Alger, 10,000 en Tunisie et environ 5,000 au Maroc). Cette armée était divisée en trois branches: les soldats réguliers (moudjahidine), les réservistes (moussebeline) et les terroristes (fidayine). Ajoutons à ces effectifs un autre contingent de 90,000 sympathisants non armés du FLN qui évoluaient dans l’Organisation Politico-Administrative (OPA). Celle-ci s’occupait du renseignement, des finances et du support logistique de l’ALN. Notons enfin que vers la fin de 1958, le FLN avait une armée somme toute conventionnelle dirigée par Haouri Boumédiène et dont les bases opérationnelles se trouvaient en Tunisie et au Maroc voisins.

Les stratégies et tactiques du FLN reposaient sur une conception en trois phases de la guerre révolutionnaire inspirée de Mao Zedong, au plan stratégique, et qui prônait au niveau tactique le recours aux manœuvres de guérillas pratiquées contre les forces françaises par le Viet Minh en Indochine. De plus, le terrorisme constitua une part importante du programme du FLN. Celui-ci fit preuve d’un zèle remarqué dans ses attaques à la bombe, ses assassinats, ses enlèvements ou la torture rituelle de prisonniers de guerre français, de Pieds Noirs (les colons européens) ou de musulmans pro-français. Bref, toutes ces tactiques furent amplement employées par le FLN, en particulier lors de la soi-disant bataille d’Alger en 1957, qui s’acheva brutalement par la répression du soulèvement par des unités parachutistes d’élite de l’armée française.

Des soldats de l'Armée de Libération Nationale s'entraînant au tir anti-aérien avec des fusils-mitrailleurs britanniques Lewis.

Malgré des désavantages de toutes sortes, le FLN parvint à mettre en place une structure logistique relativement fonctionnelle basée sur un financement soutenu et un support matériel provenant de l’Égypte, de la Ligue Arabe, de régimes communistes (Chine, Yougoslavie…), voire de la Turquie, qui pourtant était une alliée de la France dans l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord. Ainsi, le FLN put se procurer avec une relative aisance le matériel militaire dont il avait besoin pour ses opérations, du matériel qu’il prenait soin de cacher dans ses bases sur les frontières algériennes, toujours avec la complicité des régimes amis tunisien et marocain. Par contre, le transport de ce matériel en sol algérien s’avéra beaucoup plus difficile que ce qui était initialement envisagé. Nous y reviendrons.

Sur les champs de bataille

Bien que surprises par le déclenchement de la rébellion, les autorités civiles et militaires françaises dépêchèrent d’urgence des renforts militaires en Algérie, en même temps qu’elles instituèrent des programmes politiques, économiques et sociaux dans l’espoir de décourager et mater la rébellion. En 1956, la France avait déjà engagé plus de 400,000 soldats dans sa colonie, incluant des unités d’élite parachutistes et de la Légion Étrangère, de même que quelque 170,000 troupes composées d’Algériens musulmans loyaux. L’année suivante, le général Raoul Salan institua une stratégie défensive reposant sur la technique du « quadrillage », dans laquelle les Français divisèrent le territoire algérien en petits secteurs, tout en s’assurant le contrôle de points stratégiques afin de nuire aux opérations rebelles.

Carte du théâtre des opérations lors de la Guerre d'Algérie (1954-1962). Les tracés en rouge indiquent les différents barrages érigés par l'armée française afin d'empêcher l'entrée de troupes et de matériels ennemis sur le territoire algérien. (Cliquez pour agrandir.)

Ce fut dans ce contexte que les Français achevèrent la construction d’un système défensif constitué de puissantes barrières le long des frontières algériennes avec le Maroc et la Tunisie. Ces fameuses barrières étaient composées de clôtures électriques, de barbelés, de mines, de même que de dispositifs de détection sophistiqués, le tout appuyé sur des forces de réaction mobiles qui pouvaient rapidement réagir afin de colmater d’éventuelles brèches dans ce système. À cela, les Français disposaient d’une surveillance aérienne constante. Le but du système défensif du général Salan était relativement simple: isoler les rebelles d’Algérie de leurs bases tunisiennes et marocaines.

