Le froid et la montagne: la guerre sur deux fronts

Introduction

La montagne et le froid arctique représentent des défis de taille pour les soldats qui pratiquent la guerre dans ces conditions. Bien que les militaires de certaines armées du monde s’entraînent à cet effet, ceux-ci livrent une guerre implicite sur deux fronts: l’un, contre l’ennemi humain; l’autre, contre la nature elle-même. Dans ce contexte, la combinaison de ces deux menaces fait de la guerre pratiquée en montagne et dans le froid arctique l’un des défis les plus redoutables dans l’histoire des conflits armés.

En ce qui a trait aux montagnes, celles-ci constituent depuis des siècles des barrières défensives naturelles des plus efficaces pour la protection du territoire. Malgré tout, peu de peuples, ou de sociétés à travers l’Histoire possèdent une longue expérience de la guerre en montagne et dans le froid arctique ayant pu être transmise d’une génération à l’autre. Cela explique en partie pourquoi certaines puissances militaires majeures du XXe siècle développèrent des unités spécialement entraînées pour opérer dans ces théâtres et circonstances particulières.

L’hostilité de l’environnement

Du côté de la guerre pratiquée dans les conditions arctiques, il est plus difficile d’en faire l’analyse historique, car les hommes n’ont à peu près jamais combattu dans ces régions. En d’autres termes, la guerre arctique réfère davantage aux combats livrés dans des conditions de froid extrême, et ce, dans des régions géographiques habitées. De toute évidence, ce type de climat se trouve entre autres choses dans des régions montagneuses, soit des zones géographiques aux pentes raides, dans un endroit compartimenté, où les routes et autres voies de communication sont peu nombreuses. Parmi les zones géographiques qui correspondent à cette description, on note les Pyrénées, les Alpes, le nord de la Scandinavie, les Andes ou encore la partie septentrionale du subcontinent indien.

Donc, dans cette topographie montagneuse, la température varie en fonction des saisons, mais elle peut en tout moment changer brutalement, en étant accompagnée de vents mordants, des vents qui deviennent plus violents au-dessus des crêtes et à travers les passages sinueux des vallées. Lorsqu’il fait naturellement froid, ces vents produisent des températures si glaciales qu’elles peuvent entraîner des engelures et ultimement la mort. Bref, lorsqu’ils sont à des altitudes de 8,000 pieds (plus de 2,500 mètres), les soldats requièrent une longue période d’acclimatation due au manque d’oxygène. Même lorsqu’ils vivent dans ces conditions pendant plusieurs mois, ce qui sous-entend une adaptation progressive à cet environnement hostile, les combattants n’opèrent pas de façon optimale. À notre avis, leur degré d’efficacité combattante en montagnes correspond à 75% de ce qu’il serait normalement s’ils étaient au niveau de la mer.

À la frontière de l'Italie et de l'Autriche se trouvent les Dolomites, une imposante chaîne de montagnes dont certaines atteignent plus de 2,500 mètres. C'est sur ce front que s'affrontèrent les Austro-Hongrois et les Italiens lors de la Première Guerre mondiale. On peut imaginer les impacts des coups de canon sur les flancs de ces montagnes, provoquant à coup sûr des avalanches qui tombaient sur les soldats dans les tranchées.

Ce fait est bien compris par les populations indigènes et même les athlètes, mais il semble par moment oublié par les commandants militaires lorsque vient le temps de planifier leurs opérations. Les meilleurs stratèges savent pertinemment que des troupes non-acclimatées ou épuisées ne peuvent, lorsqu’elles sont en haute altitude, bien se concentrer sur la mission à effectuer, car leur vigilance et leur jugement en seront affectés. Cet épuisement affecte aussi le comportement, à commencer par l’humeur. Les soldats deviennent plus irritables, ils perdent la mémoire, ce qui a pour conséquence qu’ils commettront davantage d’erreurs, et ce, même pour des opérations de routine.

Mis à part la carence en oxygène, les soldats qui opèrent dans des conditions arctiques et montagneuses rencontrent d’autres difficultés qui affecteront leur travail. Considérant qu’ils sont en haute altitude, la couche atmosphérique diffère, car elle s’« amincit » en quelque sorte, si bien que les rayons du soleil peuvent avoir encore plus d’effets néfastes au cours d’une longue exposition. En clair, cette situation amène la déshydratation et d’éventuels coups de soleil. Ajoutons à cela que la neige dispose d’une propriété réflective qui, lorsqu’ils la regardent directement et trop longtemps, peut aveugler temporairement les soldats, les rendant ainsi inopérants pour quelques jours.

Comme nous l’avons précédemment mentionné, la température extrême cause l’hypothermie et les engelures, qui représentent une menace permanente pour les soldats. D’ailleurs, les militaires doivent constamment se rappeler de porter des gants avant de toucher à n’importe lequel de leurs équipements composés de pièces métalliques. Donc, ces conditions extrêmes, combinées à la nature exigeante de leur travail, rendent les soldats plus que tributaires de tenues vestimentaires appropriées, bien qu’il puisse s’avérer difficile pour les armées de parfaitement adapter des équipements à des situations évolutives. Mentionnons également que l’exposition directe au soleil en haute altitude et le manque d’oxygène font en sorte que les troupes transpireront davantage, ce qui signifie que leurs vêtements humides pourraient se transformer en de véritables linceuls glaciaux. Finissant par geler, cette humidité peut aussi induire en erreur des soldats déshydratés, en leur donnant l’impression d’éprouver un état contraire.