Par conséquent, les dirigeants du FLN furent contraints de trouver une façon de faire passer leurs troupes et matériels à travers les barrages. Ils y sont allés de manière « classique », soit par des assauts frontaux contre ces barrages. La bataille dite des « Barrages » eut lieu dans la première moitié de 1958, alors que l’ALN s’engagea dans une série d’attaques sanglantes, mais futiles, afin d’infiltrer quelconques points sur la partie est des barrages d’Algérie connus sous le nom de la Ligne Morice, qui faisait une longueur de 320 kilomètres. D’autres tentatives de ravitailler les forces de l’ALN d’Algérie s’effectuèrent via de petites caravanes de chameaux qui tentèrent d’infiltrer la partie sud du dispositif à travers le désert du Sahara. Ces manœuvres ne furent pas plus couronnées de succès, tout comme d’autres assauts frontaux sur différents barrages à la fin de 1959 et au début de 1960.

Une jeep de l'armée française en position d'observation le long de la Ligne Morice.

Face à l’efficacité du système défensif français, l’ALN en Algérie fut contrainte à dissoudre ses larges unités et réduire ses opérations à plus petite échelle dans le but de les rediriger sous forme d’attaques terroristes, de sabotages ou de raids occasionnels contre des avant-postes français isolés. Le restant des bandes rebelles fut anéanti lors d’une série d’offensives conduites en 1959 et 1960 par le général Maurice Challe, qui assembla les forces mobiles nécessaires. Ce faisant, Challe débuta une nouvelle campagne dans la partie ouest de l’Algérie en février 1959, le tout appuyé par une utilisation massive d’hélicoptères. Au moment où Challe quitta le théâtre des opérations en avril 1960, la branche de l’ALN opérant en Algérie avait été réduite à moins de 9,000 hommes, ce qui signifia qu’en tant que force militaire effective, elle était virtuellement détruite. Le FLN dut abandonner tout espoir d’établir une Algérie indépendante par la voix des armes.

Dans un pays essentiellement désertique et comprenant peu de voies de communication terrestres, l'hélicoptère se révéla être un moyen de transport indispensable à la mobilité des forces françaises.

Vers un règlement politique

En mai 1958, des officiers dissidents de l’armée française et des Pieds Noirs prirent le pouvoir à Alger et travaillèrent au retour du général Charles De Gaulle qui, croyaient-ils, empêcherait l’abandon de l’Algérie aux rebelles du FLN. Au contraire, une fois élu président de la nouvelle Ve République en février 1959, De Gaulle reconnut publiquement l’écœurement généralisé qu’éprouvaient les Français face à cette guerre d’usure qui durait depuis plusieurs années, sans compter que la lutte coûtait cher à la France, et ce, dans tous les sens du terme.

Un soldat français "dissident" arborant l'insigne de l'Organisation de l'Armée Secrète.

C’est alors que De Gaulle envisagea une solution politique au conflit et alla de l’avant avec des propositions pour mettre fin à la guerre. Celles-ci furent bien mal accueillies en Algérie et elles rencontrèrent une opposition violente de la part des Pieds Noirs nouvellement insurgés à Alger en janvier 1960, comme ces propositions furent aussi mal reçues dans l’armée. Ce fut particulièrement le cas dans les unités parachutistes d’élite et la Légion Étrangère, dont nombre d’officiers avaient illégalement formé l’Organisation de l’Armée Secrète (OAS) en avril 1961. Cette rébellion à l’intérieur de la rébellion fut durement réprimée par des unités militaires loyales au régime gaulliste et le gouvernement ouvrit officiellement des négociations avec les rebelles à Évian le 20 mai suivant. Un cessez-le-feu fut conclu et celui-ci entra en vigueur le 19 mars 1962. La même année, lors d’un référendum tenu le 1er juillet, plus de 90% des électeurs algériens éligibles votèrent en faveur de l’indépendance.

Ainsi, le 3 juillet, le FLN achevait par des moyens politiques et diplomatiques ce qu’il n’avait pu réaliser sur les champs de bataille, soit l’indépendance pleine et entière de l’Algérie. Cependant, les coûts de cette victoire s’avérèrent très élevés. Selon les sources, les pertes algériennes lors de cette guerre de huit années s’élevèrent entre 350,000 et 1,500,000 morts, en plus des 2 millions de déplacés algériens composés de civils qu’on avait regroupés à partir de leurs villages natals dans le but de les déplacer ailleurs pour mieux les contrôler. De son côté, la France perdit quelque 28,500 soldats tués, sans compter des dizaines de milliers de blessés. Ajoutons enfin ces nombreux Pieds Noirs et Algériens musulmans loyaux qui quittèrent l’Algérie pour la France.

Au final, la France remporta la victoire militaire, mais l’issue politique primait par-dessus tout. En cela, l’Algérie sortit comme grande gagnante de la lutte. Cette guerre insurrectionnelle inspira probablement d’autres soulèvements armés en cette période de décolonisation d’après-guerre.

La Légion Étrangère

Des étrangers au service de la France

Legio Patria Nostra

La Légion Étrangère constitue un corps d’élite de l’armée française et figure assurément parmi les meilleures unités militaires dans le monde. En soi, la Légion repose sur un paradoxe fondamental. Elle est un ensemble polyglotte de toutes sortes d’individus. La Légion accueille en ses rangs des hommes de toutes nationalités, des réfugiés, des romantiques, des individus au passé obscur et cela eut pour résultat de bâtir l’une des formations militaires les plus dures de l’Histoire.

Comme bien des unités militaires, la Légion fut levée dans un contexte qui lui est propre, notamment dans le cadre d’importantes réformes dans l’armée française sous la Restauration. Pendant longtemps, dans le but de compléter les effectifs de ses armées, la France avait l’habitude de louer les services de mercenaires suisses qui formaient des régiments qu’elle entretenait. Cependant, les régiments suisses de l’armée française furent dissous en 1830 et les soldats sans emplois allaient grossir les rangs des nombreux réfugiés qui se trouvaient sur le territoire français.

Un besoin réel: une confiance à gagner

Le maréchal Nicolas Soult (1769-1851).

Au même moment, la France entreprenait la conquête de l’Algérie. Cette campagne militaire de l’autre côté de la Méditerranée demandait tous les jours un nombre grandissant de soldats. Le lien était donc évident et le 9 mars 1831, le maréchal Nicolas Soult, le ministre de la Guerre dans le gouvernement du roi Charles X, signa un décret établissant une légion composée d’étrangers sous le nom de Légion Étrangère qui servirait la France outre-mer.

La Légion aurait un effectif initial de sept bataillons d’infanterie recrutés en groupes nationaux homogènes, mais ce schéma fut éventuellement abandonné devant la quasi-impossibilité de respecter ce principe. La Légion fut dès lors envoyée en Algérie, mais la jeune formation n’obtint par la confiance immédiate du haut commandement. On lui assigna d’abord des rôles secondaires dans la lutte que livra la France contre le chef rebelle Abd el-Kader. Plusieurs fois attaquée en 1832 lorsqu’elle tentait de protéger les communications et les dépôts de l’armée coloniale, la Légion avait fini par prouver sa valeur, ou du moins gagner quelque peu la confiance du commandement.

Après d’autres engagements livrés en Algérie, la Légion fut déployée en Espagne. Elle devait venir en aide à la reine Marie-Christine de Bourbon-Siciles lors de la Crise de succession contre les forces carlistes partisanes de son oncle Don Carlos au trône. Mise à rude épreuve lorsqu’elle fut cédée en bloc à l’Espagne (les Légionnaires s’étaient engagés à se battre pour la France), la Légion livra une dure campagne marquée par des atrocités commises de part et d’autre et de nombreux problèmes au niveau de la solde et du ravitaillement.

Un Légionnaire (1832).

En juin 1837, la Légion combattit les forces carlistes à Barbastro, près de la frontière française. Déjà confus, l’engagement prit une tournure encore plus désolante parce que les soldats de diverses nationalités devaient combattre contre leurs compatriotes du camp opposé. La Légion sortit très malmenée de la bataille et son commandant français, le colonel Conrad, fut tué d’une balle en plein front en tentant de rassembler ses hommes dispersés. Les survivants eurent comme récompense la dissolution de leur Légion en 1838.

Je dis « leur » Légion, car en 1835, la France avait commencé à lever une nouvelle Légion pour le service en Algérie. Deux années plus tard, cette formation était engagée à la bataille de Constantine, un épisode important de la guerre d’Algérie. En 1841, cette Légion en Afrique reçut comme renforts les survivants de l’ancienne Légion qui avaient combattu en Espagne. On décida alors de diviser le corps en deux régiments distincts. Par la suite, l’histoire organisationnelle de la Légion Étrangère devint plus complexe. En grossissant, la Légion fut, selon les époques, divisée par régiments, bataillons ou en compagnies qui allaient livrer bataille là où le besoin se faisait sentir.