L’équipement: l’ami et l’ennemi du soldat en montagne

Cela dit, tous les soldats doivent prendre soi d’eux-mêmes ainsi que de leurs équipements, mais ceux qui combattent en théâtres montagneux et arctiques ont d’autres défis à relever. Par exemple, de nombreuses armes et véhicules requièrent des huiles spéciales et davantage d’entretiens afin d’être fonctionnels dans ces conditions. Qui plus est, les moteurs des véhicules doivent idéalement tourner en permanence, ou du moins être démarrés régulièrement, ce qui complique encore la maintenance et le ravitaillement, d’autant que les lignes de communication sont difficiles à établir en ce terrain inhospitalier. Par conséquent, le support logistique requis pour mener des opérations constitue une première raison expliquant pourquoi la guerre fut livrée irrégulièrement dans ces régions et principalement au XXe siècle.

Dans un autre ordre d’idées, notons qu’en dépit du fait que la technologie mécanique ait pu rendre la pratique de la guerre en montagne possible au XXe siècle, la pièce d’équipement qui fut probablement la plus importante, et qui rendit cette guerre praticable bien avant le XXe siècle, fut le ski. Celui-ci existe depuis plusieurs siècles et fut particulièrement utilisé par les peuples habitant la Scandinavie et les Alpes. Les skis furent employés pour les voyages, comme ils furent adoptés pour le sport à la fin du XIXe siècle par quelques aventuriers européens. À des fins militaires, les skis s’avérèrent utiles, comme ce fut le cas lors de la Seconde Guerre mondiale, au moment où la Finlande fut envahie par l’Union soviétique. Chaussés de skis, les soldats finlandais, qui se battirent à un contre cinq, donnèrent du fil à retordre à l’envahisseur au cours de la campagne de l’hiver 1939-1940.

La propension des soldats finlandais à faire usage des skis au cours de la campagne de 1939-1940 contre l'Union soviétique se justifie parfaitement par les rudes conditions hivernales sur le terrain, et surtout par le besoin de se déplacer rapidement afin de tendre des embuscades à l'envahisseur.

Pour leur part, qu’elles soient chaussées de skis ou non, les divisions d’infanterie de montagne de la Wehrmacht remportèrent d’importantes victoires en Norvège (1940) et dans le nord de la Grèce (1941), à tel point que les Britanniques s’empressèrent de constituer à leur tour des divisions spécialement entraînées pour la guerre en montagne et en conditions arctiques. De plus, les États-Unis et le Canada joignirent leurs efforts afin de former une unité nommée United States Canadian Special Service Forces (SSF), qui fut davantage connue sous l’appellation de la Brigade du Diable, dans le but d’être en mesure de déployer des soldats formés à la guerre en montagne.

Comme c’est généralement le cas sur les champs de bataille, mais plus particulièrement peut-être dans les montagnes, l’un des principes élémentaires de la stratégie militaire repose sur le contrôle des hauteurs. L’un des bons exemples qui attestent de ce principe fut celui de l’invasion de l’Afghanistan par les troupes soviétiques en 1979 et de la campagne qui suivit jusqu’en 1989. Dans ce contexte, la technologie des Soviétiques et leur supériorité en nombre demeuraient relatives si une poignée de soldats ennemis bien positionnés sur les hauteurs parvenaient à attaquer leurs lignes de communication qui dépendaient des routes au fond des vallées.

Se battant pour la plupart sur leur terrain et rompus aux tactiques de la guerre en montagne, les combattants de la résistance afghane à l'invasion soviétique de 1979 exploitèrent au maximum le potentiel géographique du pays. Ce faisant, ils purent à maintes reprises mettre en déroute les lourdes colonnes d'invasion soviétiques.

En effet, les défenseurs afghans installés dans les montagnes étaient protégés des attaques aériennes ennemies, comme ils étaient en mesure d’emporter une artillerie adaptée et transportable à mains nues ou à dos d’animal. Ce faisant, les lourdes colonnes soviétiques, obligées de circuler sur les routes vallonneuses, se trouvèrent constamment exposées aux embuscades d’un ennemi aux ressources nettement inférieures. De plus, la guerre dans les montagnes d’Afghanistan fit réaliser aux belligérants que lorsque le véhicule de tête d’une colonne fut atteint ou détruit par une embuscade dans un passage étroit, cela paralysa le convoi en entier. Incapables d’avancer, de retraiter ou simplement de manœuvrer, des divisions entières peuvent être ainsi anéanties sous le feu ennemi.

Conclusion

Dans les faits, le système défensif de certaines nations dépend de ce principe de manœuvres dans les cols montagneux. C’est le cas notamment de la Suisse, ou encore à la frontière nord de l’Inde, où la contestation des lignes frontalières avec le Pakistan voisin fit en sorte que les analystes occidentaux étudièrent les exigences propres à la guerre en montagne au Cachemire (1965, 1971 et 1999).

Cela nous amène à la conclusion que la guerre livrée en montagne et dans des conditions climatiques extrêmes suscitera toujours l’attention des états-majors, du moins parmi les nations qui se sentent concernées par ce type d’éventuels affrontements. Souvent, la géographie contraint certains pays à constituer des forces spécialement entraînées pour la guerre en montagne, alors qu’à d’autres moments elles le font afin de répondre à des impératifs urgents dictés par les circonstances du moment.

Étant donné l’importance stratégique de plusieurs chaînes de montagnes à travers le monde, il est presque certain que la demande pour une classe particulière de soldats sera toujours là. Il reste à déterminer dans quelle mesure les puissances de ce monde désirent investir les ressources conséquentes pour les former.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s