La Légion: un outil de conquête

En 1843, la Légion installa son dépôt central en Algérie à Sidi-bel-Abbès, au sud d’Oran. Cette sédentarisation d’un corps militaire habitué à faire la guerre partout dans le monde s’inscrivait dans le contexte de la colonisation de l’Afrique du Nord par la France. Les Légionnaires étaient habitués autant à manier le fusil que le pic et la pelle, car ils étaient employés dans d’importants travaux de construction et d’aménagements de toutes sortes.

Sidi-bel-Abbès, la maison-mère de la Légion Étrangère de 1843 à 1962.

D’ailleurs, la qualité de leur travail fut officiellement reconnue en 1849 lorsque la Légion reçut les félicitations du général Aimable Pélissier. Celui-ci avait applaudi le fait qu’à partir d’un vulgaire campement militaire, les Légionnaires avaient transformé Sidi-bel-Abbès en cité florissante, ce qui semblait donner une belle image du modèle de colonialisme à la française. La guerre en Algérie était sur le point de s’achever avec la capitulation d’Abd el-Kader en 1847. Les combats se poursuivirent néanmoins et le 2e Régiment de la Légion prit part à la capture de l’oasis de Zaatcha en 1849.

Peinture de Jean-Adolphe Beaucé illustrant la bataille de Zaatcha (Algérie, automne 1849).

Par la suite, la Légion fut déployée en Crimée en 1854-1855 où elle perdit environ 120 soldats tués, quelque 500 blessés incluant son colonel au cours d’un seul engagement. De retour en Algérie, la Légion arriva à temps pour la bataille d’Icheriden de 1857, où il est rapporté que les Légionnaires avancèrent vers l’ennemi sans même daigner répliquer à son tir. Deux ans plus tard, lors de la campagne dans le nord de l’Italie, la Légion participa à la bataille de Magenta sous les ordres de Mac-Mahon et finit sa campagne à Solferino.

Après l’Italie, la Légion s’attendait à tout moment à être déployée au Mexique, où la France était engagée dans une importante campagne dans la région. Cependant, la Légion ne fut pas immédiatement envoyée en Amérique, si bien que les officiers plus jeunes servant en ses rangs avaient signé une pétition demandant à l’empereur Napoléon III de revoir cette décision. Étonnement, leur geste avait été perçu comme une tentative de mutinerie, si bien que certains des officiers furent sévèrement punis et un nouveau commandant prit la tête du corps avant que la Légion ne reçoive l’ordre de départ.

Peu de temps après son arrivée en théâtre d’opérations en 1863, la 3e compagnie du 1er bataillon de la Légion fut anéantie au cours d’un affrontement resté célèbre, la bataille de Camerone dont le souvenir continue d’alimenter l’esprit de corps légionnaire de nos jours. Au moment où la France décida de retirer son contingent du Mexique en 1867, la Légion avait perdu près de 2,000 soldats tués ou morts de la maladie.

Le « baroud d’honneur » de la Légion à la bataille de Camerone (Mexique, avril 1863).

La prochaine guerre majeure livrée par la France, celle contre la Prusse et les états allemands en 1870-1871, vit un bataillon de la Légion en campagne pour la première fois sur le sol métropolitain. Par la suite, la Légion retourna sur son terrain traditionnel en Afrique du Nord. Elle joua un rôle important dans la conquête du Maroc par le général Lyautey, tout en ayant à contenir des révoltes sporadiques en Algérie. À l’aide de ses fameuses compagnies montées, une sorte de groupe mobile à dos d’âne ou chameaux, la Légion put pénétrer très loin aux confins du Sahara.

Au cœur des grandes batailles de la France

Le Régiment de Marche de la Légion Étrangère (1915-1918). Au centre, le colonel Paul Rollet tient le drapeau régimentaire. Le RMLE figure parmi les unités les plus décorées de l'armée française lors de la guerre de 1914-1918.

Dans le dernier quart du XIXe siècle, la Légion fut déployée pour une série d’expéditions. L’une d’elles vit l’arrivée d’un bataillon au Tonkin (Vietnam) en 1882 afin de combattre des forces ennemies irrégulières nommées Pavillons Noirs, des bandits qui avaient traversé la frontière après leur expulsion de Chine. Une autre expédition en sol africain avait été dirigée au Dahomey (Bénin) en 1892, de même que la Légion avait contribué à la pacification de Madagascar de 1895 à 1905.

Lorsque débuta la Première Guerre mondiale en 1914, la Légion subit une restructuration majeure. Face à l’afflux de volontaires étrangers, il fallait éviter de répéter l’erreur de 1837 en Espagne où des Légionnaires avaient dû combattre des compatriotes. Ce plan ne fut pas un succès et présenta un portrait paradoxal de l’utilisation de la Légion en 1914-1918. Par exemple, les Légionnaires professionnels d’origine allemande devaient rester en Afrique du Nord pour officiellement défendre les colonies françaises. Simultanément, il arrivait que des volontaires issus de pays ennemis de la France s’enrôlent à la Légion et fassent la guerre sur le continent. En dépit de ces contraintes, la Légion se couvrit de gloire, surtout à partir de la fin de 1915 avec la création du célèbre Régiment de Marche de la Légion Étrangère (RMLE, prononcé « Remele »). Ce régiment fut de tous les engagements majeurs livrés sur le front de l’Ouest jusqu’à la fin des hostilités.

Après la guerre, la Légion retourna comme d’habitude en Afrique (qu’elle n’avait jamais vraiment quitté). C’est alors qu’elle vit l’arrivée massive de volontaires dans les années 1920, des hommes provenant pour l’essentiel de l’Allemagne, de la Pologne, de la Russie et de la Géorgie. Les demandes pressantes de constituer des unités de plus en plus mobiles avaient amené la création au sein de la Légion d’un Régiment Étranger de Cavalerie. Dès sa mise sur pied, le régiment vit de l’action en 1921 en Syrie et au Liban. Il y avait également des combats sporadiques au Maroc où la Légion joua un rôle important dans la défaite du chef rebelle rifain Abdelkrim El Khattabi.

Le chef de la rébellion du Rif Abdelkrim El Khattabi qui fut capturé en 1926.

En 1939, la Légion fut, comme en 1914, envahie par des volontaires. Certains de ses régiments avaient combattu en France et en Norvège l’année suivante lors de la campagne désastreuse sur le front Ouest. C’est alors que la Légion se trouva dans une situation plus qu’inconfortable, et ce, tant d’un point de vue militaire que politique. D’une part, les unités de la Légion en France avaient dû se départir de leurs ressortissants allemands. D’autre part, en 1941, il y avait des Légionnaires qui combattaient en Syrie dans les deux camps, certains pour la France Libre, d’autres pour le régime de Vichy. Malgré tout, la contribution de la Légion à l’effort de guerre des Alliés avait pris le dessus. Par exemple, on retient les performances de la fameuse 13e Demi-Brigade. Cette formation créée au début de la guerre s’était fait remarquer à Narvik en 1940, de même qu’au cours d’affrontements subséquents en Abyssinie, en Syrie, en Afrique du Nord, en Italie et lors de l’invasion du sud de la France en août 1944.

Les Légionnaires de la 13e Demi-Brigade à la bataille de Bir-Hakeim (Libye, mai-juin 1942).

Des lendemains incertains

L’après-guerre fut loin d’être une période de repos pour la Légion. Dans le contexte de la décolonisation, les Légionnaires avaient partagé les angoisses d’avoir à abandonner les morceaux d’un empire qu’ils ont largement contribué à forger depuis plus d’un siècle. Les dures années de la guerre en Indochine (1946-1954) avaient coûté 10,000 morts à la Légion. Cinq bataillons de Légionnaires étaient sur le terrain lors de la décisive bataille de Diên Biên Phu en 1954. Conscient de la chute imminente, le colonel André Lalande, qui commandait alors la place forte Isabelle, dirigea les derniers survivants dans un baroud d’honneur, c’est-à-dire un dernier assaut (suicide) vers l’ennemi avec les baïonnettes aux canons. Cela n’était pas sans rappeler l’épisode de la bataille de Camerone au Mexique en avril 1863 où les Légionnaires de l’époque avaient exécuté une dernière charge pour l’honneur, en sachant que tout était perdu.

Des parachutistes de la Légion largués sur Diên Biên Phu (novembre 1953).

Revenus d’Indochine, les Légionnaires survivants durent composer avec une autre réalité difficile, voire accablante. La guerre d’Algérie débutait en 1954 pour s’achever en 1962. Cette guerre avait touché la Légion directement au cœur, en ce sens où certains de ses éléments avaient été impliqués dans un putsch contre le gouvernement français (dans le contexte où de Gaulle envisageait d’accorder à l’Algérie son indépendance). Le 1er Régiment Étranger de Parachutistes fut dissous, car ses officiers étaient directement concernés. Pire encore peut-être, les Légionnaires furent contraints de quitter leur maison-mère de Sidi-bel-Abbès en 1962. À leur départ, ils avaient entamé, non sans un sentiment où se mélangeaient tristesse et ironie, la chanson d’Édith Piaf Non, je ne regrette rien.

La Légion reste

Au lendemain de l’indépendance algérienne, la Légion, qui fut menacée à maintes reprises d’être dissoute, fut transférée en France. Elle établit son dépôt central à Aubagne près de Marseille. Ses divers régiments continuent néanmoins à être postés dans certaines garnisons en dehors de la France, notamment en Guyane française et au Djibouti. Comme en 1831, la Légion continue d’accueillir des volontaires de partout dans le monde et sa réputation fait en sorte que nombre d’officiers français demandent des affectations dans ce corps d’élite. Sans surprise, l’entraînement y est très dur. Pour certains, la Légion n’est pas seulement un régiment. Elle est également un foyer, voire une famille dans laquelle la richesse du passé et des traditions est parvenue à souder solidement sous la symbolique du képi blanc des hommes aux origines éparses.

♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣♣

Annexe: Le Code d’honneur de la Légion Étrangère

Article 1

Légionnaire, tu es un volontaire servant la France avec honneur et fidélité.

Article 2

Chaque légionnaire est ton frère d’arme quelle que soit sa nationalité, sa race, sa religion. Tu lui manifestes toujours la solidarité étroite qui doit unir les membres d’une même famille.

Article 3

Respectueux des traditions, attaché à tes chefs, la discipline et la camaraderie sont ta force, le courage et la loyauté tes vertus.

Article 4

Fier de ton état de légionnaire, tu le montres dans ta tenue toujours élégante, ton comportement toujours digne mais modeste, ton casernement toujours net.

Article 5

Soldat d’élite, tu t’entraînes avec rigueur, tu entretiens ton arme comme ton bien le plus précieux, tu as le souci constant de ta forme physique.

Article 6

La mission est sacrée, tu l’exécutes jusqu’au bout et si besoin, en opérations, au péril de ta vie.

Article 7

Au combat, tu agis sans passion et sans haine, tu respectes les ennemis vaincus, tu n’abandonnes jamais ni tes morts, ni tes blessés, ni tes armes.

La bataille d’El-Alamein (1942)

L’Afrique du Nord

L'infanterie britannique observe le pilonnage des positions ennemies avant l'assaut.

Ce qu’on appelle communément la bataille d’El-Alamein est en fait une série d’affrontements s’étant déroulés en 1942 pendant la campagne d’Afrique lors de la Seconde Guerre mondiale. El-Alamein (al-Alamayn) est une localité se trouvant près de la côte égyptienne à une centaine de kilomètres à l’ouest d’Alexandrie. La localité représentait l’extrémité d’un front s’étendant sur quelques dizaines de kilomètres du nord au sud.

Le premier élément qui frappe l’œil de l’observateur est l’extrême complexité du terrain. Nous sommes en plein désert, la température est suffocante, on gèle la nuit, les tempêtes de sable sont fréquentes et une variété de crevasses et de dépressions rendent difficile, voire impossible la manœuvre des armées en certains points. Par exemple, la dépression Qattarah située à quelque 65 kilomètres au sud d’El-Alamein constituait un obstacle naturel formidable, augmentant du coup l’attrait stratégie de la petite localité égyptienne.

Carte des opérations de la bataille d'El Alamein (automne 1942).

Du côté des forces alliées, le front était tenu par des unités constituant la 8e Armée britannique. Celle-ci avait encaissé une série de revers depuis le début de l’année 1942 face aux forces de l’Axe. La 8e Armée avait non seulement besoin d’une pause, mais par-dessus tout d’une position défensive solide sur laquelle il serait possible de reprendre l’offensive. Le fait d’avoir la mer sur la droite du front britannique représentait une protection naturelle, car on était à tout le moins certain que le commandant des forces de l’Axe, le maréchal Erwin Rommel, ne tenterait par une autre manœuvre de débordement de flanc comme il savait si bien le faire. En d’autres termes, la survie de la 8e Armée britannique dépendrait de la bataille qui allait être livrée sur la ligne d’El-Alamein. Si elle échouait, la ville d’Alexandrie et le canal de Suez seraient ouverts pour Rommel.

La dépression Qattarah en Égypte.

Le dos au mur

Ayant subi grave défaite sur le sol libyen à Gazala et à Tobrouk en juin 1942, la 8e Armée britannique sous les ordres du maréchal Claude Auchinlek se replia vers l’est sur la frontière égyptienne. Suite à la désastreuse bataille de Mersah Matruh, dont une éventuelle victoire aurait permis de gagner du temps pour consolider les défenses d’El-Alamein, Auchinlek et ses troupes finirent par se rétablir à la frontière égyptienne en juillet.

Le maréchal Claude Auchinleck, le commandant de la 8e Armée britannique dans les premiers mois de 1942.

De son côté, Rommel n’avait pas relâché la poursuite de la 8e Armée et il finit par la rejoindre également à la frontière égyptienne. Par contre, le maréchal allemand était conscient que ses lignes de communications et de ravitaillement étaient dangereusement étirées. Il était loin de ses bases et en même temps vulnérable aux attaques aériennes. À titre d’exemple, le ravitaillement en carburant ne pouvait se faire que par la mer où les convois étaient impuissants face aux attaques aériennes et navales. Par conséquent, les forces germano-italiennes arrivèrent devant la ligne d’El-Alamein, mais elles étaient trop affaiblies pour tenter une quelconque percée du front britannique.

Néanmoins, Rommel mena une série d’attaques localisées contre certains points de la ligne El-Alamein, sans trop de succès, ce qui entraîna une réponse d’Auchinlek. Le 10 juillet 1942, la bataille de Tell el Eisa fut une tentative du 30e Corps britannique du lieutenant-général Ramsden de contourner le front ennemi à l’extrémité nord de celui-ci. La 1ère Division sud-africaine et la 9e Division australienne parvinrent à percer le front allemand au nord, mais Rommel s’empressa de colmater la brèche.

Le maréchal Erwin Rommel, le commandant de l'Afrika Korps.

La 8e Armée tenta un autre effort du 14 au 16 juillet à la bataille de Ruweisat avec le 13e Corps britannique du lieutenant-général Gott. Deux divisions de l’armée italienne (Pavia et Brescia) subirent les assauts conjoints de la Division néo-zélandaise et de la 5e Division indienne. Face au recul italien, des renforts allemands arrivèrent rapidement dans la zone et parvinrent une fois de plus à reprendre le terrain initialement perdu. Auchinlek décida de remettre cela en reconduisant un autre assaut à Ruweisat, mais cette fois de nuit entre les 21 et 23 juillet, toujours pour des résultats décevants.

Les deux batailles préalables à El-Alamein livrées à Ruweisat avaient démontré que le succès ne pouvait être possible sans une coordination pleine et entière entre l’infanterie et les blindés. Face à ces échecs et refusant de subir un troisième scénario du même genre, Auchinlek comprit qu’il fallait cesser ce type d’assauts infructueux et prendre le temps de se refaire des forces. Cependant, les jours d’Auchinlek à la tête de la 8e Armée britannique étaient comptés.

En effet, en aout 1942, le Premier ministre britannique Winston Churchill intervint dans le débat sur la succession d’Auchinlek. Il avait fait pression afin qu’il soit remplacé par le maréchal Bernard Montgomery qui prendrait le commandement d’une 8e Armée affaiblie et démoralisée. Montgomery voulait changer les façons de faire, voire les mentalités. Il était impératif que le soldat retrouve une confiance en ses chefs et en lui-même, qu’il adopte le désert et développe son agressivité.

Le premier engagement livré par la 8e Armée sous Montgomery fut la bataille d’Alam Halfa du 30 août au 7 septembre 1942, un épisode que certains historiens considèrent comme étant le véritable début de la grande bataille d’El Alamein. Les compétences du maréchal Montgomery furent dès le départ mises à l’épreuve. Sa grande prudence et sa juste lecture de la situation firent en sorte qu’il n’engagea pas inutilement ses troupes. Les Britanniques avaient arrêté l’offensive germano-italienne, ce qui força Rommel à replier son Afrika Korps le temps de se regrouper. Montgomery refusa la poursuite et préféra attendre, le temps de restaurer la confiance et la force de son armée.

Après une série de délibérations et de désaccords entre les dirigeants alliés, il fut décidé à la fin de 1942 de concentrer les efforts contre l’Allemagne et cela commencerait par un assaut contre les forces germano-italiennes en Méditerranée. Le but ultime de la nouvelle campagne qui s’amorçait serait l’opération TORCH consistant en un débarquement des forces américaines et britanniques sur la côte ouest de l’Afrique du Nord.

La bataille

Le maréchal Bernard Montgomery qui prit la relève d'Auchinleck à la tête de la 8e Armée britannique à El-Alamein.

Face à ce cadre stratégique d’ensemble, le maréchal Montgomery vit son tour arrivé de contribuer à cette campagne africaine le 23 octobre 1942. Réorganisée et reposée, la 8e Armée lança ses 230,000 soldats et 1,000 chars contre les forces de l’Axe de Rommel au nombre de 100,000 combattants et quelque 500 blindés. Au 4 novembre, l’Afrika Korps était en déroute. Quelques jours plus tard, le débarquement sur les côtes marocaines et algériennes s’opérait, le tout combiné à la contre-offensive soviétique dans Stalingrad le même mois. En l’espace de quelques semaines, le cours de la Seconde Guerre mondiale changeait à la faveur des Alliés.

Des soldats britanniques aménagent une position défensive à El-Alamein (été 1942).

Montgomery exécuta son assaut au moment où Rommel se trouvait en convalescence en Allemagne. La bataille d’El-Alamein se déroula en trois phases. D’abord, la percée devait être réalisée au centre du front par le 30e Corps du lieutenant-général Leese, face à des forces ennemies solidement retranchées et protégées par un vaste champ de mines, puis un assaut au sud du 13e Corps (lieutenant-général Horrocks) devait suivre. Ni le 30e ni le 13e Corps ne parvinrent à percer suffisamment le front ennemi de sorte à pouvoir faire manœuvrer adéquatement leurs forces en terrain ouvert.

La seconde phase de l’offensive fut menée du 26 au 31 octobre, toujours au centre du front. Les positions ennemies étaient capables de tenir, mais elles furent réduites au silence, dans un style d’affrontements d’usure qui n’étaient pas sans rappeler les combats de la Première Guerre mondiale. C’était en quelque sorte le « style Montgomery », celui d’user l’ennemi à la corde par des bombardements et, lorsqu’il croyait avoir les conditions gagnantes, d’y envoyer l’infanterie.

La coordination de l’infanterie et des blindés fut un élément cruciale dans la victoire des forces alliées à El-Alamein.

La phase finale, celle de la grande percée, eut lieu entre le 1er et le 4 novembre. La Division néo-zélandaise avait mené une charge agressive qui avait permis au 10e Corps se trouvant en réserve d’exploiter la percée et d’attaquer les arrières ennemis. Ce n’est pas tant l’assaut de Montgomery, mais davantage les contre-attaques de l’Afrika Korps qui avaient fini par user celle-ci à El-Alamein. Seules les forces mobiles de l’Axe avaient réussi à s’échapper, se repliant sur les rares routes en de longues colonnes soumises aux attaques fréquentes venant du ciel. Le reste des divisions germano-italiennes qui combattaient à pied furent rapidement débordées et n’eurent d’autre choix que de capituler.

Conclusion

La bataille d’El-Alamein était terminée. Alexandrie, un symbole historique, était protégée. Plus important encore, dans ce contexte de guerre, les Alliés avaient réussi à dégager le canal de Suez et avaient retraversé la frontière en Libye en janvier 1943.

Même si la campagne en Afrique du Nord n’était pas terminée, la victoire des forces alliées à El-Alamein fut déterminante pour la suite des choses. Les forces germano-italiennes furent contraintes de se replier en Libye, puis en Tunisie. C’était le début de la fin de la présence de l’Axe en Afrique du Nord et moins d’une année plus tard, les Alliés pouvaient se concentrer sur leur prochain objectif: la libération de l’Europe.

Un cimetière britannique à El-Alamein.